Ursula
Date de création :
Le 15 novembre 1989
Nom Original :
Ursula
Autre(s) Nom(s) :
Vanessa
Créateur(s) :
Ruben A. Aquino
Nik Ranieri
Kathy Zielinsky (Ursula)
Andreas Deja (Vanessa)
Apparition :
Cinéma
Télévision
Jeux Vidéo
Parcs
Comédie musicale
BD
Voix Originale(s) :
Pat Carroll (Ursula)
Jodie Benson (Vanessa)
Whoopy Goldberg (Descendants 2)
Voix Française(s) :
Micheline Dax
Perrette Pradier (Disney's Tous en Boîte)
Claire Guyot (Vanessa)
Interprète(s) :
Merrin Duggey et Tiffany Boone (Once Upon a Time - Il Etait une Fois)
Sherie Rene Scott (The Little Mermaid - The Broadway Musical)
Heidi Blickenstaff et Faith Prince (The Little Mermaid - The Broadway Musical)
Queen Latifah (The Little Mermaid Live!)

Le portrait

rédigé par Karl Derisson
Publié le 19 octobre 2019

À la fin des années 1980, les studios Disney frappent un grand coup. Sortant progressivement du long marasme dans lequel ils étaient enfermés depuis la mort de leur fondateur en décembre 1966, ces derniers renaissent en effet grâce au retour d’un genre auquel ils ne s’étaient plus frottés depuis la sortie de La Belle au Bois Dormant trente ans plus tôt : le conte de fées. En choisissant d’adapter La Petite Sirène, le classique d’Hans Christian Andersen, les artistes reviennent ainsi aux fondamentaux et reprennent la recette du succès établie des décennies plus tôt avec Blanche Neige et les Sept Nains et Cendrillon. Ses ingrédients, une belle princesse naïve rêvant d’une autre vie, un beau prince charmant pour la romance, des acolytes animaliers tout mignons pour l’humour… Et surtout une extraordinaire dose de danger grâce à une méchante d’envergure, la redoutable Ursula.

Après Les Chroniques de Prydain, Basil of Baker Street et Oliver Twist à l’origine de Taram et le Chaudron Magique, Basil Détective Privé et Oliver & Compagnie, c’est donc à un classique de la littérature que les scénaristes de Disney s’attaquent au milieu des années 1980, La Petite Sirène, le célèbre conte de l’auteur danois Hans Christian Andersen. Publié en 1837, il met en scène une jeune princesse, fille du roi de la mer qui, ayant atteint l’âge de quinze ans, est enfin autorisée à nager jusqu’à la surface pour découvrir le monde des Hommes. Profitant de son bonheur, elle aperçoit alors un navire et à son bord, un beau prince charmant qu’elle sauve in-extremis d’une terrible tempête. De retour auprès de sa grand-mère, la petite sirène apprend que si les Hommes ont une vie fragile et courte, leur âme vit éternellement et que si elle veut elle-même profiter du même don, elle doit se faire aimer d’un humain. Désormais convaincue que sa place est sur la terre, la princesse négocie bientôt avec la sorcière des mers qui, en échange de sa langue, et donc de sa voix, lui procure un philtre enchanté capable de transformer ses nageoires en jambes. Mais la vie n’est pas un conte de fées. Recueillie par le prince, la petite sirène apprend finalement que ce dernier est tombé sous le charme d’une autre. Refusant de suivre le conseil de ses sœurs et de tuer son amant pour redevenir une sirène, l’héroïne, désespérée, décide de mettre fin à ses jours en se jetant à la mer. Mais au lieu de se changer en simple écume et de disparaître, elle rejoint grâce à sa bonne action les filles de l’air, des êtres magiques qui, après avoir porté secours aux Hommes pendant trois cents ans, ont le pouvoir de devenir immortels…

