Arthur (Moustique)
Date de création :
Le 25 décembre 1963
Nom Original :
Arthur (Wart)
Créateur(s) :
Frank Thomas
Ollie Johnston
Milt Kahl
Apparition :
Cinéma
Télévision
Jeux Vidéo
Livres
Parcs
Voix Originale(s) :
Rickie Sorensen
Richard Reitherman
Robert Reitherman
Voix Française(s) :
Dominique Collignon-Maurin
Interprète(s) :
Kenneth More (Un Cosmonaute Chez le Roi Arthur)
Joss Ackland (Un Visiteur Chez le Roi Arthur)
Michael York (Le Chevalier Hors du Temps)
Clive Owen (Le Roi Arthur)
Liam Garrigan (Once Upon a Time - Il Était une Fois)

Le portrait

rédigé par Élodie Sautour
Publié le 04 décembre 2021

Surnommé « Moustique » (« Wart » signifiant en anglais « verrue »), Arthur est le personnage principal du 18e Grand Classique des studios Disney intitulé Merlin l'Enchanteur. Le film s'inspire ainsi de la légende arthurienne et plus particulièrement du roman de T.H. White L'Épée dans la Pierre, premier de la tétralogie La Quête du Roi Arthur.


 

Arthur, un Héros en Devenir

La première fois que le spectateur entend parler de Moustique, c'est lorsque, suite à une prémonition, Merlin réorganise son salon pour pouvoir l'accueillir. Il sait en effet que son jeune visiteur arrivera dans sa chaumière en traversant le toit et installe dès lors un fauteuil pour amortir sa chute. Ensuite, tandis que Merlin parle de Moustique à Archimède en fumant sa pipe, des images prennent forme dans les volutes de fumée. Tout d'abord, Kay apparaît - stéréotype vivant du chevalier grand et fort - puis Moustique. Contrairement à ce qu'il aurait pu être attendu du roi Arthur, il ne ressemble en rien à Kay et il s'agit-là au contraire d'un petit garçon qui n'« aura que la peau sur les os », de onze ou douze ans, blonds et qui « a l'air d'une vraie sauterelle ». D'emblée, Moustique semble énergique, peu sûr de lui et il est évident qu'il veut faire ses preuves. Habillé d'une tunique marron retenue par une ceinture à laquelle pend une bourse, et d'un pantalon orange, cette première vision du futur roi semble amuser et attendrir Merlin. 

Tandis que le sorcier prépare son arrivée, Moustique accompagne Kay à la chasse. L'admiration qu'il porte à son frère d'adoption contraste alors fortement, sans qu'il ne s'en rende compte, avec le fait que celui-ci l'ait emmené à contrecoeur. Pour avoir une meilleure vue, le premier escalade un arbre et surveille la situation de son perchoir, juste au dessus du second. Mais voilà, alors que Kay arme sa flèche pour tuer une biche (un caméo de la Mère de Bambi), Arthur lui tombe dessus et lui fait manquer sa cible ! Furieux, l'archer tente de le frapper avec son arc et ce n'est sans doute pas la première fois tant il semble difficilement supporter son petit frère, dont la maladresse apparaît notoire. Moustique part alors à la recherche de la flèche perdue dans la forêt, dans l'idée de rattraper son erreur, tandis que Kay continue à vociférer des menaces qui se transforment en moqueries. 

Alors que Moustique s'aventure dans la forêt, le comique qu'il dégage s'accentue quand un Loup amaigri et affamé s'approche à pas comptés pour le surprendre. Mais à chaque tentative, l'aspect tête en l'air de Moustique, qui d'emblée le rend attachant, se retourne contre le prédateur qu'il ne remarque pas et auquel il balance une branche en pleine bouche par deux fois. Enfin, il trouve la flèche, mais se penchant pour l'attraper tel un équilibriste, il tombe et traverse le toit de la chaumière de Merlin. Là, il atterrit pile dans le fauteuil préparé par ce dernier à cet effet, face à une table comportant le nécessaire pour prendre le thé. Étonné par son hôte, Moustique observe alors avec curiosité les objets présents dans la chaumière et sa surprise atteint son paroxysme lorsqu'il découvre l'hibou parlant Archimède, qu'il croyait d'abord empaillé.



Mais c'est lorsque Merlin lui dit qu'il est un enchanteur qu'il est le plus stupéfait. Merlin lui demande alors s'il suit des études et Moustique part dans une énumération de ce qu'il doit apprendre pour devenir écuyer : les règles du combat, l'escrime et être un bon cavalier. Entendant cela, Merlin décide de le suivre pour parfaire son éducation intellectuelle, ce qui pour le coup ne semble pas étonner Arthur qui encore une fois veut se montrer gentil et poli avec les autres. Le magicien, le hibou et le jeune garçon s'engagent alors tous les trois dans la forêt, et Moustique peine à suivre mais ne pipe mot, tout comme avec Kay, au point qu'il n'ose dire à Merlin qu'ils vont dans la mauvaise direction. Partant dans une diatribe, en chemin l'enchanteur commence à lui enseigner quelques bases. Protestant au début qu'il n'aura pas le temps de suivre ses cours en même temps que son travail de page au château, Moustique finit par dire « oui, messire, comme vous voudrez ». 

