Raiponce : À la Croisée des Chemins
L'écran titre
Titre original :
Rapunzel's Tangled Adventure : Plus Est En Vous
Production :
Disney Television Animation
Date de diffusion USA :
Le 1er mars 2020
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Benjamin Balistreri
Philip Pignotti
Shane Zalvin
Musique :
Alan Menken
Glenn Slater
Durée :
66 minutes

Le synopsis

Raiponce rallie tous les habitants de Corona pour reprendre le royaume des mains de Cassandra et Zhan Tiri...

La critique

rédigée par
Publiée le 26 mai 2020

Raiponce : À la Croisée des Chemins est le neuvième et dernier téléfilm dérivé de Raiponce - La Série produit tout spécialement pour le réseau de télévision Disney Channel. Il sert également de conclusion pour la troisième et dernière saison de Raiponce - La Série ainsi que pour la série toute entière.

Après le rachat de Pixar, l'arrivée de John Lasseter à la tête des Walt Disney Animation Studios donne le coup d'envoi à une stratégie éditoriale pour redonner au label historique de Mickey sa splendeur d’antan. L'important pour le créateur de Toy Story est d’abord de hiérarchiser les priorités. La première consiste à remettre sur les rails des projets mal engagés. Il commence sur Bienvenue Chez les Robinson en le remaniant dans la mesure du possible vu son état d'avancement. Il recadre ensuite complètement Volt, Star Malgré Lui pour le rendre plus disneyen. La seconde étape est de faire revivre l'animation Disney en s’appuyant sur les fondamentaux qui parlent au public. Il relance ainsi l'animation 2D avec La Princesse et la Grenouille - succès d’estime - puis crée un film de princesse en animation assistée par ordinateur (Raiponce), démontrant ainsi que cette technique d’animation est tout à fait apte à soutenir des histoires à la Disney, intemporelles et dignes de celles ayant marqué les années 90.

Raiponce devient alors un vrai phénomène comme les Walt Disney Animation Studios n'en avaient plus connu depuis plus de dix ans : les critiques sont sur lui plus que positives et le public est conquis. Malgré 260 millions de dollars de budget, le film est un succès commercial engrangeant 591 millions de dollars de recettes à travers le monde dont 200 millions rien qu'aux États-Unis. En France, l'opus signe un joli score avec plus de 4 millions d'entrées.
Pour surfer sur son succès, Disney propose en 2012 un court-métrage, Le Mariage de Raiponce, diffusé en première partie de la ressortie 3-D de La Belle et la Bête pour les États-Unis et de celle du (Le) Roi Lion pour la France. Bien que certains bruits parlaient de la possibilité d'une suite au cinéma, l'idée n'a, en réalité, jamais été sérieusement envisagée par les réalisateurs du premier opus qui partent rapidement sur d'autres projets : Zootopie pour Byron Howard et Gigantic pour Nathan Greno, avant que ce film ne soit finalement repoussé sine die.

Les studios Disney n'abandonnent tout de même pas leur idée de capitaliser sur la franchise Raiponce qui vit toujours aussi bien en produits dérivés ou dans les Parcs à thème. Ils vont ainsi reprendre une option mise de côté depuis une dizaine d'années, faute de films suffisamment populaires : une déclinaison sur le marché de la télévision. Depuis Kuzco, l'Empereur Mégalo et la série de 2006, Kuzco, Un Empereur à l'École, aucun opus récent des Walt Disney Animation Studios ne s'est vu, en effet, adapté sur le petit écran. Le succès de La Garde du Roi Lion redonne de son intérêt à la démarche qui se voit appliquée à Raiponce, donnant lieu à la création d'une série télévisée dérivée. Disney Television Animation produit ainsi la logiquement nommée Raiponce - La Série et, afin de l'installer comme il se doit, lui adjoint un téléfilm pilote d'une heure, Raiponce : Moi, J'ai Un Rêve. Il s'agit d'un procédé classique que la filiale télévisée utilise régulièrement pour ses séries événement, comme cela a été le cas avec Princesse Sofia : Il Était une Fois une Princesse en 2012 pour lancer la série Princesse Sofia ou alors La Garde du Roi Lion : Un Nouveau Cri qui entamait les aventures de Kion et ses amis.

La meilleure idée de Raiponce - La Série est clairement son visuel. Il est évident que la télévision n'aurait pas eu le budget nécessaire pour proposer une qualité d'image aussi belle que celle du film. Pour pallier ce problème, le responsable du projet, Chris Sonnenburg, a donc l'excellente idée de prendre un virage radical. Au lieu de recourir à de la 3D bas de gamme, comme cela peut être le cas sur Princesse Sofia ou Elena d'Avalor, il préfère, en effet, partir sur un aspect 2D. Attention tout de même, il n'est pas question ici de dessins sur papier mais bien d'une animation 3D aux rendus aplatis, utilisant la technique qui a déjà fait ses preuves sur les séries La Garde du Roi Lion ou Mickey Mouse. Pour légitimer plus encore ce choix, Chris Sonnenburg reprend le style très présent dans le long-métrage originel signé de Claire Keane, la fille de Glen Keane, à l'origine des dessins que Raiponce dessinait sur les murs intérieurs de sa tour. Ainsi, à l'image du carnet personnel présent dans le téléfilm, l'histoire est racontée par Raiponce comme si elle dessinait elle-même ses aventures. L'astuce narrative est intéressante car elle est vraiment crédible par rapport au personnage. En outre, le visuel obtenu est d'une beauté renversante même s'il demande un petit temps d'adaptation par rapport à la stylisation différente du film. Le rendu est, à l'évidence, l'un des grands points forts de la série et des téléfilms qui en découlent.