Digne représentant du romantisme de la première moitié du XIXe siècle, La Petite Sirène s’inscrit dans la longue liste des classiques dépeignant un amour impossible. Envisagé par Walt Disney lui-même pour une adaptation en long-métrage animé dès la fin des années 1930, le conte offre alors, malgré sa fin tragique, tous les ingrédients d’une féerie avec sa jeune adolescente désireuse de découvrir le monde, son jeune prince cherchant l’amour et un monde fantastique rempli de magie. Toutefois, un ingrédient manque au tableau, le méchant, l’antagonisme principal de l’œuvre d’Andersen étant la vie elle-même et ses nombreuses désillusions qui conduisent finalement au suicide de l’héroïne. En décidant d’adapter l’histoire, les scénaristes de Disney doivent donc composer avec le texte original et inventer de toutes pièces un ennemi de taille pour offrir à l’histoire un enjeu supérieur et s’inscrire dans la grande tradition des classiques animés de la firme. Ils jettent alors leur dévolu sur la sorcière des mers, personnage mineur et anonyme du conte qui, en plus de se voir confier un prénom, Ursula, devient un redoutable méchant alors même que dans l’histoire d’Andersen, elle n’a pour but que de venir en aide à la petite sirène et ce malgré le fait qu’elle doive pour ce faire user d’une terrible magie n’offrant au final, et malgré elle donc, que malheur et douleur...

Rivale du roi Triton bannie du royaume d’Atlantica, Ursula entre dans l’histoire en catimini. Recluse dans un gigantesque coquillage suspendu à l’intérieur de la carcasse d’un gigantesque monstre marin, elle observe en coulisses chaque recoin de l’océan. Envoyant ses deux sbires, Flotsam et Jetsam, espionner pour elle, elle s’intéresse en particulier à la jeune Ariel, en retard pour le grand concert royal organisé au palais. Imaginant l’insouciance de la petite comme une opportunité formidable, elle se met alors en tête d’utiliser cette dernière comme un instrument pour nourrir sa vengeance contre Triton, mettre la main sur le trident royal et ainsi contrôler à sa guise les mers et océans.

Attendant le bon moment pour frapper, Ursula n’a au final même pas besoin de se pencher pour ramasser sa vengeance. En tombant amoureuse du beau prince Éric, Ariel, l’héroïne, lui offre en effet sur un plateau le plan parfait pour venir à bout de Triton et prendre le pouvoir. Pour cela, elle attire l’adolescente dans ses filets, toujours grâce à l’entremise de Flotsam et Jetsam, et se présente auprès d’elle comme la seule personne au fond des mers à pouvoir lui offrir ce qu’elle désire le plus au monde, des jambes pour remonter à la surface, découvrir le monde et surtout séduire son amant. Embobinant la jeune princesse au cours d’un numéro musical endiablé, Ursula déverse alors toute sa magie noire pour satisfaire sa jeune protégée. Mais le prix à payer est lourd. Ariel doit renoncer à sa voix et surtout séduire son prince dans les trois jours, sans quoi, le charme sera rompu et elle deviendra à jamais sa prisonnière pour l’éternité. Naïve et totalement inconsciente, la petite sirène, malgré toute la défiance qu’elle nourrit à l’encontre de la sorcière des mers, accepte le marché et signe le contrat… Pour Ursula, l’affaire est rondement menée. Elle est en effet persuadée qu’Ariel, sans la faculté de parler ni de chanter, échouera lamentablement à conquérir Éric. Se gaussant déjà de sa réussite, elle pourra dès lors utiliser cette dernière comme monnaie d’échange contre la couronne de Triton et ainsi régner sur les mers… Le plan parfait !

Ou presque… Bien qu’elle soit muette, Ariel parvient avec le temps à conquérir le cœur du prince Éric de plus en plus pressé par son conseiller, Grimsby, de se trouver une femme. Grâce à son ami le crabe Sébastien, la jeune fille est même à deux doigts d’obtenir le baiser d’amour qui lui rendra sa liberté. Et seule l’intervention in-extremis de Flotsam et Jetsam permet d’empêcher les jeunes amants de s’embrasser et la petite sirène de remporter la mise. Pour Ursula, il s’en est fallu de peu pour que son plan échoue. Il est donc grand temps de prendre les choses en main.

Grâce à un flot de sortilèges, Ursula prend sur elle de sortir de son antre et de monter à son tour à la surface. Pour cela, elle se transforme en une ravissante jeune femme, Vanessa, et vole au passage la voix d’Ariel jusqu’ici capturée dans un coquillage magique. Grâce à elle, elle parvient alors à ensorceler le prince en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. La demande en mariage ne se fait pas attendre pour le plus grand malheur d’Ariel qui, ignorant tout de la véritable identité de sa rivale, s’effondre en découvrant qu’elle vient de perdre l’amour de son bel Éric… et aussi perdre sa liberté !

