À la Une

Le Fil Info

— 17 septembre 2019 • 13H41 —
Alexandre Chierchia
Nouveaux Invités pour le Comic Con Paris 2019— 17 septembre 2019 • 13H41 — Alexandre Chierchia —

Du 25 au 27 octobre 2019 aura lieu la cinquième édition du Comic Con Paris et les annonces d'invités continuent de pleuvoir avec des artistes et acteurs de hautes volées.

Niveau comics l'artist alley était déjà bien garni mais les organisateurs ont gardé de quoi surprendre les fans :

  • Chris Claremont, auteur phare des X-Men des années 80-90's. Des récits iconiques comme Day of Futur Past ou la Saga du Phoenix Noir sont le fruit de son travail.
  • Esad Ribic est un dessinateur principalement connu pour ses couvertures (House Of M) mais aussi pour son travail sur les intérieurs de Thor avec Jason Aaron.
  • Olivier Coipel, le petit frenchie le plus connu du monde des comics ! Il a dessiné notamment House of M, Civil War II ou encore l'excellent Spider-Verse.

Mais les annonces d'acteurs ne sont pas en reste :

  • Callan Mulvey est un acteur australien découvert dans Hartley, coeur à vif. Plus récemment il a joué le rôle d'un agent double du S.H.I.E.L.D. au sein du Marvel Cinematic Universe.
  • Karen Gillan. Docteur Who, Les Gardiens de la Galaxie, Jumani ou encore Avengers : Endgame difficile de passer à côté du phénomène qu'est l'actrice depuis le début de sa carrière. 

A noter que pas mal de maisons d'édtions (Bliss, Glénat) n'ont pas encore annoncé leurs invités, la liste risque d'encore s'allonger !

— 16 septembre 2019 • 17H46 —
Matthieu Baudry
Les droits sur Spider-Man de nouveau en jeu— 16 septembre 2019 • 17H46 — Matthieu Baudry —

Ce n’est un secret pour personne : d’un côté, Marvel Studios veut récupérer les droits – tous les droits – du Tisseur et d’un autre, Sony Pictures Entertainment Inc. entend bien les conserver le plus longtemps possible. Et jusque-là, rien ne semblait devoir venir changer cette situation, Sony Pictures ayant la loi pour elle, puisqu’elle dispose d’un contrat incontestable et quasiment illimité dans le temps…
C’est ainsi que The Walt Disney Company, après avoir tenté un coup de bluff pour augmenter sa part de royalties dans les recettes des films de Spidey a dû battre en retraite – ou du moins faire mine de le faire – et s’incliner devant la volonté de Sony Pictures d’agir seule de son côté, envisageant un vaste plan de développement de l’univers de Spider-Man au cinéma et à la télévision… Une sorte de MCU transmédias mais à l’échelle du Tisseur… Pas de panique pour autant à avoir du côté de la compagnie de Mickey, Sony Pictures n'ayant pas vraiment la capacité, ni la taille critique pour gêner ses plans de développement, sur le grand comme sur le petit écran...

Tout semblait donc devoir se figer jusqu’au jour où… Apple Inc. – soucieuse de nourrir sa plateforme de SVoD et forte d’un trésor de guerre qui n’attend qu’à être utilisé – s’ est amusée à faire courir la rumeur selon laquelle elle serait intéressée pour croquer Sony Pictures… L’objectif étant d’affoler autant les marchés que la proie ! Or, effet collatéral, le contrat de Sony Pictures sur les droits de Spider-Man ne contiendrait pas de clauses d'exigences d'actionnaires constants. Un changement dans la structure capitalistique de la major serait ainsi sans aucun impact réel sur ses effets, Spider-Man changeant simplement de propriétaire final.

Dans ce jeu de billard à trois bandes, The Walt Disney Company se trouverait ainsi dans une situation potentiellement délicate : si Apple rachetait, en effet, Sony Pictures, tous les droits cinématographiques de Spider-Man lui reviendraient. Et c'est là que le bât blesse car contrairement à sa proie, la firme à la Pomme dispose, elle, de moyens financiers quasi illimités pour développer autour, à foison, films et séries. Reste donc pour Mickey la solution d'aider Sony Pictures – qui répète d'ailleurs à l'envie qu'elle n'est pas à vendre – à résister à Apple Inc, en lui proposant notamment de valoriser à ses côtés les droits sur Spider-Man.

Pensant que le temps jouait pour elle, The Walt Disney Company se trouve désormais dans l'obligation d'agir vite si elle entend ne pas voir les droits audiovisuels sur Peter Parker et son univers tomber à terme dans l'escarcelle d'un redoutable concurrent, apte à chasser sur ses terres que cela soit au cinéma ou à la télévision (par plateforme SVaD interposées, Disney+ versus Apple TV).

