Yzma
Date de création :
Le 15 décembre 2000
Nom Original :
Yzma
Créateur(s) :
Dale Baer (Superviseur de l’Animation)
Robert Espanto Domingo (Animateur)
Chad Stewart (Animateur)
Stevan Wahl (Animateur)
Apparition :
Cinéma
Télévision
BD
Vidéo
Jeux Vidéo
Parcs
Voix Originale(s) :
Eartha Kitt (2000-2008)
Mark Dindal (Yzma transformée en chaton, 2000)
Grey DeLisle (Yzma adolescente, Kuzco, Un Empereur à l’École, 2007)
Leslie Carrara-Rudolph (2012-…)
Voix Française(s) :
Élisabeth Wiener

Le portrait

rédigé par Karl Derisson
Modifié le 16 mars 2024

En 2000, les studios Disney plongent les spectateurs au cœur de l’Amérique précolombienne avec Kuzco, l’Empereur Mégalo, leur quarantième long-métrage animé dans lequel Kuzco, un empereur inca imbu de sa personne, doit faire face aux manigances de son ambitieuse conseillère, Yzma.

Yzma, ou « la preuve vivante que les dinosaures ont vécu sur la Terre »

Yzma fait une entrée grandiloquente à la cinquième minute du film. Vêtue de sa majestueuse et impressionnante tenue d’apparat, elle a tout simplement pris place sur le trône de l’empereur afin d’écouter les doléances des loyaux sujets qui se présentent au palais. Si la vieille femme s’est arrogée elle-même ce droit pourtant réservé à son maître, elle en a cependant rapidement assez d’entendre ce qu’elle considère n’être que des jérémiades sans aucun intérêt. « Je ne vois pas en quoi cela peut me concerner que ta famille… C’était quoi déjà ? », demande-t-elle à un pauvre villageois victime de la faim, « Ah ! Ça vous auriez dû y réfléchir bien avant de devenir paysans ! Fin de l’audience… Qu’on l’emmène ! Suivant ! ».

Prise de migraine, Yzma est bientôt interrompue dans son exercice d’usurpation par Kuzco qui ne se gène pas pour se payer sa tête. Horrifié par ses rides et la découverte d’un affreux morceau de salade coincé dans les dents, l’empereur profite de la situation pour signifier à sa conseillère qu’il n’a plus besoin d’elle. Incrédule, Yzma est abasourdie. Elle tente alors de se justifier pour sauver sa place. « Mais je… tu… Oh… Mais… Mais ton altesse… J’ai démontré l’étendue de ma loyauté envers l’empire depuis… depuis des années et des années ». Hasardeux, l’argument confirme dans l’esprit de Kuzco que sa conseillère a largement dépassé la date limite d’utilisation optimale ! Avec sarcasme, l’empereur éconduit donc une nouvelle fois Yzma qui, en descendant du trône, bouillonne.

Humiliée et insultée, Yzma prépare déjà sa vengeance. Armée d’un maillet, elle commence tout d’abord par évacuer sa colère en éclatant quelques bustes de Kuzco. « Il ne se débarrassera pas de moi aussi facilement », fulmine-t-elle, « Il se prend pour qui, ce misérable ver de terre ingrat ?! Est-ce qu’il sait à qui il a à faire ?! Comment ose-t-il me faire ça à moi qui l’ai pratiquement élevé ?! ». Incapable de retenir ses nerfs, Yzma retrouve toutefois rapidement le sourire grâce à Kronk, son faire-valoir bodybuildé qui lui souffle, malgré lui, l’idée d’éliminer purement et simplement Kuzco.

« Au labo secret ! ». Afin de mettre discrètement au point le plan parfait pour assassiner l’empereur, Yzma décide de se rendre dans son laboratoire secret. L’accès est néanmoins calamiteux pour l’infâme comploteuse qui est précipitée dans la fosse aux crocodiles après que Kronk, debout devant l’entrée, a actionné le mauvais levier. « Mais pourquoi est-ce qu’on a créé ce levier ?! », s’agace-t-elle en remontant, les fesses prises entre les mâchoires d’un reptile. La deuxième tentative est la bonne. En abaissant le second levier, Yzma et Kronk se retrouvent à dévaler une montagne russe grâce à laquelle ils peuvent enfin pénétrer dans le fameux laboratoire secret.

Vêtue de sa tenue de scientifique démoniaque, Yzma jubile. « Oh !!!! Comment procéder ? ». Possédant une imagination plus que débordante et surtout une belle collection de poisons divers et variés, elle échafaude sans tarder un plan. « Je sais ! Je vais le changer en puce. Une toute petite puce de rien du tout ! Et ensuite, je mettrai cette puce dans une boîte… Et je mettrai cette boîte dans une autre boîte… Et puis je m’enverrai cette boîte par la Poste… Et quand elle arrivera, je l’écrabouillerai avec un marteau ! C’est brillant, brillant, brillant ! Du génie à l’état pur !!! ».

