Mickey Mouse Club
1955 • 1959 : Newsreels

Titre original :
Mickey Mouse Club
Production :
Walt Disney Productions
Date de diffusion USA :
03 octobre 1955 - 25 septembre 1959
Genre :
Jeunesse
Création :
Walt Disney
Bill Walsh
Hal Adelquist
Durée :
44 minutes
(Par épisode Saisons 1 & 2)
22 minutes
(Par épisode Saisons 3 & 4)
Mickey Mouse Club - Autre(s) partie(s) :
Newsreel
Mouseketeers
Serials
Mousekartoons
Disponibilité(s) aux États-Unis :

La critique

rédigée par
Publiée le 18 novembre 2021

Walt Disney a fortement marqué la télévision américaine dans les années 1950 grâce à son émission d'anthologie. Chaque semaine, il s'invitait en effet dans les foyers des familles en proposant des productions de son studio à destination du petit écran. Si Disneyland était particulièrement populaire, une autre émission, le Mickey Mouse Club, a également marqué son époque. Le succès était d'ailleurs tel que les jeunes téléspectateurs se pressaient de rentrer de l'école pour ne pas rater un épisode de leur programme préféré. N'ayant duré que quatre saisons, elle est devenue depuis culte pour toute une génération. Elle a changé à jamais l'image des programmes jeunesse qui n'avaient jamais eu jusqu'alors autant de qualité. Elle a permis également le retour au premier plan auprès du public du personnage de Mickey, le lancement de carrières de nombreux jeunes talents ainsi qu'un déferlement de merchandising profitable pour les studios Disney.

Avec cent épisodes par saison, il est impossible de faire une critique saison par saison comme c'est l'habitude sur Chronique Disney. Une approche plus globale a donc été décidée pour parler de ce pan primordial de l'histoire télévisée des studios Disney. La chronique est ainsi découpée en quatre parties, à l'image même du découpage d'un épisode du Mickey Mouse Club lors de son lancement.

  • La première partie est donc consacrée aux Newsreels ainsi qu'aux séquences diffusées au début de l'émission. Cette partie revient également sur la création du programme télévisé et de son générique iconique.
  • La deuxième partie se focalise, elle, sur les Mouseketeers qui étaient les vedettes du deuxième quart de l'émission. La partie permet aussi de s'attarder plus longuement sur le casting du Mickey Mouse Club dont les plus populaires des jeunes présentateurs sont même devenus des égéries.
  • La troisième partie se concentre, pour sa part, sur les Serials, les fameuses séries dramatiques ou de documentaire qui ont rendu l'émission particulièrement appréciée par la jeunesse. Cette partie liste ainsi tous les Serials mais ne s'attarde que sur les séries courtes ; les longues auront, quant à elle, droit chacune à une critique dédiée.
  • La quatrième et dernière partie parle enfin des Mousekartoons ainsi que de la fin des épisodes de l'émission dont la fameuse morale de Jimmie Dodd. Cette partie revient également sur le crépuscule du Mickey Mouse Club et les raisons de son arrêt.

La Création de l'Émission

Walt Disney a très vite compris l'impact du nouveau média qu'est la télévision et tout l'intérêt qu'il peut représenter pour un autre projet qui lui trotte dans la tête depuis plusieurs années. Il caresse, il est vrai, le rêve doux-dingue de transcrire dans la réalité l'atmosphère de la magie Disney : l'idée d'un parc d'attraction était née. La passion de Walt pour les trains miniatures est, en partie, à l'origine de Disneyland. Mais l'autre déclic a lieu dans le parc municipal de Griffith Park à Los Angeles, notamment sur le banc en face du Merry Go Round, le carrousel où les filles de Walt avaient l'habitude d'aller. Tandis qu'il les surveillait, Walt attendait, en effet, en s'asseyant sur l'un des bancs autour du manège pour les regarder... C'est donc sur l'un de ces bancs que le papa de Mickey a l'idée de Disneyland ! Il rêve d'un endroit où parents et enfants pourraient prendre part aux mêmes jeux et divertissements. Il veut ainsi créer un parc d'amusement pour petits et grands où tout le monde peut, au gré de son parcours, se plonger dans le futur, vivre dans la jungle, retourner à l'époque du Far West ou côtoyer les personnages dans leur univers. Mais le budget de sept millions de dollars afin d'acheter un terrain et faire construire le parc était bien trop important à supporter pour lui ou son studio. Il doit donc trouver des financements différents et des partenaires. C'est là que la télévision lui vient en tête. Il pourrait faire coup double : non seulement trouver le budget qui lui manque tout en faisant la promotion du futur parc au public.