Le pot aux roses est toutefois rapidement dévoilé par Euréka, le goéland loufoque qui découvre par hasard que Vanessa cache en réalité les traits d’Ursula. Prévenant Ariel de la supercherie et alertant la faune sous-marine des environs, il prend alors la tête de la contre-attaque en sabotant le mariage royal. Sous le regard stupéfait des invités, Ursula est brutalisée, humiliée. Mieux, en brisant le coquillage magique, Euréka parvient à rendre à Ariel sa voix et à révéler la véritable identité de la sorcière sous les yeux de l’assistance, terrifiée. Loin de se laisser abattre, Ursula, après avoir recouvert son apparence de pieuvre, emporte la princesse redevenue sirène dans le fond de l’océan loin de son prince et loin de ses rêves. La terrible sorcière n’a manifestement pas encore dit son dernier mot !

Prévenu des plans machiavéliques d’Ursula, Triton est heureusement là pour s’interposer. Du haut de sa stature colossale, le bon souverain menace la sorcière. Mais elle dispose encore d'un dernier atout dans sa manche : le contrat signé par Ariel qui a apposé son nom de son plein gré. L’accord est donc tout à fait réglementaire, inviolable. Ursula tient sa revanche. Voilà donc enfin le temps de la vengeance ! Avec délectation, elle propose à Triton de prendre la place de sa fille et de devenir lui-même son prisonnier. La mort dans l’âme, le roi, désireux de sauver sa chère fille, accepte. Réduit à la taille d’un misérable polype, le souverain abandonne son trident pour le salut de sa fille. Au moment de poser la couronne sur sa tête, Ursula jubile !

Une douleur dans le bras la ramène toutefois rapidement à la réalité. Du haut de la surface, Éric est bien décidé à sauver son aimée. À la barre de son navire, il vient d’éperonner la sorcière des mers qui s’énerve. Flotsam et Jetsam sont envoyés pour noyer le prince. Mais au moment de le tuer, Ursula est empêchée par Ariel qui, en lui tirant les cheveux, dévie le tir. Au lieu de tuer le héros, la méchante pulvérise ses deux murènes, toutes les deux réduites en miettes… Consternée et enragée par la situation, Ursula perd patience. Dans un tonnerre de magie noire, elle grossit, encore et encore… En quelques secondes, elle se transforme en un gigantesque monstre marin. Désormais, elle contrôle les courants et les vents. L’océan est à sa botte. Prochaine étape, tuer Ariel, liquider son père et prendre enfin sa place sur le trône. Savourant sa victoire, Ursula déchaîne les éléments. La pluie, la tempête, les vagues… Tout est sous son contrôle. Tout ou presque... Revenu à la barre d’une épave soulevée du fond de la mer par le courant, Éric termine d’en découdre en perforant l’abdomen de la sorcière grâce à la proue aiguisée de son bateau. Empalée, Ursula perd le contrôle. Dans un énorme cri de douleur, la sorcière s’électrocute : tandis que ses pouvoirs s'évanouissent, elle sombre lamentablement avec le navire. Toutes les créatures sous son emprise sont alors libérées. Ariel est sauve. Éric est victorieux. Triton récupère sa couronne et son trident grâce auquel il accepte malgré lui d’offrir à sa fille ce qu’elle désire le plus au monde, des jambes pour rejoindre son prince sur terre et l’épouser. Happy End!

Première grande méchante onze ans après la création de Madame Médusa dans Les Aventures de Bernard et Bianca, et seule méchante pour les treize ans à venir jusqu’à l’apparition d’Yzma dans Kuzco, l’Empereur Mégalo, Ursula a, dès son arrivée sur les écrans, inscrit son nom parmi les plus grands antagonistes des studios Disney. Adepte de la magie noire à l’image de la Reine Grimhilde et de Maléfique, la sorcière laisse entendre ses origines dans son premier monologue. Ignorant tout de son passé, le spectateur découvre ainsi qu’Ursula vivait autrefois au palais royal d’Atlantica où elle faisait partie de la cour du roi Triton. Nostalgique de cette époque fastueuse ponctuée de festins, de fêtes et de jeux en tous genres, elle fut toutefois bannie sans qu’une raison précise ne soit donnée. Obligée de vivre dans les parties les plus reculées de l’océan, elle a alors trouvé refuge dans la dépouille d’un léviathan, abandonnée dans la misère la plus totale et selon elle au bord de la famine. N’apportant pas plus d’éléments sur les origines de sa disgrâce, exprimant seulement son dégoût d’avoir été traitée « comme une vulgaire courtisane », Ursula s’est rapidement entourée de certaines des créatures les moins recommandables de l’océan, Flotsam et Jetsam, ses deux murènes, ses deux « bébés » grâce auxquels elle garde un œil sur tout ce qui se passe au fond des mers.