Yzma est tellement contente de sa trouvaille qu’elle ne peut s’empêcher de rire aux éclats en faisant de grands gestes. Elle renverse alors une fiole de poison qui, en s’écoulant, brule instantanément une fleur posée par terre. Eurêka ! Une nouvelle idée germe dans son esprit. « Ou alors, pour économiser un timbre, je l’empoisonnerai avec ceci ! L’heure du triomphe approche ! Passons à table ! ».

Habillée de sa plus « belle » robe du soir, Yzma est prête à recevoir Kuzco à dîner. Petite musique d’ambiance, chandelles, vaisselle réservée aux grands événements et les fameuses gougères aux épinards de Kronk… Tout est fin prêt afin d’accueillir comme il se doit l’empereur pour ce qui est censé être son dernier repas. Les choses ne se passent cependant pas du tout comme prévu. Kronk s’est en effet emmêlé les pinceaux au moment de choisir et de servir le poison. Loin d’être mort, Kuzco est ainsi transformé en lama, à la plus grande surprise d’Yzma qui voit la situation lui échapper complètement.

« Quoi ?!!! Un lama ?!!! Il devrait être mort !!! ». Yzma découvre alors qu’en lieu et place du poison, Kronk s’est servi d’un extrait de lama. Hors d’elle, elle ne peut retenir ses nerfs et ordonne à son larbin d’emmener immédiatement Kuzco hors de la ville afin de finir le travail. Juste avant, elle se laisse malgré tout convaincre de manger le dessert et de prendre un petit café !

Au petit matin, Yzma a convoqué toute la cour pour annoncer la mort subite de l’empereur. « Ainsi, c’est avec une immense tristesse que nous pleurons le départ prématuré de notre jeune prince bien aimé, tragiquement arraché à notre affection à la veille-même de son dix-huitième anniversaire. Son héritage survivra dans nos cœurs pour toute l’éternité ».

« Bon, on va pas y passer le réveillon ! ». Après ses quelques mots de recueillement teintés d’une hypocrisie à peine masquée, Yzma est d’ores et déjà prête à tourner la page. Elle abandonne alors sa capeline noire pour une robe à paillettes rose et une coiffe démesurée. S’arrogeant les pleins pouvoirs, elle ordonne de faire disparaître toutes les traces de Kuzco dont le portrait est effacé afin d’être remplacé par celui de la nouvelle impératrice.

Mais la sorcière n’a pas le temps de savourer sa victoire que déjà, elle comprend que son plan ne s’est en réalité pas du tout passé comme prévu. Pris de remords, Kronk n’a en effet pas eu le cœur de tuer Kuzco. En tentant de le repêcher dans la rivière, il a alors malencontreusement précipité le sac contenant l’empereur sur la carriole du fermier Pacha avant de perdre sa trace. Écoutant Kronk faire son mea culpa, Yzma est folle de rage.

Puisque son bras droit a été incapable de le faire correctement, Yzma décide de se débarrasser elle-même de Kuzco. Pour ce faire, elle ordonne à Kronk de la conduire jusqu’à lui. La traversée de la jungle est toutefois une véritable gageure pour la vieille femme qui, à l’évidence, n’est jamais sortie du palais. Embarquée à bord d’une nacelle posée sur les épaules de Kronk, Yzma est à bout de nerf. Il n’y a de trace de Kuzco dans aucun des villages visités. Surtout, elle ne supporte si la chaleur, ni les insectes, ni cette boue infâme dans laquelle ses souliers restent englués…

Si Kronk s’amuse follement de ce qu’il considère comme une formidable aventure, Yzma est définitivement au bout du rouleau. « Ne m’approche pas !!! », hurle-t-elle au petit écureuil Bucky qui, bien gentiment, voulait lui offrir une noisette. Le rongeur est pourtant le seul être capable de l’aider à retrouver Kuzco. Retournant sa veste, Yzma tente donc de se montrer conciliante avec l’animal qui, vexé, n’accepte de communiquer qu’avec Kronk.