Pour créer le concept de la première émission Disney, il missionne le producteur Bill Walsh.
Né en 1914 à New York, Bill Walsh se lance dans l'écriture pour le théâtre, lors de ses études sportives à l'Université de Cincinnati. En 1934, il déménage en Californie et officie dans le bureau de publicité de Margaret Ettinger. Invité ensuite par Edgar Bergen, l'un de ses clients, à écrire des gags pour ses sketches de ventriloque, il se prend au jeu et élargit son champ de rédaction en se mettant également au service de Charlie McCarthy et Mortimer Snerd. En 1943, il est engagé pour écrire des gags pour les comic strips de Mickey Mouse. Son style privilégie la fantaisie, la spontanéité et le conflit d'émotions. Par la suite, il scénarise les planches hebdomadaires de Mickey, Panchito et Frère Lapin (Bibi Lapin). En 1950, Walt Disney l'engage pour écrire et produire sa toute première émission de télévision, One Hour in Wonderland. Il poursuit ensuite sur la production d'épisodes de séries télévisées comme The Disneyland Story, The Fourth Anniversary Show, Davy Crockett ou encore les Serials du Mickey Mouse Club comme The Adventures of Spin & Marty, The Hardy Boys : The Mystery of the Applegate Treasure ou Annette, avant de passer aux longs-métrages. À partir de 1955, Bill Walsh participe à de très nombreux films pour les studios Disney, en tant que scénariste, co-producteur ou producteur : La Revanche de Pablito (1955), Sur la Piste de l'Oregon (1956), Quelle Vie de Chien ! (1959), Le Clown et l'Enfant (1960), Monte là-d'ssus (1961), Bon Voyage ! (1962), Après Lui, le Déluge (1963), The Misadventures of Merlin Jones (1964), Mary Poppins (1964), L'Espion aux Pattes de Velours (1965), Lieutenant Robinson Crusoé (1966), Le Fantôme de Barbe Noire (1968), Un Amour de Coccinelle (1969), Le Don Quichotte de l'Ouest (1971), L'Apprentie Sorcière (1971), Nanou, Fils de la Jungle (1973), Le Nouvel Amour de Coccinelle (1974) et Objectif Lotus (1975). Il décède en 1975 à Los Angeles.

Bill Walsh
Bill Walsh et Walt Disney

Bill Walsh soumet à Walt Disney, durant l'été 1953, une panoplie d'idées et de scripts de séries et d'émissions. La première d'entre elle se dénomme The Walt Disney Show et propose principalement une réutilisation massive de matériaux existants sans grande nouveauté. D'autres idées de séries arrivent également sur la table : Mickey Mouse Club TV Show qui serait un format journalier à destination des enfants avec la souris comme emblème ; The True Life TV Show, une émission sur les animaux et les endroits insolites du globe basée sur les séries de court-métrages des True-Life Adventures et des People and Places ; The World of Tomorrow, une série mélangeant animation et prises de vues réelles à portée éducative. Ce qui est étonnant dans tous ces concepts, c'est qu'ils seront repris d'une façon ou d'une autres par Disney que ce soit dans l'émission d'anthologie ou alors dans la création de l'émission à succès, le Mickey Mouse Club.

Le premier concept du Mickey Mouse Club TV Show pensait proposer un programme en direct de quinze minutes environ, tourné dans le quartier général du Club de Mickey Mouse, qui serait localisé sur une île en plein milieu de Disneyland et spécialement dédié au tournage de l'émission. Quand la petite chaîne ABC décide d'investir dans une émission Disney, elle opte en premier choix, dans la panoplie d'idées proposées par les studios, pour l'émission d'anthologie. Mais courant 1954, alors que la construction du parc va bon train, Walt Disney a encore besoin d'argent et retourne voir ABC avec son idée d'émission jeunesse journalière. La chaîne accepte finalement de rajouter 2.5 millions de dollars à la condition que le studio produise certes une série journalière pour enfants mais qu'elle soit en revanche au format d'une heure (44 minutes sans publicité). Walt Disney accepte mais ne pouvant s'investir personnellement dans l'élaboration du programme, faute de temps, confie la tâche à Bill Walsh. Le plus drôle dans cette histoire est que le producteur n'a jamais particulièrement apprécié les enfants, ce qui rend assez ironique le fait qu'il soit à l'origine de l'émission qui allait révolutionner les programmes jeunesse de son époque.

Hal Adelquist
Walt Disney et Hal Adelquist

Un des autres artisans du Mickey Mouse Club ayant aidé Bill Walsh à formater l'émission est Hal Adelquist.
Né dans l'Utah à Salt Lake City en 1914, Hal Adelquist déménage à Los Angeles avec sa famille vers l'âge de six ans. Après la fin de ses études en 1932, il se fait embaucher au sein des Walt Disney Studios où il occupe une variété de postes, du bureau du personnel au département des histoires en passant par le département de la production. Il travaille notamment sur Blanche Neige et les Sept Nains (1937) en tant qu'assistant réalisateur, bien que non crédité, et finit par prendre la tête du département Histoire. En 1955, lorsque Walt Disney développe le Mickey Mouse Club (1955), il confie à Adelquist la liaison entre le producteur de la série Bill Walsh et les autres chefs de service du programme (casting, guest stars, développement de l'histoire, etc.), fonctionnant essentiellement comme le superviseur de la production de l'émission. Il quitte ce poste après la première saison et se voit ensuite chargé de la production des spectacles de l'attraction Mickey Mouse Club Circus à Disneyland. Malheureusement, le cirque n'a pas été un succès auprès des visiteurs du Parc. De plus, la pression pour créer un spectacle si compliqué et si ambitieux, et ce tous les jours, conduit Adelquist à la limite du burn-out. Il revient un temps sur l'émission télévisée afin de trouver des talents pour la deuxième saison mais démissionne finalement de son poste, totalement exténué. Il essaie de se faire rembaucher peu après par Walt Disney mais le créateur de Mickey refuse de le reprendre, a priori à cause d'un problème d'alcool. Hal Adelquist ne retravaille plus dans l'industrie du divertissement après cela. Il décédé à Long Beach, en Californie, en 1981.