Omnisciente grâce à Flotsam et Jetsam, Ursula est une méchante terrifiante dès lors qu’elle sait précisément ce que fait chaque être des océans. Capable de toutes les formes de magie qu’elle déverse dans le chaudron placé au centre de son antre, elle est d’autant plus terrifiante que sa volonté de vengeance est forte et que ses desseins sont sombres. Ursula ne souhaite qu’une chose. Elle n’a qu’une ambition dans sa sinistre vie. Elle ne souhaite que détruire Triton. Et tous les moyens sont bons pour y arriver, même s’il s’agit de torturer l’esprit et de jouer sur les sentiments amoureux d’Ariel, une frêle et inoffensive adolescente. Chacun peut d’ailleurs imaginer qu’elle n’en est pas à son premier coup d’essai pour détrôner le roi, tant les malheureux sujets du royaume réduits à la simple forme de polypes dans son jardin sous-marin sont nombreux…

Mais ce qui fait la force d’Ursula, en plus de sa magie, c’est incontestablement son bagout. Contrairement à Maléfique ou à Grimhilde qui parlent peu, pèsent leurs mots et ne s’enflamment en aucune circonstance, la sorcière des mers ne cesse de palabrer, baratiner, plaisanter et mettre en confiance pour embobiner ses congénères, usant d’ailleurs autant du langage verbal que du langage corporel. Pulpeuse, certains diront sexy, Ursula se rapproche dès lors en de nombreux points de Madame Mim, la méchante de Merlin l’Enchanteur, et sous bien des aspects, notamment son goût pour le maquillage et sa vulgarité apparente, de Cruella d’Enfer et de Madame Médusa. Excentrique, certains diront grossière, Ursula appartient parfaitement à la grande famille des mégères ! Cette facilité déconcertante à blablater, bavasser, endormir ses victimes avec de belles paroles est d'autant plus terrible qu'Ursula parvient grâce à elle à torturer les esprits les plus fragiles et à manipuler chaque être de l'océan à son avantage et ce en usant de la plus redoutable des armes... L'amour... L'amour de soi, l'amour de son apparence, l'amour d'un père pour sa fille, l'amour d'une adolescente pour un beau prince... Cet amour si puissant qu'il offre à Ursula, qui se présente comme une sainte, une emprise terrifiante sur ses victimes, trop aveugles et trop séduites par ses belles paroles pour se méfier ne serait-ce qu'une seconde de ses intentions...

Empruntant les mêmes teintes violettes que Madame Mim, Ursula appartient à la famille des cecaelia, ces chimères sous-marines possédant un torse humain et des tentacules de pieuvres en guise de jambes. Également appelées cilophytes, ces créatures sont parfois présentées comme les enfants nés de l’union interdite entre des sirènes et les enfants du Kraken et sont présentes dans de nombreuses mythologies, notamment scandinaves. Au cœur de la bande dessinée Cilia signée par Nicola Cuti et Felix Mas en 1972 pour la revue Vampirella et dans laquelle la cecaelia vient en aide à deux marins naufragés, ces monstres marins sont également mentionnés dans l’œuvre de H. P. Lovecraft.

Avant de devenir une cecaelia, Ursula a longtemps évolué, les artistes de Disney ayant au départ jeté leur dévolu sur d’autres espèces sous-marines. Parfois dessinée sous la forme d’une simple sirène, la méchante fut en effet tour à tour un corps de femme associé à la queue d’un sébaste, d’un poisson lion, d’une raie Manta, d’une anguille…, passant au passage par toutes les formes, ronde, maigre, grande, petite, et toutes les couleurs de la palette, rose, violette, bleue, verte, orange, jaune, turquoise… Le visionnage d’un documentaire sur les pieuvres termine toutefois de convaincre les créateurs du film de faire de la sorcière un mélange entre une femme et un céphalopode. S’inspirant de manière officieuse du drag queen Divine, l’une des égéries de John Waters à l’affiche de la comédie Hairspray, les animateurs font par ailleurs le choix de faire d’Ursula une femme obèse mais apprêtée et coquette. Malgré son teint lavande et sa chevelure grise et blanche, la sorcière est ainsi montrée comme une femme prenant soin de son apparence grâce au maquillage et aux crèmes disposées sur sa coiffeuse.

