Ichabod Crane
Date de création :
Le 05 octobre 1949
Nom Original :
Ichabod Crane
Créateur(s) :
Frank Thomas
Ollie Johnston
Wolfgang Reitherman
Eric Larson
Ward Kimball
John Lounsbery
Les Clark
Fred Moore
John Sibley
Hugh Fraser
Harvey Toombs
Hal King
Hal Ambro
Marvin Woodward
Apparition :
Cinéma
Télévision
Voix Originale(s) :
Bing Crosby
Oliver Wallace
Pinto Colvig
Voix Française(s) :
Daniel Beretta

Le portrait

rédigé par Karl Derisson
Publié le 31 octobre 2021

En 1949, les studios Disney s’attaquent à un monument de la littérature américaine, La Légende du Val Dormant, le roman le plus célèbre de Washington Irving publié en 1820 et dont le héros, Ichabod Crane, reste aujourd’hui encore une figure familière pour la majorité des jeunes Américains.

"Un épouvantail échappé de son champ de maïs" chez Irving

Présenté dès les premières lignes du roman comme un « homme à l’âme digne », Ichabod Crane est le nouvel instituteur du petit village de Sleepy Hollow. Natif du Connecticut, son nom, qui veut dire « grue » en anglais, lui va comme un gant tant sa silhouette rappelle celle de l’échassier. Ichabod Crane est grand, excessivement maigre, avec des épaules étroites et des membres interminables. Ses mains, immenses, dépassent largement de ses manches. Ses pieds, démesurés, font penser à des pelles. De sa tête, très petite et plate, dépassent des oreilles gigantesques et un nez long, courbe et pointu surmonté de deux yeux verts vitreux. Pour les habitants de Sleepy Hollow, le professeur ressemble dès lors davantage à « une carcasse en train de se disloquer » qu’à un humain ordinaire. Flottant dans des vêtements visiblement trop grands pour lui, Ichabod Crane ressemble plus à « un épouvantail échappé de son champ de maïs » !

Sans âge, Ichabod Crane est l’unique professeur de la petite bourgade qui, à l’évidence, n’a pas pour souci principal l’éducation de ses enfants. Située au pied de la colline, près d’un ruisseau et d’un grand bouleau, l’école du village se limite en effet à une simple bâtisse grossièrement faite de rondins. Les vitres, cassées, ont été en grande partie remplacées par des feuilles de vieux cahiers. La porte, désarticulée, ne tient fermée que grâce à un brin d’osier entortillé autour de la poignée. Les volets, prêts à tomber, ne tiennent qu’avec deux pieux enfoncés dans le sol. À l’intérieur, une seule et unique pièce sert à la fois de salle de classe et de logement à l’enseignant.


Ichabod Crane, illustration de F.O.C. Darley, 1849.

Malgré des conditions de travail misérables, Ichabod Crane a l’amour de son métier. « Homme consciencieux », sa voix autoritaire lui permet de faire régner le calme dans sa classe. Soucieux de ses élèves, il n’est toutefois pas rare que l’instituteur soit obligé de jouer de la baguette pour remettre tel ou tel gamin dans le droit chemin. « Qui aime bien, châtie bien ! », telle est sa devise. Les petites frappes et les gros caïds sont ainsi remis à leur place, pour le plus grand bonheur des élèves malingres et autres boucs-émissaires.
Si la journée, Ichabod Crane sait se montrer sévère, il n’en reste pas moins un bon ami des élèves les plus âgés avec qui il joue le soir après les cours. Il lui arrive également de ramener régulièrement les enfants chez eux, surtout ceux dont la sœur ou la maman est agréable à regarder. Un garde-manger bien rempli est également une bonne occasion de ramener un gosse chez lui. Car Ichabod Crane n’est rien d’autre qu’un pique-assiette adorant la bonne chair. Gros mangeur aux revenus trop faibles pour satisfaire tous ses besoins, il a depuis un moment pris l’habitude d’être logé et nourri par les fermiers du coin. Chaque semaine, il fait donc la tournée du voisinage avec ses maigres affaires – deux chemises, une troisième en lambeaux, deux écharpes, deux paires de chaussettes en coton, une vieille paire de culottes en velours, un rasoir rouillé, un recueil de psaumes aux pages cornées, un pipeau cassé et quelques fournitures d’école – soigneusement rangées dans un baluchon en coton.