Le Mickey Mouse Club dans les années 30
Walt Disney et les Mouseketeers

Le titre de l'émission, Mickey Mouse Club, est trouvé très rapidement et de façon naturelle. Il s'agit, en réalité, d'une réminiscence des populaires clubs de cinéma pour enfants qui étaient proposés dans la première moitié des années 1930 et qui diffusaient des cartoons de Mickey Mouse. Le concept de l'émission est, lui, encore en gestation quand le projet est relancé durant l'été 1954. Walt Disney veut toujours qu'elle soit tournée à Disneyland . Il imagine ainsi choisir au hasard des jeunes visiteurs, les déguiser en certains de ses personnages et les faire apparaître sur le plateau du tournage, pouvant par ailleurs être visité par les guests de Disneyland. Il faut dire qu'à l'origine, le Mickey Mouse Club était prévu pour être tourné en public comme c'était le cas pour de nombreux programmes télévisés à destination de la jeunesse à l'époque. Finalement, durant le printemps 1955, les producteurs font évoluer leurs idées : au lieu d'avoir un public, ils préfèrent miser sur un groupe de jeunes enfants qu'ils auraient eux-même choisi et qui deviendraient les vedettes de l'émission. Ils leur trouvent même un nom qui va leur permettre de devenir les ambassadeurs de l'émission auprès du public : les « Mouseketeers ». Ceux-ci sont accompagnés de plusieurs adultes qui serviront aussi bien de présentateurs que de chaperons. Une fois le concept fixé, il faut maintenant réfléchir au format. Très vite, l'idée d'une thématique journalière s'impose même si elle évolue au cours de la création de l'émission. Elle dépend, en réalité, de l'heure de diffusion sur la chaîne. Prévue un temps pour être un programme du soir, diffusé après le dîner, l'émission voyait ses thèmes être ainsi le voyage dans la case du lundi, le dépassement de soi dans celle du mardi, la musique le mercredi, les animaux et les loisirs le jeudi pour finir par la fête le vendredi. Il est finalement acté que le Mickey Mouse Club sera diffusé dans l'après-midi, après la sortie des classes. Les thèmes prennent alors leur format définitif : la musique le lundi (Fun with Music Day) ; les invités le mardi (Guest Star Day) ; tout peut arriver le mercredi (Anything Can Happen Day) ; le cirque le jeudi (Circus Day) ; les talents le vendredi (Talent Round-up Day).

Après des mois de travail, le Mickey Mouse Club débute finalement sa diffusion le 3 octobre 1955 et signe un succès immédiat. Le premier épisode affiche ainsi une part d'audience de près de 44.9%. L'effet nouveauté s'estompe à peine lors du second épisode puisqu'il descend à tout de même 39.6% de part d'audience, perdant juste cinq points avant de repasser à 48.8% dès le troisième jour et même à 52.6% le quatrième, preuve de l'excellent bouche-à-oreille dans les cours d'école. Mais au-delà de la part d'audience, le nombre de téléspectateurs était tout aussi excellent, s'élevant à plus de 14.4 millions à la fin de la première saison. Chose étonnante, un tiers de ce nombre était constitué d'adultes qui regardaient avec leur enfant. L'émission est ainsi vite devenue un phénomène de société et un marqueur télévisuel américain du milieu des années 1950.

Le Générique

Walt Disney sait comment scotcher son audience dès la première minute de son programme. Il propose ici un générique, annonçant le début de l'émission, aussi dynamique que rythmé. L'entêtante chanson Mickey Mouse Club March, composée par le présentateur de l'émission Jimmie Dodd, offre un refrain "M-I-C", "K-E-Y", "M-O-U-S-E" désormais ancré dans l'inconscient collectif de millions d'Américains. Le générique est évidemment une ode au personnage fétiche de Walt Disney, Mickey Mouse, ce qui permet ainsi à toute une génération de redécouvrir la souris tombée un peu dans l'oubli auprès du public. Il redevient grâce à l'émission et à son générique iconique à nouveau le héros des enfants. Mais les paroles n'oublient pas pour autant Donald Duck, toujours aussi populaire. Le côté colérique et jaloux du canard est d'ailleurs particulièrement mis en avant de façon amusante ; celui-ci estimant que c'est lui qui devrait avoir la place du leader.

Les paroles de l'iconique chanson du générique sont ainsi aussi efficaces que faciles à retenir :

Who's the leader of the club
That's made for you and me
M-I-C-K-E-Y M-O-U-S-E
Hey! there, Hi! there, Ho! there
You're as welcome as can be
M-I-C-K-E-Y M-O-U-S-E

Mickey Mouse! (Donald Duck)
Mickey Mouse! (Donald Duck)
Forever let us hold our banner
High, high, high, high!

Come along and sing a song
And join the jamboree!
M-I-C-K-E-Y M-O-U-S-E
Mickey Mouse Club!
Mickey Mouse Club!

