Mère Gothel
Date de création :
Le 24 novembre 2010
Nom Original :
Mother Gothel
Créateur(s) :
Glen Keane (Conception)
Jin Kim (Conception)
Byron Howard (Conception)
Shiyoon Kim (Conception)
Lauren Airriess (Conception)
Lisa Keene (Conception)
Mike Gabriel (Conception)
Claire Keane (Conception)
Andy Gaskill (Conception)
Nik Ranieri (Animation)
Apparition :
Cinéma
Télévision
Voix Originale(s) :
Donna Murphy
Voix Française(s) :
Isabelle Adjani (Voix parlée)
Sophie Delmas (Voix chantée, Raiponce - La Série)
Interprète(s) :
Katie Whetsell (Rapunzel : The Musical)
Emma Booth (Once Upon A Time – Il Était une Fois)

Le portrait

rédigé par Karl Derisson
Modifié le 06 novembre 2023

En 2010, les studios Disney poursuivent leur exploration des contes de fées avec Raiponce. Cinquantième grand classique animé, le film s’inspire du récit des frères Grimm et met en scène la célèbre princesse à la chevelure enchantée gardée captive par son autoritaire marâtre, Mère Gothel.

Mère Gothel, personnage issu du folklore des frères Grimm

Raiponce s’inspire du conte éponyme écrit par les frères Wilhelm et Jacob Grimm en 1812. Parfois nommée Dame Gothel lorsqu’elle n’est pas tout simplement anonyme, Mère Gothel y est présentée comme une fée (ou une sorcière dans une version de 1819) vivant dans une maison construite au cœur d’un somptueux jardin. Pour contenter sa femme, enceinte, son voisin s’introduit un jour chez elle afin de cueillir des campanules raiponce. Surpris par la maîtresse des lieux, ce dernier doit alors négocier pour sa vie. Il ne pourra rentrer chez lui que s’il accepte d’offrir le futur bébé à la sorcière. Baptisée Raiponce, la petite fille est dès sa naissance séparée de ses parents.


Wilhelm et Jacob Grimm, daguerréotype d'Hermann Blow, 1847

Réputée pour sa beauté et sa magnifique chevelure, l’enfant a douze ans lorsqu’elle enfermée au sommet d’une tour à l’abri du monde jugé trop menaçant par la fée. Ignorant à quoi ressemble l'extérieur, elle est surprise un jour par un prince qui, chaque jour, écoute la belle chantée à la fenêtre. Pénétrant dans la tour grâce à la chevelure de l’héroïne, le jeune homme l'effraie au premier abord avant de la convaincre qu’il est son grand amour. Enceinte, Raiponce décide de partir avec lui.


Gravure de Carl Ewald, 1922

Lors d’une discussion avec la sorcière, Raiponce trahit bientôt ses projets. La marâtre, furieuse, lui coupe alors les cheveux et la chasse. Accrochant les mèches à la fenêtre pour permettre au prince de grimper, la sorcière le piège en le précipitant du haut de la tour. Tombé dans un buisson de ronces ou de roses selon les versions, le jeune homme perd la vue. Aveugle, il erre des années durant à la recherche de sa bien-aimée perdue. Reconnaissant sa voix, il ne la retrouve que des années plus tard. Raiponce a accouché de jumeaux. Heureuse de revoir son amant, elle se met à pleurer. Le prince recouvre la vue grâce aux larmes qui coulent dans ses yeux. Désormais réunis, il invite l’héroïne dans son royaume où ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’autres enfants. Dans certaines versions de l’histoire, Gothel meurt piégée dans sa propre tour d’où elle est incapable de descendre sans l’aide de la chevelure Raiponce...

