Wiggins
Date de création :
Le 23 juin 1995
Nom Original :
Wiggins
Créateur(s) :
Chris Buck (Superviseur de l'Animation)
Rejean Bourdages
James Lopez
Apparition :
Cinéma
Télévision
Voix Originale(s) :
David Ogden Stiers
Voix Française(s) :
Elie Semoun

Le portrait

rédigé par Karl Derisson
Publié le 02 février 2022

Avec Pocahontas, une Légende Indienne, les studios Disney offrent au public de remonter le temps et de se projeter au tout début du XVIIe siècle, à l’époque de la découverte de la Virginie par les Anglais. L’enjeu est alors de taille. La colonisation figure en effet parmi les épisodes les plus sombres de l’histoire des États-Unis. Le destin des principaux protagonistes est en particulier funeste. Une part de violence est évidemment inévitable. Pour rendre le récit accessible, de nombreuses libertés sont dès lors prises avec la réalité historique. Plusieurs personnages comiques sont par ailleurs ajoutés à l’intrigue, à l’image du raton-laveur Meiko, du colibri Flit, du chien Percy et du valet de chambre Wiggins.

Wiggins, serviteur dévoué et "chaudement recommandé"

Wiggins apparaît à l’écran dès les premières minutes de Pocahontas, une Légende Indienne. Alors que la foule extatique des Londoniens assiste à l’embarquement des membres de l’équipage du Susan Constant, il accompagne en effet le gouverneur John Ratcliffe choisi par le roi pour diriger cette expédition vers le prometteur Nouveau Monde. Le sourire jusqu’aux oreilles, il sort alors du carrosse en portant sur un coussin le grassouillet petit chien de son maître, Percy.

Si l’avenir en Amérique semble prometteur, la traversée de l’Atlantique, elle, est une vraie gageure. Une tempête orageuse déchire bientôt le ciel. La pluie et le vent, ainsi que des vagues gigantesques, manquent chaque seconde de faire couler le navire. La survie des hommes est en jeu. John Smith risque sa vie pour sauver Thomas, l’un de ses compagnons de voyage. Le désespoir est sur le point de s’emparer de tout le monde, mais le gouverneur a les mots pour redonner du baume au cœur à chacun. Une lanterne et un parapluie à la main, Wiggins le suit partout afin qu’il ne soit pas trempé par la pluie. D’un optimisme à toute épreuve, le valet est lui-même galvanisé par le discours de son maître.

Alors que le Susan Constant parvient enfin jusqu’aux rivages du Nouveau Monde, Wiggins s’affaire comme à l’accoutumée à dorloter Percy. Écoutant John Ratcliffe se féliciter de sa découverte grâce à laquelle il espère bien faire fortune, il brosse et parfume le petit carlin qui s’est au préalable vu servir un copieux repas. Très heureux de faire partie de cette aventure extraordinaire, Wiggins s’interroge cependant sur la rencontre possible avec les sauvages. Pensant déjà pactiser avec eux en leur offrant des victuailles, il provoque la consternation chez son maître qui, pour sa part, n’entend pas fraterniser avec ceux qu’il considère comme des êtres inférieurs. « Et dire qu’on me l’avait chaudement recommandé... », lance Ratcliffe avec un dédain certain vis-à-vis de son serviteur dévoué. Loin de se laisser abattre, Wiggins, en bon flagorneur, tente bientôt de rassurer le gouverneur. Ce dernier est en effet très jaloux de l’affection que l’équipage porte à John Smith alors même qu’il est pour sa part la risée de la cour. « Moi, je vous adore ! », lance Wiggins avec entrain tout en habillant Ratcliffe avant que celui-ci ne mette le pied à terre.

Après John Ratcliffe, c’est au tour de Percy d’être choyé avant de débarquer. Pendant que le gouverneur prend possession de cette terre au nom de sa majesté le roi Jacques 1er, le chien se prélasse dans sa baignoire. Charmé par l’éloquence de son patron, Wiggins, une brosse à la main, frotte avec le sourire le hautain Percy afin que ce dernier brille comme un sou neuf ! Le valet accompagne ensuite joyeusement son maître qui, au cours d’un numéro musical énergique, encourage ses hommes à creuser pour déterrer l’or du Nouveau Monde.

