Baymax
Date de création :
Le 07 novembre 2014
Nom Original :
Baymax
Créateur(s) :
Zach Parrish
Trent Correy
Apparition :
Cinéma
Télévision
Parcs
BD
Livres
Jeux Vidéo
Voix Originale(s) :
Scott Adsit
Voix Française(s) :
Kyan Khojandi

Le portrait

Publié le 16 janvier 2020

Baymax est un gros robot gonflable blanc apparu dans le 54ème Grand Classique des studios Disney, Les Nouveaux Héros (2014). Il a été conçu et programmé par Tadashi Hamada, un brillant étudiant de l’Institut de Technologie de San Fransokyo : équipé d’une puce électronique contenant de nombreuses données médicales, il est capable de diagnostiquer de multiples maladies et de prescrire le traitement adapté pour les guérir.

Le personnage, comme les cinq autres héros du film d’animation, est issu d’une adaptation lointaine du comics de Marvel, Big Hero 6. Créé par Steven T. Seagle et Duncan Rouleau durant leur temps libre entre deux projets, Big Hero 6 devait ainsi à l'origine apparaître dans le comics Alpha Flight #17 en décembre 1998. Finalement, l'équipe fait sa grande première dans sa propre mini-série, Sunfire & Big Hero 6, sur trois numéros en septembre 1998. Ces trois comics seront écrits par Scott Lobdell et dessinés par Gus Vasquez. L'équipe, légèrement remaniée, reviendra en septembre 2008 dans la mini série de Comics, Big Hero 6, mais cette fois, sur cinq numéros. Sur papier, elle est formée par des politiciens et des hommes d'affaires japonais. Alors que le Samouraï d'Argent est désigné par le Japon pour être le meneur sur le terrain, d'autres super-héros locaux sont recrutés, comme l'espionne et scientifique Honey Lemon, et la criminelle Gogo Tomago, libérée de prison en échange de ses services. D'autres agents rejoignent ensuite vite le groupe avec d'abord le jeune génie Hiro et son être synthétique Baymax, capable de se transformer en dragon. Enfin, les deux derniers en date seront Wasabi No-Ginger, qui peut matérialiser des couteaux pour paralyser ses ennemis ou Fred qui se transforme en monstre façon Godzilla. C’est Don Hall, artiste des Walt Disney Animation Studios fan de comics, qui est à l’origine du projet d’adaptation de cette oeuvre Marvel en 2010.

Du robot infirmier au super-héros

Dans l’adaptation Disney, Baymax fait son apparition lorsque Tadashi tente de détourner son jeune frère Hiro, un prodige de la robotique, des lucratifs mais illégaux et dangereux combats de droïdes de rues. Il le conduit jusqu’à son laboratoire du campus où il étudie. Hiro y découvre pour la première fois Baymax, le projet d’études de son aîné. D’abord un peu sceptique lorsqu’il découvre le droïde en baudruche, le jeune surdoué semble changer de regard sur le travail de Tadashi quand il lui fait une démonstration des capacités de Baymax, en lui créant une inflammation cutanée qui fait réagir le robot infirmier. La visite de l’Institut de Technologie de San Fransokyo, durant laquelle il a aussi rencontré les camarades d’université de son grand frère et le doyen de la faculté, le célèbre roboticien Robert Callaghan dont il admire les travaux, le convainc ensuite de s’y inscrire. Pour cela, il conçoit des « microrobots », des droïdes miniatures agissant selon le moindre désir de celui qui les contrôle par la pensée grâce à un bandeau qui leur est relié. Cette géniale invention, présentée lors du showcase annuel organisé chaque année par l’Institut de Technologie, permet ainsi à Hiro de décrocher le droit de devenir étudiant dans la prestigieuse faculté. Malheureusement, le bonheur sera de courte durée pour les frères Hamada : quelques minutes seulement après la fin du showcase, Tadashi apprend que l’université est en flammes et que le Professeur Callaghan est piégé par l’incendie. N’écoutant que son courage, il se rue à l’intérieur de la bâtisse ravagée par le feu. Quelques secondes seulement après qu’il a pénétré au cœur de l’incendie, une explosion survient : Tadashi et Robert Callaghan sont morts.