Rentré au château, Moustique est puni par Sir Hector, son père adoptif, qui lui donne des mauvais points et lui ordonne de faire la vaisselle. S'exécutant, le garçonnet prête une oreille attentive lorsque Messire Pélimore surgit sur le pas de la porte, apportant des nouvelles au sujet du tournoi prévu pour le Nouvel An à Londres. Il rapporte qu'« à l'homme qui gagnera ce tournoi ira la couronne d'Angleterre ». Convaincu que Kay peut gagner, Sir Hector se radoucit auprès de Moustique et lui propose d'être l'écuyer de son fils pour l'occasion. Ravi, Moustique fait encore une fois preuve de maladresse en faisant tomber toute la vaisselle qu'il portait en descendant l'escalier, provoquant l'hilarité générale. Heureusement, il n'entend pas Kay exprimer son mécontentement par rapport à cette soudaine nomination.

L'entraînement pour le tournoi commence et Moustique aide Kay à se préparer sous le regard contrarié de Merlin, qui trouve l'exercice de la joute profondément inutile - ce qui ne l'empêche pas d'admirer l'entrain avec son disciple s'affaire à la tâche. « Il est énergique et se donne corps et âme à tout ce qu'il entreprend. Une disposition qui le mènera loin, si on le dirige dans la bonne direction » - ceci cause les moqueries d'Archimède, mais Merlin est déterminé à tout mettre en œuvre pour réussir. Peu après, l'enchanteur emmène Moustique en dehors du château pour son premier cours. Ce dernier déclare qu'il rêve d'être chevalier, mais que compte tenu de son origine modeste et statut d'orphelin, devenir l'écuyer de Kay serait déjà une grande réussite. Faisant mine d'acquiescer, Merlin change de sujet et lui fait miroiter l'idée de devenir un poisson, ce qui enthousiasme Moustique au plus haut point.

Une fois la formule prononcée, Moustique devient un véritable poisson, orange et souriant. Merlin le met dans la rivière pour qu'il teste son nouveau corps, profitant à plein de cette formidable expérience ! Merlin commence alors ses leçons, lui montrant la différence entre la vie d'un être aquatique et celle d'un être humain, et à travers ceci, lui enseigne en chantant l'ambition, la volonté et surtout la prudence et l'intelligence nécessaires à celles-ci. Moustique doit alors se débrouiller contre un gros brochet menaçant. Pour ce faire, il prend une flèche et se cachant derrière un poteau, attend le prédateur tapi dans l'ombre, faisant ainsi preuve de stratégie comme Merlin le souhaitait : « le cerveau triomphe du muscle ». Sa leçon terminée, Merlin et Archimède sauvent Moustique de l'animal. Alors que Sir Hector l'appelle, le garçonnet court rejoindre sa famille, qui ne le croit pas lorsqu'il leur raconte ce qu'il s'est produit. Sir Hector lui donne une nouvelle fois mauvais points et corvées. 

Merlin rejoint Moustique dans les cuisines alors qu'il est en train de nettoyer l'intérieur d'un chaudron. Usant de ruse, il parvient à convaincre l'enfant de le rejoindre pour une seconde leçon, le débarassant de ses corvées par la magie - la vaisselle et les balais prenant vie et commençant à faire le ménage par eux-mêmes. Ravi de sa nouvelle apparence d'écureuil roux, Moustique s'élance tête baissée de branche en branche. Mais une demoiselle écureuil lui barre soudain la route - il semble beaucoup lui plaire et elle entreprend de le poursuivre de ses avances avec obstination ! De même que Merlin explique à Moustique l'attraction gravitationnelle, il lui apprend ainsi l'attirance physique entre deux êtres d'une même espèce, « la chose la plus compliquée ». Mais c'est aussi de cette façon que Moustique découvre le pouvoir de l'amour, « la plus grande force sur cette terre ». Une leçon qu'il aura besoin de retenir pour sa vie future... 

Une fois les deux compères rentrés au château, Sir Hector a découvert la supercherie et menace Moustique de ne pas le laisser partir à Londres pour le tournoi. Attristé par les insultes proférées par Sir Hector à l'encontre de Merlin, pour une fois, le jeune garçon se rebelle en prenant la défense de l'enchanteur. Et malgré les mauvais points qui s'accumulent, il persiste à le défendre et ressort ce qu'il a appris en cours - l'enseignement de Merlin fonctionne. Mais Sir Hector lui retire l'occasion d'être écuyer au tournoi et Moustique fond en larme devant tant d'injustice. Laissé seul, Merlin se rematérialise devant ses yeux. Profondément désolé de la tournure des évènements, il tente de le réconforter tout en continuant à lui enseigner les principes de base. Son éducation reprend le jour suivant dans la tour délabrée de Merlin en commençant par l'astronomie : la Terre est ronde, elle tourne et que le monde « n'est qu'un tout petit grain de poussière dans l'univers ». Cela contrarie Archimède, pour lequel Merlin embrouille l'esprit du garçon.