Mère Gothel ou la quête de la jeunesse éternelle

Mère Gothel est le premier personnage à apparaître au tout début de Raiponce. Une lanterne à la main, la vieille femme, voûtée et marquée par le temps, fit jadis une découverte incroyable, une fleur magique née d’une larme de Soleil tombée des cieux. Perçant la noirceur de la nuit grâce à sa lumière étincelante, le lys enchanté possède en effet le pouvoir de ramener jeunesse et beauté à quiconque chante auprès d’elle. Gardant égoïstement le secret pour elle seule, Mère Gothel a pu utiliser à sa guise la magie de la fleur afin d’effacer sur elle les affres du temps et le poids des années.

Cachée au reste du monde durant des siècles, la fleur enchantée fut finalement retrouvée par un régiment envoyé à travers les bois par le souverain du royaume de Corona afin de trouver un remède aux souffrances de sa femme. Guérie, la Reine donna alors naissance à une ravissante petite princesse dotée d’une magnifique chevelure dorée. Partout dans le pays, les habitants fêtèrent l’heureux événement. Mais les réjouissances furent de courte durée. Bien décidée à ne pas se laisser rattraper par l’âge, Mère Gothel s’introduisit dans le palais. Constatant que la magie de la fleur avait été transférée dans la chevelure de l’enfant, elle la vola pour la cacher dans une tour isolée au cœur de la forêt. Surnommée « Petite Fleur », Raiponce fut ainsi élevée à l’abri du monde sans se douter une seconde que celle qui se présentait comme sa mère adoptive était en réalité sa ravisseuse...

Dix-huit ans sont passés et Raiponce est à présent devenue une ravissante adolescente. Éprise de liberté, la jeune femme reçoit quotidiennement la visite de Mère Gothel qui, désormais, doit user de tous les stratagèmes pour dissuader sa « fille » de quitter sa tour. Afin de ruiner ces rêves d’évasion, la méchante mise alors sur les peurs profondes de Raiponce pour lui faire entendre que le monde extérieur est dangereux. Menteuse invétérée, Gothel lui parle des bandits et des voleurs, des poisons et des sables mouvants, des cannibales et des serpents, de la peste, des bestioles et du terrifiant homme aux dents pointus ! Ne cessant de rabaisser Raiponce, accusée d’être maladroite, immature, naïve, empotée, étourdie et flasque, Mère Gothel quitte bientôt la tour en étant persuadée que la jeune femme n’en sortira jamais.

Mais c’est sans compter sur le hasard et l’arrivée impromptue de Flynn Rider dans la vie de Raiponce. Après avoir volé la couronne de la princesse et doublé les frères Stabbington, le voleur a trouvé refuge dans la tour. Intriguée par cet étrange visiteur qu’elle est parvenue à ligoter et à enfermer dans son armoire, Raiponce pense que c’est l’occasion de parler franchement avec sa mère adoptive. Mais en lui demandant pour la énième fois l’autorisation d’aller voir les lumières, l’héroïne provoque malgré elle la colère de Gothel, incapable de retenir ses nerfs. Voyant bien que sa marâtre n’acceptera jamais de la laisser partir, Raiponce décide de changer de stratégie. Avec ruse, elle demande à Mère Gothel de lui rapporter cette peinture faite à base de coquillages blancs. Il faudra bien trois jours de marche à la méchante pour la récupérer. Pendant ce temps, Raiponce sera libre de ses mouvements.

Récalcitrante à l’idée de s’éloigner aussi longtemps de sa protégée, Mère Gothel se met en route. Mais lorsqu’elle croise dans les bois Maximus, l’un des chevaux de la garde royale qui erre sans son cavalier, elle s’inquiète immédiatement. Quelque-chose ne tourne pas rond ! Abandonnant son panier, elle fait demi-tour et repart en courant vers la tour. Prise de panique, elle appelle Raiponce afin que celle-ci l’aide à monter au sommet grâce à sa chevelure... En vain. Utilisant la porte dissimulée derrière un buisson et un amas de pierres, Gothel parvient jusqu’au dernier étage de la tour... vide. Raiponce n’est plus là. Terrifiée, elle découvre la sacoche de Flynn et la couronne de la princesse cachées sous une marche de l’escalier. Un avis de recherche plié dans le sac mentionne le nom de Rider. Submergée par la peur et par la colère, Gothel pense qu’il est le ravisseur de sa protégée. Elle s’empare alors d’un poignard et se met en route pour les retrouver au plus vite.