Plusieurs semaines après le décès de Tadashi, Hiro, toujours abattu et enfermé dans une profonde détresse, refuse de quitter sa chambre. Baymax, qui a été ramené de l’Institut de Technologie suite à l’incendie, se trouve pour sa part éteint, près du lit de son défunt créateur. Hiro le réactive par accident en se cognant les orteils. Peu enclin à écouter les diagnostics médicaux du robot infirmier sur son état psychologique, il tente aussitôt de le désactiver. En forçant pour remettre Baymax dans sa boîte, il chute et découvre sous son lit qu’un droïde miniature s’agite dans la poche de sa veste. Il s’agit en fait de l’un de ses microrobots. Hiro est alors intrigué de voir le mini-droïde qu’il pensait être le seul rescapé de l’incendie de l’université s’activer de façon incontrôlable et incontrôlée. Il ne devrait selon lui agir ainsi que s’il était attiré par d’autres microrobots, ce qui semble impossible étant donné que tous les autres ont logiquement dû être détruits par les flammes. Bien décidé à redonner le moral à son patient en résolvant ce mystère, Baymax sort alors dans les rues de San Fransokyo, guidé par le petit droïde. Hiro lui emboîte le pas, pour éviter qu’il ne sème le trouble dans toute la ville. Ils arrivent finalement jusqu’à une usine a priori désaffectée. En y pénétrant, Hiro découvre effaré une chaîne de production industrielle de microrobots qui rapidement prennent, telle une armée, Hiro et Baymax pour cibles. Le duo parvient fort heureusement à quitter l’usine sans trop d’encombres par l’une des fenêtres du bâtiment industriel, et ce, malgré la lenteur et l’embonpoint de Baymax qui ne facilitent décidément pas les choses. Hiro a pu en revanche apercevoir l’homme qui contrôle ses microrobots et semble bien décider à éliminer définitivement le gêneur : Yokai, dont la véritable identité est préservée par le masque de kabuki qu’il porte sur son visage.

Hiro comprend rapidement que l’incendie dans lequel son frère et le professeur Callaghan ont perdu la vie n’avait rien d’accidentel : il a été causé par Yokai dans le but de masquer le vol des microrobots. Le jeune surdoué n’a dès lors plus qu’une seule obsession : arrêter le criminel au masque de kabuki et découvrir qui se cache derrière. C’est dans ce but qu’il reprogramme Baymax en lui apprenant des techniques de combat et qu’il lui conçoit une armure. Lorsque le robot gonflable a terminé d’intégrer ses mises à jour, Hiro se lance à la recherche de Yokai, en pleine nuit, en évitant soigneusement d’être repéré par sa tante, Cass Hamada. Guidé par son microrobot, il parvient jusque sur les docks de San Fransokyo.

Yokai, mû par des milliers de mini-droïdes, fait alors irruption dans le port, sortant un curieux morceau de métal et de fils entremêlés siglé d’un oiseau rouge, déjà présent sur un panneau de l’usine de production des microrobots. Le super-méchant finit par repérer Hiro et Baymax, en conversation avec Go Go Tomago, Honey Lemon, Fred et Wasabi, les camarades d’université de Tadashi, qui les ont rejoints. Il projette sur eux un conteneur que Baymax parvient à arrêter juste à temps. Hiro et ses amis montent alors précipitamment dans le van de Wasabi pour tenter d’échapper à Yokai qui les poursuit dans les rues de San Fransokyo, bien décidé à éliminer ces témoins gênants. Échouant à les neutraliser en les frappant avec les microrobots, il parvient néanmoins à provoquer l’accident du van qui termine sa course dans les eaux du port. Yokai ne s’éloigne que lorsqu’il pense ses occupants noyés… Quelques instants plus tard, ils émergent pourtant sains et saufs, accrochés à Baymax.