We'll have fun
We'll meet new faces
We'll do things and we'll go places
All around the world we're marching

(instrumental)

Who's the leader of the club
That's made for you and me
M-I-C-K-E-Y M-O-U-S-E
Hey! there, Hi! there, Ho! there
You're as welcome as can be
M-I-C-K-E-Y M-O-U-S-E

Mickey Mouse! (Donald Duck)
Mickey Mouse! (Donald Duck)
Forever let us hold our banner
High, high, high, high!

Come along and sing a song
And join the jamboree!
M-I-C-K-E-Y M-O-U-S-E
Mickey Mouse Club!
Mickey Mouse Club!

Yay Mickey!
Yay Mickey!
Yay Mickey Mouse Club!

           Mickey Mouse Club March par Jimmie Dodd

Le visuel du générique n'est pas en reste. Il offre une animation inédite due à l'artiste Bill Justice qui reprend ici tous les personnages populaires Disney de l'époque. Ils célèbrent et ovationnent tous le leader du club, Mickey Mouse, dans une marche aussi joyeuse que festive. Ainsi en plus de Mickey, les téléspectateurs reconnaîtront Donald Duck, Dingo, Pluto, Minnie Mouse, Daisy Duck, Jojo et Michou, Riri, Fifi et Loulou, Clarabelle Cow, Horace Horsecollar, Pat Hibulaire, Humphrey, le Ranger J. Audubon Woodlore, Jiminy Cricket, Dumbo, Timothée, les Trois Petits Cochons, le Grand Méchant Loup, le Cousin de Campagne, Hiawatha, le Lièvre et la Tortue. Cerise sur le gâteau, Balthazar Picsou, le personnage créé par Carl Barks en 1947, signe ici sa première apparition en animation.

Conscients qu'un générique de trois minutes, tous les jours, pouvait devenir ennuyeux, Bill Justice, à la demande de Walt Disney, rajoute une petite surprise à la fin, de quelques secondes à peine. Le téléspectateur y voit en effet Donald frapper sur un gong et le résultat est à chaque fois différent. Cela donne ainsi au public l'envie d'attendre la fin pour voir ce qui arriver au pauvre canard. Cette astuce amusante sera ensuite reprise dans d'autres génériques de séries télévisées comme par exemple dans Le Muppets Show, où Gonzo a un résultat différent chaque fois qu'il joue de la trompette, ou avec le fameux gag du canapé des (Les) Simpson. Dans le Mickey Mouse Club, une quinzaine de versions différentes est proposée, de façon aléatoire, permettant ainsi de tenir sur trois semaines d'émission.

Les Gongs de Donald

Voici les différentes déclinaisons de Donald frappant le gong qui sont proposées dans le Mickey Mouse Club :

  • Donald frappe le gong qui explose ;
  • Donald frappe le gong qui se révèle être une tarte aux fruits qui lui gicle dessus ;
  • un des neveux de Donald frappe le gong avant lui ;
  • le gong est fait de papier et Donald passe à travers après l'avoir frappé ;

  • deux de ses neveux attaquent leur oncle avec des pistolets à eau avant qu'il puisse taper sur le gong ;
  • Donald frappe sur le gong qui se fissure puis tombe en miette ;
  • Donald frappe le gong qui ne produit pas de bruit mais dont le son résonne dans sa tête ;
  • Donald sonne un triangle au lieu du gong ;

  • Donald frappe le gong qui vibre au lieu de sonner ;
  • Donald frappe le gong qui se met à tournoyer ;
  • un bouc frappe Donald qui atterrit sur le gong ;

  • Donald frappe le gong qui se transforme en feu d'artifice ;
  • avec un gang de boxe, Donald frappe le gong qui passe par dessus lui et lui retombe sur la tête ;
  • Donald tire avec un canon sur le gong ;
  • Donald frappe le gong, ce qui fait sortir de l'eau au point d'inonder le studio.

Le générique n'était pas la seule séquence à proposer une animation inédite de Mickey Mouse. Chaque show commence ainsi avec une scène d'ouverture totalement animée où Mickey introduit le thème du jour ; Walt Disney reprenant d'ailleurs spécialement le doublage de la souris pour l'occasion. La souris se déguise également pour bien illustrer de quoi parle l'épisode de la semaine. Ainsi, le lundi il est endimanché à la façon de la fin du XIXe siècle pour le Fun With Music Day ; le mardi il est en smoking jouant du piano pour le Guest Star Day ; le mercredi il reprend sa toge de L'Apprenti Sorcier dans Fantasia pour Anything Can Happen Day ; le jeudi il est le Monsieur Loyal du Circus Day ; enfin, le vendredi c'est en cowboy qu'il présente le Talent Round-up Day. Un peu plus loin dans l'épisode, il peut apparaître aussi une autre fois en animation, habillé en journaliste tenant une caméra, pour lancer le Mickey Mouse Newsreel. Chose notable, les animations des Mickey du lundi et du mardi sont l'œuvre de Ollie Johnston, celles du mercredi et du jeudi de Hal King tandis que celles du vendredi relèvent de John Lounsbery.