La quête de Mère Gothel la conduit bientôt jusqu’à la Taverne du Canard Boiteux où elle aperçoit Raiponce en train de chanter et de danser avec La Main Froide et sa bande de malfrats. Alors que la garde royale pénètre dans l’auberge, elle observe la jeune femme et Flynn prendre la poudre d’escampette par un passage secret. Son couteau à la main, elle menace l’un des brigands, obligé de lui dire où mène le mystérieux tunnel.

À la nuit tombée, Mère Gothel croise la route des frères Stabbington. Cachée derrière un arbre, elle les entend parler de tuer Rider et de récupérer la couronne volée. Elle les interpelle alors pour leur proposer un marché. Elle leur offre la sacoche de Rider et la couronne. Promettant au duo de voleurs de récupérer mille fois la mise et de se venger de Rider, elle attend en retour que les Stabbington l’aident à retrouver Raiponce. Convaincus, les deux frères se rangent donc derrière elle.

Quelques heures plus tard, Mère Gothel retrouve enfin Raiponce. La jeune femme est radieuse. Elle a découvert un monde qui ne semble pas si dangereux que cela, finalement. Elle est en outre tombée sous le charme de Flynn. Mais Gothel n’a cure de ce bonheur naissant. Elle fait mine d’être heureuse de retrouver Raiponce qu’elle culpabilise immédiatement en l’accusant de la pire des trahisons. Embobinant avec talent la princesse, elle parvient à la convaincre qu’elle est bien trop naïve et que l’amour qu’elle ressent pour Flynn n’est en aucun cas réciproque et que le petit voleur n'est en réalité là que pour récupérer sa couronne. Laissant Raiponce se torturer l’esprit, Gothel s’éclipse bientôt.

Laissant le temps faire son œuvre, Gothel arrive rapidement à ses fins. Raiponce a passé une journée magnifique et le soir venu, elle a enfin pu voir de ses yeux ces fameuses lanternes dans le ciel. Mais le rêve a tôt fait d’être brisé. Les frères Stabbington sont parvenus à neutraliser Rider. Surtout, en laissant croire que ce dernier était parti avec la couronne, ils ont contribué à insinuer dans l’esprit de Raiponce que sa « mère » avait finalement raison depuis le début et que Flynn n’était en fait là que pour le trésor... La comédie orchestrée par Gothel s’achève lorsque cette dernière élimine à son tour les Stabbington. Pensant ne devoir son salut qu’à sa marâtre, Raiponce accepte de rentrer dans sa tour...

De nouveau captive, Raiponce est plus malheureuse que jamais. Maniant l’art du mensonge comme personne, Gothel termine alors de détruire toute once d’optimisme dans l’esprit de la jeune femme. Mais celle-ci est bientôt intriguée par toutes ses dessins peints sur les murs au fil des années. Un motif semble ressortir de toutes ces images, un soleil identique à celui qui trônait au-dessus de son berceau lorsqu’elle était bébé. En une fraction de secondes, les souvenirs du passé rejaillissent. Et Raiponce comprend que Gothel n’est en réalité pas sa vraie mère.

Avec courage et détermination, Raiponce décide d’affronter celle qui, au final, n’est qu’une imposteuse. N’ayant plus grand-chose à perdre, Gothel dévoile dès lors sa vraie personnalité. « Tu veux que je devienne méchante ? », demande-t-elle, « Parfait ! Dorénavant je serais la méchante ». Raiponce est bâillonnée et enchaînée à l’un des piliers en bois de la tour. Venu à sa rescousse après être parvenu à s’évader des geôles du château, Rider est poignardé. Pascal, le petit caméléon de Raiponce, est lui-même maîtrisé. La menteuse Gothel s’est à présent muée en meurtrière.