Pour ne pas redevenir la cible de Yokai et préparer leur parade, tous doivent se trouver un endroit sûr. Ils suivent alors Fred qui leur dit connaître le lieu idéal, jusqu’à un rutilant manoir : Hiro et les autres découvrent à la stupeur générale qu’il s’agit de la demeure de la fortunée famille de leur excentrique ami. Rapidement, Hiro décide de faire de lui-même et de ses amis des super-héros en mettant au point des stratagèmes à la pointe de la technologie pour les doter de capacités spéciales, en adéquation avec leur personnalité et leurs centres d’intérêt. Il met ainsi au point pour lui un costume de combat high-tech et perfectionne la programmation de Baymax pour lui permettre notamment de voler, à l’aide d’une puissance armure rouge ultra-perfectionnée. Avant d’affronter Yokai, les « Nouveaux Héros » doivent s’exercer pour prendre la mesure de leurs récents pouvoirs. Pendant ce temps-là, Hiro, monté sur le dos de Baymax, vole au-dessus de la ville de San Fransokyo dans le but de scanner tous ses habitants et d’identifier l’ADN de Yokai qu’il a pu prélever à son insu lors de leur première rencontre. C’est ainsi que la bande menée par Hiro repère leur redoutable ennemi sur une île, placée en quarantaine, de la baie de San Fransokyo.

Entrés dans le bâtiment principal de l’île, Hiro, Baymax et les autres ne tardent pas à faire une découverte impliquant Alistair Krei. La bande de super-héros en herbe trouve en effet des enregistrements vidéo qui montrent le patron de Krei Tech Industries en train de présenter à des dignitaires de l’armée et de l’État le projet « Moineau Silencieux », deux portails permettant la téléportation de la matière. La démonstration tourne au désastre lorsque l’un des portails implose et que la jeune pilote qui venait d’en emprunter un à bord d’un vaisseau se retrouve prisonnière à l’intérieur, sans possibilités de retour. Ces enregistrements vidéo semblent parfaitement accréditer l’hypothèse de Fred selon laquelle Yokai ne serait autre qu’Alistair Krei.

Sitôt le visionnage terminé, Yokai surgit derrière la bande de super-héros amateurs et les affronte. Hiro et ses amis sont dans un premier temps débordés par les offensives robotiques de Yokai mais le jeune surdoué et Baymax parviennent finalement à lui retirer le masque de kabuki. Hiro découvre alors, abasourdi, que le super-vilain qu’ils affrontent n’est pas Alistair Krei mais le professeur Robert Callaghan ! Fou de rage autant que de chagrin, le jeune garçon comprend que c’est Callaghan qui a volontairement déclenché l’incendie qui a causé la mort de son frère, dans le but de voler ses microrobots : il intime alors l’ordre à Baymax de tuer le professeur de robotique, après lui avoir retiré sa puce de soins qui l’empêchait de faire du mal à un être humain. Comprenant que leur ami n’est plus capable de raisonner et se laisse dévorer par la haine et la vengeance, Go Go, Fred et Wasabi tentent de retenir Baymax, ce qui donne la possibilité à Honey Lemon de remettre en place la puce conçue par Tadashi et stoppe le robot gonflable dans ses élans destructeurs. En luttant contre le robot inventé par Tadashi et modifié par Hiro, ils donnent en revanche à Callaghan l'opportunité de s’enfuir. Furieux de l’attitude de ses amis, Hiro s’envole à son tour sur le dos de Baymax, les laissant sur place.