Ichabod Crane in his classroom, illustration de F.O.C. Darley, 1849.

Pour ne pas trop passer pour un profiteur, Ichabod Crane aide parfois les fermiers dans leur travail. Il sert aussi de professeur de chant aux femmes du village et dirige le chœur à la messe. Menant une vie semi-nomade, il passe en outre de maison en maison pour colporter les dernières informations. Lecteur hors-pair, il force alors l’admiration auprès des habitants de Sleepy Hollow qui s’étonnent de sa maîtrise absolument parfaite de L’Histoire de la Sorcellerie en Nouvelle-Angleterre, un ouvrage sur la magie noire écrit par le célèbre théologien et pasteur Cotton Mather. Ichabod Crane nourrit en effet une fascination pour la sorcellerie à laquelle il croit dur comme fer. Après l’école, il apprécie de lire des histoires merveilleuses. Parmi les récits de gobelins et de fantômes que Crane adore, figure notamment en bonne place celui du Cavalier sans tête. Adorant se faire peur, il rentre ensuite chez les uns ou les autres à la nuit tombée avec la peur au ventre de croiser un revenant. Chaque petit bruit ambiant devient alors une source de terreur énorme, qu’il s’agisse du vent, du coassement d’un crapaud, du battement d’ailes d’un oiseau. Pour se rassurer, l’instituteur entonne des psaumes avec l’espoir que ceux-ci éloigneront les mauvais esprits !


Ichabod at Dinner, illustration de F.O.C. Darley, 1849.

En plus d’un fort penchant pour les femmes, Ichabod Crane salive également devant les richesses de Baltus Van Tassel, le plus riche fermier de la région. Son rêve absolu serait alors d’épouser sa fille, Katrina, et de fonder avec une grande famille. Mais un autre prétendant est aussi sur les rangs, le gros bras du village, Brom Bones. Tous les coups sont dès lors permis pour éloigner le professeur de la belle héritière. Bones est prêt à en venir aux mains mais en face de lui, le naïf Ichabod refuse toute bonnement de rendre les coups.


Ichabod and Katrina, illustration de F.O.C. Darley, 1849.

Fou amoureux de la fortune des Van Tassel, Ichabod est ravi au moment de recevoir son invitation à la grande fête de l’automne organisée comme chaque année par le vieux Baltus. Pour l’occasion, il décide de se refaire une beauté. Après avoir brossé son meilleur et unique costume noir, il passe une demi-heure de plus à faire sa toilette avant de coiffer son petit chapeau de paille sur sa tête. Au crépuscule, il se rend alors à la fête en chevauchant Poudre à canon, le cheval d’un fermier voisin beaucoup trop petit pour lui, ce qui lui donne l’air totalement ridicule. Mais Ichabod s’en moque. La fête est une si merveilleuse opportunité pour s’empiffrer de tout ce qui se trouve sur les tables et pour faire les yeux doux aux demoiselles. C’est aussi le bon moment pour montrer ses talents de danseurs. C’est surtout l’occasion d’écouter ces histoires de fantômes qu’il aime tant.


Ichabod dancing with Katrina Van Tassel, illustration de F.O.C. Darley, 1849.

À la fin de la soirée, la nuit est déjà tombée depuis longtemps. Au cœur des ténèbres, Ichabod Crane quitte la maison des Van Tassel tel « quelqu’un qui aurait pillé un poulailler ». La peau du ventre bien tendue, il réveille sans ménagement son cheval et prend le chemin du retour. Comme à chaque fois, les bruits environnants le terrifient. Ichabod sifflote pour se donner une contenance mais dans sa poitrine, son cœur bat la chamade. Soudain, Poudre à canon s’arrête devant le pont. Des bruits de sabots se font entendre. « Qui est là ? », demande Ichabod qui commence à réciter un psaume. Les yeux hagards, il aperçoit un cavalier, géant, monté sur un colossal étalon noir. Sa langue se dessèche. L’instituteur n’arrive plus à parler.


Ichabod pourchassé par le Cavalier sans tête,
illustration de F.O.C. Darley, 1849.