Vexé, Merlin met Archimède au défi d'instruire Moustique. Le hibou veut d'abord lui faire lire quelques dizaines de livres savants, mais découvrant que son élève ne sait pas lire, il doit commencer par lui enseigner l'alphabet. Mais lorsque Moustique émet le rêve de voler, Merlin reprend les commandes un instant et transforme son élève en oiseau. Il perd de nouveau le contrôle quand Archimède le pique au vif une fois de plus, laissant au hibou le loisir d'apprendre à Moustique à voler lui-même. Mais en plein vol, un aigle repère Moustique qui, sous les empressements d'Archimède, s'enfuit "à toutes ailes". Il se réfugie alors dans le conduit de cheminée d'une chaumière dissimulée dans les bois. Cette demeure n'est autre que la tannière de la sorcière Madame Mim, ravie de connaître l'affiliation de ce garçon-oiseau à son grand rival, Merlin.

Elle s'échine alors à le convaincre de l'étendue bien plus grande de ses pouvoirs en se métamorphosant à volonté, tandis qu'Archimède vole chercher Merlin en renfort. Peu convaincu qu'il est, Madame Mim se venge en se transformant en chat pour le manger, mais au moment où elle est sur le point de passer à l'action, Merlin surgit. S'ensuit un duel de sorcellerie opposant les deux êtres magiques, que l'enchanteur remporte en se transformant en microbe, devant un Moustique épaté qui en retire comme leçon que « l'intelligence vous donne la vraie puissance ».

L'Élu Appelé sur le Trône

Retourné au château, Moustique reprend ses corvées, lorsqu'il entend que Hobbs, son remplaçant au poste d'écuyer de Kay, a attrapé les oreillons et ainsi ne pourra pas remplir ses fonctions pour le tournoi. Sir Hector les lui attribue à nouveau, ce qui cause une fois de plus à Moustique dans son emportement de laisser tomber toute sa vaisselle dans les escaliers. Excité, il rend visite à Merlin dans son nouveau manteau rouge pour lui annoncer sa nomination, ce qui déçoit beaucoup l'enchanteur qui ne veut pas qu'il devienne « le valet de cette brute de Kay ». Dépité, Moustique fond en larme, très déçu de la réaction de l'enchanteur et ne comprenant pas où il veut en venir. Devenir écuyer est déjà un grand honneur pour quelqu'un de sa condition ! Sur ce, Merlin s'envole dans le futur à Saint-Tropez « une plage célèbre de la Méditerranée qui n'a pas encore été lancée » (aux Bermudes dans la version originale). 

Arthur accompagne donc Kay au tournoi londonien qu'il attend depuis si longtemps. Mais au moment où des guerriers commencent à se battre à l'épée, Moustique réalise qu'il a oublié l'épée de Kay ! Affolé, et évitant les coups de son frère en colère, il se précipite pour aller la chercher, mais l'auberge où il l'a laissée est fermée, tout le monde s'étant rendu au tournoi ! Affolé, Archimède aperçoit dans le cimetière une épée plantée dans une enclume. Moustique accourt et tente de l'en sortir, quand soudain une lumière apparaît et le fait reculer. Cependant, il en faut plus pour le décourager, car il a besoin de cette arme. Bien décidé à accomplir son devoir, il réessaye et parvient à tirer l'épée de l'enclume ! Moustique revient en toute hâte et tend l'épée à Kay, mais Sir Hector l'intercepte, remarquant une inscription sur la lame : il s'agit de l'épée dans l'enclume.

Entendant cela, tous accourent pour constater le prodige, mais personne ne croit que c'est bien Moustique qui l'en a retiré. Ainsi, ils se rendent à l'enclume et Sir Hector y réinsère l'épée. Ne comprenant pas bien l'importance de cet acte, Moustique va pour l'en ressortir et leur prouver qu'il ne ment pas, mais Kay, puis d'autres, décident de tenter leur chance avant lui, sans succès. Heureusement, certains ne voient pas cela d'un bon œil et insistent pour que Moustique réessaye. Il s'exécute et libère une nouvelle fois Excalibur de l'enclume. La lumière descendant des cieux à cet instant finit de tous les convaincre : les cieux ont choisi leur roi. Pour la première fois, Sir Hector l'appelle par son vrai nom, Arthur, et tous scandent « vive le roi Arthur ! » devant la stupéfaction de Moustique. 

Moustique, ou Arthur, devient alors roi de Bretagne, ce qui ne l'enchante pas vraiment, car il ne se sent pas à la hauteur. Archimède essaye alors de l'aider à s'enfuir, de « filer à l'anglaise », mais ses sujets encerclent le château, entonnant la même rengaine que tantôt. Paniqué, Arthur souhaite que Merlin soit là et à cet instant l'enchanteur revient enfin de son voyage au XXe siècle. Arthur annonce à Merlin qu'il a sorti l'épée de l'enclume et qu'il est devenu roi. L'enchanteur le rassure et lui explique qu'il sera un roi légendaire, lui révélant que des tas de bouquins seront écrits sur lui, et que même des films lui seront consacrés ! Leur collaboration ne fait que commencer... 