Alors que Flynn est en train de mourir, Mère Gothel décide de quitter la tour en entraînant de force dans son sillage la pauvre Raiponce, toujours enchaînée, qui tente de négocier. Elle acceptera de suivre docilement sa ravisseuse à la condition qu'elle l’autorise à sauver Rider. Gothel obtempère. Raiponce est autorisée à s’approcher de Flynn, solidement enchaîné à son tour. Se saisissant d’un morceau de miroir brisé, il saisit cette ultime opportunité pour trancher les cheveux de Raiponce qui, ainsi coupés, perdent instantanément leur blondeur et, de fait, leur magie.

Voyant cette magie disparaître, Gothel est immédiatement prise de panique. Sa peau se couvre de rides et de taches de vieillesse. Ses mains se déforment. Son teint devient pâle. Ses joues se creusent. Sa voix se met à chevroter. Sa chevelure vire au blanc. En une fraction de secondes, elle devient cette vieillarde qu’elle a toujours évité d’être...

Observant son reflet dans le miroir, Gothel est effondrée. Devenue cadavérique, elle tente de cacher sa laideur et sa vieillesse sous la capuche de sa cape. Poussant des cris de douleur et de désespoir terrifiants, elle se prend les pieds dans les cheveux de Raiponce tendus par Pascal. Elle butte contre le rebord de la fenêtre et tombe dans le vide. Le capuchon n’a pas le temps de toucher le sol que Gothel, rattrapée par des siècles de magie, est déjà réduite en poussière...

La Conception du personnage

Parmi les plus beaux méchants de la décennie 2000, Mère Gothel occupe une place particulière dans la filmographie des studios Disney. C’est en effet la dernière grande méchante dont les intentions, criminelles, sont dévoilées dès le début de l’histoire. Au cours des années suivantes, les scénaristes ont en effet pris l’habitude de miser sur des méchants inattendus dont les viles intentions ne sont dévoilées qu’à la toute fin du récit à l’image d’Hans, de Sa Sucrerie, de Dawn Bellwether ou bien du Roi Runeard.

Le public de Raiponce sait donc à quoi s’en tenir dès les premières secondes du film. Mère Gothel est une femme obsédée par son âge et par la vieillesse. Trouvant un remède magique au temps qui passe grâce à une fleur miraculeuse, elle témoigne tout de suite d’un égoïsme certain en cachant sa découverte aux autres. Lorsque sa plante lui est prise, elle fait un pas supplémentaire en devenant ravisseuse d’enfant. Tortionnaire et menteuse patentée, elle se change à la fin du film en meurtrière dont la folie provoque sa propre mort.

Manipulatrice hors-pair, Mère Gothel vit sa vie comme une pièce de théâtre. Toute son existence repose en effet sur un mensonge et elle doit sans cesse jouer la comédie en présence de Raiponce afin que celle-ci ne découvre jamais le pot-aux-roses. Avec outrance et une pointe d'humour, elle endosse alors le costume de la mère parfaite et pleine d’attention pour sa « fille » qu’elle gâte en lui apportant quotidiennement sa nourriture et de quoi s’adonner à ses passions pour la lecture, la peinture et autres activités manuelles destinées à l’occuper des journées durant. Douée d’une grande intelligence, Gothel manipule tout aussi bien les frères Stabbington qui se joignent à sa conspiration, aveuglés qu’ils sont par leur envie de se venger de Flynn Rider.