Rentré chez lui, Hiro va faire un pas décisif dans son deuil. Alors qu’il est toujours bien décidé à utiliser Baymax pour tuer Callaghan, le robot infirmier refuse de se faire retirer une nouvelle fois sa puce de soins, arguant que ce n’est pas ce que Tadashi aurait voulu. Toujours rongé par la colère et la peine, Hiro hurle que Tadashi est mort… Baymax répond alors que Tadashi est ici avec eux et révèle sur son écran les enregistrements des test effectués par l’aîné des frères Hamada lors de sa conception : Hiro découvre ainsi que malgré les nombreux échecs cuisants (83 tests non-concluants très exactement !), son frère n’a jamais renoncé, animé par la conviction que son robot changerait positivement les choses et permettrait de venir en aide à ceux qui en auraient le plus besoin. Touché en plein cœur, il réalise que Tadashi n’aurait pas supporté de le voir tomber dans le cercle vicieux de la vengeance. Il se réconcilie alors avec ses amis et tous ensemble partent lutter contre Callaghan qui a prévu de s’en prendre à Krei : la jeune pilote disparue durant la tragique présentation du projet « Moineau Silencieux » était, en effet, la fille unique du roboticien renommé, Abigail Callaghan. Le professeur ne laissera ainsi pas passer l’occasion de se venger que constitue la présentation publique du nouveau site flambant neuf et à la pointe de la technologie de son entreprise.

Lorsque Hiro et ses amis arrivent sur les lieux de l’inauguration, Callaghan a déjà fait irruption et a enlevé Krei à l’aide des microrobots : le retenant prisonnier dans les airs, il reconstitue l’un des portails de téléportation, repêché dans les eaux de la baie de San Fransokyo, et l’enclenche pour qu’il aspire le building de Krei Tech Industries, ce que son ennemi a de plus cher. Une nouvelle bataille s’engage alors entre Yokai et les « Nouveaux Héros ». De nouveau, les super-héros en herbe sont mis en difficulté par le méchant masqué. C’est alors que Hiro, citant Tadashi, invite ses amis à considérer les choses sous un autre angle et à se servir de leur cerveau. Tous parviennent à prendre le dessus sur leur adversaire et mettent en œuvre le génial plan de Hiro : désolidariser les microrobots et les laisser aspirer par le portail de téléportation pour priver Callaghan de tout moyen de nuire. Lorsque les microrobots ne sont plus en nombre suffisant pour représenter une menace, Hiro, monté sur le dos de Baymax, retire au super-méchant son masque de kabuki, mettant fin au contrôle télépathique qu’il exerçait sur les droïdes miniatures. Les deux amis rattrapent ensuite Callaghan qui échappe ainsi à une chute mortelle.

Revenue à terre, la bande de super-héros en herbe, inquiète du déséquilibre magnétique du portail au bord de l’implosion, commence à fuir mais Baymax, lui, reste immobile. Son scanner a détecté des signaux de vie à l’intérieur du portail : il ne peut s’agir que d’Abigail Callaghan. Comme son frère durant l’incendie de la faculté, Hiro n’écoute que son courage et s’engouffre dans le dangereux et instable portail avec Baymax. Grâce à ses propulseurs, Baymax se fraie un chemin parmi les débris aspirés par le portail jusqu’à la navette dans laquelle Abigail est inanimée. À quelques dizaines de mètres de la sortie du portail de téléportation, Baymax est heurté par un gigantesque morceau arraché au building de Krei Tech Industries : son armure vole en éclats, le privant de ses propulseurs. Baymax peut encore permettre, grâce à son poing à réaction, à Hiro et la navette de quitter l’univers parallèle dans lequel ils se trouvent… Mais lui devra alors en rester définitivement prisonnier. Mais Hiro, pour qui Baymax est tout ce qui lui reste encore de Tadashi, refuse de l’abandonner ainsi. Le cœur brisé, il finit par accepter le sacrifice de son ami et quitte sain et sauf le portail, en compagnie d’Abigail.

Yokai arrêté, son deuil désormais accepté, Hiro se démène corps et âme pour recréer Baymax. Avant de se sacrifier à l’intérieur du portail de téléportation, Baymax a, en effet, glissé sa puce de soin dans le poing fermé qu’il a utilisé pour propulser Hiro et Abigail à l’extérieur. Après de nombreux essais, le surdoué de la robotique parvient à redonner vie à Baymax qui n’a rien oublié de ce qu’il a vécu aux côtés de Hiro et de ses amis grâce à la mémoire contenue dans sa puce électronique. Décidé à mettre son génie au service de la sécurité et de la lutte contre le crime dans les rues de San Fransokyo, Hiro fait revivre la bande des Nouveaux Héros que Baymax réintègre pour le plus grand bonheur de ses amis. Le générique de fin montre la bande plus soudée que jamais, dans leurs activités de super-héros, mais aussi en-dehors !