 

La Création du Personnage

Arthur a été principalement animé par trois animateurs de renom, Milt Kahl (1909-1987), Ollie Johnston (1912-2008) et Frank Thomas (1912-2004) (en écureuil), faisant tous trois partie de la célèbre équipe des animateurs surnommée les Neuf Vieux Messieurs. Les trois animateurs se sont d'ailleurs rencontrés bien avant leur travail chez Disney, dès les années 1920, à des cours d'art appliqué lors de la Grande Dépression. 

Superviseur principal de l'animation d'Arthur, Ollie Johnston, ami fidèle de Frank Thomas embauché quelques mois plus tôt, entre à la Paramount au début des années 30, où il travaille sur un film de nul autre que Cecil B. DeMille, mais ne se sentant pas à la hauteur, il reprend ses études. En 1935, il est engagé chez Disney en tant qu'animateur intervalliste et travaille sur plusieurs courts-métrages jusqu'à rejoindre ses deux compères sur Blanche Neige et les Sept Nains (1937). Sur ce projet de grande envergure, il travaille sur la mise au net des dessins de Fred Moore et de ses collaborateurs, et anime quelques séquences. Puis, il devient animateur junior et participe à l'animation de Mickey, et par la suite, Frank Thomas, Milt Kahl et lui-même sont chargés de travailler sur plusieurs scènes d'animation du personnage principal du prochain long-métrage des studios, Pinocchio (1940) - notamment celle où le pantin ment à la Fée Bleue. Son salaire triple sur ce dernier projet et il œuvre ensuite sur Fantasia (1940), animant les centaures ainsi que les chérubins de la Symphonie Pastorale. Par la suite, il anime : Bambi, Féline et Pan-Pan dans le Grand Classique de 1942Anastasie, Javotte et le Laquais dans Cendrillon (1950), Alice dans Alice au Pays des Merveilles (1951), Lady, Jock et César dans La Belle et le Clochard (1955), les Trois Fées dans La Belle au Bois Dormant (1959), Pongo, Perdita, les chiots et Nanny dans Les 101 Dalmatiens (1961), les Pingouins serveurs dans Mary Poppins (1964), Baloo, Bagheera, Mowgli et la jeune Shanti dans Le Livre de la Jungle (1967), Thomas O’Malley, Duchesse et ses chatons, ainsi que les oies dans Les Aristochats (1970), le Prince Jean, Triste Sire, Robin des Bois et Belle Marianne dans Robin des Bois (1973), Winnie et Porcinet dans Les Aventures de Winnie l'Ourson (1977), Orville, Bernard, Bianca, Rufus et Penny dans Les Aventures de Bernard et Bianca (1977), Rox et Rouky jeunes, ainsi que Chef et Vixy dans Rox et Rouky (1981). Dans Merlin l'Enchanteur, il a animé Moustique, Merlin et Archimède, et plus particulièrement la séquence des écureuils. Au cours de ses quarante-trois années chez Disney, il a participé à l'animation de dizaines de personnages de Grands Classiques, souvent en étroite collaboration avec Frank Thomas. Couronné d'un Disney Legends Award en 1989, Ollie Johnston est le dernier animateur de la bande des neufs à s'être éteint le 14 avril 2008. 

Animateur prolifique, Frank Thomas intègre les studios Disney en 1934 en tant qu'animateur intervaliste. Repéré par Walt Disney et David Hand, il est sollicité pour Blanche Neige et les Sept Nains, où il travaille sur les sept nains aux côtés de pointures telles que Fred Moore et Vladimir Tytla. Il est le créateur de la démarche de Simplet et de la scène dans laquelle les nains pleurent la mort de Blanche Neige qui repose sur son lit. Par la suite, il est chargé de la création du personnage de Pinocchio, qu'il anime avant qu'il ne soit réveillé par la Fée Bleue, ainsi que dans la séquence de danse du spectacle de Tromboli. Puis, il réalise la scène de Bambi et Panpan patinant sur la glace, Madame de Trémaine dans Cendrillon (1950), la Reine de Cœur dans Alice au Pays des Merveilles (1951), le Capitaine Crochet dans Peter Pan (1953), les Trois Fées dans La Belle au Bois Dormant (1959), Roger et Pongo dans Les 101 Dalmatiens (1961), les pingouins dans Mary Poppins (1964). Il supervise des scènes de Mowgli et Baloo dans Le Livre de la Jungle (1967), Robin dans Robin des Bois (1973), Bernard et Miss Bianca dans Les Aventures de Bernard et Bianca (1977), et Winnie et Porcinet dans Les Aventures de Winnie l'Ourson (1977), entre autres. Pour Merlin, il s'est également occupé de l'animation de Merlin pour la séquence du duel de magie l’opposant à Madame Mim, et a animé le passage où Moustique et Merlin sont transformés en écureuils. 