Lorsqu’il arrive à son niveau, Ichabod se rend compte que le cavalier n’a pas de tête ! À grands coups de pied et de cravache, il brutalise son cheval pour qu’il parte au galop. Il sent le souffle du cheval du cavalier derrière lui. Enfin, le professeur franchit le pont près de l’église. De l’autre côté du ruisseau, le Cavalier sans tête s’est arrêté. Il s'empresse de jeter une citrouille enflammée en direction d’Ichabod. Tentant d’esquiver, il est touché en plein crâne. À terre, il voit le Cavalier passer près de lui. Poudre à canon prend la fuite... Le lendemain, les villageois ne retrouvent que le cheval. Aucune trace de l’enseignant qui, pour sa part, a disparu. La rumeur se répand qu’il a été emporté par le Cavalier sans tête. Bientôt, son souvenir est oublié... Mais une autre rumeur raconte qu’il aurait peut-être quitté le Val, sans doute à cause de sa peur ou bien car il aurait été finalement éconduit par Katrina. Certains disent aussi qu’il continuerait d’enseigner tout en étudiant lui-même le droit. Reçu à l’examen du barreau, il serait entré en politique avant d’être nommé juge à la Cour des Dix Livres.

"Un corbeau perché sur deux échasses" chez Disney

Présenté comme un maître d’école itinérant, Ichabod Crane apparaît dès les premières secondes du film de Disney. Le nez enfoui dans les pages d’un livre, il arrive enfin à Sleepy Hollow durant la fin d’un après-midi automnal. Et à l'évidence, sa venue ne laisse pas indifférent. Les animaux, chiens et chevaux, semblent effrayés par le bonhomme. Tout le monde est bouche-bée sur le bord des rues. Tout de suite, les copains de Brom Bones se moquent alors que les femmes, elles, tombent immédiatement sous le charme de cet élégant étranger aux belles manières.

Absorbé par sa lecture, Ichabod ne s’inquiète pas de la réaction des gens. Continuant de remonter la rue jusqu’à son école, il est cependant attentif à ne pas croiser un chat noir ou bien à ne pas passer sous une échelle. Car le nouveau professeur est quelqu’un de très superstitieux. C’est également un beau pique-assiette, toujours à l’affut d’un petit truc à manger, une tarte chapardée sur le plateau de la boulangère ou bien une volaille délicieusement rôtie.

Dans sa salle de classe, Ichabod est quelqu’un d’assez strict. Tel un empereur à la tête de son royaume, il règne sur sa cohorte d’élèves et ne tolère aucun bavardage ni aucun jeu. Il sait toutefois pardonner aux enfants, surtout ceux dont la mère est fine cuisinière. Le soir, il ne refuse en effet jamais une invitation à dîner chez telle ou telle famille. Pour ne pas passer pour un malotru, il tient d’ailleurs à jour son agenda, histoire de ne pas manger trop souvent chez les mêmes. Il note également chaque repas, histoire de ne pas se retrouver un jour invité à une mauvaise table !

Pour arrondir son maigre salaire d’enseignant, Ichabod Crane consacre son temps libre au chœur de la paroisse du village. Assis devant son piano, il entraîne alors au chant trois demoiselles dont les voix de crécelles ont tôt fait de réveiller tout le village. Avec sa voix de stentor, il leur donne le tempo sans se soucier de la bande de Brom Bones qui, à la fenêtre, se moque de lui. Ensorcelant les jeunes femmes avec ses yeux verts, il est rare qu’il puisse terminer sa leçon correctement. Sous son charme, les élèves s’évanouissent en effet avant la fin, ce qui laisse alors le temps à Ichabod de savourer la bonne nourriture qu’elles ont apportée pour lui.

Insensible aux avances des femmes de Sleepy Hollow, Ichabod Crane tombe un jour en extase devant la belle Katrina Van Tassel. La demoiselle est ravissante. Surtout, elle est la riche héritière de son père, le vieux Baltus Van Tassel, le plus riche fermier de la région. Ni une, ni deux, l’instituteur voit en elle une superbe opportunité de vivre dans l’opulence. Usant de son éducation et de ses bonnes manières, il tente ainsi de séduire la belle jeune femme. C’est désormais son obsession. Et tout le reste n’a plus d’importance, notamment sa salle de classe qui, bientôt, se transforme en véritable capharnaüm.