Les Newsreels

Une fois le générique et la présentation de Mickey passés, l'émission propose régulièrement des actualités regroupées sous la dénomination de Mickey Mouse Newsreel. Ils comprennent en moyenne quatre à six sujets différents, tournés soit par des pigistes indépendants soit par des cameramans contractuels ; de nombreuses séquences provenant des mêmes fournisseurs qui créaient les films d'actualités pour le cinéma. Les sujets sont variés, mais soigneusement sélectionnés pour qu'il n'y ait pas de violence, de problèmes sociaux ou liés à la criminalité. La science, la nature, les sports, la culture et les activités impliquant des enfants sont les thèmes prédominants. Mis à part Noël, les thèmes religieux sont aussi laissée de côté. Durant les deux premières saisons, les Newsreels sont présents trois fois par semaine, les lundi, les mercredi et les vendredi. Il y a ainsi eu une soixantaine de plages d'actualités totalement inédites durant la première saison et une quarantaine durant la seconde saison. Lors de la troisième saison, le format devient moins fréquent, descendant à une quinzaine de Newsreels inédits.

À côté des Newsreels conventionnels, il y a également des Newsreels Specials. La différence entre les deux formats est que le second se consacre uniquement à un seul sujet. Assez peu utilisé durant la première saison, ils ne sert juste qu'à remplir la case du jeudi en cas d'absence de programme. Durant cette première année, il y en a seulement trois : l'un est une promotion de l'attraction Mickey Mouse Club Circus à Disneyland ; le second parle de Noël ; le troisième d'une expédition vers le Pôle Nord. Durant la seconde saison, les Newsreel Specials deviennent plus nombreux, remplaçant les Newsreels normaux dont le rythme a un peu baissé. Il y en a au total vingt-et-un dont cinq ont même un sujet assez long pour tenir sur deux numéros. Ces doubles reportages sont tous consacrés à des jeunes gens qui partaient à l'aventure que ce soit en prenant un train à Santa Fe, en partant à la pêche au Mexique, en ramassant des pommes de terre dans la campagne pour les vendre ensuite, en faisant du chien de traîneau dans les montagnes du Colorado, ou encore, en prenant le ferry entre l'Angleterre et la France. Les autres Newsreels Specials de la deuxième saison sont plus variés, allant de la visite d'un sous-marin à un reportage sur les élections américaines en passant par un tour à La Nouvelle-Orléans durant la fête de Mardi Gras.

Newsreel Special (1er octobre 1956)

La troisième saison apporte un changement de format du Mickey Mouse Club. Déjà, l'émission est diminuée de moitié, passant de 44 minutes sans publicité à seulement 22 minutes. La conséquence de ce changement est que les épisodes ne sont plus construits de manière aussi régulière que durant les deux premières saisons. Le début de l'émission est ainsi consacré soit aux Mouseketeers au rythme de trois fois par semaine, soit à un Newsreel une fois par semaine, soit à un Mousekartoon également une fois par semaine. Le milieu de l'émission est lui dédié soit à un Newsreel Special, soit à un épisode de la série Encyclopedia sous la bannière Jiminy Cricket Presents, soit enfin à un épisode d'un Serial dramatique long. La fin de l'émission se termine à chaque fois sur une morale de Jimmie Dodd. Les Newsreels Specials de la troisième saison sont donc en réalité l'équivalent des Serials documentaires courts proposés durant les deux premières saisons. Seule, en réalité, leur désignation change mais le concept reste le même. Il y a au total cinq mini-séries diffusées en tant que Newsreel Special.

Annette Funicello

Le premier des cinq Newsreels Specials de la troisième saison est Hawaiian Adventure, diffusé en sept parties du 21 au 29 octobre 1957. L'intérêt pour le territoire insulaire d'Hawaï grandit au sein de l'Amérique continentale depuis la création des voyages en jet commercial tout comme l'imminence de l'adhésion à l'union. L'archipel ne deviendra en effet le cinquantième État des États-Unis que le 21 août 1959. Cette série est ici introduite par Annette Funicello, qui fournit également la narration en voix off. Le carnet de voyage suit ainsi trois jeunes gens, Pamela Bornemann, Barbara Olin et Paul Roelofs qui voyagent en bateau à vapeur de la Californie à Oahu, la capitale de l'archipel, puis explorent les différentes îles d'Hawaï.

Tommy Cole

Le second des actualités spéciales, Argentine Adventure, est également un carnet de voyage proposé en neuf parties du 16 au 26 décembre 1957. Le Mouseketeer Tommy Cole présente cette série tandis que la narration se voit confiée à Billy Almeida, la réalisation à Jerry Sims et le scénario à Bert Murray. Le Newsreel Special montre ainsi deux jeunes frères qui vivent dans un ranch situé dans les pampas argentines et apprennent la vie du gaucho.

Get That Story ! - Part 10

Tommy Cole présente également Get That Story !, un documentaire de dix épisodes diffusés du 10 au 21 mars 1958 où plusieurs jeunes reporters partent à New York afin de tout comprendre du fonctionnement d'un grand quotidien. David Stollery, le jeune acteur qui joue Marty Markham dans le série The Adventures of Spin and Marty, est, quant à lui, l'hôte d'un Newsreel Special plus scientifique, Youth Takes Over the Atom, qui aborde l'énergie atomique et se voit proposé du 24 au 27 mars 1958.