Devenue une gigantesque pieuvre, Ursula n’est toutefois pas une octopode. Pour des raisons de budget et pour faciliter son animation, décision est en effet prise de ne donner au personnage que six tentacules au lieu des huit bras dont disposent les céphalopodes. D’un noir profond avec une touche de violet au niveau des ventouses, Ursula devient dès lors une vraie menace physique, sa corpulence et son centre de gravité détonnant forcément avec ceux de la frêle petite sirène et du puissant Triton.

À n’en pas douter l’une des méchantes les plus réussies de la décennie, Ursula est supervisée par Ruben A. Aquino. D’origine philippino-japonaise, Aquino débute sa carrière chez Disney en 1982 après être passé par Hanna-Barbera. Membre de la nouvelle génération au moment où les vétérans quittent un à un l’entreprise, il commence sa carrière au sein des studios de Mickey avec quelques secondes d’animation de Ritournelle dans Taram et le Chaudron Magique. Au générique de Basil Détective Privé, Le Bossu de Notre-Dame, Tarzan, Fantasia 2000, Winnie l’Ourson et La Reine des Neiges, Ruben Aquino devient superviseur de l’animation avec le personnage de Francis dans Oliver & Compagnie. Au cours de sa carrière chez Disney longue de près de trente ans, il a par ailleurs dirigé la création de Jake dans Bernard et Bianca au Pays des Kangourous, Maurice dans La Belle et la Bête, Simba adulte dans Le Roi Lion, du chef Powhatan dans Pocahontas, une Légende Indienne, Shang et Fa Li dans Mulan, Pikly et David dans Lilo & Stitch, Denahi dans Frère des Ours ou encore Eudora et James dans La Princesse et la Grenouille. Pour Ursula, Ruben Aquino est par ailleurs épaulé par Nik Ranieri (Roger Rabbit, Wilbur, Lumière, Meiko, Hadès, Kuzco, Charlotte LaBouff) et Kathy Zielinsky (Jafar, Frollo). Sous la forme de Vanessa, Ursula est également en partie animée par Andreas Deja, le créateur de Triton, Gaston, Jafar, Scar, Hercule, Lilo et Mama Odie.

Ruben A. Aquino

Après avoir été un temps envisagé pour Bea Arthur, Jennifer Saunders, Nancy Marchand, Nancy Wilson, Roseanne Barr et Elaine Stritch, évincée pour désaccords avec le parolier Howard Ashman, Ursula est confiée en version originale à la comédienne Pat Carroll qui, en plus d’adopter une voix plus grave, envisage le rôle comme celui d’un personnage de théâtre, grossissant dès lors le trait pour rendre son interprétation plus flamboyante. Née en 1927 en Louisiane, Carroll débute sa carrière dès le plus jeune âge, décrochant son premier Emmy Award en 1955 pour son apparition dans Caesar’s Hour aux côtés de Cid Caesar sur NBC. Au générique de nombreuses séries et émissions télévisées comme Make Room for Daddy, The DuPont Show With June Allyson, The Red Buttons Show, The Red Skelton Show et The Carol Burnett Show, elle joue par ailleurs le rôle de Prunella dans l’adaptation musicale de Cendrillon signée par Rodgers et Hammerstein en 1965. À la fin des années 1980, Pat Carroll se lance dans le doublage et prête sa voix à des dizaines de personnages dans Pound Puppies, Scooby-Doo : Agence Toutou Risques, A Garfield Christmas Special, Dingo et Max. Elle campe par ailleurs la sœur d’Ursula, Morgana, dans La Petite Sirène 2 : Retour à l’Océan.
Transformée en Vanessa et usant de la voix d’Ariel, Ursula est par ailleurs logiquement doublée par Jodi Benson, la voix de la petite sirène.