Chaque jour, Ichabod guette la belle Katrina. Et chaque jour, il s’attire les foudres de Brom Bones, le gros caïd qui, lui aussi, a des vues sur la belle. Mais Ichabod s’en moque. Il ne prête aucune attention au gros bras qui tente de l’empêcher d’approcher. Une fleur volée à la boutonnière, le professeur ne laisse pas Katrina indifférente. Celle-ci n’a en effet jamais vu quelqu’un d’aussi bien éduqué que lui. Sentant ses chances s’envoler, Brom met tout en œuvre pour se débarrasser de son rival qui, avec une chance incroyable, se sort de toutes les situations inconfortables.

À quelques heures de la fête d’Halloween, Ichabod Crane est sur un petit nuage. Il a reçu une invitation à la grande soirée organisée comme chaque année par Baltus Van Tassel. Mieux, la missive est signée de la main de la belle Katrina. Ichabod est donc aux anges et tient à faire bonne impression. Un peu de poussière de craie pour le teint, un dernier coup de main dans les cheveux, une fleur sur la veste... Ichabod est prêt à se mettre en route, empruntant pour ce faire Poudre à canon, le piètre cheval de son voisin.

La soirée, déjà, s’annonce prometteuse. Ichabod s’empiffre de toutes les merveilles placées sur les tables. Il partage la piste de danse avec la belle Katrina. Le rêve ! Mais Brom Bones, écœuré, est prêt à agir. Et il sait où taper fort. Ichabod vient de renverser une salière. Pour exorciser le sort, il jette une pincée de sel par-dessus son épaule. Le sourire jusqu’aux oreilles, Bones vient de découvrir la faille de son rival : il est superstitieux. Comme le veut la tradition, c’est bientôt le moment de raconter des histoires de fantômes. Brom envoûte l’assistance avec la légende du Cavalier sans tête. Ichabod, qui croit tout ce qu’il entend, est terrorisé !

La soirée est gâchée. Mais Ichabod n’est pas encore arrivé au bout de ses peines. Il doit traverser la forêt pour rejoindre son école. L’atmosphère est glaçante. Il fait nuit noire. Chaque bruit est terrifiant. Ichabod sifflote pour se donner une contenance. Il se moque de lui-même lorsqu’il comprend que le bruit des pas derrière lui provient en fait du choc de quelques roseaux sur une souche.

Soudain, un rire démoniaque déchire la nuit. Ichabod n’est pas seul dans cette forêt. Derrière lui, un bruit de sabots se fait entendre. Il se retourne et découvre l’ombre d’un cavalier... sans tête ! Commence alors une course-poursuite effrénée dans les bois. Quand Ichabod pense avoir semé le fantôme, le voilà qui ressurgit de nulle part... Les yeux en dehors des orbites, Poudre à canon court à toute allure. Son sabre à la main, le Cavalier manque à de nombreuses reprises de couper la tête de l’instituteur pris de panique.

Sa seule chance de salut est le ponton qui enjambe la rivière. Tout le monde sait que le Cavalier ne peut pas le traverser. Ichabod et son cheval s’y précipitent. Arrivés de l’autre côté, chacun respire. Mais la messe n’est pas dite. Retenu sur l’autre rive du ruisseau, le Cavalier envoie une citrouille enflammée en direction de l’instituteur.

Le lendemain matin, Ichabod Crane est déclaré disparu. Son chapeau est bientôt retrouvé par terre près du pont. À côté, des traces de sabots côtoient des morceaux de citrouille éclatée. L’instituteur a-t-il été emporté par le Cavalier ? Nul ne le sait. La rumeur prétend néanmoins qu’Ichabod a survécu. Il vivrait aujourd’hui avec une riche veuve et serait à la tête d’une famille de sept enfants...

La Conception du personnage

Souvent les studios Disney ont adapté des monuments de la littérature. Et souvent, ils ont fait le choix d’édulcorer un peu l’histoire. Une exception notable, cependant, La Légende de la Vallée endormie qui se trouve être une copie presque conforme à l’œuvre originale. Certaines phrases du livre sont même reprises à l’identique dans le dessin animé. Aussi, l’Ichabod Crane de Disney est presque en tout point identique à celui de Washington Irving.