Le caractère de Mère Gothel se rapproche en ce sens beaucoup de celui de Claude Frollo, le principal antagoniste du (Le) Bossu de Notre-Dame. Comme la méchante de Raiponce, le magistrat est un tortionnaire retenant captif un bébé innocent, Quasimodo. Alors que Gothel cherche à sauver sa jeunesse, Frollo, de son côté, espère ainsi sauver sa réputation après avoir tué la pauvre mère de l’enfant. Devenu adulte, Quasimodo est, comme Raiponce, gardé bien à l’abri au sommet d’une tour, en l’occurrence, l’un des deux clochers de la cathédrale Notre-Dame. Frollo veut dès lors le dissuader de partir en usant de toute une série de mensonges prétextant que le monde extérieur est bien trop dangereux pour être exploré sans crainte. Lorsque Quasimodo se risque malgré tout à sortir de sa cachette, Frollo doit user de tous les stratagèmes pour le convaincre de ne plus retenter une telle expérience. Le juge finit par enchaîner son « protégé », comme Gothel le fait avec Raiponce. Criminel en puissance, il s’arme enfin d’un poignard pour éliminer Esméralda et, aveuglé par sa folie, provoque sa propre perte. Comme Gothel du haut de sa tour, Frollo, debout sur l’une des gargouilles de la cathédrale, se tue en tombant dans le vide... Mère Gothel peut également être comparée à la Reine Grimhilde et Madame de Tremaine, deux autres marâtres abusives.

Lancé dès le milieu des années 1990 à l’initiative de Glen Keane, le projet Raiponce a subi de nombreux atermoiements et plusieurs virements de cap avant d’être confié aux duo de réalisateurs Byron Howard et Nathan Greno. Le personnage de Mère Gothel, dès lors, a connu de très nombreux changements avant d’obtenir son aspect définitif. Lisa Keene et Claire Keane l’ont notamment dessinée sous la forme d’une vieille harpie aux cheveux hirsutes et à la mine patibulaire.

Esquisse par
Claire Keane
Esquisse par
Mike Gabriel
Esquisse par
Lauren Airries

Mike Gabriel lui a un temps donné une apparence plus fine, tout comme Lauren Airriess qui la représente sous les traits d’une dame du XVIIIe siècle. Sous la mine d’Andy Gaskill, Gothel devient une femme plus jeune comme tout droit sortie de la Belle Époque avec son grand chapeau, sa canne et sa robe de soirée cintrée. Shiyoon Kim l’ébauche pour sa part telle une diva des années 1920 vêtue d’une robe aux longues manches issues du Moyen Âge.

Esquisse par
Andy Gaskill
Esquisse par
Jin Kim
Esquisse par
Shiyoon Kim

Au final, Mère Gothel apparaît sous les traits d’une femme d’environ quarante ans au physique avantageux. Élancée, elle possède une taille haute et fine. Son visage, lisse, est marqué par des pommettes saillantes et un teint clair rehaussé de rose. Ses yeux sont gris clair. À l’inverse de celle de Raiponce, blonde et lisse, sa chevelure est noire et bouclée.

Esquisse par Glen Keane
Esquisse par Jin Kim

Lorsque l’effet magique de la fleur ne fonctionne plus sur elle, Mère Gothel devient alors une vieille femme cadavérique. Son dos se voûte. Sa peau, grisâtre, est marquée de rides, nombreuses, et de taches de vieillesse. Sa chevelure perd de son épaisseur et devient grise puis blanche. Ses mains se tordent. Ses doigts sont marqués par l’arthrose. Ses ongles deviennent plus fins et ternes.

Esquisse par Jin Kim
Esquisse par Jin Kim

Mère Gothel est vêtue d’une robe en velours pourpre. Son décolleté, prononcé, est orné d’un ruban à motif. Les manches, elles-mêmes terminées par un ruban doré, s’arrêtent au niveau des coudes pour laisser ensuite le tissu retomber et flotter. Une ceinture fermée par une boucle en or met en valeur sa taille fine. La méchante porte parfois une cape noire doublée d’un tissu doré. Le costume de Gothel s’inspire directement des vêtements portés par les dames italiennes ou françaises durant la Renaissance. Il est alors possible pour le spectateur d’estimer l’âge véritable du personnage. La Renaissance se déroulant entre le XIVe et le XVIe siècle, alors que l’intrigue du film, elle, semble se passer plutôt vers la fin du XVIIIe siècle, Mère Gothel est donc une femme âgée de trois ou quatre-cents ans. Son usage de la magie procurée par la fleur enchantée serait dont séculaire. Après que Flynn Rider a coupé les cheveux de Raiponce, sa désintégration est d’ailleurs d’autant plus rapide que l’âge de Gothel est canonique.

