Émissions » Émissions d'Anthologies Disney » Saison 01 (1954 • 1955)
Émissions d'Anthologies Disney » Saison 01 (1954 • 1955)

The Disneyland Story

The Disneyland Story
L'écran titre
Production :
Walt Disney Productions
Date de sortie USA :
Le 27 octobre 1954
Genre :
Documentaire
Réalisation :
Robert Florey
Wilfred Jackson
Musique :
George Bruns
Durée :
50 minutes

Le synopsis

Dans le pilote de l'émission d'anthologie, Walt Disney en personne présente les studios Disney et les différents plans et maquettes du futur parc Disneyland. Il propose également un aperçu des prochains épisodes du show tout en finissant par un hommage au premier de ses succès : Mickey Mouse !

La critique

rédigée par
★★★★
Publiée le 04 février 2018

The Disneyland Story est le premier épisode d'une émission devenue mythique ayant transformé Walt Disney d'un obscur producteur d'Hollywood en l'Oncle Walt, connu de tous les téléspectateurs dans chacun des foyers américains.

Walt Disney s’essaie au média télévision dès 1950 en prenant les rênes d’une émission spéciale : One Hour in Wonderland. Le show possède déjà tous les ingrédients qui feront, pendant des années, la renommée de ses programmes hebdomadaires. Une deuxième tentative l'année suivante avec The Walt Disney Christmas Show finit par le convaincre de l’intérêt pour sa compagnie toute entière d’une présence récurrente sur le petit écran. Pour autant, il ne veut pas qu'une émission hebdomadaire sacrifie à la qualité de ses productions, même si elle n'est proposée qu'à la télévision. Il est, en effet, persuadé que peu importe le média de diffusion, la qualité doit primer avant tout et il souhaite qu'un produit de télévision puisse aller naturellement au cinéma et vice-versa.

Mais ce qui va décider Walt Disney à passer de façon massive à la télévision est un autre projet qui lui trotte dans la tête depuis plusieurs années. Il caresse, il est vrai, le rêve doux-dingue de transcrire dans la réalité l'atmosphère de la magie Disney : l'idée d'un parc d'attraction était née. La passion de Walt pour les trains miniatures est, en partie, à l'origine de Disneyland. Mais l'autre déclic a lieu dans le parc municipal de Griffith Park à Los Angeles, notamment sur le banc en face du Merry Go Round, le carrousel où les filles de Walt avaient l'habitude d'aller. Tandis qu'il surveillait ses filles alors enfants, Walt attendait, en effet, en s'asseyant sur un des bancs autour du manège pour les regarder... C'est donc, sur l'un de ces bancs, que le papa de Mickey a l'idée de Disneyland ! Il rêve d'un endroit où parents et enfants pourraient prendre part aux mêmes jeux et divertissements. Il veut ainsi créer un parc d'amusement pour petits et grands où tout le monde peut, au gré de son parcours, se plonger dans le futur, vivre dans la jungle, retourner à l'époque du Far West ou côtoyer les personnages dans leur univers. Mais le budget de sept millions de dollars afin d'acheter un terrain et faire construire le parc était bien trop important à supporter pour lui ou son studio. Il doit donc trouver des financements différents et des partenaires. C'est là que la télévision lui revient en tête. Il pourrait faire coup double : non seulement trouver le budget qui lui manque tout en faisant la promotion du futur parc au public.