La conception du personnage

Dans la série de comics créée par Steven T. Seagle et Duncan Rouleau, Baymax est un synthézoïde, un être artificiel capable de changer de forme, conçu par Hiro Hamada. Le génie scientifique l’a créé suite à la mort de son père et lui a implanté dans sa mémoire artificielle une partie des souvenirs de son défunt paternel. Baymax est donc celui qui permet de maintenir un semblant de lien entre Hiro et son père : c’est aussi un rôle qu’il joue dans le Grand Classique, mais cette fois comme une ultime manifestation de Tadashi, le grand frère d’Hiro défunt, qui est son créateur dans le long-métrage d’animation. Il rejoint le groupe de super-héros des Big Hero 6 dès sa création et lutte aux côtés de son concepteur contre les super-méchants.


Comics Big Hero 6

Comme dans le Grand Classique, Baymax possède dans les comics Big Hero 6 une armure de combat et peut voler, mais ses pouvoirs y sont encore bien plus nombreux. En tant que synthézoïde, il peut, en effet, se transformer en dragon et s’avérer, sous cette forme, un terrible combattant ; il possède aussi une apparence humaine qu’il revêt lorsqu’il a subi trop de dégâts en combat. S’il dispose de capteurs sensoriels, leur utilisation est offensive, pour lui permettre de prendre plus facilement l’avantage sur ses adversaires, et en aucun cas médicale comme dans le film d’animation des studios Disney. Il est aussi équipé d’un système de réception-transmission-émission d’ondes radiophoniques.


Esquisses du personnage

Pour la conception du personnage principal du film, le réalisateur Don Hall souhaitait que Baymax ne ressemble à aucun autre robot préexistant. Après avoir étudié de nombreux films de robots, les concepteurs ont validé leur souhait de s’écarter des robots classiques bourrés d’électroniques et puissants du type Transformers ou Terminator. Don Hall est alors allé à la rencontre de Chris Atkeson, professeur au Robotics Institute de la Carnegie Mellon University (CMU) de Pittsburgh (Pennsylvanie) et spécialiste de la robotique « soft » ayant conçu des robots destinés à la médecine. Lors de sa visite, Don Hall a découvert que Chris Atkeson travaillait sur un bras robotique dont le mécanisme était recouvert d’une enveloppe gonflable ressemblant à un airbag. Le professeur a alors expliqué sa démarche : concevoir des robots soigneurs ou aidants pour les personnes malades ou âgées, légers et au design adapté afin de les rendre sans danger pour le public ciblé en cas de dysfonctionnements.

Chris Atkeson

L’idée de Baymax est ainsi née : le robot-infirmier est composé d’une enveloppe corporelle pneumatique lui donnant un aspect doux et rassurant. Son design est très épuré, avec une simple encoche pour insérer sa puce et deux ronds immobiles reliés par un trait en guise d’yeux. Contrairement aux personnages humains dont l’animation nécessite d’être très fluide pour paraître réaliste, les scénaristes des studios Disney ont animé Baymax par des mouvements saccadés et des gestes brusques lui donnant un aspect immobile et une démarche lourde peu naturelle. Ils ont ensuite puisé dans leur imagination pour permettre à ce robot un peu enveloppé et maladroit de se transformer en un guerrier puissant et costaud, après lui avoir fait revêtir une armure protectrice empêchant son corps de s’exposer à la crevaison !

L’animation de Baymax dans le Grand Classique a été supervisée par Zach Parrish. Responsable général du travail d’animation sur le 54ème Grand Classique des studios au château enchanté, il a aussi travaillé sur le film Alice au Pays des Merveilles de Tim Burton (2010), sur Raiponce (2010), sur les courts-métrages Lutins d'Élite : Opération Secret du Père Noël (2010) et Lutins d'Élite : Méchants Contre Gentils (2011) ainsi que sur Les Mondes de Ralph (2012) et sur La Reine des Neiges (2013). Après avoir œuvré sur Les Nouveaux Héros, l’artiste a contribué à l’animation de Zootopie (2016), Vaiana, la Légende du Bout du Monde (2016), Ralph 2.0 (2018) et La Reine des Neiges II (2019).