Pendant que les colons se mettent au travail, Wiggins amène les outils et charrie des brouettes de terre à travers la forêt. Il commence aussi à sortir les effets personnels du gouverneur. Coffre, fauteuil, vaisselle, canons, boulets et bougies s’entassent ainsi sur la plage. Wiggins amène aussi le portrait du roi Jacques 1er que Ratcliffe, rempli de ferveur, transperce en plaçant sa tête à la place de celle du souverain. Plus tard, Wiggins s’affaire à tailler quelques buissons. Il crée alors de très jolies taupières en forme d’éléphant, d’ours, de girafe et de licorne. Prié par son maître de le débarrasser d’une cuisse de poulet à peine mangée qu’il tente de refiler à Percy, Wiggins voit cependant avec effroi son travail être totalement anéanti lors d’un affrontement violent avec les Indiens.

Au fur et à mesure que les jours passent, les choses vont rapidement de mal en pis. La terre du Nouveau-Monde n’est pas aussi hospitalière que prévu. L’or est loin de couler à flot. La fatigue, la pluie et la boue ont eu tôt fait de porter atteinte au moral des troupes. Mais Wiggins ne perd malgré tout ni son espoir, ni sa joie de vivre. Avec malice, il pénètre dans la tente de Ratcliffe en faisant mine d’avoir été blessé par une flèche lui ayant transpercé la tête. Très amusé par sa blague, il dévoile rapidement la supercherie en tendant l’arme factice à son maître qui ne trouve pas cela drôle du tout !

N’imaginant pas une seconde déclencher la colère de Ratcliffe, Wiggins est bientôt pris à parti par Ratcliffe qui, piqué au vif par cette flèche cassée, se persuade lui-même que les Indiens sont entièrement responsables de ses malheurs. « Wiggins ! Pourquoi crois-tu que ces païens insolents nous aient attaqué ?! », demande-t-il avec rage à Wiggins qui, totalement dépourvu de second degré, répond avec franchise que c’est sans doute parce que les colons ont envahi leurs terres, coupé leur arbres et creusé leur sous-sol... Sans le vouloir, le valet vient de cristalliser la fureur de son maître à présent plus que jamais décidé à se débarrasser des Indiens !

Très enthousiaste en apprenant que l’Amérique regorge de maïs, un produit bien meilleur que le porridge et le gruau, un met qu’il adore, Wiggins est bientôt sorti de son sommeil par les cris de Thomas qui informe ses compagnons que John Smith vient d’être fait prisonnier par les Indiens. Vêtu de sa simple chemise de nuit, une bougie à la main, il trottine en chaussons vers la tente de Ratcliffe afin de le prévenir. Mais le gouverneur est déjà bien réveillé et il est ravi de la situation. La capture de Smith est le prétexte idéal pour déclencher la guerre. Pendant que Ratcliffe harangue ses hommes, Wiggins prépare ce dernier en assemblant une à une chacune des parties de son armure. Il amène ensuite les fusils distribués aux Anglais.

Wiggins ne participe pas à l’assaut. Il ne réapparaît dès lors qu’à la toute fin du film. Debout sur la plage, il assiste à l’embarquement de John Ratcliffe, son maître qui a été mis au fer après avoir tiré sur John Smith. Son mouchoir à la main, le valet, très déçu, déplore la situation. « Et dire qu’on me l’avait chaudement recommandé », se désole-t-il en soupirant !

La Conception du personnage

Wiggins est une pure création des artistes de Disney. Contrairement à Pocahontas, au chef Powhatan, à John Smith ou bien encore à John Ratcliffe, il ne s’inspire en effet pas d’un personnage ayant réellement existé.

Flagorneur patenté, Wiggins est le valet dévoué du gouverneur John Ratcliffe. Totalement servile, il s’occupe quotidiennement de son maître qui semble dépendre totalement de lui dès lors qu’il s’agit de s’habiller ou de se nourrir. Corvéable à merci, Wiggins est également au service du chien de Ratcliffe, Percy. Le petit carlin est ainsi chouchouté comme un petit prince par son serviteur qui semble se moquer royalement du fait que l’animal le considère avec le plus grand mépris.

Fort d’un enthousiasme et d’une gaieté à toute épreuve, Wiggins vit son expédition vers le Nouveau Monde comme une aventure extraordinaire. Ne voyant le mal nulle part, il découvre ainsi avec un bonheur non dissimulé cette terre inconnue. Tout ce qui l’entoure le ravit en effet totalement. Aveuglé par l’amour qu’il porte à son maître, il ne semble pas prêter attention aux sombres desseins de ce dernier. D’une naïveté stupéfiante, il préfère ignorer les méfaits des Anglais pour se consacrer à quelques travaux de jardinage au cœur de l’imposante forêt. D’une gentillesse confondante, il n’est pas plus perturbé par les rêves de pouvoir de Ratcliffe qui, sans honte, complote ouvertement contre le roi Jacques 1er dont il espère prochainement ravir le trône grâce à sa fortune amassée en Amérique. Sans même s’en apercevoir, Wiggins est complice de haute trahison !