— 16 septembre 2019 • 12H29 —
Matthieu Baudry
National Geographic, très primée aux Emmy Awards— 16 septembre 2019 • 12H29 — Matthieu Baudry —

Ce week-end, les 14 et 15 septembre 2019, s'est tenue la 71ème cérémonie des Primetime Creative Arts Emmy Awards, qui récompense chaque année les meilleurs programmes télévisés animés, les acteurs dits « Guest Stars », c'est-à-dire invités le temps de quelques épisodes seulement, les programmes documentaires et de télé-réalité et, surtout, les meilleurs accomplissements techniques à la télévision. Les Emmy Awards sont alors les récompenses les plus prestigieuses qu'un programme télévisé puisse recevoir aux États-Unis, et le grand gagnant de cette année venu représenter The Walt Disney Company est indéniablement Free Solo. Le documentaire produit par National Geographic qui avait déjà été récompensé par l'Oscar du meilleur documentaire le 24 février 2019 a, ce week-end, empoché pas moins de sept statuettes. Les séries Fosse/Verdon (FX) et The Handmaid's Tale - La Servante Écarlate (Hulu) ne sont pas en reste, puisqu'elles repartent chacune avec trois récompenses. Sans surprise aucune, Game of Thrones - Le Trône de Fer (HBO) est le programme ayant obtenu le plus de récompenses, soit dix au total sur les dix-huit catégories dans lesquelles la série était nommée.
Il est à noter que les programmes éligibles cette année à l'obtention d'une récompense sont ceux ayant été diffusés ou distribués entre le 1er juin 2018 et le 31 mai 2019.

Récompenses des Meilleures Oeuvres

  • Les Simpson (FOX), pour l'épisode Mad About the Toy - Meilleur Programme Animé

Récompenses des meilleures acteurs et actrices

  • Bradley Whitford dans l'épisode Postpartum de la série The Handmaid's Tale - La Servante Écarlate (Hulu) - Meilleur Acteur Invité dans une Série Dramatique
  • Cherry Jones dans l'épisode Holly de la série The Handmaid's Tale - La Servante Écarlate (Hulu) - Meilleure Actrice Invitée dans une Série Dramatique
  • Seth MacFarlane dans l'épisode Les Arnacoeurs de la série Les Griffin (FOX) - Meilleur Comédien de Doublage

Récompenses Techniques

  • The Handmaid's Tale - La Servante Écarlate (Hulu), pour l'épisode Holly - Meilleurs Décors pour un Programme dont la Narration est Contemporaine
  • Rent : Live (FOX) - Meilleurs Décors pour une Émission Spéciale de Variétés
  • Rent : Live (FOX) - Meilleures Lumières pour une Émission Spéciale de Variétés
  • Fosse/Verdon (FX) - Meilleures Coiffures pour une Série Courte ou un Téléfilm
  • Fosse/Verdon (FX) - Meilleurs Maquillages Sans Prothèses pour une Série Courte ou un Téléfilm
  • Alex Lacamoire pour l'épisode Cabaret, le Tournage de la série Fosse/Verdon (FX) - Meilleure Direction Musicale
  • Jimmy Chin, Clair Popkin et Mikey Schaefer pour Free Solo (National Geographic) - Meilleure Photographie pour un Programme Non-Fictionnel
  • Elizabeth Chai Vasarhelyi et Jimmy Chin pour Free Solo (National Geographic) - Meilleure Réalisation pour un Programme Documentaire ou Non-Fictionnel
  • Brandon Roberts et Marco Beltrami pour Free Solo (National Geographic) - Meilleure Musique pour un Programme ou une Série Documentaire
  • Bob Eisenhardt pour Free Solo (National Geographic) - Meilleur Montage Vidéo Pour un Programme Non-Fictionnel
  • Free Solo (National Geographic) - Meilleur Montage Son pour un Programme Non-Fictionnel
  • Free Solo (National Geographic) - Meilleur Mixage Son pour un Programme Non-Fictionnel
  • Free Solo 360 (National Geographic) - Récompense du Meilleur Média Interactif accompagnant un Programme Non-Scripté

Il est à noter que cette cérémonie, qui récompense essentiellement l'aspect technique des programmes diffusés aux États-Unis, précède d'une semaine la 71ème cérémonie des Primetime Emmy Awards. Durant la soirée, ce seront alors les meilleurs programmes, les acteurs et actrices, les réalisateurs et réalisatrices et les scénarios des séries comiques et dramatiques qui seront récompensés, le 22 septembre 2019.