Divine
Pat Carroll
Micheline Dax

En version française, que ce soit en 1989 ou en 1998, la sorcière des mers est doublée par Micheline Dax. Née en 1924 à Paris, la comédienne débute au lendemain de la Seconde Guerre mondiale en montant sur les planches dans la troupe des Branquignols. À l’affiche de pièces comme Champignol Malgré Lui, N’écoutez pas Mesdames et plus tard Miss Daisy et son Chauffeur et Arsenic et Vieilles Dentelles, Micheline Dax apparaît également à la télévision dans diverses séries et téléfilms, dans plusieurs numéros des émissions cultes L’Académie des Neufs et Les Jeux de 20 Heures, ainsi qu’au cinéma dans des films comme Si Paris nous Était Conté, La Française et l’Amour, Tendre Voyou, Les Clés du Paradis ou L’Ex-Femme de ma Vie. Au cours d’une carrière longue de plus de soixante ans, l’actrice a également donné de la voix en participant au doublage de nombreuses productions. C’est ainsi qu’elle fut notamment tour à tour l’interprète de Cléopâtre (Astérix et Cléopâtre), de Bianca Castafiore (Tintin et le Lac aux Requins), de tante Musaraigne (Brisby et le Secret de NIMH), de tante Figg (Tom et Jerry, le Film), d’Azalée la vache (Le Manège Enchanté) et surtout de Miss Piggy dans Le Muppet Show.
Claire Guyot, la voix française d’Ariel, prend la relève lorsqu’Ursula est transformée en Vanessa.

La carrière d’Ursula se poursuit dès 1993, quatre ans après sa première apparition au cinéma, dans la deuxième saison de La Petite Sirène, la série animée dans laquelle la méchante apparaît à quatre reprises. Dans Miss Catastrophe, elle tente de nuire à Triton en capturant une créature portant malheur. Dans Tonnerre de Zeus, elle mise sur Sébastien, jaloux de son rival le crabe Zeus, en lui offrant sa magie en échange d’un artefact nécessaire pour détruire le roi. Dans Apollo, l’épisode 5 de la saison 3, elle essaie de recréer son armée détruite par le passé par le héros Apollo. Enfin, dans Mes Chers Trésors, elle ensorcelle les objets rassemblés par Ariel afin de mettre l’océan sens dessus dessous.

En 2000, c’est à un simple caméo dont Ursula a le droit dans La Petite Sirène 2 : Retour à l’Océan. Le rôle de l’antagoniste principale, en effet, est offert à Morgana, une sœur sortie de nulle part à la peau verte doublée comme elle par Pat Carroll et Micheline Dax. Une scène coupée illustrant la chanson Gonna Get My Wish la mettait tout de fois en scène enfant. Ursula est alors montrée comme la préférée de sa chère maman, une situation provoquant la jalousie de Morgana qui, au passage, possède pour sa part huit tentacules !

La Petite Sirène
(La Série)
La Petite Sirène 2 : Retour à l'Océan

Comme presque toute la ménagerie Disney, Ursula participe par ailleurs à la série télévisée Disney’s Tous en Boîte. Elle fait ainsi de la figuration dans les épisodes Jiminy Cricket, Un Jour Embarrassant pour Max, Réservé aux Dames, Le Club des Méchants, Mickey et Minnie Partent en Vacances et Monsieur-Je-Dais-Tout. Elle est également visible sous l’apparence de Vanessa dans Le Crimordinateur. Enfin, en plus de Mickey, la Magie de Noël, Ursula est l’un des méchants à l’origine de la prise de contrôle de la boîte de nuit Disney dans Mickey, le Club des Méchants.

La carrière d’Ursula à la télévision est enfin complétée avec un dernier caméo. Dans Hercule et Bacchus, le seizième épisode de la première saison de la série animée Hercule, elle apparaît une fraction de seconde tentant de vendre du parfum à Hercule et Hermès.