L’apparence finale de la méchante est principalement le résultat des recherches graphiques exécutées par le réalisateur Byron Howard, le directeur de l’animation Glen Keane et le character designer Jin Kim.
Né le 26 décembre 1968 à Misawa, au Japon, Byron Howard grandit dans la région de Philadelphie puis à Issaquah, dans l’État de Washington. Élève de l’Evergreen State College d’Olympia, il débute modestement au sein de The Walt Disney Company comme guide au Parc Disney-MGM Studios. Rêvant de travailler dans la branche cinéma des studios, il est engagé en 1994 et sert au départ comme intervalliste puis animateur sur Pocahontas, une Légende Indienne, Mulan, Lilo & Stitch et Frère des Ours. Nommé aux Annie Awards en 2003, il est promu réalisateur et prend les rênes de Volt, Star Malgré Lui aux côtés de Chris Williams puis de Raiponce avec Nathan Greno. Howard réalise ensuite Zootopie avec Rich Moore puis Encanto, la Fantastique Famille Madrigal avec Jared Bush.

Byron Howard
Glen Keane

Glen Keane naît le 13 avril 1954 à Philadelphie. Passé sur les bancs du California Institute of the Arts (CalArts) avant d’être engagé par Filmation, l’artiste débute sa carrière chez Disney en 1974 en participant à la production des (Les) Aventures de Bernard et Bianca. Sous l’égide d’Eric Larson, de Frank Thomas, d’Ollie Johnston, de John Lounsbery, de Wolfgang Reitherman et de Milt Kahl, les derniers pionniers qui partent tous progressivement à la retraite, il collabore ensuite à l’animation de Peter et Elliott le Dragon, Rox et Rouky, Le Noël de Mickey, Taram et le Chaudron Magique, Basil, Détective Privé et Oliver & Compagnie. Créateur de Ratigan et de Sykes, il brille en 1989 puis durant la décennie 1990 en donnant vie à Ariel, Marahute, la Bête, Aladdin, Pocahontas et Tarzan, puis à John Silver dans La Planète au Trésor - Un Nouvel Univers. Créateur du style de Raiponce, il quitte Disney et réalise Duet, Nephtali et Dear Basketball, qui lui vaut de remporter l’Oscar du Meilleur court-métrage d’animation en 2018. En 2020, il dirige le long-métrage Voyage vers la Lune diffusé sur Netflix.

D’origine coréenne où il naît en 1959, Jin Kim travaille pour Hanna-Barbera avant de débuter comme animateur freelance pour Disney sur des séries comme Myster Mask, La Bande à Dingo, Bonkers ou Aladdin. Embauché en 1995, il anime Amphitryon et Alcmène dans Hercule puis participe à la production de Tarzan et Fantasia 2000. Parmi les artistes ayant donné vie à Kuzco, à Jim Hawkins et à Buck, il devient character designer et planche à ce poste sur Volt, Star Malgré Lui, La Princesse et la Grenouille, Raiponce, Les Mondes de Ralph, La Reine des Neiges, Les Nouveaux Héros, Zootopie, Vaiana, la Légende du Bout du Monde, Ralph 2.0 et La Reine des Neiges II. En 2016, il retourne en Corée du Sud et devient l’un des créateurs du film Blanche-Neige, les Souliers Rouges et les Sept Nains. De retour à Los Angeles en 2018, il collabore aussi avec Glen Keane sur Voyage Vers la Lune. En août 2019, il revient chez Disney et se voit associé à la production de Raya et le Dernier Dragon et Encanto, la Fantastique Famille Madrigal.