Jeune garçon à la crédulité débordante et à l’intelligence somme toute limitée, Wiggins a vu son caractère changer au fur et à mesure de la production de Pocahontas, une Légende Indienne. Dans certains storyboards produits en novembre 1993, il apparaît en effet comme un être bien plus hautain et méprisant vis-à-vis de l’équipage du Susan Constant. Sa pédanterie est notamment montrée dans une scène durant laquelle il fait la leçon aux colons. L’air suffisant, il leur demande en effet quand ils en auront terminé avec l’édification de l’enceinte du camp. Il leur conseille alors d’accélérer et de ne pas hésiter à se salir un peu les mains. Passablement agacés par le ton utilisé, les Anglais lui jettent alors leurs pelletés de terre au visage.


Storyboard de la scène abandonnée "Les colons jettent la terre sur Wiggins"

Développé dans les premières moutures du script, le caractère méprisant de Wiggins est toutefois rapidement abandonné. Pocahontas, une Légende Indienne est en effet un récit dur et violent. Le scénario a besoin de légèreté. Wiggins oublie par conséquent son rôle de méchant pour passer du côté des personnages comiques. Sa nouvelle personnalité tranche alors avec celle de son maître. Le gouverneur Ratcliffe est dur et cruel quand Wiggins se montre doux et soucieux des autres. Ratcliffe est un raciste patenté alors que Wiggins imagine déjà se lier d’amitié avec les Indiens. Ratcliffe méprise ses hommes alors que Wiggins se soucie du moral de l’équipage durant la tempête.


Extrait du storyboard réalisé par Todd Kurosawa

L’apparence de Wiggins est elle aussi à l’opposé de celle du gouverneur. John Ratcliffe est grand, gros et puissant. Wiggins, de son côté, est un gringalet plus petit, mince et frêle. Les couleurs de ses vêtements tranchent également avec celles du méchant. Ratcliffe porte un costume pourpre, noir et fuhia. Les vêtements de Wiggins possèdent quant à eux des teintes plus chaudes, orangées et ocres. Comme celle des autres colons, la colorimétrie du costume de Wiggins détonne par ailleurs avec celle du Nouveau Monde et de ses habitants, davantage tournée vers le vert, le turquoise et le rose.

L’animation de Wiggins est supervisée par Chris Buck.
Né le 24 février 1958 à Wichita, au Kansas, Buck se découvre très tôt une passion pour l’animation après avoir découvert Pinocchio au cinéma lorsqu’il est enfant. Élève de l’Institut CalArts, il entre chez Disney en 1978. Il devient alors animateur sur Rox et Rouky, Taram et le Chaudron Magique, Footmania pour Dingo, Oliver & Compagnie et participe à la création des personnages de La Petite Sirène et de Bernard et Bianca au Pays des Kangourous. Après avoir réalisé l’épisode Family Dog de la série Amazing Stories diffusée sur CBS, il participe à la production de Pocahontas, une Légende Indienne. Son animation de Wiggins, de Percy et de Grand-Mère Feuillage lui vaut alors d’être nommé aux Annie Awards. Il est ensuite promu coréalisateur de Tarzan aux côtés de Kevin Lima. Animateur de Maggie dans La Ferme se Rebelle, il écrit et dirige ensuite La Reine des Neiges avec Jennifer Lee et décroche l’Oscar du Meilleur Film d’animation. Également réalisateur de la suite des aventures d’Anna et Elsa, Chris Buck siège au comité directeur des studios d’animation Disney.