Dans La Légende de la Vallée Endormie, Ichabod Crane apparaît ainsi sous les traits d’un homme sans âge, très grand, avec des pieds et des mains démesurés. De grandes oreilles et un nez proéminent sortent de sa petite tête plate. Ses vêtements rappellent ceux des premiers colons, en particulier ses chaussures rehaussées d’une boucle en métal et son minuscule tricorne.

Ichabod Crane est animé par un véritable régiment d’animateurs. Parmi eux, pas moins de sept membres du groupe des Neuf Vieux Messieurs officient sur telle ou telle scène.
Frank Thomas se charge en particulier de la séquence dans les bois précédant la course-poursuite. Né le 5 septembre 1912 à Fresno, en Californie, l’artiste fait ses gammes à l’Université de Stanford puis à l’Institut Chouinard avant d’entrer chez Disney en 1934. Il donne alors vie, entre autres, à Mickey, les nains, Pinocchio, Bambi et Pan-Pan, Madame de Tremaine, la Reine de Cœur, le Capitaine Crochet, Lady et le Clochard, les trois bonnes fées, Pongo et Roger ou bien encore Mowgli et Baloo. Membre du groupe de jazzmen The Firehouse Five Plus Two, Frank Thomas est élevé au rang de Disney Legend en 1989. Il décède le 8 septembre 2004 à l’âge de quatre-vingt-douze ans.

Frank Thomas
Wolfgang Reitherman

Wolfgang Reitherman anime la scène de la danse et le reste de la course-poursuite dans la sombre forêt. Né le 26 juin 1909 à Munich, l’artiste sort lui aussi diplômé de l’Institut Chouinard en 1933 puis intègre les rangs de Disney. Parmi ses créations, figurent notamment des personnages comme Dingo, Monstro, le Tyrannosaure, Timothée et Tick-Tock le crocodile. Nommé superviseur de séquence sur La Belle au Bois Dormant, il passe à la réalisation et dirige tous les classiques de Disney des (Les) 101 Dalmatiens aux (Les) Aventures de Bernard et Bianca. Également nommé Disney Legend, il se tue dans un accident de voiture le 22 mai 1985. Il avait soixante-quinze ans.

La scène de la danse, ainsi que le cours de chant, sont mis en images par Ollie Johnston. Originaire de Palo Alto, en Californie, où il naît le 31 octobre 1912, il suit les cours de l’Institut Chouinard puis entre chez Disney en 1935. Débutant comme intervalliste sur plusieurs courts-métrages avec Mickey, il monte bientôt en grade et devient animateur puis superviseur. Au générique de presque tous les longs-métrages d’animation Disney, de Blanche Neige et les Sept Nains à Rox et Rouky, il a notamment donné vie à Pinocchio, Pan-Pan, Javotte et Anastasie, Alice, Monsieur Mouche, Jock, les trois fées de La Belle au Bois Dormant, Nanny, Archimède, Mowgli et Baloo, le Prince Jean, Winnie et Porcinet ainsi que Rox et Rouky. Grand passionné de trains anciens, élevé au rang de Disney Legend en 1989, Ollie Johnston est mort le 14 avril 2008 à l’âge de quatre-vingt-quinze ans.

Ollie Johnston
Ward Kimball

Les parties les plus cartoonesques de la course-poursuite sont quant à elles dessinées par Ward Kimball. Né le 4 mars 1914 à Minneapolis, il entre chez Disney en 1934. Réputé pour son caractère exubérant, il anime entre autres les nains, Jiminy Cricket, Jim Crow, Panchito et José Carioca, Lucifer, le Chapelier Fou et le Lièvre de Mars ou bien encore les jumeaux Tweedle Dee et Tweedle Dum. Passionné par les trains, il devient réalisateur et dirige à ce poste les courts-métrages Adventures in Music : Melody et Les Instruments de Musique, ainsi que les émissions de Disney sur l’espace. Couronné aux Oscars pour C’est Pas Drôle d’Être un Oiseau en 1970, il rejoint le club fermé des Disney Legends treize ans avant sa mort, le 8 juillet 2002, à l’âge de quatre-vingt-huit ans.