Jin Kim
Nik Ranieri

L’animation de Mère Gothel est principalement supervisée par Nik Ranieri. Né le 23 août 1961 à Toronto, au Canada, Ranieri débute au studio Atkinson Film-Arts d’Ottawa avant de rejoindre l’équipe réunie à Londres autour de Richard Williams pour concevoir l’animation de Qui Veut la Peau de Roger Rabbit. L’artiste s’installe ensuite à Glendale, en Californie, et poursuit l’aventure avec Disney en animant Ursula, Wilbur et Meiko, un travail qui lui vaut d’être nommé aux Annie Awards en 1995. Remportant le prix deux ans plus tard pour la création d’Hadès, il passe de l’animation traditionnelle à l’animation 3D et participe aux productions de Chicken Little, Bienvenue Chez les Robinson et Volt, Star Malgré Lui. Animateur de Charlotte dans La Princesse et la Grenouille, Nik Ranieri fait partie des artistes licenciés pour des raisons budgétaires par les studios Disney en 2013. Il rejoint alors le studio Roqovan et travaille sur le jeu vidéo World War Toons. Il passe ensuite chez 20th Television Animation et planche sur plusieurs épisodes des (Les) Simpson.

Les Voix de Mère Gothel

En version originale, Mère Gothel est incarnée par la comédienne et chanteuse Donna Murphy. Née à New York le 7 mars 1959, elle suit des cours de chant dès l’âge de trois ans. Montant sur scène dans diverses petites productions, elle fréquente les bancs de l’Université de New York où elle suit le programme de théâtre. Dès 1979, elle débute à Broadway dans la comédie musicale They’re Playing Our Song avant d’apparaître dans des dizaines d’autres spectacles tels que The Human Comedy, Passion, The King and I, Into the Woods, Wonderful Town et The People in the Picture. Doublure de Bette Midler dans la version d’Hello, Dolly ! montée en 2017, Donna Murphy joue par ailleurs au cinéma dans des films comme Jade, Star Trek : Insurrection, Spider-Man 2, World Trade Center et Jason Bourne : L’Héritage. À la télévision, le public peut par ailleurs la voir dans des séries comme Liberty! The American Revolution, What About Joan? et Resurrection.

Donna Murphy
Esquisses par Brittney Lee

En français, Mère Gothel est doublée par Isabelle Adjani. Née à Paris le 27 juin 1955, la comédienne débute dès l’âge de quatorze ans au cinéma avant de rejoindre trois ans plus tard les rangs de la Comédie-Française. Sur les planches dans La Maison de Bernarda en 1972, elle est à l’affiche de pièces classiques comme L’École des Femmes, L’Avare, Le Bourgeois Gentilhomme, La Dame au Camélia... Au cinéma, elle se construit une filmographie notable avec des rôles dans La Gifle, Clara et les Chics Types, L’Été Meurtrier, Subway et Camille Claudel. Couronnée par le César de la Meilleure Actrice pour le rôle-titre de La Reine Margot, elle enchaîne avec Paparazzi, Bon Voyage, La Journée de la Jupe et Mascarade.

Isabelle Adjani
Sophie Delmas

Les numéros musicaux de Mère Gothel sont interprétés en français par Sophie Delmas. Née le 30 janvier 1970, la chanteuse grandit dans une famille d’artistes et débute sa carrière dès les années 1990 en devenant choriste d’artistes comme Mariah Carey. Auteur d’un premier single, Je le Veux, sorti en 1997, elle se produit dans différentes comédies musicales parmi lesquelles Un Conte de Noël, L’Ombre d’un Géant, Autant en Emporte le Vent, Dothy et le Magicien d’Oz, Mamma Mia !, Pinocchio, le Spectacle Musical, Le Magicien d’Oz et La Petite Fille aux Allumettes. Participante de la troisième saison de l'émission télévisée The Voice en 2014, elle est en outre la voix chantée de Madame Samovar dans La Belle et la Bête en 2017.