Disney's Tous en Boîte
Mickey, le Club des Méchants
Hercule

Dans Ariel, le sixième épisode de la saison 3 de la série Once Upon a Time - Il Etait une Fois, Regina la Méchante reine (Lana Parilla), se présente sous les traits d’Ursula pour berner Ariel. Dans la deuxième moitié de la quatrième saison, Ursula apparaît cette fois en personne sous les traits de Merrin Dungey dans les épisodes Le Point de Non-Retour, L’Alliance, Secret Maléfique, La Voix de la Liberté et La Licorne. Le spectateur en apprend alors un peu plus sur l’enfance de la méchante, également jouée par Tiffany Boone dans les flashbacks. Auparavant, Ursula était une jeune sirène, fille du roi Poséidon (Ernie Hudson), nommée ainsi en hommage à la déesse de la mer et orpheline de mère après que celle-ci ait été tuée par un pirate. Dotée d’une voix magnifique, elle est tenue à l’écart du monde par son père qui nourrit une haine profonde contre l’espèce humaine et se sert de son chant pour éliminer les marins. Ursula, toutefois, refuse un jour de couler le Jolly Roger, le navire du Capitaine Crochet. En conflit ouvert avec Poséidon, elle parvient à devenir humaine grâce à un bracelet magique. Se produisant comme chanteuse dans un pub, elle se lie d’amitié avec Crochet, ignorant que ce dernier s’est associé à son père pour capturer sa voix à l’intérieur d’un coquillage enchanté et l’échanger contre une encre capable de neutraliser Rumplestiltskin. Ainsi trahie, Ursula développe à son tour une haine des Hommes. Également choquée par l’attitude de son père, elle utilise son trident pour changer sa queue de sirène en tentacules. Elle se lie d’amitié par la suite avec Cruella et Maléfique avec qui elle s’associe contre Rumplestiltskin. Ursula participe en outre aux côtés de Cruella à la lutte contre le Chernabog, tente de ramener Maléfique d’entre les morts, combat Crochet qui l’avait trahie et se réconcilie finalement avec son père qui lui rend sa voix…

Le Disney Channel Original Movie Descendants 2 réintroduit Ursula sur le petit écran. Avec une apparition limitée à de simples tentacules et la voix en version originale de Whoopy Goldberg, la méchante est alors la maman d’une jeune adolescente, Uma (China Anne McClain), qui rêve de devenir aussi populaire que Mal, la fille de Maléfique. Enfin, après avoir incarné la sorcière devant l'objectif d'Annie Leibovitz, Queen Latifah interprète à son tour le rôle dans The Little Mermaid Live! diffusé sur ABC le 5 novembre 2019.

Once Upon a Time - Il Etait une Fois
Descendants 2
The Little Mermaid Live!

Côté librairie, Ursula apparaît très furtivement dans la série de comics The Little Mermaid. Le lecteur y apprend alors comment elle est entrée en possession de la carcasse de léviathan qui lui sert de repaire. Dans le livre The Villain Files, il est également sous-entendu que la sorcière est en réalité la sœur de Triton et la tante d’Ariel, une idée développée dans le premier scénario de La Petite Sirène avant d’être finalement abandonnée. Ursula apparaît brièvement dans les mangas Kingdom Hearts et Princesse Kilala, dans le roman Descendants - L'Île de L'Oubli, ainsi que dans le cinquième tome de la série de romans pour la jeunesse Kingdom Keepers de Ridley Pearson, Shell Game.

L’auteur Serena Valentino la met par ailleurs en scène dans L’Histoire de la Bête et le roman Pauvre Âme en Perdition : L’Histoire d’une Sorcière des Mers. Le lecteur y apprend qu’Ursula est la fille adoptive d’un pêcheur qui l’a élevée loin de son frère, Triton. Lorsque ses pouvoirs se révèlent au monde, elle est alors chassée par les habitants de son village. Assistant à la mort de son père adoptif, elle nourrit dès lors une haine farouche contre les humains. Invitée par Triton à revenir sous l’océan, elle est toutefois contrainte de renier son apparence de pieuvre. Seule la femme de Triton, la reine Athéna, la traite avec gentillesse, provoquant des discussions enflammées avec son époux. Après la mort de la reine, Ursula est bannie du royaume…
Dans Profondeurs de l’Océan de Liz Braswell, l’histoire d’Ursula prend un nouveau tournant. Sous la forme de Vanessa, la sorcière règne d’une main de fer sur le royaume du prince Éric.

Boss final de l’adaptation en jeu vidéo de La Petite Sirène, Ursula est l’une des méchantes récurrentes de la saga Kingdom Hearts. Complice de Maléfique, elle cherche encore et toujours à récupérer le trident de Triton en manipulant Ariel. Elle est vaincue par Sora, Donald et Dingo. Rapidement évoquée dans Kingdom Hearts Re: Chain of Memories, Ursula est de retour dans Kingdom Hearts II où, revenue des ténèbres, elle propose comme dans le film à Ariel de vivre à la surface en échange de sa voix. Elle est une fois encore vaincue par Sora, Dingo, Donald et le prince Éric. Ursula est enfin le premier boss de Kingdom Hearts 3D : Dream Drop Distance.
La sorcière est aussi l’une des protagonistes d’Epic Mickey : Power of Illusion et Disney Princess: My Fairytale Adventure.