Zach Parrish
Trent Correy

Zach Parrish a été assisté par plusieurs animateurs, parmi lesquels Trent Correy qui a travaillé en tant qu’animateur sur La Reine des Neiges (2013), Zootopie (2016), Vaiana, la Légende du Bout du Monde (2016) et Ralph 2.0 (2018). Pour La Reine des Neiges II (2019), il a supervisé l’animation d’Olaf, de Bruni, la mignonne salamandre incarnant l’esprit du feu, et de Courant d’Air, l’esprit du vent.

La réussite du personnage passait aussi par sa voix, qui devait être crédible pour être identifiée à celle d’un robot. Dans la version originale du Grand Classique, Baymax est ainsi interprété par Scott Adsit, un comédien américain qui excelle dans le domaine de l’improvisation théâtrale. Dans l’Hexagone, c’est l’acteur et humoriste Kyan Khojandi, révélé au grand public par son rôle titre dans le programme court Bref (2011-2012) diffusé sur Canal+ et dont il est aussi l’un des deux créateurs, qui vocalise le robot infirmier inventé par Tadashi Hamada.

Scott Adsit
Kyan Khojandi
Autres apparitions

Sans atteindre les scores impressionnants au box-office rencontrés par La Reine des Neiges l’année précédente, Les Nouveaux Héros est bien accueilli par la critique et n’a pas à rougir de ses résultats, rapportant 657 millions de dollars, dont 222 rien qu'aux États-Unis, et ce, pour un budget de 165 millions de dollars. Aussi, les Walt Disney Animation Studios sont tentés d’envisager une suite aux aventures de Hiro, Baymax et leurs quatre acolytes. Ils privilégient finalement un deuxième épisode à Les Mondes de Ralph, sorti deux ans auparavant. Les réalisateurs des (Les) Nouveaux Héros, démobilisés de fait, doivent envisager d'autres projets originaux.


Baymax et les Nouveaux Héros (2018)

Baymax figure ainsi fort logiquement au casting de la série animée Baymax et les Nouveaux Héros (depuis 2017), destinée au marché de la télévision. Les responsables du projet, Bob Schooley et Mark McCorkle, créateurs de la série Disney Channel Kim Possible, privilégient une animation 2D à la façon de Raiponce - La Série. Attention tout de même, il n'est pas question ici de dessins sur papier mais bien d'une animation 3D aux dessins aplatis, utilisant une technique qui a déjà fait ses preuves sur les séries La Garde du Roi Lion ou Mickey Mouse.
Dans le téléfilm-pilote, Baymax et les Nouveaux Héros : Le Retour (2017), Hiro Hamada intègre l’Institut de Technologie de San Fransokyo et décide de continuer de lutter contre la criminalité aux côtés de ses amis au sein des Nouveaux Héros. Il s’évertue, avec succès, à recréer Baymax, détruit à la fin du Grand Classique Disney. Pour cela, il utilise sa puce de personnalité retrouvée dans son armure. Grâce à elle, le robot remis sur pied se rappelle de son ami. Baymax réintègre ainsi l’équipe des Nouveaux Héros qui protège San Fransokyo de nouveaux ennemis tout au long de la série.


Ralph 2.0 (2018)

En 2018, Baymax a fait une rapide apparition dans le Grand Classique Ralph 2.0, comme plusieurs autres personnages Disney. Lorsque Ralph la Casse et Vanellope von Schweetz explorent l’univers de l’Internet, le robot infirmier est, en effet, vu saluant des fans aux côtés de Buzz l'Éclair devant l'entrée du site Internet Oh My Disney.