John Lounsbery supervise l’arrivée d’Ichabod à Sleepy Hollow. Né le 9 mars 1911 à Cincinnati, l’artiste étudie à l’Art Institute de Denver puis à l’Art Center School of Design de Los Angeles. Engagé chez Disney en 1935, il donne vie à des personnages comme Pluto, la Sorcière, Grand Coquin et Gédéon, Ben Ali Gator, Monsieur Darling, le Chat du Cheshire, Tony et Joe, les rois Stéphane et Hubert ou bien encore le colonel Hathi. Nommé réalisateur des (Les) Aventures de Winnie l’Ourson et des (Les) Aventures de Bernard et Bianca, il décède le 13 février 1976 à l’âge de soixante-quatre ans.

John Lounsbery
Eric Larson
Les Clark

Eric Larson anime Ichabod dans son école. Né le 3 septembre 1905 à Cleveland, il entre chez Disney en 1933. Son nom reste alors attaché à des personnages tels que les animaux de Blanche Neige et les Sept Nains, le chat Figaro, Frère lapin, la chienne Peg, les Dalmatiens et les Vautours du (Le) Livre de la Jungle. Au début des années 1970, alors que ses collègues commencent à partir à la retraite, Eric Larson devient le mentor de la nouvelle génération. Il disparaît le 25 octobre 1988 à l’âge de quatre-vingt-trois ans. Il est nommé Disney Legend l’année suivante.

Le pionnier Les Clark s’occupe enfin des cours de chant et de diverses petites apparitions d’Ichabod Crane. Originaire d’Ogden, dans l’Utah, où il naît le 17 novembre 1907, l’artiste est l’une des premières recrues des studios Disney dès 1927. Au travail sur les Alice Comedies et les premiers cartoons de Mickey, il anime notamment Blanche Neige, Pinocchio, le Lapin Blanc et Lady. Il passe à la réalisation en 1955 avec You... the Human Animal et en 1958 avec Paul Bunyan. Les Clark décède le 11 septembre 1979 à l’âge de soixante-et-onze ans.

Fred Moore
Hal Ambro
John Sibley
Harvey Toombs

L’animation d’Ichabod Crane est complétée grâce à Fred Moore (les nains, Crapule, Mickey, Timothée, Le Lapin Blanc, Les Sirènes), Hal King (Jaq et Gus, Lady), Hal Ambro (Johnny Pépin de Pomme, la Marraine Fée), John Sibley (Dingo, Tetti-Tatti, Si et Am, Jasper et Horace), Hugh Fraser (Dingo), Harvey Toombs (Angus MacBlaireau, Cyril Trottegalop, les trois fées, Peter Pan, Lady) et Marvin Woodward (Mickey, les nains, Gus et Jaq, les garçons perdus).

Ichabod Crane, héros ou méchant ?

Absolument savoureux, Ichabod Crane fait partie de ces personnages très ambigus qu’il est parfois difficile de classer dans une seule et unique catégorie.
Ichabod Crane peut ainsi être considéré comme un héros. C’est en effet lui le personnage principal de l’histoire. En version originale, le titre du long-métrage, The Adventures of Ichabod and M. Toad, porte d’ailleurs clairement son nom, comme c’est également le cas en français avec la mention du Maître d’École. Tenant le rôle principal, Ichabod est donc, très simplement le héros de l’histoire.

Toutefois, son comportement n’est en rien irréprochable et le spectateur pourrait être tenté de classer Ichabod Crane dans la rubrique des personnages méchants. Bien sûr, il n’est en rien un antagoniste de la trempe des pires crapules telles que la Reine Grimhilde, la fée Maléfique ou bien encore le terrible Capitaine Crochet. Ichabod Crane ne souhaite la mort de personne. Il ne veut pas de mal à ses voisins. Mais il n’en reste pas moins un petit voleur de bas étage capable de chaparder de la nourriture discrètement pour s’empiffrer en secret. Il est de plus un beau profiteur et un sacré pique-assiette qui mange à tous les râteliers.

Surtout, les intentions et les agissements d’Ichabod sont loin d’être louables. Il se refuse de sanctionner les élèves désobéissants à partir du moment où le panier repas préparé par leur maman est copieusement rempli. Il est dès lors facile d’imaginer qu’un enfant avec un maigre déjeuner dans son sac serait pour sa part sévèrement puni. Par ailleurs, l’amour qu’Ichabod Crane porte à la belle Katrina est absolument proportionnel à la fortune du père de cette dernière. Aurait-il regardé la belle si son paternel n’avait pas un sou ? C’est bien le magot du vieux Baltus qu’Ichabod convoite, et pas forcément la jolie jeune femme.