— 14 septembre 2019 • 22H54 —
Matthieu Baudry
Disney domine la 45ème cérémonie des Saturn Awards— 14 septembre 2019 • 22H54 — Matthieu Baudry —

Hier, le 13 septembre 2019, a eu lieu la 45ème cérémonie des Saturn Awards, qui récompense chaque année les meilleurs oeuvres fantastiques, de science-fiction, de fantasy et d'horreur. Les oeuvres produites et/ou distribuées par les diverses filiales de The Walt Disney Company étaient pour l'occasion largement représentées, puisque Avengers : Endgame était nommé dans quatorze catégories et Aladdin, dans neuf. Il est à noter que les oeuvres éligibles cette année à l'obtention d'un prix étaient celles qui ont été diffusées ou distribuées entre le 1er mars 2018 et le 7 juillet 2019. Voici donc la liste des prix que les oeuvres, acteurs et techniciens de The Walt Disney Company ont reçu cette année.

Récompenses des meilleures oeuvres cinématographiques et télévisées

Récompenses des meilleures acteurs et actrices

  • Robert Downey Jr. dans Avengers : Endgame - Meilleur Acteur au Cinéma
  • Josh Brolin dans Avengers : Infinity War - Meilleur Second Rôle Masculin au Cinéma
  • Zendaya dans Spider-Man : Far From Home - Meilleur Second Rôle Féminin au Cinéma
  • Tom Holland dans Spider-Man : Far From Home - Meilleure Performance Pour un Jeune Acteur au Cinéma

Récompenses techniques

  • Charles Wood pour Avengers : Endgame - Meilleur Chef Décorateur
  • Jeffrey Ford et Matthew Schmidt pour Avengers : Endgame - Meilleur Montage
  • Marc Shaiman pour Le Retour de Mary Poppins - Meilleure Musique
  • Michael Wilkinson pour Aladdin - Meilleurs Costumes
  • John Blake et Brian Spide pour Avengers : Endgame - Meilleurs Maquillages
  • Avengers : Endgame - Meilleurs Effets Spéciaux

Récompenses Exceptionnelles

  • Dan Curtis Legacy Award, remis à Jeph Loeb (Vice-Président Exécutif de Marvel Television). Le prix récompense l'ensemble de l'oeuvre de Jeph Loeb, et tout particulièrement son travail au sein de Marvel Television sur des séries telles Agent Carter et Les Agents du S.H.I.E.L.D., en passant évidemment par les séries Marvel diffusées sur Netflix.
  • The Visionary Award, remis à Jon Favreau. Le prix récompense la « voix vitale [du réalisateur] dans le cinéma moderne », lui qui est un « artiste visuel révolutionnaire », notamment sur des films tels Iron Man, Iron Man 2, Le Livre de la Jungle et, plus récemment, Le Roi Lion.
  • Stan Lee World Builder Award, remis à Kevin Feige (Président de Marvel Studios). Le prix récompense le travail de Kevin Feige depuis plus de dix ans maintenant sur les films du Marvel Cinematic Universe, lui qui est « une force créatrice [...] qui a su développer un monde et des personnages dont la narration se suit sur une longue période, et qui a époustouflé et impliqué les fans du monde entier à un niveau galactique ».

— 12 septembre 2019 • 20H09 —
Matthieu Baudry
Le patrimoine est à l'honneur sur Disney+— 12 septembre 2019 • 20H09 — Matthieu Baudry —

Alors que le lancement de Disney+ est prévu pour le 12 novembre 2019 aux États-Unis, au Canada et aux Pays-Bas, les Néerlandais disposent en exclusivité mondiale depuis le 12 septembre 2019 de deux mois pour tester la plateforme ! Cette version bêta, mise gratuitement à disposition des utilisateurs néerlandais afin qu'elle puisse être testée dans le cadre d'une utilisation quotidienne, donne alors un très net aperçu à la fois du design, chic et épuré, et du catalogue de lancement tout à fait impressionnant de Disney+.

Longs-Métrages

Les utilisateurs pourront donc profiter dès le lancement de l'immense catalogue de films d'animation signés par Walt Disney Animation Studios, DisneyToon Studios et Pixar Animation Studios, mais également de bon nombre de films "live" produits par Disney. La majeure partie des films composant le Marvel Cinematic Universe, les longs-métrages de la saga Star Wars mais aussi de multiples oeuvres mettant en scène Les Muppets sont d'ores et déjà mis en avant sur la plateforme, en même temps que plusieurs documentaires produits par National Geographic. Enfin, de nombreux films produits par Touchstone s'invitent également sur Disney+, à l'image des classiques Sister Act et Sister Act : Acte 2 ou encore Turner & Hooch.
Toutefois, et malgré la présence de ces films connus de tous et dont le succès n'est plus à prouver, Disney+ mise largement, dans son catalogue, sur un bon nombre de longs-métrages et de séries issus du patrimoine de The Walt Disney Company et qui étaient jusqu'alors plus difficiles d'accès pour le (télé)spectateur contemporain. Témoins de leur époque, classiques qui n'ont pas eu la chance de se voir éditer sur supports vidéo dans de nombreux pays ou bien alors téléfilms qui ne sont diffusés d'ordinaire qu'à Halloween ou à Noël, de très nombreux titres raviront à n'en point douter les fans d'hier et d'aujourd'hui.