La Reine des Neiges : Une Fête Givrée (2015)

Sans réapparaître en personne, Baymax fait l’objet de clins d’œil dans plusieurs autres productions animées Disney. Dans le court-métrage La Reine des Neiges : Une Fête Givrée (2015), l’un des nombreux Microlafs, les petits bonhommes de neige survoltés créés par les éternuements d’Elsa, reprend l’apparence physique du robot de soins inventé par Tadashi Hamada. Contrairement aux autres qui possèdent de petits yeux ronds séparés et arborent un grand sourire, le « Microlaf-Baymax » est doté d’une ligne horizontale qui relie ses deux yeux et est totalement démuni de bouche.

Zootopie (2016)
Vaiana, la Légende du Bout du Monde (2016)

Autre clin d'oeil dans Zootopie (2016), la tête de l’antenne du van de Finnick est à l’effigie du robot infirmier. La même année, dans Vaiana, la Légende du Bout du Monde, l'un des pirates Kakamora qui attaquent Vaiana et Maui porte un masque qui rappelle le visage de Baymax. Enfin, dans le prologue de La Reine des Neiges II (2019), l'une des figurines de neige créées par Elsa jouant enfant avec Anna reprend l’apparence du robot des (Les) Nouveaux Héros.

Au-delà de l'animation

Au-delà de ses apparitions audiovisuelles, Baymax figure au casting de plusieurs jeux vidéo dérivés de l’univers du 54ème Grand Classique Disney. Il est l’un des personnages jouables de Big Hero 6 : Combat dans la Baie (GameMill Entertainment, 2015), un jeu de plateformes conçu pour les consoles Nintendo DS et 3DS dans lequel les joueurs doivent faire face à une invasion de robots de combat menée par Yama, bien décidé à prendre sa revanche. Baymax est aussi présent au casting du jeu pour téléphone portable Big Hero 6: Bot Fight (développé par Gumi Asia et édité par Disney Interactive en 2014). Le principe de l'opus rappelle celui de Candy Crush Saga : le joueur doit associer des symboles identiques pour remporter la victoire au cours de combats de bot-fight. Les possesseurs de l’application Big Hero 6: Baymax Blast, disponible sur Android et iOS, incarnent le robot infirmier qu’ils doivent faire voler à toute vitesse dans les rues de San Fransokyo afin de récupérer les microrobots dérobés à Hiro Hamada par Yokai. Les joueurs peuvent au cours de la partie décider d’embarquer avec eux, au choix, le jeune génie de la robotique ou Go Go Tomago.

Disney INFINITY 2.0
Big Hero 6: Bot Fight

Baymax est aussi l’un des personnages jouables de Disney INFINITY: 2.0 Edition (2014), le second opus de la franchise principalement développé par Avalanche Software et édité par Disney Interactive Studios. Il est un des nombreux personnages jouables du troisième et dernier épisode, Disney INFINITY 3.0 (2015). Il a aussi intégré le casting de Kingdom Hearts III (2019), développé par Square Enix et édité par Disney Interactive. Il aide Sora, Donald et Dingo à protéger la ville de San Fransokyo de l'invasion des Sans-Coeurs. Une version Baymax obscur apparaît en outre en tant que méchant au cours du jeu.


Kingdom Hearts III

Plus récemment, Baymax figure dans des opus développés pour smartphones, comme Disney Magic Kingdom (Gameloft, 2016), Disney Emoji Blitz (Disney Mobile, 2016) et Disney Heroes: Battle Mode (PerBlue, 2018).

Baymax est aussi apparu dans plusieurs livres et bandes dessinées déclinant les aventures des Nouveaux Héros. Il a aussi inspiré de nombreux jouets et produits dérivés tels que des peluches et des figurines. Il possède sa propre figurine POP! en version robot infirmier (numéro 111) et en version armure (numéro 112), une gamme de figurines en plastique créée par la société américaine de jouets Funko qui déclinent les personnages de nombreuses franchises de films et séries, dont ceux de Disney. Il est également disponible en peluche Disney Tsum Tsum.