Raiponce : À la Croisée des Chemins est ainsi le téléfilm final de Raiponce - La Série qui vient conclure la troisième saison mais aussi la série toute entière. Sur les neuf téléfilms produits autour de la série, Raiponce : À la Croisée des Chemins est ainsi le plus long puisqu'il dépasse les 60 minutes, là où les précédents tournaient tous autour des 45 minutes. Peu de temps s'est en revanche déroulé entre la diffusion du huitième téléfilm Raiponce : La Revanche de Cassandra et celui-ci, à peine un peu plus d'un mois. Et seul quatre épisodes normaux les séparent, tous plus ou moins importants pour comprendre ce qui va se dérouler dans ce dernier téléfilm pour ceux qui ne regarderaient que les épisodes longs. L'avant-dernier, Once a Handmaiden..., est en tous les cas indispensable car il permet de comprendre les événements au début de Raiponce : À la Croisée des Chemins même si un rapide résumé est fait par Eugène dans un joli parallèle au film de 2010 où il était également le narrateur de l'histoire.

Raiponce : À la Croisée des Chemins raconte ainsi l'affrontement de deux anciennes amies dont l'issue du combat décidera du destin de tout un royaume et de tous ses habitants. Pour développer ce récit, le téléfilm est dès lors assez dense, proposant un déroulement en trois actes. Le premier est celui où Raiponce et ses amis cherchent un moyen de battre Cassandra et Zhan Tiri. Pour cela, ils partent récupérer le plan d'une arme inventée par l'ancien ingénieur Demanitus et capable d'enfermer le démon Zhan Tiri. Cette partie se permet ainsi une séquence assez loufoque où une ancienne machine provoque une situation aussi inattendue que chaotique pour Raiponce et ses amis. Le second acte consiste en l'attaque du château de Corona par l'équipe de la jeune princesse. Cette dernière affronte Cassandra tandis ses autres amis essayent d'utiliser l'arme de Demanitus. Là encore, une péripétie assez absurde et étonnante se voit proposée. Rappelant beaucoup dans le style le téléfilm Souvenirs de Gravity Falls : La Bizarrapocalypse, elle semble, dans l'univers de Raiponce, par trop incongrue et dissonante. Enfin, le dernier acte offre le combat final contre Zhan Tiri ainsi que la conclusion à toute l'aventure.

Raiponce : À la Croisée des Chemins permet aussi de boucler toutes les histoires de la série. Par exemple, l'expression française "plus est en vous" (en version originale) qui avait servi dans le téléfilm pilote Raiponce : Moi, J'ai Un Rêve, se trouve ici placée au cœur du téléfilm conclusif et sert même de titre anglais au long-métrage en lui-même. Il est d'ailleurs amusant de remarquer, lors d'une séquence, que les scénaristes de la série ont situé le royaume fictif de Corona en France, ce qui explique sûrement l'utilisation de celle locution française dans la version originale. De même en tant que conclusion, le téléfilm met un point d'honneur à faire revenir de nombreux personnages de la série qui peuvent être vus tout du long ou encore lors du plan final célébrant la victoire contre Zhan Tiri. Elle n'est d'ailleurs pas du tout une surprise puisque comme l'opus se déroule entre le film originel et le court-métrage Le Mariage de Raiponce, le téléspectateur sait déjà que Raiponce et Eugène vont se marier et que la princesse va reperdre à nouveau sa chevelure. Ce qui est surtout intéressant, c'est de voir comment les scénaristes de la série sont arrivés à ce résultat. Et force est de constater que le déroulement est plutôt satisfaisant en offrant des explications cohérentes, des moments d'émotions et surtout de nombreuses symétries avec le film de 2010 sans parler d'un petit air rappelant le final du film d'animation Aladdin. La fameuse demande en mariage, teasée dès le film de 2010, et repoussée durant toute la série, a enfin lieu. Et elle est tout simplement parfaite et vraiment romantique.

Preuve de la qualité mise dans sa production, Raiponce : À la Croisée des Chemins fait revenir, en plus du casting original, le compositeur du film Alan Menken et le parolier Glenn Slater. Ils proposent ici deux créations originales et une reprise. La première Through It All voit Raiponce motiver ses amis avant le grand combat contre Cassandra et Zhan Tiri. Cette chanson rappelle beaucoup, dans la forme, le rythme et la chorégraphie J'ai un Rêve, présente dans le film de 2010. La seconde, I'd Give Anything, est une chanson en solo de Raiponce où la princesse se rappelle les bons moments passés avec son amie Cassandra. Enfin, à la fin de l'opus, la chanson Life After Happily Ever After, reprise du téléfilm pilote Raiponce : Moi, J'ai Un Rêve, permet de conclure la série en montrant comment la vie des personnages principaux a évolué à la suite de la victoire contre Zhan Tiri.

Raiponce : À la Croisée des Chemins clôture parfaitement bien la troisième saison et la série tout entière, refermant toutes les portes qui ont été ouvertes et permettant de s'insérer correctement entre le film Raiponce et le court-métrage Le Mariage de Raiponce. Si certaines séquences plus ou moins loufoques étonnent, l'ensemble n'en demeure pas moins plaisant et haletant. Et il est surtout et enfin bien difficile de dire adieu à une série et des personnages que les téléspectateurs avaient pris grand plaisir à retrouver.
Raiponce : À la Croisée des Chemins prouve encore une fois que Disney Television Animation sait produire des séries animées de grande qualité.

L'équipe du film

1949 • ....
Compositeur

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.