Séries

Évidemment, les séries ne sont pas en reste sur Disney+, et tout particulièrement celles produites par Disney Television Animation. Si La Bande à Picsou, l'originale ainsi que la version de 2017 et La Bande à Dingo avaient déjà été annoncées lors du dévoilement de la plateforme, d'autres s'étaient au contraire simplement vues évoquées plus discrètement sur les réseaux sociaux de Disney+.

S'il ne s'agit là que de quelques-uns des titres proposés par la plateforme Disney+ aux Pays-Bas, il est tout de même plus que pertinent pour le futur utilisateur français d'en analyser le catalogue avec soin. En effet, et bien que les divers catalogues changent immanquablement d'un pays à l'autre, notamment en fonction des lois y étant appliquées sur la diffusion de programmes par les plateformes de vidéo à la demande, ce premier aperçu permet d'ores et déjà de constater que The Walt Disney Company compte bien proposer, en plus de ses productions inédites et de ses récents succès cinématographiques, un joli retour dans le passé aux utilisateurs de Disney+, à la découverte d'innombrables pépites qui obtiendront enfin le rayonnement et l'accessibilité qu'elles méritent.
Il est à noter, enfin, que cette version bêta diffusée pour l'heure uniquement aux Pays-Bas ne propose aucune oeuvre issue du catalogue de 20th Century Fox, pas plus que la série animée Les Simpson, dont les trente premières saisons ont pourtant été annoncées pour le lancement de Disney+ aux États-Unis, dès le 12 novembre 2019.

Autres Dépêches

L'Actualité Disney

— 17 septembre 2019 —
Longs-métrages Disney à la télévision
— 17 septembre 2019 —
Diffusion aujourd'hui à 20H50
— 17 septembre 2019 —
Diffusion aujourd'hui à 21H00
— 17 septembre 2019 —
Prochains films en salles
— 17 septembre 2019 —
Wedding Nightmare
Actuellement au cinéma
— 18 septembre 2019 —
Ad Astra
Prochainement au cinéma
— 16 octobre 2019 —
Maléfique
Le Pouvoir du Mal
Prochainement au cinéma
— 17 septembre 2019 —
Prochainement sur la plateforme
— 17 septembre 2019 —
Planning des futurs DVD et Blu-ray
— 17 septembre 2019 —
Expositions et autres évènements
— 17 septembre 2019 —
Prochaines rénovations

Les Anniversaires du Jour

— 17 septembre 2019 —
20ème anniversaire de sa sortie
— 17 septembre 2019 —
65ème anniversaire de sa sortie
— 17 septembre 2019 —
Dans les 15 prochains jours

La Sélection du Patrimoine

— 17 septembre 2019 —
— 17 septembre 2019 —
— 17 septembre 2019 —
— 17 septembre 2019 —
— 17 septembre 2019 —
— 17 septembre 2019 —
— 17 septembre 2019 —
— 17 septembre 2019 —

La Foire aux Questions

13 septembre 2019 • 08H50
Instagram
Disneyland Paris

Q : J'écoute depuis quelques temps vos podcasts que je trouve à la fois divertissants et intéressants.
J'aurais une question au sujet de celui qui tente de trouver une réponse à : Quel est le meilleur land du Parc Disneyland ?
Lorsque sont évoqués les weenies, l'un d'entre vous parle d'une montgolfière associée à Main Street, U. S. A. pour Disneyland Park à Anaheim. Si j'arrive à retrouver la trace de ce projet sur des concepts art - notamment celui conçu par H. Ryman - je ne parviens pas en revanche à trouver de source qui confirme qu'une montgolfière a bien pris place au sein du parc en tant qu'attraction ou élément de décor de façon permanente. Nicolas

R : Attention : cette montgolfière n'a jamais été installée ! Elle est restée à l'étape de simple concept. Et elle n'était pas vraiment considérée comme le weenie de Main Street, U.S.A mais plutôt celui de la place centrale, devant le château, destiné à encourager les gens à progresser et remonter la rue principale.
L'idée a été, en réalité, assez vite abandonnée car son rendu gâchait un peu trop la perspective. Pire encore, elle aurait été, à l'époque, ingérable comme attraction et finalement inutile puisque le château est suffisant pour inciter les visiteurs à remonter la rue...

Laurent Armand-Zuniga
Autres Questions

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.