Pour créer le concept de la première émission Disney, il missionne Bill Walsh qui avait déjà travaillé sur les deux émissions spéciales de Noël.
Né en 1914 à New York, Bill Walsh se lance dans l'écriture pour le théâtre, lors de ses études sportives à l'Université de Cincinnati. En 1934, il déménage en Californie et officie dans le bureau de publicité de Margaret Ettinger. Invité ensuite par Edgar Bergen, l'un de ses clients, à écrire des gags pour ses sketches de ventriloque, il se prend au jeu et élargit son champ de rédaction en se mettant également au service de Charlie McCarthy et Mortimer Snerd. En 1943, il est engagé pour écrire des gags pour les comic strips des Mickey Mouse. Son style privilégie la fantaisie, la spontanéité et le conflit d'émotions. Par la suite, il scénarise les planches hebdomadaires de Mickey, Panchito et Bibi (Frère Lapin). En 1950, Walt Disney l'engage pour écrire et produire sa toute première émission de télévision One Hour in Wonderland. Il poursuit ensuite sur la production d'épisodes de séries télévisées comme The Disneyland Story, The Fourth Anniversary Show, Davy Crockett ou encore les serials du Mickey Mouse Club comme The Adventures of Spin & Marty, The Hardy Boys : The Mystery of the Applegate Treasure ou Annette, avant de passer aux longs-métrages. À partir de 1955, Bill Walsh participe à de très nombreux films pour les studios Disney, en tant que scénariste, co-producteur ou producteur : La Revanche de Pablito (1955), Sur la Piste de l'Oregon (1956), Quelle Vie de Chien ! (1959), Le Clown et l'Enfant (1960), Monte là-d'ssus (1961), Bon Voyage ! (1962), Après Lui, le Déluge (1963), The Misadventures of Merlin Jones (1964), Mary Poppins (1964), L'Espion aux Pattes de Velours (1965), Lieutenant Robinson Crusoé (1966), Le Fantôme de Barbe Noire (1968), Un Amour de Coccinelle (1969), Le Don Quichotte de l'Ouest (1971), L'Apprentie Sorcière (1971), Nanou, Fils de la Jungle (1973), Le Nouvel Amour de Coccinelle (1974) et Objectif Lotus (1975). Il décéde en 1975 à Los Angeles.

Bill Walsh propose à Walt Disney durant l'été 1953, une panoplie d'idées et de scripts de séries et d'émission. La première d'entre elle se dénomme The Walt Disney Show et propose principalement une réutilisation massive de matériels existants sans grande nouveauté. D'autres idées de séries sont : Mickey Mouse Club TV Show qui serait au format journalier à destination des enfants avec la souris comme emblème ; The True Life TV Show, une émission sur les animaux et les endroits insolites du globes basés sur ces séries True-Life Adventures et People and Places ; The World of Tomorrow, une série mélangeant animation et prises de vues réelles à portée éducative. Ce qui est étonnant dans tous ces concepts, c'est qu'ils seront repris d'une façon ou d'une autres par Disney que ce soit dans l'émission d'anthologie ou alors dans la création de l'émission à succès, le Mickey Mouse Club en 1955.

Si l'envie d'une émission avec les studios Disney étaient vraiment fortes chez les grandes chaînes de télévision, elles étaient bien plus réticentes à investir dans cette idée de parc qu'elles trouvaient spéculatifs n'en voyant pas le potentiel. Pour Walt et Roy O.Disney, l'un n'allait pas sans l'autre ; il n'y aurait pas d'émission sans une participation dans le parc surtout que la télévision avait clairement pour but de mettre en avant le futur lieu d'amusement. CBS se révèle ainsi la moins intéressée ne voulant pas investir dans ce projet qu'elle juge alors par trop risqué. Un autre problème avec CBS vient de leur volonté de diffuser l'émission en couleur : or, Walt Disney ne croyait à la technologie de la chaîne. Il se tourne alors vers l'autre grande chaîne NBC. Elle aussi proposait un système de diffusion en couleur, encore balbutiant, grâce à sa maison mère d'alors, RCA, sigle de Radio Corporation of America, une société technologique connue pour avoir lancé le premier disque 45 tours en 1949 et qui inventera le procédé de télévision en couleurs qui sera adopté comme standard par le National Television System Committee, lequel lui donnera en 1953 son nom, plus connu sous l'acronyme de NTSC. L'intérêt des frères Disney avec NBC et RCA est tel qu'ils ont même envisagé à l'époque de fusionner avec RCA, ceci afin de trouver le financement nécessaire pour le parc. Mais après des mois de négociations, RCA chipote et hésite toujours. Impatients, Walt et Roy se tournent alors vers le petit poucet, la jeune troisième chaîne qu'est ABC. Elle n'hésite pas une seconde et signe tout de suite !