David Stollery

Mais des cinq Newsreels Specials de la troisième saison, le plus intéressant, le plus emblématique, le plus ambitieux et aussi le plus long est sûrement Inside Report on Washington. L'hôte et le correspondant de cette série est Dirk Metzger, déjà bien connu des téléspectateurs du Mickey Mouse Club pour avoir été le correspondant d'English Correspondent, un Serial diffusé lors des deux premières saisons. Américain vivant avec ses parents à Londres, il retourne aux États-Unis entre la Saison 2 et la Saison 3. Voyant qu'il habite près de Washington, les studios Disney ont l'idée de le rappeler pour en faire le présentateur d'une série de reportages sur la capitale fédérale. Tommy Cole, de passage à Washington pour des obligations publicitaires, le secondera également durant un épisode. Ainsi, sur onze numéros et à travers quatre thématiques, Dirk Metzger va faire découvrir plusieurs lieux mythiques de la démocratie américaine dont la Maison Blanche, le Congrès et le FBI.

Dirk Metzger

Les coulisses autour de la création des épisodes dédiés au Bureau Fédéral d'Investigation sont toutes aussi intéressantes que son contenu. Les studios Disney, toujours à la recherche d'idées pour remplir la grille du Mickey Mouse Club, avaient en effet depuis quelques temps l'idée de produire un Serial pour l'émission à succès. Sauf que les communicants du FBI n'étaient pas de cet avis. Ils visaient en fait plutôt un épisode diffusé dans l'émission d'anthologie, bien plus noble à leurs yeux. De plus, le programme ne visait pas le même public puisqu'il était diffusé en soirée et non en journée comme le programme jeunesse. Pour fêter les 25 ans de l'Agence, ils auraient ainsi bien vu une émission éducative bienveillante à l'image de Notre Ami l'Atome que les artistes Disney avaient déjà réalisé. Mais elle aurait été chère à produire et le temps manquait également puisqu'il avait fallu 18 mois pour finaliser l'épisode que le FBI prenait en exemple. Finalement, à contrecœur, le Bureau accepte le format pour le Mickey Mouse Club en attendant que Disney produise une émission digne de ce nom. Si le tournage se passe bien, le montage est plus délicat. Walt Disney et J. Edgar Hoover, l'intraitable directeur du FBI, se disputent en effet pour avoir le dernier mot sur la version finale ; le premier se montrant intransigeant, ce qui déplaît au second. Si au final, le FBI ne trouve rien à redire de l'émission du Mickey Mouse Club, la confiance est rompue et l'épisode pour l'émission d'anthologie ne se fera finalement jamais.

FBI - Part 2
The White House - Part 1
Épisodes d'Inside Report on Washington
01
FBI - Part 1 24 janvier 1958
02
FBI - Part 2 27 janvier 1958
03
FBI - Part 3 28 janvier 1958
04
FBI - Part 4 29 janvier 1958
05
Congress - Part 1 30 janvier 1958
06
Congress - Part 2 31 janvier 1958
07
Money - Part 1 3 février 1958
08
Money - Part 2 4 février 1958
09
Money - Part 3 5 février 1958
10
The White House - Part 1 6 février 1958
11
The White House - Part 2 7 février 1958

Jiminy Cricket Presents

Lors de la première saison, une des séquences qui remplit la case des Newsreels le jeudi est la série éducative Jiminy Cricket Presents. Comme son titre l'indique, elle fait intervenir le personnage de Jiminy Cricket, conscience de Pinocchio. La série est notable à plus d'un titre à commencer par le fait qu'elle est la seule de l'émission à proposer de l'animation inédite, en dehors du générique ainsi que des introductions de Mickey. Chère à produire, elle ne comportera au final que six épisodes animés inédits dans la première saison et huit (ou dix ; le nombre exact fait débat) dans la seconde saison ; le reste étant comblé par des épisodes entièrement en prises de vues réelles ou reprenant de l'animation existante.

Walt Disney fait appel à Jiminy Cricket car il est persuadé que c'est le personnage idéal pour apporter du divertissement factuel, une manière d'offrir des programmes éducatifs. Le criquet a en effet une façon douce et légère de s'exprimer. Il a d'ailleurs tenu plus ou moins ce rôle en étant l'hôte du film Coquin de Printemps, même si à l'époque le long-métrage avait surtout une valeur divertissante ; le personnage n'en demeurait pas mois un formidable conteur. Ici, il instruit donc les jeunes téléspectateurs en abordant le monde du vivant, la santé, l'hygiène, la sécurité, et bien d'autres choses qui concernent leur vie. Les épisodes animés inédits sont regroupés en trois séries : la première, I'm No Fool... , est centrée sur la sécurité ; la seconde, You and Your..., se focalise sur le corps humain ; la troisième, The Nature of Things, se consacre, elle, aux animaux. De par leur importance, ces séries ont droit à leur critique spécifique. Il faut dire que deux des trois séries bénéficieront d'épisodes supplémentaires même après l'arrêt de l'émission du Mickey Mouse Club. Toutes verront aussi la plupart de leurs épisodes proposés en 16mm à destination des écoles.