Dans les Parcs à thèmes

Dans les Parcs à thèmes Disney, Baymax a fait ses premières apparitions en novembre 2014, accompagné de Hiro Hamada, à Disneyland Resort, Walt Disney World Resort et Tokyo Disney Resort pour promouvoir la sortie dans les salles obscures du 54ème Grand Classique des studios Disney.
À Disneyland Resort, Baymax apparaît rapidement au cours du spectacle World of Color joué dans le Parc Disney California Adventure.
À Walt Disney World Resort, depuis 2016, il vient à la rencontre des visiteurs dans le Parc Epcot, dans un point photo intitulé Meet Baymax at Hiro’s Workshop.

Meet Baymax at Hiro's Workshop
(Epcot)
Parade Dreaming Up!
(Tokyo Disneyland)

À Tokyo Disney Resort, Baymax figure aux côtés de Hiro sur l’un des chars de la parade diurne Dreaming Up! qui défile depuis 2018 dans le Parc Tokyo Disneyland. Dans le même Parc, le personnage inspire une attraction installée dans Tomorrowland. Intitulée The Happy Ride with Baymax, elle ouvre ses portes en avril 2020 et propose aux visiteurs d’embarquer dans des véhicules pour une aventure musicale aux cours de laquelle leur niveau de joie est analysé par le robot infirmier.

À Disneyland Paris, Baymax est apparu au cours du spectacle nocturne Disney Dreams! Fête Noël dans sa version de 2014. Il est aussi visible sur scène lors du spectacle Big Hero 6 : La Revanche de Yokai joué sur la scène de Videopolis le 31 octobre et le 31 décembre 2018.

The Happy Ride with Baymax (concept art)
(Tokyo Disneyland)
Big Hero 6 : La Revanche de Yokai
(Disneyland Paris)

Le personnage vient aussi ponctuellement à la rencontre des visiteurs à Hong Kong Disneyland Resort et Shanghai Disney Resort.
À Hong Kong Disneyland Resort, le public pouvait ainsi rencontrer Baymax dans un point photo situé sur Main Street, U.S.A. Fermé depuis 2018, il doit être déplacé dans Tomorrowland dans le cadre du plan de développement du Parc prévu jusqu’en 2025. Le robot apparaissait aussi dans le spectacle nocturne Disney in the Stars entre le 17 novembre 2015 et le 1er janvier 2018.
À Shanghai Disney Resort, il était le héros du spectacle Baymax Super Exercice Expo joué sur la scène Pepsi E-Stage de Tomorrowland entre 2016 et 2018. Accompagné de Hiro Hamada, Baymax proposait au public de pratiquer quelques exercices sportifs en reprenant les gestes de combat des Nouveaux Héros. Le show a été remplacé par un simple point photo. Baymax fait aussi une apparition au cours du spectacle nocturne Ignite the Dream: A Nighttime Spectacular of Magic and Light joué depuis juin 2016 dans le Parc Shanghai Disneyland.

Baymax Super Exercice Expo
(Shanghai Disneyland)
Point photo à Main Street U.S.A.
(Hong Kong Disneyland)

Baymax est clairement l’atout addictif du Grand Classique Les Nouveaux Héros. Par le lien affectif qu’il entretient avec Hiro, marquant la continuité de la relation avec son grand frère Tadashi disparu prématurément, il amène la part d’émotion nécessaire à tout film Disney, tandis que sa rondeur, ses gestes maladroits et son discours très premier degré lui donnent la dose d’humour et de sympathie attendue. En cela, il rappelle sous certains aspects WALL•E, un autre robot attendrissant créé six ans plus tôt par les studios Pixar.

Bienveillant, Baymax a su conquérir le public, contribuant à faire des (Les) Nouveaux Héros un succès au box-office avec plus de 650 millions de dollars de recettes et un film oscarisé, remportant la statuette du meilleur film d’animation en 2015.
Preuve de l'énorme pouvoir de séduction de Baymax, le titre du film porte son nom dans plusieurs pays, dont l'Allemagne et le Japon où Baymax a fait sa première apparition publique à l'écran le 23 octobre 2014 pour la première mondiale des (Les) Nouveaux Héros lors du Festival International du Film de Tokyo.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.