Chargés d'animer Merlin, Sir Hector et Kay, Milt Kahl a contribué à l'animation d'Arthur dans certaines scènes de Merlin l'Enchanteur. Engagé en 1934 par son ancien collègue Hamilton Luske, devenu chef-animateur aux Studios Disney, il a la chance de participer au premier long-métrage d'animation en intégrant l'équipe s'occupant des animaux, ainsi que quelques séquences avec le Prince. C'est lui qui a par la suite l'idée de ne pas représenter Pinocchio comme un pantin de bois, mais comme un petit garçon à rivets. Plus tard, il anime Bambi lorsque celui-ci apprend à marcher, Pan-Pan lors de sa récitation de la morale parentale et des séquences de Fleur. Son chemin se poursuit en animant Johnny Pépin de Pomme et Slue-Foot Sue pour Mélodie Cocktail (1948), Angus MacBlaireau et Brom Bones pour Le Crapaud et le Maître d'École (1949), la Bonne Fée, le Roi, le Grand Duc et le Prince dans Cendrillon (1950), le Dodo d'Alice au Pays des Merveilles (1951), Lady et le Clochard pour La Belle et le Clochard (1955), les Rois Philippe et Hubert pour La Belle au Bois Dormant (1959), Roger et Anita pour Les 101 Dalmatiens (1961), Shere Khan, Kaa, les Vautours ou encore Bagheera pour Le Livre de la Jungle (1967), Thomas O'Malley, Edgar et Georges Hautecourt dans Les Aristochats (1970), le Shérif de Nottingham et Adam de la Halle pour Robin des Bois (1973), Tigrou pour Les Aventures de Winnie l'Ourson (1977) ou encore Madame Médusa et Snoops dans Les Aventures de Bernard et Bianca (1977).

Les Voix de Moustique

La voix originale d'Arthur est celle de Rickie Sorensen qui avait déjà doublé le chiot Spotty dans Les 101 Dalmatiens, mais du fait d'avoir mué en cours de production, le réalisateur Wolfgang Reitherman le remplace par ses propres fils, Richard et Robert, pour terminer l'enregistrement de quelques phrases manquantes. Trois ans plus tard, Sorensen reprend pourtant le rôle d'Arthur dans un disque musical intitulé All About Dragons (Disneyland Records). En 1978, il double un technicien dans Le Chat Qui Vient de l'Espace (1978). En dehors des productions Disney, il est le plus connu pour son rôle de Tommy Banks dans la série Le Père de la Mariée (diffusée la première fois sur CBS de 1961 à 1962), basée sur le film éponyme de 1950 de Vincente Minelli, avec Elizabeth Taylor et Spencer Tracy, lequel a lui-même donné lieu à un second volet du fait de son succès intitulé Allons donc, Papa ! (1951). 

Rickie Sorensen
Dominique Collignon-Maurin

Du côté de la version française, il s'agit de nul autre que du jeune Dominique Collignon-Maurin, âgé de quatorze ans à l'époque, qui doublera bien plus tard Hadès dans Hercule (1997). Ce prolifique doubleur a tout autant travaillé dans le monde de l'animation que dans le monde des films live-action. Il est la voix régulière de Nicolas Cage, Dustin Hoffman, Kevin Kline et Willem Dafoe, tandis qu'il lui arrive de doubler Mark Hamill, Gary Oldman, John Travolta et Roberto Benigni. Il débute donc sa carrière de doubleur dans l'animation en incarnant Moustique, puis en 1977, Willie Gogan dans Peter et Elliott le Dragon. Il revient vingt ans plus tard dans l'animation Disney en vocalisant Hadès, puis Le Borgne dans 1001 Pattes (a bug's life) (1998), Léon le Caméléon dans Monstres et Cie (2001), Gill dans Le Monde de Némo (2003), Jacob Marley dans Le Drôle de Noël de Scrooge (2009). Il a également doublé André dans La Légende de Despereaux (2008), Rat dans Fantastic Mr Fox (2009), Corbak dans Niko le Petit Renne 2 (2012) et le chef de clinique rat dans Ernest et Célestine la même année, Grug dans Les Croods (2013) et Mandrake dans Epic : La Bataille du Royaume Secret (2013), et bien d'autres. Dans un autre genre, il a également prêté sa voix aux livres audio des trois derniers romans de la série Harry Potter de J.K. Rowling entre 2003 et 2007, et a une très belle carrière théâtrale, foulant les planches depuis 1958. 

La Légende Arthurienne

Le légendaire roi Arthur représenté par Moustique dans Merlin l'Enchanteur est une figure qui a inspiré les auteurs et les artistes depuis le VIe siècle après Jésus-Christ. S'il est difficile de voir cette personnalité extraordinaire à travers le jeune Moustique, il est possible de la deviner à travers la bonté et la modestie du personnage Disney et l'enseignement prodigué par Merlin. Arthur est spécial et perdure à travers les âges, car il est le roi idéal, il est « le roi qui fut et qui sera », dont le peuple breton attend le retour une fois qu'il aura pansé ses plaies à Avalon et que son peuple aura le plus besoin de lui. Il est l'« Espoir Breton » au même titre que tant de figures religieuses et mythologiques telles que Finn MacCool. Ici, c'est de l'éducation que lui donne Merlin que dépend le destin de cette figure amenée à traverser les âges. 