ABC accepte donc de participer au financement du parc. La seule clause qu'elle impose, qui semblait aller de soi mais qui posera de nombreux problèmes par la suite, est l'exclusivité des productions pour la télévision y compris en cas de refus de diffusion. Un autre souci provient du fait qu'ABC n'a pas encore les moyens de diffuser en couleur. Dans l'immédiat, cela ne gène pas les studios Disney qui ont vraiment besoin d'argent. Cela ne les empêche d'ailleurs pas d'investir dans la technologie et de filmer leur épisode en couleur afin de pouvoir les diffuser au cinéma, notamment à l'international. Le deal entre les studios Disney et ABC, ainsi que le communiqué de presse à propos de Disneyland, a lieu le 2 avril 1954. Le format de l'émission est adoptée. L'anthologie est parfaite car, non seulement c'est un format qui a eu des bonnes audiences à la télévision au début des années 50, mais en plus, elle est idéale pour mettre en avant les différents futurs Lands du Parc. Ce sera ainsi un moyen de divertir le public tout en servant de promotion pour Disney que ce soit le parc ou les futurs films. L'anthologie permet également de faire des épisodes thématiques comme Noël ou Thanksgiving. Chaque semaine prendra donc un thème différent : une fois en passant d'anciens cartoons, une autre une production inédite sur les héros du folklore américain, une troisième montrant les coulisses d'un futur long-métrage sans parler bien-sûr des nouvelles fraîches sur le parc. Robert E.Kinner, le président d'ABC, est emballé par le concept et répond à Walt Disney lors de la présentation du projet : "J'espère que vous avez un bon service de courrier car vous allez recevoir de nombreuses lettres de fan !".

Il restait un dernier problème à régler : qui présenterait l'émission ? Le studio réfléchit à faire appel à plusieurs acteurs célèbres ou alors à utiliser une voix off qui servirait de narrateur entre les différentes séquences. Walt annonce finalement que ce sera lui-même qui se chargera de la tâche. Il ne se considérait pourtant pas comme un showman et savait qu'il n'avait ni une belle voix ni une belle diction. Pourtant, il se savait merveilleux conteur d'histoire notamment quand il parle de ce qu'il aime (son studio, ses films et son parc) et des gens qui travaillent pour lui : il n'aurait aucun mal à intéresser son auditoire. Et ce sera clairement le cas ! Sa présentation est en effet saluée par le public comme les professionnels à tel point qu'il va devenir une figure iconique de la télévision américaine : le fameux Oncle Walt qui avait les clés d'un royaume aussi magique que merveilleux. Même s'il a pensé à un moment qu'il passerait le relais à un autre présentateur, il s'astreindra à ce rôle jusqu'à sa mort en 1966. Il laisse juste quelques épisodes à un personnage animé ou à un artiste tout en étant toujours plus ou moins présent au début de l'épisode pour l'introduire mais également à la fin pour lancer le programme de la semaine suivante. Il  est excellent dans l'enthousiasme qu'il passe à l'écran alors qu'il n'aimait pas, étonnamment, se trouver devant la caméra. Pour l'aider dans sa tâche, son bureau personnel est d'ailleurs reproduit dans le studio de tournage pour rendre le tout le plus naturel possible. Le temps de Walt Disney était aussi compté. Il ne pouvait se permettre de faire les introductions chaque semaine. En réalité, il en tournait une douzaine sur une période de trois jours ce qui fournissait une demi saison. Walt Disney présentera pour cette raison encore l'émission d'anthologie près de six mois après sa mort...

Kirk Douglas
Peter Lorre

La première a donc lieu le 27 octobre 1954 dans l'épisode The Disneyland Story qui va présenter le concept de l'émission mais également les premiers éléments du parc à travers des croquis et des maquettes. Le pilote commence par un survol en hélicoptère des studios de Burbank, près d'Hollywood à Los Angeles. Le téléspectateur découvre une foule de personnes déambulant dans les allées des buildings d'animations. Il s'arrête alors sur le plateau de tournage du futur film 20 000 Lieues Sous les Mers où Kirk Douglas s'amuse avec ses enfants (dont un certain Michael Douglas) tandis que Peter Lorre se fait remaquiller. James Mason est, lui, carrément en train de tourner la scène de la pieuvre géante. Ensuite, la caméra se déplace sur un nouveau plateau : celui des références en prises de vues réelles pour le film d'animation La Belle au Bois Dormant. Ce passage est étonnant car il montre, près de cinq ans avant sa sortie, alors que La Belle et le Clochard sera sur les écrans l'année suivante, une représentation d'Aurore conforme à sa version finale. Le téléspectateur découvre ensuite le studio de bruitage avant de se rendre dans la pièce où se trouve le plan de Disneyland et où attend Walt Disney.