À l’évidence, Ichabod Crane correspond davantage à la définition de l’anti-héros. Beaucoup imaginent même qu’il incarne à sa manière un rôle de méchant, l’incarnation d’un être égoïste et vénal, un peu dans la veine de Monsieur Loyal, de Tomasso Tetti-Tatti et d’Edgar. Certains vont même jusqu’à dire que le véritable héros de La Légende de la Vallée Endormie, c’est en réalité le vaillant Brom Bones qui, bien que traditionnellement classé dans la catégorie des méchants, ne commet finalement aucun acte répréhensible. Mieux, il ne cherche qu’à débarrasser Katrina de celui qu’il considère comme un voleur et un imposteur.

Les Voix d'Ichabod Crane

Comme tous les personnages de La Légende de la Vallée Endormie, Ichabod Crane est interprété par Bing Crosby. Également narrateur de la séquence, l’artiste naît le 3 mai 1903 à Tacoma, dans l’État de Washington. Suivant des études de droits, il se découvre très tôt une passion pour la musique et décide de devenir chanteur après avoir découvert sur scène la légende Al Jolson. Crooner renommé, il interprète alors plusieurs tubes parmi lesquels Mississippi Mud, Sweet Leilani, Swinging on a Star et surtout White Christmas. Très ami avec Walt Disney, il mène également une belle carrière au cinéma en apparaissant dans des films comme En Route Vers Bali, La Route Semée d’Étoiles, Un Yankee à la Cour du Roi Arthur, Noël Blanc, Les Sept Voleurs de Chicago... Couronné aux Oscars et aux Grammy, il décède en 1974 des suites d’une crise cardiaque alors qu’il jouait au golf avec des amis.

Bing Crosby
Oliver Wallace

Les sifflements d’Ichabod Crane sont quant à eux réalisés par Oliver Wallace. Né le 6 août 1887 à Londres, au Royaume-Uni, Wallace débute modestement comme pianiste et organiste de cinéma. Dès 1918, il rencontre un premier succès grâce à la chanson Hindustan écrite en collaboration avec Harold Weeks. Collaborateur du parolier Arthur Freed, il quitte la côte Est pour Hollywood en 1933. Embauché par Universal Pictures, il est crédité au générique des films Goodbye Love, Dixteen Fathoms Deep, Life Returns ou bien encore It Happened in New York et Alias Mary Dow. En 1936, il rejoint finalement les studios Disney. Là, il compose la musique de cent-trente-sept courts-métrages, la plupart avec Donald. Très ami avec Walt Disney qui, au vu de son âge, lui voue un respect sans borne, Oliver Wallace écrit également la musique de nombreux long-métrages tels que Dumbo, Victory Through Air Power, Coquin de Printemps, Cendrillon, Alice au Pays des Merveilles, La Belle et le Clochard, Fidèle Vagabond, Le Grand Désert Blanc, Bobby des Greyfriars et L’Incroyable Randonnée. Prêtant sa voix au personnage de Monsieur Moustache dans Le Crapaud et la Maître d’École, il joue son seul et unique rôle au cinéma en 1960 dans Le Clown et l’Enfant où il apparaît sous les traits d’un chef de fanfare. Oliver Wallace décède le 15 septembre 1963 à l’âge de soixante-seize ans. Un Disney Legends Award remis en 2008 honore sa splendide carrière.

Les cris d’Ichabod Crane lors de sa fuite dans les bois sont pour leur part créés par Pinto Colvig. Originaire de Jacksonville, dans l’Oregon où il naît le 11 septembre 1892, l’artiste débute comme clown puis comme animateur intervalliste au sein des studios de Charles Mintz. Au travail sur la série de courts-métrages avec Oswald le Lapin Chanceux, il passe bientôt chez Disney où il devient dès 1932 la voix de Dingo. Participant à la création de la chanson Qui A Peur du Grand Méchant Loup ? avec Ted Sears et Frank Churchill, Pinto Colvig prête également sa voix à d’autres personnages comme Pluto, Grincheux, Dormeur, l’Aracuan et divers autres oiseaux et animaux. Décédé d’un cancer du poumon le 3 octobre 1967, il est couronné par un Disney Legends Award remis à titre posthume en 1993.