Le Morte d'Arthur, James Archer,
1860, Manchester Art Gallery

Il est de nombreux historiens et instituts qui cherchent l'origine du roi Arthur, soit en partant du principe qu'il n'a jamais existé, soit devinant qu'il s'agissait d'une personne exceptionnelle qui avec le temps et l'évolution de sa légende, a donné naissance au roi Arthur et à toutes les histoires qui l'entourent. D'un point de vue historique, c'est le moine Gildas qui mentionne pour la première fois, au VIe siècle après Jésus-Christ dans son De Excedio, la Bataille du Mont Badon remportée contre toute attente par un certain Ambrosius Aurelianus contre les Saxons. C'est ce personnage qui, s'il est apparenté à Merlin en premier lieu, se rapproche de plus en plus d'Arthur. Par la suite, au IXe siècle, Nennius confère dans son Historia Brittonum des pouvoirs magiques à Ambrosius, qui suscite la crainte chez Vortigern, un chef saxon qui finit par lui céder ses terres. Mais c'est réellement en 1133 avec Geoffrey of Monmouth que la légende commence à prendre forme dans l'Historia Regum Brittaniae, initiant les débuts de "la matière de Bretagne". Il y romance le récit de Nennius et offre la première version classique de la légende. Le personnage d'Ambrosius se scinde enfin en deux, donnant naissance au chef de guerre fabuleux qu'est Arthur et au magicien extraordinaire qu'est Myrddin - nom gallois donné à Merlin. Pour autant, Ambrosius ne disparaît pas. En effet, il reste le chef ayant vaincu Vortigern et le frère du père d'Arthur, Uther Pendragon. Ce n'est que bien plus tard qu'Uther prend ce rôle et qu'Ambrosius ne figure plus dans la légende.


Emrys Wledig, copie d'un ouvrage de Geoffrey de Monmouth,
XVe siècle

Si les historiens sont parvenus à analyser toutes les informations et à retracer l'origine de la légende, il reste l'hypothèse qu'Arthur ait réellement existé, mais non pas tel qu'il est connu dans l'imaginaire populaire. Les éléments souvent retenus pour la formulation de cette hypothèse sont le caractère exceptionnel d'altruisme de cet homme, ses faits d'armes guidés par un immense courage, son charisme qui a su attirer des guerriers autour de lui et sans doute le petit nombre qu'ils représentaient face à un ennemi bien plus peuplé. Le film Le Roi Arthur (2004) présente la « théorie des Sarmates », perçue à l'époque comme la véritable origine du roi Arthur : un Britto-Romain qui aurait sauvé de façon inespérée les populations celtes, ralliées sous sa bannière, des envahisseurs saxons durant la Bataille du Mont Badon au départ des Romains. Cependant, pourquoi n'en est-il pas fait davantage mention dans l'Histoire, si Arthur n'est pas Ambrosius Aurelianus, mais quelqu'un d'autre ? Une récente théorie avance qu'il pourait s'agir d'une figure préhistorique (précédent les premiers écrits) qui serait restée dans l'imaginaire collectif du fait de ses incroyables actions et se serait transformée au fil des ans. 


Le Roi Arthur (2004)

Pour en revenir à l'inspiration directe de Merlin l'Enchanteur, l'histoire de la tétralogie de T. H. White est très atypique du fait que d'une part, il n'y aurait pas dû avoir de suite à ce premier roman, et que d'autre part l'auteur avait initialement prévu de terminer la série avec le quatrième tome intitulé La Chandelle dans le Vent, qui offre de plus une véritable fin à l'histoire. Et pourtant, l'auteur décide d'écrire un ultime roman à sa série, Le Livre de Merlyn, à portée philosophique et sociologique d'une intelligence acerbe, et qui illustre le moment le plus sombre de la légende arthurienne, peu abordé que ce soit en litérature ou au cinéma (sauf brièvement lorsque Perceval apporte le Graal à Arthur), la veille de la Bataille de Camlann - la dernière bataille du roi.

Terence Handbury White

C'est après avoir relu le livre qui lui avait inspiré sa tétralogie, La Morte d'Arthur de Thomas Malory (1485), que T. H. White prend la décision d'écrire Le Livre de Merlyn, car il réalise que le but de son auteur fétiche à travers cet ouvrage était de trouver un « antidote à la guerre ». Ainsi, il entend faire de même et modifie les quatre premiers tomes de la tétralogie en y insérant des parties portant sur la thématique anti-guerre qu'il souhaite défendre. Comble de l'ironie, du fait de la guerre faisant rage dans le monde réel, ce n'est que de manière posthume que Le Livre de Merlyn sera publié en 1977. Ce dernier a été peu édité en dehors d'ouvrages comprenant le cycle en un seul tome, il est peu connu et n'a pas été traduit en français. Il s'agit sans doute pourtant du livre le plus intelligent et le plus profond de la légende arthurienne, qui magnifie les valeurs portées par le monarque idéal. 