Chris Buck
Rejean Bourdages
James Lopez

Chris Buck collabore avec Rejean Bourdages et James Lopez.
Formé au Sheridan College, Rejean Bourdages débute sa carrière avec des projets comme Les Bisounours, le Film, Astérix et la Surprise de César et Fievel et le Nouveau Monde. En 1987, il intègre les équipes de Disney et travaille sur Qui Veut la Peau de Roger Rabbit. Animateur de Wilbur dans Bernard et Bianca au Pays des Kangourous, il donne ensuite vie à Lumière, au Génie d’Aladdin, aux Hyènes dans Le Roi Lion, à Wiggins dans Pocahontas, une Légende Indienne et aux Gargouilles dans Le Bossu de Notre-Dame. Crédité au générique d’Excalibur l’Épée Magique, Space Jam et du (Le) Géant de Fer, il rejoint en mars 1996 Dreamworks, S.K.G. et travaille en tant que scénariste sur Fourmiz, La Route d’Eldorado, Shrek, Gang de Requins, Shrek 2, Madagascar et Shrek le Troisième. Tout en collaborant en freelance sur Atlantide, l’Empire Perdu, Kuzco, l’Empereur Mégalo, La Planète au Trésor - Un Nouvel Univers, Frère des Ours et La Ferme se Rebelle, Rejean Bourdages passe également chez Aardman. Enseignant un temps à l’Animation Collaborative, Inc., l’artiste est engagé aux studios Pixar en janvier 2011. Il travaille alors sur Le Voyage d’Arlo, Cars 3, Toy Story 4, En Avant, Soul, Luca et Alerte Rouge.

Après avoir œuvré sur Rover Dangerfield et Rock-O-Rico, James Lopez entre chez Disney au début des années 1990. Il anime alors Timon dans Le Roi Lion, Peine dans Hercule et Tipo dans Kuzco, l’Empereur Mégalo. Artiste sur Mickey Perd la Tête, Fantasia 2000, La Ferme se Rebelle et Chicken Little, il passe ensuite chez Dreamworks, S.K.G. et collabore aux productions de Souris City et Bee Movie - Drôle d’Abeille. De retour chez Disney, il anime le docteur Facilier dans La Princesse et la Grenouille et participe à la création de Winnie l’Ourson. Sa filmographie est complétée par Tom et Jerry & le Magicien d’Oz, American Murder Song et Hullabaloo dont il est le réalisateur.

Les Voix de Wiggins

En version originale, Wiggins est doublé par David Ogden Stiers. Né le 31 octobre 1942, le comédien travaille un temps pour l’Actors Workshop de San Francisco puis la compagnie de John Houseman à New York. Au cinéma, il apparaît dans des films comme Ombre et Brouillard, L'Enfer Blanc, Tout le Monde Dit I Love You, Un Indien à New York ou encore The Majestic. Habitué des productions Disney, il prête sa voix à Big Ben, à l'Archidiacre de Notre-Dame ainsi qu’à Jumba Jookiba. Outre Wiggins, il interprète également le gouverneur John Ratcliffe dans Pocahontas, une Légende Indienne. Très présent au théâtre, à la télévision et associé au doublage de certains films d’Hayao Miyasaki, David Ogden Stiers est décédé le 3 mars 2018.

David Ogden Stiers
Élie Semoun

En version française, le rôle de Wiggins est tenu par Élie Semoun. Né à Paris le 16 octobre 1963, l’humoriste et comédien débute au théâtre et à la télévision dès les années 1980 et parvient à se faire un nom grâce au duo formé entre 1990 et 1997 avec Dieudonné ainsi que grâce à ses petites annonces. Au cinéma, il apparaît dans Les Trois Frères, Le Clone, Les Dalton, Astérix aux Jeux Olympiques, L’Élève Ducobu... Réalisateur de Ducobu 3, il prête sa voix à Zébulon dans Le Manège Enchanté, à Cubitus dans Astérix : Le Domaine des Dieux, à Fender dans Robots et à Sid dans la saga L’Âge de Glace.

Les Autres Apparitions de Wiggins

Absent de Pocahontas 2 : Un Monde Nouveau, la suite du grand-classique de 1995, Wiggins ne fait qu’une brève apparition dans l’épisode Ours en Boîte de la série Disney’s Tous en Boîte.


Disney's Tous en Boîte

Dans Meiko fait des Siennes, l’un des livres du coffret Pocahontas : Six Nouvelles Aventures, le lecteur apprend que Wiggins est particulièrement malheureux suite à l’arrestation du gouverneur Ratcliffe. Désœuvré, il cherche alors à donner un but à sa vie. S’essayant à la peinture et à la poterie, il ouvre finalement une auberge nommée en hommage à sa maman.
Dans Cap sur le Nouveau Monde, un autre volume du recueil, le lecteur découvre en outre que durant la traversée vers l’Amérique, l’équipage du Susan Constant chercha à se mutiner contre Ratcliffe. Wiggins surprend alors le complot mais est contraint de ne rien dire sous peine de représailles contre Percy, le chien de son maître.

Protagoniste somme toute anecdotique, Wiggins n’en reste pas moins un beau personnage qui permet d’apporter une bonne dose d’humour et beaucoup de fraîcheur à Pocahontas, une Légende Indienne dont le propos demeure particulièrement dur.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.