Lors de la première saison, certains épisodes ont été diffusés sans appartenir à une des trois séries précitées. Il s'agissait en réalité soit de reprises de cartoons existants, soit d'extraits de certains True-Life Adventures. Dans chacun des cas, Jiminy Cricket n'est pas présent mis à part dans l'encart de la bannière Jiminy Cricket Presents ! Ces quatre épisodes sont parus de façon indépendante : Animal Champions, Cansdale, The Grain That Built A Hemisphere et A Lesson with Donald Duck. Les deux premiers opus proposent des prises de vues réelles sur des animaux extraits de la série oscarisée, le troisième est une rediffusion du cartoon de propagande sorti en 1943 durant la Seconde Guerre mondiale. Le mystère reste entier pour le dernier épisode consacré à Donald Duck. Impossible en effet de savoir s'il y a de l'animation inédite. Néanmoins, vu la dépense que génère ce genre de productions, il serait étonnant que cet épisode n'ait jamais été rediffusé par la suite s'il avait été vraiment inédit. Cette hypothèse fait qu'il y a de grande chance qu'il soit composé uniquement d'animations reprises des précédents cartoons du canard.

I'm No Fool With A Bicycle
You and Your Five Senses
Épisodes de Jiminy Cricket Presents (Saison 1)
01
I'm No Fool With A Bicycle 6 octobre 1955
02
Animal Champions 13 octobre 1955
03
You, The Human Animal 20 octobre 1955
04
Cansdale 27 octobre 1955
05
The Grain That Built A Hemisphere 10 novembre 1955
06
The Nature of Things : The Elephant 17 novembre 1955
07
I'm No Fool with Fire 1 décembre 1955
08
A Lesson with Donald Duck 8 décembre 1955
09
You and Your Five Senses 15 décembre 1955
10
The Nature of Things : The Camel 26 janvier 1956

Lors de la seconde saison, l'emplacement de diffusion des épisodes de Jiminy Cricket Presents va changer. Déjà, il n'est plus offert les jeudis de façon régulière mais peut apparaître lors de n'importe quel jour de la semaine, du lundi au vendredi. Ensuite, il n'est plus proposé en ouverture de l'émission lors de la première séquence dédiée aux Newsreels mais passe en dernière partie, prenant la place une fois par semaine de l'un des créneaux des Mousekartoons. Le jeudi, en première partie, est diffusé à sa place un Serial éducatif avec un correspondant étranger. Ainsi, sur les dix nouveaux épisodes de Jiminy Cricket Presents, huit ont assurément de l'animation inédite. Le problème se pose pour les deux nouveaux épisodes de la série The Nature of Things : The Beaver et The Horse. Ainsi, si le contenu des deux épisodes de la première saison est clairement établi essentiellement parce qu'ils ont été proposés en 16mm dans les écoles américaines, en juin 1956, et sont donc largement disponibles ; les deux autres n'ont plus été vus depuis le début des années 60. Difficile dans ces conditions de s'avoir s'ils sont au même format que les deux premiers. A priori, il n'y a pas de raison qu'il en soit autrement même si le fait qu'ils n'aient pas eu droit à une sortie en 16mm reste toujours une énigme...

I'm No Fool in Water
You and Your Senses of Taste and Smell
Épisodes de Jiminy Cricket Presents (Saison 2)
01
You and Your Ears 03 octobre 1956
02
I'm No Fool as a Pedestrian 08 octobre 1956
03
The Nature of Things : The Beaver 23 octobre 1956
04
You and Your Eyes 07 novembre 1956
05
I'm No Fool in Water 15 novembre 1956
06
The Nature of Things : The Horse 23 novembre 1956
07
You and Your Senses of Taste and Smell 05 décembre 1956
08
I'm No Fool Having Fun 15 décembre 1956
09
You and Your Food 18 avril 1957
10
You, The Living Machine 01 mai 1957

La seconde saison voit une quatrième minisérie, Encyclopedia, proposée avec un générique d'une minute chanté par Jiminy Cricket. La chanson est d'ailleurs écrite par Jimmie Dodd qui avait déjà composée celles des autres séries de Jiminy Cricket, I'm No Fool..., You and Your... et The Nature of Things. Ainsi, les cinq épisodes de la seconde saison disposant d'un générique avec Jiminy Cricket sont connus : il s'agit de Cork and Wheelwright, Milk, Tuna, Railroads et Stell. Les spécialistes de l'émission n'arrivent toutefois pas à trancher si, oui ou non, ces épisodes possèdent de l'animation inédite ! Le générique est, a priori, le seul contenu animé ; le reste des épisodes étant entièrement à prises de vues réelles.

Épisodes d'Encyclopedia (Saison 2)
01
Cork and Wheelwright 1er novembre 1956
02
Milk 26 novembre 1956
03
Tuna 27 décembre 1956
04
Railroads 19 février 1957
05
Stell 26 avril 1957

Par contre, ces mêmes spécialistes sont d'accord pour dire que les neuf épisodes de la troisième saison parus sous la bannière Encyclopedia sont, eux, entièrement à prises de vues réelles : Uranium Hunt - Part 1, Uranium Hunt - Part 2, Uranium Hunt - Part 3, Maine Lobster Fishing, Roaring Midgets, Cormorant Fishing, Shipyards, Shooting the Rapids et Geisha Girl. Les trois premiers sont présentés par Don Agrati, le quatrième par Doreen Tracey et les derniers par Tommy Cole sachant que Cormorant Fishing, Shipyards, Shooting the Rapids et Geisha Girl ont pour point commun de se dérouler au Japon dans une sorte de prolongement du carnet de voyage Japanese Correspondent diffusé dans le segment dédié aux Serials lors des deux premières saisons.