Autres Apparitions

La première apparition d'Arthur dans une production ultérieure à Merlin l'Enchanteur est quelque peu surprenante puisqu'il s'agit de Rox et Rouky (1981), où Arthur apparaît en cameo sous sa forme d'écureuil ! Par la suite, Moustique figure dans quelques épisodes de la série Disney's Tous en Boîte (2001-2004) aux côtés de Merlin parmi les clients du club tenu par Mickey et ses amis. Puis, plus récemment, Merlin et Arthur ont fait une petite apparition dans le clip de la chanson I Am with You chantée par Olaf et constituée d'une mosaïque d'instants sentimentaux clefs de Disney, dans la série At Home with Olaf (2020).

Rox et Rouky (1981)
Disney's Tous en Boîte (2001)

La figure légendaire d'Arthur est présente dans de nombreuses autres productions sans rapport avec sa représentation dans le film d'animation de 1963. Les studios Disney ont d'abord adapté trois fois, plus ou moins fidèlement, le roman de Mark Twain publié en 1889, Un Yankee à la Cour du Roi Arthur. Le monarque est ainsi interprété par Kenneth More dans le film cinéma Un Cosmonaute Chez le Roi Arthur (1979), puis par Joss Ackland dans le film Un Visiteur Chez le Roi Arthur (1995) et enfin par Michael York dans le téléfilm Le Chevalier Hors du Temps (1998) diffusé dans le cadre de l'émission de la chaîne américaine ABC, The Wonderful World of Disney. Le personnage apparaît aussi dans la série animée Gargoyles - Les Anges de la Nuit (diffusée pour la première fois en syndication de 1994 à 1996, et sur ABC de 1996 à 1997) où Arthur quitte Avalon et revient en Angleterre pour retrouver Excalibur. Il apprend alors qu'il devra à nouveau montrer sa valeur s'il veut récupérer l'épée.

Un Cosmonaute Chez le Roi Arthur (1979)
Un Visiteur Chez le Roi Arthur (1995)
Le Chevalier Hors du Temps (1998)
Gargoyles - Les Anges de la Nuit (1994)

En 2004, le film Le Roi Arthur d'Antoine Fuqua représente Arthur pour la première fois tel qu'il aurait pu être selon les premières sources écrites faisant mention de cette figure. Arthur, ici Artorius, est Dux Britanniarum. Né de mère bretonne et de père romain, il est général dans l'armée romaine au VIe siècle après Jésus-Christ. Entouré d'hommes d'origine sarmate d'une incroyable valeur, ils vont ensemble défendre l'île de Bretagne en servant de dernier rempart face à l'envahisseur saxon suite au départ des romains. Le film illustre la « théorie des Sarmates », réfutée depuis. Arthur est interprété par l'acteur anglais Clive Owen, un choix qui s'est imposé comme une évidence au réalisateur.


Le Roi Arthur (2004)

Par la suite, Arthur apparaît dans la série Once Upon a Time - Il Était une Fois (diffusée pour la première fois sur ABC de 2011 à 2018), et ce dans onze épisodes de la cinquième saison. Dans cette production, Merlin a déclaré qu'Arthur serait celui qui tirerait Excalibur de la pierre et le spectateur suit le roi dans sa quête. Roi de Camelot et époux de Guenièvre, il déloge l'épée mais constate qu'il lui manque le bout de sa lame. Il se met alors en quête de retrouver cette fameuse partie. Il s'agit de l'une des seules productions où la représentation d'Arthur est quelque peu avilie et ne correspond pas à la vertu de cette figure légendaire. Il est incarné par l'acteur anglais d'origine irlandaise Liam Garrigan.


Once Upon a Time - Il Était une Fois (2011)

En 2018, Arthur est représenté sous la forme d'un lion dans la série La Légende des Trois Caballeros diffusée sur Disney+ - son apparence n'est d'ailleurs pas sans rappeler Richard Coeur de Lion dans Robin des Bois. Dans cette version, après avoir découvert et bu dans la coupe du Saint Graal, Arthur et ses chevaliers sont devenus immortels. Ils font ainsi la rencontre de Donald Duck et ses amis, qu'ils vont entraîner à devenir des héros. Si les comparaisons avec le roi Arthur et sa légende sont présentes dans maintes et maintes réalisations audivisuelles, il n'est fait ici mention que des apparitions du personnage légendaire en tant que tel.


La Légende des Trois Caballeros (2018)

En termes de littérature, Arthur est mentionné dans le comics Mickey & Minnie Mouse El Misterio de los Albatros, lorsqu'un descendant de Lancelot, nommé Perceval, est à la recherche du trésor du monarque. Aussi, dans la série des Descendants de Melissa de la Cruz (publiée aux États-Unis chez Disney-Hyperion et en France chez Hachette Romans en 2015) qui met en scène les enfants de personnages Disney, tels que Belle et Maléfique. Il est fait mention d'Arthur à travers la présence du personnage d'Artie, son fils. 

Une Scène Culte : L'Épée dans la Pierre

La scène dans laquelle Arthur retire Excalibur de l'enclume est très particulière, car dans la version classique de la légende arthurienne, Arthur sait ce que représente le fait de retirer l'épée : devenir roi de Bretagne. Que ce soit Merlin, joué par Sam Neil dans la série éponyme de 1998, qui pousse Arthur à la prendre et le voit peiner à la sortir du flanc de la montagne jusqu'à en saigner, ou Arthur prenant l'épée de son père mort aux mains des barbares comme seul objet lui restant de sa famille dans Le Roi Arthur (2004), ou encore lorsqu'il la prend des mains de la Dame du Lac dans Excalibur (1981), cette scène n'est jamais exposée d'une manière aussi naïve et légère que dans le film d'animation Disney.