Le Maître présente alors le concept du parc en précisant bien que Disneyland, le parc comme l'émission télé, sont intimement liés. Il montre un plan d'ensemble, une carte de son emplacement dans le sud de la Californie ainsi que quelques images d'hélicoptère du terrain encore vierge à Anaheim. Le site est ainsi en travaux mais le producteur promet que d'ici dix mois tout sera terminé. Il propose ensuite de se balader dans une maquette de l'entrée du parc reproduisant ce que sera Main Street U.S.A. expliquant que les visiteurs arriveront au Plaza, le cœur de Disneyland, permettant alors de choisir de se diriger vers un des quatre mondes du parc ; quatre univers dont l'émission va aussi s'inspirer : Adventureland, Tomorrowland, Fantasyland et Frontierland.

Norman Foster
Fess Parker

La première étape de la présentation est Frontierland. Walt Disney annonce que l'émission va proposer des histoires sur des personnages historiques du grand ouest américain qui sont devenus des légendes. Le premier d'entre eux est Davy Crockett. Le patron des studios passe alors la parole au réalisateur de la mini-série, Norman Foster. Il propose une petite présentation avec l'acteur, Fess Parker, qui tient le rôle du trappeur dans la série. Ce dernier se met ensuite à entonner la chanson titre La Ballade de Davy Crockett. Walt Disney ne le sait pas encore mais il tient avec ces épisodes sur le héros du Tennessee un phénomène de société qui sera dans les années 50 comparable à la folie contemporaine de Star Wars. Ensuite, Walt Disney introduit Adventureland qu'il présente comme le lieu pour parler des animaux et des mœurs des contrées lointaines avant de passer le relais au producteur Ben Sharpsteen. Ce dernier dévoile quelques extraits des True-Life Adventures et People and Places en cours de tournage et de montage. Pour Tomorrowland, Walt Disney explique qu'ils veulent explorer et comprendre les technologies d'aujourd'hui et savoir quelles pourraient être leurs utilités demain. Il demande ainsi à l'un des Neufs Vieux Messieurs, Ward Kimball, réalisateur des épisodes sur le monde du futur, de présenter ce qui attend les téléspectateurs dans les semaines à venir en y montrant quelques extraits. Enfin, pour Fantasyland, Walt Disney se met devant la maquette du futur château et propose un extrait du long-métrage Mélodie du Sud : la scène du P'tit Coin de Bonheur.

Ben Sharpsteen
Ward Kimball

La seconde partie de l'émission rend hommage à Mickey Mouse. C'est d'ailleurs dans The Disneyland Story que Walt Disney prononce cette phrase très célèbre : "I only hope that we never lose sight of one thing - that it was all started by a mouse" (j'espère seulement que nous ne perdrons jamais de vue une chose - que tout a commencé par une souris). Pour lui, l'histoire de Mickey est la réelle origine de Disneyland. Il montre ainsi les différentes évolutions de l'apparence de la souris de l'actuelle à la toute première où il ne portait pas encore de chaussures. Il diffuse alors un extrait de L'Avion Fou le cartoon de 1928. Mickey a ensuite une carrière fulgurante, remportant même un oscar à son nom (la première souris de l'histoire à avoir un tel honneur !). Pourtant, il n'oublie jamais que ses amis sont toujours à ses côtés comme dans Chien d'Arrêt avec Pluto en 1939 ou dans Les Revenants Solitaires avec Donald Duck et Dingo en 1937. Le sommet de sa carrière restera sûrement L'Apprenti Sorcier dans Fantasia où il obtient le rôle de sa vie comme le montre la séquence que diffuse Walt Disney en clôture de l'épisode.

The Disneyland Story est un pan essentiel de l'histoire des studios Disney : premier épisode de l'émission d'anthologie, première fois que Walt Disney présente son parc au public. Il est l'étalon or des futures émissions du créateur de Mickey : ce mélange harmonieux entre divertissement, promotion et éducation. Le téléspectateur apprend ainsi énormément de choses, en prend plein les yeux tout en passant un merveilleux moment ! Tout l'art de Disney en 50 minutes.

L'équipe du film

1907 • 1979
Animateur
1908 • 2004
Artiste d'Effets Visuels
1914 • 1983
Compositeur
1909 • 1987
Intervenant
1911 • 1976
Intervenant
1913 • 2000
Intervenant
1914 • 2002
Intervenant
1901 • 1966
Producteur

L'édition vidéo

The Disneyland Story est inclus dans la collection Walt Disney Treasures, sous la dénomination particulière Disneyland U.S.A., compilant différents épisodes télé consacré au premier parc à thème Disney.

Nos Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.