Doreen Tracey
Maine Lobster Fishing
Épisodes d'Encyclopedia (Saison 3)
01
Uranium Hunt - Part 1 30 octobre 1957
02
Uranium Hunt - Part 2 31 octobre 1957
03
Uranium Hunt - Part 3 1er novembre 1957
04
Cormorant Fishing 27 décembre 1957
05
Roaring Midgets 20 janvier 1958
06
Shipyards 21 janvier 1958
07
Maine Lobster Fishing 22 janvier 1958
08
Shooting the Rapids 23 janvier 1958
09
Geisha Girl 28 mars 1958

Sooty, Karen et les Livres

Si les Newsreels et la série Jiminy Cricket Presents représentaient la majorité des premières parties du Mickey Mouse Club, d'autres petites pastilles étaient aussi proposées. La plus étonnante est sûrement Sooty and his Friend Harry Corbett diffusée tous les mardis durant les deux premières saisons, soit une vingtaine d'épisodes par saison. Harry Corbett est un anglais né en 1918 qui est à la fois magicien, marionnettiste et présentateur de télévision. Il crée pour ses enfants la marionnette silencieuse de Sooty, une sorte de petit ours en peluche. Il apparaît à la télévision en 1952 dans une émission de talent sur la BBC. Lui et sa création sont tellement populaires qu'ils reviennent régulièrement sur la chaîne avant de carrément décrocher sa propre émission de télévision en 1955 qui restera des nombreuses années à l'antenne ; le fils de Corbett, Matthew, prenant la suite de son père à sa retraite. Si le personnage est très populaire au Royaume-Uni, il n'en est pas de même aux États-Unis. La séquence est certainement celle dont les téléspectateurs se souviennent le moins. Néanmoins, le faible coût de production de la pastille tournée directement en Angleterre explique sûrement pourquoi les producteurs de l'émission Disney ont continué à la proposer durant la deuxième saison du Mickey Mouse Club.

Au cours de la première saison du Mickey Mouse Club, la première partie des cases du jeudi est tenue par un épisode de Jiminy Cricket Presents. Par contre, il n'y a pas forcément assez de contenus pour tenir tous les jeudis de l'année D'autres mini-séries sont ainsi créées pour combler les trous ; l'une d'elle est Karen in Kartoonland. Imaginée par Roy Williams, la séquence voit la Mousketeer Karen Pendleton rendre visite à l'animateur Bill Justice afin qu'il lui explique le principe de l'animation. Durant quatre épisodes, il illustre son propos grâce à l'utilisation de plusieurs personnages : Pluto, Mickey ou Jiminy Cricket.

Bill Justice et Karen Pendleton
Épisodes de Karen in Kartoonland
01
Pluto 19 janvier 1956
02
Mickey 02 février 1956
03
Things 16 février 1956
04
Jiminy Cricket 01 mars 1956

L'autre série qui remplit la case du jeudi est Mickey Mouse Book Club. Avec un mini générique chanté par Jiminy Cricket, cette pastille est en réalité une promotion déguisée pour les films Disney puisque les livres présentés sont tous reliés à un long-métrage proposé au cinéma par les studios Disney que ce soit lors de leur sortie initiale ou lors d'une ressortie. La première saison du Mickey Mouse Club contient donc trois épisodes de ce genre. Lors de la deuxième saison, quatre épisodes sont offerts mais la case de diffusion change puisqu'ils passent en dernière partie d'émission, à la place d'un Mousekartoon.

Épisodes de Mickey Mouse Book Club
01
Uncle Remus 03 novembre 1955
02
Lady and the Tramp 29 décembre 1955
03
The Littlest Outlaw 09 février 1956
04
Secrets of Life 16 octobre 1956
05
Westward Ho ! 13 décembre 1956
06
The Oregon Trail 05 février 1957
07
Cinderella 11 février 1957

Le Mickey Mouse Club a révolutionné la télévision jeunesse américaine et est très vite devenu culte. Dès le générique, il est facile de comprendre pourquoi il était si entêtant. Ce dernier met d'ailleurs particulièrement bien le personnage de Mickey en valeur et a sûrement contribué à le rendre à nouveau populaire auprès du jeune public des années 1950. Le début de l'émission n'est, pas contre, qu'un apéritif en attendant les deux vraies séquences populaires auprès du jeune public : les performances des Mouseketeers ainsi que les aventures des Serials. De cet entame du Mickey Mouse Club, il reste dans les souvenirs des téléspectateurs principalement les courts-métrages animés éducatifs de Jiminy Cricket qui ont d'ailleurs continué à être diffusés en dehors de l'émission après son arrêt.

Les personnages

1925
Cinéma
1928
Cinéma
1929
Cinéma
1934
Cinéma
1950
Cinéma

L'équipe de l'émission

1910 • 1964
Acteur
1941 • 2021
Acteur
1949 • 2015
Acteur
1911 • 1976
Animateur
1912 • 2008
Animateur
1914 • 1983
Compositeur
1924 • 2010
Intervenant
1901 • 1966
Producteur

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.