Merlin (mini-série, 1998)
Le Roi Arthur (2004)

Ce qui déclenche cette scène culte dans Merlin l'Enchanteur et amorce le fabuleux destin de Moustique sans qu'il ne se doute de quoi que ce soit est le fait que ce dernier ait manqué à ses obligations d'écuyer envers Kay, en oubliant de prendre son épée pour le tournoi. Excédé, Kay lui ordonne d'aller la lui chercher, car son tour arrive bientôt ! Aidé d'Archimède, Moustique se met en recherche d'une épée en allant toquer à la porte de l'auberge où il l'a laissée, mais du fait de la compétition à laquelle tout le monde est en train d'assister, le magasin est fermé.

C'est alors qu'Archimède repère une épée plantée dans une enclume au milieu d'un enclos. Arthur se précipite sur l'arme en toute hâte, s'échinant à la retirer de son enclume - son seul but étant d'être un bon écuyer pour Kay et de ne pas laisser tomber son frère d'adoption. Tandis qu'il y met toutes ses forces, une lumière duveteuse descend des cieux et englobe l'emplacement de l'épée, ce qui ne manque pas d'effrayer Archimède qui intime à Moustique de faire attention. Arthur s'éloigne de l'épée, regarde autour de lui, puis, tel un enfant qui a vraiment besoin ou envie de faire quelque chose, mais qui pressent que c'est interdit, il réessaye. D'un coup, l'épée se libère de l'enclume et il s'enfuit la porter à Kay.

Au-delà de la parenté d'Arthur, cette scène rappelle sous certains abords le long-métrage d'animation Aladdin (1992), où il est question que seul un cœur pur (et en l'occurrence, méconnaissant la situation dans laquelle il est propulsé) soit capable de pénétrer dans la Caverne aux Merveilles et d'accéder au trésor de la lampe merveilleuse. Dans chacun des deux cas, l'objet est convoité par tous sauf par le héros, et cet objet est la promesse d'un futur extraordinaire pour son détenteur. Pour reprendre Platon, quel meilleur roi que le « philosophe roi », un roi qui n'est pas attiré par le pouvoir et qui de ce fait lui permet d'en faire bon usage.

Arthur dans les Parcs à Thèmes

Peu présent dans les Parcs Disney, Arthur figure dans la parade Magic Happens de Disneyland Resort en Californie sur le char The Sword in the Stone (« L'Epée dans la Pierre ») aux côtés de Merlin.

Parade Magic Happens
(Disneyland Resort)
Le Carrousel de Lancelot
(Disneyland Paris)

D'autres lieux des Parcs Disney rappellent le film Merlin l'Enchanteur, même si les références directes à Arthur ne sont pas toujours évidentes. À Disneyland Paris, le magasin situé au dessus de La Tanière du Dragon, spécialisé dans la fabrication d'objets en verre se prénomme Merlin l'Enchanteur. Non loin de là, au cœur de Fantasyland, le nom du manège à chevaux s'appelle Le Carrousel de Lancelot et présente sous la forme de peintures l'histoire de Lancelot et de la Dame du Lac, tandis qu'à Disneyland Resort en Californie, l'attraction s'appelle King Arthur's Carousel, dont la moitié figure des scènes de Merlin l'Enchanteur et l'autre des références à La Belle au Bois Dormant.

Finalement, il se trouve une reproduction de l'Épée dans la Pierre, Excalibur dans son enclume, à Fantasyland dans le Parc Disneyland de Disneyland Paris, Disneyland Park de Disneyland Resort, Magic Kingdom de Walt Disney World ResortTokyo Disneyland de Tokyo Disney Resort et Hong Kong Disneyland de Hong Kong Disneyland Resort. Si auparavant, le personnage de Merlin apparaissait régulièrement lors d'une intervention interactive destinée à faire retirer l'épée aux visiteurs, à présent celle-ci n'existe plus qu'à Hong Kong Disneyland. 

Le personnage de Moustique a su laisser sa marque dans l'histoire cinématographique de la légende arthurienne, car elle montre une facette du roi qui n'est pas souvent abordée et certainement pas avec autant de profondeur. Il serait agréable d'espérer que Disney sorte un jour la suite du cycle de T. H. White et qu'il soit possible de voir Moustique grandir et d'assister à la suite de ses aventures. Les studios Disney ont réussi avec brio à représenter la gentillesse, l'empathie, l'abnégation et le courage qui caractérisent le roi Arthur dans ce personnage timide inspiré de T. H. White. Tout fan ne peut que déplorer que ce dernier ne soit pas plus présent dans les autres œuvres Disney, contrairement à son mentor Merlin, qui a succédé les caméos. Il n'en demeure pas moins que le jeune garçon a marqué les esprits de plusieurs générations d'enfants, impressionnés par sa force divine au moment où il retire Excalibur de l'enclume.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.