Kingdom Hearts
Kingdom Hearts
Chain of Memories
Kingdom Hearts 3D
Dream Drop Distance

Sorcière à roulettes ! En 2008, Ursula est forcément de retour sur les planches dans l’adaptation à Denver puis à Broadway de La Petite Sirène. Elle est alors campée par Sherie Rene Scott puis Heidi Blickenstaff et enfin Faith Prince. Une fois encore, la sorcière est présentée comme étant la sœur du roi Triton. Dans la chanson I Want the Good Times Back d’Alan Menken, elle explique qu’à la mort de son père, elle reçoit la moitié des océans ainsi qu’un artefact magique. Triton récupère ainsi son trident et, elle, se voit confier son coquillage. Mais tous les deux s’affrontent bientôt. Triton désapprouvant l’usage de la magie noire de sa sœur, elle est alors bannie du royaume… Cherchant à se venger, Ursula ne se transforme toutefois jamais en Vanessa durant le spectacle. Elle est par ailleurs vaincue par Ariel et Éric lorsque son coquillage est brisé.

Au cours de la tournée aux États-Unis de la comédie musicale, la chanson I Want the Good Times Back est finalement remplacée par un autre titre de Menken, Daddy’s Little Angel. Le passé d’Ursula est alors changé. Elle devient la plus jeune d’une fratrie de sept sœurs et un frère. Née sous la forme d’une pieuvre et non d’une sirène, elle est reniée par son père, Poséidon. Dans un excès de jalousie, elle tue ses sœurs et devient reine. Mais son frère, Triton, parvient à la détrôner et finit par l’exiler.

Ursula est enfin l’un des méchants les plus présents dans les parcs Disney à travers le monde.
À Disneyland, elle est ainsi l’une des protagonistes du spectacle Fantasmic!. La méchante apparaît également dans les shows World of Color et Villainous et la parade Frightfully Fun Parade.
À Walt Disney World, la sorcière retrouve les autres personnages du film dans Voyage of the Little Mermaid. Utilisée dans le jeu Sorcerers of the Magic Kingdom, elle est au centre du feu d’artifice d’Halloween Hallowishes durant la Mickey’s Not-So-Scary Halloween Party. Elle est également visible dans le spectacle sons et lumières Happily Ever After. Une statue géante de la sorcière est enfin installée dans l’enceinte du Disney’s Art of Animation Resort.

Voyage of The Little Mermaid
Disney's Art of Animation Resort
La Parade des Rêves Disney
Attention...Méchants !

À Tokyo Disneyland, Ursula est présente comme en Californie et en Floride dans le spectacle Fantasmic!, ainsi que dans Starlight Dreams. Durant la saison d’Halloween, la sorcière est de sortie et apparaît dans le spectacle Villain’s World.
À Disneyland Paris, Ursula est certainement l’une des méchantes les plus utilisées et les plus appréciées du public. Elle est ainsi notamment mise en scène dans le spectacle Disney Dreams! et dans différentes parades, en particulier La Parade des Rêves Disney où elle trône à l’arrière du char Dreams of Power. Elle devient par ailleurs la maîtresse de cérémonie de la saison 2019 d’Halloween.
À Hong Kong, la méchante est présente dans la scène finale de The Nightmare Experiment ainsi que dans la parade Villains Night Out!.
La sorcière assure enfin le show à bord du Disney Dream dans le spectacle Villains Tonight!...

Digne représentante de la grande famille des sorcières Disney, Ursula occupe, à n'en pas douter, une place à part dans le cœur des fans. Après des années de marasme marquées par des méchants de moindre envergure, elle a indéniablement redonné ses lettres de noblesses à la vilenie. Calculatrice et terrifiante, palabreuse et imposante, grande adapte de la magie noire et des beaux discours, elle a surtout marqué les esprits en utilisant, pour parvenir à ses fins, une arme redoutable qu'aucun autre méchant avant elle n'avait encore osé utiliser avec autant de talent : l'Amour !...

Beluga, sevruga
Soufflez vents de la mer Caspienne
Larynxis, glosytis et corda vocala
Sa voix est à moi !

Les Podcasts

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.