Les Autres Apparitions de Mère Gothel

Mère Gothel est de retour dans la série Raiponce dérivée du grand classique de 2010.
La méchante faite notamment une première apparition dans le prologue de Raiponce : Moi, J’ai Un Rêve, le pilote de la série qui débute par un bref résumé du film original.

Raiponce : Moi, J'ai un Rêve
Nom d'un Cheveux !

Mentionnée à plusieurs reprises, Mère Gothel fait un retour fracassant dans le premier épisode de Raiponce, Nom d’un Cheveux !. La méchante hante en effet les rêves de la princesse désormais installée au château auprès de ses parents.
Le premier épisode de la Saison 3, Le Retour de Raiponce, permet surtout aux spectateurs d’en apprendre un peu plus sur le passé de Gothel et de découvrir qu’elle est la mère biologique de Cassandra. Accaparée par son souhait de rester éternellement jeune, la méchante a ainsi délaissé son enfant finalement adoptée par le capitaine des gardes. Estimant que Raiponce lui a volé l’amour de sa mère, Cassandra se retourne alors contre celle qui, jusqu’alors, était sa meilleure amie...

Le Retour de Raiponce
As Told by Emoji

Mère Gothel apparaît comme les autres protagonistes sous la forme d’un émoji dans le court-métrage As Told by Emoji consacré à Raiponce.
La méchante est la principale antagoniste de la Saison 7 de la série Once Upon A Time - Il Était une Fois. Elle est interprétée par la comédienne Emma Booth (Gods of Egypt).

Once Upon a Time - Il Était une Fois
Disney Magic Kingdoms

Mère Gothel fait partie des personnages présents dans les jeux vidéo Disney Princess Enchanting Storybooks, Hidden World, Disney Crossy Road, Disney Enchanted Tales, Disney Magic Kingdoms, Disney Tsum Tsum, Disney Emoji Blitz

Disney Tsum Tsum
Kingdom Hearts III

Dans Kingdom Hearts III, elle est l’antagoniste du niveau Le Royaume de Corona. Elle y tient le même rôle que dans le film de 2010 tout en croisant la route des personnages de la franchise, Marluxia, Sora, Donald et Dingo.


Il Était une Fois un Studio

Le 16 octobre 2023, les Walt Disney Animations Studios fêtent dignement leur centième anniversaire avec Il Était une Fois un Studio, un court-métrage spécial dans lequel sont exceptionnellement rassemblés des centaines de personnages Disney d’hier et d’aujourd’hui. Mère Gothel est elle-même de la partie. Les spectateurs la découvrent alors en train de prendre l’ascenseur en compagnie de Donald, Humphrey, le Ranger Woodlore, Tok et Carl le Robot qui sont tous en route pour participer à la grande photo de famille devant le Roy E. Disney Animation Building.

Mère Gothel dans les Parcs Disney

Au Disneyland Park d’Anaheim, en Californie, Mère Gothel est incarnée par l’un des deux hôtes du spectacle Tangled joué sur la scène du Royal Theatre de Fantasyland. À Disney California Adventure, la méchante est présente ponctuellement lors des célébrations d’Halloween, notamment au cours de la soirée Oogie Boogie Bash - A Disney Halloween Party.

Tangled, Royal Theatre
Let's Get Wicked

À Walt Disney World Resort, en Floride, Gothel apparaît durant la Mickey’s Not-So-Scary Halloween Party.
À Tokyo Disneyland, elle est visible dans le film projeté sur le château dans le cadre du spectacle Villains Nights Out!.
À Hong Kong Disneyland, Gothel joue dans le spectacle Let's Get Wicked.
Katie Whetsell incarne Mère Gothel dans la comédie musicale Tangled jouée sur la scène du Disney Magic.

Mère adoptive tortionnaire et manipulatrice, Mère Gothel figure parmi les plus grandes méchantes des années 2010. Théâtrale et ostensible, elle représente une réelle menace et, dans le même temps, permet d’illustrer brillamment l’adage selon lequel « bien mal acquis ne profite jamais ».

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site de fans, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.