Pinto Colvig
Daniel Beretta

En français, le doublage de La Légende de la Vallée Endormie est assuré par Daniel Beretta. Né le 24 décembre 1946 à Audincourt, dans le Doubs, l’acteur commence le solfège dès l’âge de trois ans et monte sur scène dès treize ans. Repéré à Montbéliard, il monte à Paris et suit les cours du Petit Conservatoire de la Chanson de Mireille. Il y rencontre Richard de Bordeaux avec qui il forme un duo couronné de succès. Dès 1966, il apparaît au théâtre dans Copain Clopants, puis dans son premier film, Un Été Sauvage. Depuis 1988, Daniel Beretta est la voix française d’Arnold Schwarzenegger. Il double aussi entre autres Lumière dans La Belle et la Bête et le maire dans L’Étrange Noël de Monsieur Jack.

Les Autres Apparitions d'Ichabod Crane

Bien que mineur dans la filmographie Disney et fort méconnu en dehors des États-Unis, Ichabod Crane a eu le droit à quelques brèves réapparitions au cours des décennies suivantes.
Le 11 mars 1960, il fait en particulier partie des membres de l’écurie Disney qui se réunissent autour de Donald dans Donald, Vedette de Télévision, un opus de l’émission Walt Disney Presents.

Donald Vedette de Télévision
Disney's Tous en Boîte

Près de quarante ans plus tard, Ichabod Crane apparaît dans quelques épisodes de la série animée Disney’s Tous en Boîte. Montré parmi les spectateurs, il est notamment visible dans l’épisode Halloween avec Hadès durant lequel Mickey lance involontairement une citrouille sculptée que le maître d’école reçoit sur la tête.

Ichabod Crane est en outre le personnage principal de la série télévisée Sleepy Hollow. Créée par Alex Kurtzman, Roberto Orci, Phillip Iscove et Len Wiseman, la série diffusée entre 2013 et 2017 sur les ondes de Fox offre une version moderne de La Légende du Val Dormant. Ichabod est alors présenté comme un espion travaillant pour le compte de George Washington durant la guerre d’indépendance. Tué lors d’un affrontement avec le terrible Cavalier sans tête, il revient à la vie, mais en 2013. Plongé au cœur d’une époque qu’il ne connaît pas, il fait la rencontre d’Abbie Mills, l’ancienne partenaire du Shérif de Sleepy Hollow, avec qui il fait équipe pour résoudre plusieurs crimes et mystères liés à la légende du Cavalier.

Dans Sleepy Hollow, Ichabod Crane est interprété par le comédien Tom Mison. Né à Londres le 23 juillet 1982, il débute au théâtre avant de se tourner vers la télévision et le cinéma. Il joue ainsi dans plusieurs longs-métrages comme L’Entente Cordiale, Heroes and Villains, Un Jour, Des Saumons dans le Désert et Stars in Shorts. Il apparaît également dans les séries L’Île Mystérieuse, Hercule Poirot, Inspecteur Lewis, Watchmen et Bones dans laquelle il fait un caméo dans son rôle d’Ichabod Crane.

Ichabod Crane dans les Parcs Disney

Totalement absent des Parcs européens et asiatiques où sa notoriété est faible, Ichabod Crane apparaît en 2017 dans la Frightfully Fun Parade qui défile au Disneyland Park durant les fêtes d’Halloween. Il est alors accompagné des habitants de Sleepy Hollow et du Cavalier sans tête.

Frightfully Fun Parade
Ye Olde Christmas Shoppe

À Walt Disney World Resort, une enseigne accrochée sur la façade du Ye Olde Christmas Shoppe de Liberty Square indique la mention « Music & Voice Lessons by appointment – Ichabod Crane, Instructor ».

Antihéros tantôt drôle, tantôt antipathique, Ichabod Crane fait partie de ces personnages de dessins animés hauts en couleur typiques des années 1940 qui offrent au (Le) Crapaud et le Maître d’École ce charme désuet si agréable et particulièrement savoureux.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.