De nouveau sur les traces de l’empereur, Yzma et Kronk font une petite pause déjeuner à La Poêle à frire de Mudka, un restaurant de fritures ouvert en plein milieu de la jungle. Ce qu’ils ignorent alors tous les deux, c’est que Kuzco et Pacha sont eux-mêmes installés à la table voisine. Le hasard faisant « bien » les choses, ni Yzma, ni Kuzco ne se rendent compte qu’ils sont assis à quelques mètres l’un de l’autre. Éveillant la curiosité de Kronk qui pense l’avoir déjà vu quelque part, seul Pacha se rend compte du danger. Afin de faire diversion et extraire Kuzco de là au plus vite, celui-ci glisse à l’oreille de la serveuse que c’est aujourd’hui l’anniversaire d’Yzma. Une partie de l’équipe du restaurant surgit alors pour chanter et offrir son gâteau à la méchante qui, surprise puis consternée, ne voit pas sa victime quitter les lieux.

Malheureusement, Kuzco n’est toujours pas hors de danger. Après s’être brouillé avec Pacha qui tente de lui faire comprendre qu’Yzma cherche à le tuer, il est à présent seul dans la jungle. Ce n’est que quelques instants plus tard qu’il entend son ancienne conseillère souhaiter sa mort.

Reste pour elle à retrouver son Némésis dans cette jungle épaisse qu’elle abhorre tant. Ce n’est qu’au milieu de la nuit qu’une nouvelle piste s’ouvre enfin. Plongé dans son sommeil, Kronk se souvient en effet du visage de Pacha. Sachant désormais où chercher Kuzco, il se précipite donc sous la tente d’Yzma afin de l’en informer. Horreur ! Il découvre alors la vieille femme sans sa perruque, dégoulinante de crème de nuit, avec deux rondelles de concombre sur les yeux ! « J’espère que t’as une bonne excuse ! », grommèle-t-elle.

Dès le lendemain matin, Yzma et Kronk se rendent donc chez Pacha. Pendant que le bellâtre joue avec les enfants de la maison, Chaca et Tipo, la mégère tente quant à elle d’amadouer Chicha, la femme du fermier qui s’interroge sur cette mystérieuse personne qui prétend être de la famille. « Eh bien… Je suis la grand-tante de la cousine par alliance de la femme de son frère qui est elle-même ma filleule… », tente d’expliquer Yzma, « euh… du côté de ma mère… ». Mais ses justifications ne parviennent à convaincre ni Chicha, ni les enfants.

Informée par Pacha du danger que représente cette femme, toute la petite famille tente bientôt de neutraliser Yzma. Elle est ainsi enfermée dans un placard puis chassée sans ménagement de la maison. Tombant dans une brouette, elle dévale une pente raide. Enduite de miel et de plumes, elle termine sa course accrochée à une branche d’arbre telle une piñata que des bambins s’empressent de frapper à coup de bâtons !

Malmenée pendant un instant, Yzma aperçoit au loin Kuzco et Pacha en train de prendre la fuite. De retour dans sa nacelle portée par Kronk, elle se lance immédiatement à leur poursuite. Étonnés de voir leur trajet marqué au sol comme sur une carte, tous les deux se lancent dans les airs grâce aux ailes fixées sur la cabine transportant Yzma. Leur vol est cependant interrompu par la foudre. Totalement cramée, la fine équipe termine alors au fond d’un ravin.

« Oh, dommage ! C’est cela que vous cherchez ?! ». Malgré leur chute vertigineuse, Yzma et Kronk sont étrangement arrivés à temps au palais pour empêcher Kuzco et Pacha de mettre la main sur l’antidote permettant à l’empereur de reprendre forme humaine. Incapable d’expliquer comment ils sont parvenus à les doubler, l’ex-conseillère s’empare de la dague cachée sous sa robe et ordonne à Kronk de finir le travail. Conseillé par ses anges-gardiens, ce dernier tergiverse cependant. Les nerfs en pelote, Yzma s’agace alors et lui dit ses quatre vérités. Lorsqu’il comprend que sa maîtresse n’a jamais aimé ses gougères aux épinards, Kronk change de camp et tente d’éliminer son ex-patronne en l’écrasant sous un lustre.

Mais la méchante est si maigre et longiligne qu’elle passe à travers l’armature en métal du chandelier. Bien consciente qu’elle ne peut plus compter sur lui, elle se débarrasse de Kronk en déclenchant l’une de ses nombreuses trappes secrètes. Débute alors un combat acharné avec Pacha qui essaye de lui voler l’antidote. Pour semer le trouble, Yzma bouscule son armoire à poisons. La fiole d’antidote est désormais perdue au milieu des dizaines d’élixirs tombés sur le sol.

La garde arrive soudain. « Tuez-les !!! », hurle Yzma, « Ils ont assassiné l’empereur !!! ». Sous l’effet des poisons d’Yzma, les soldats sont à leur tour changés en différents animaux. L’un d’eux, transformé en vache, est si ému qu’il demande à rentrer chez lui. « Oui, tu es excusé », l’informe Yzma avec mansuétude avant d’ordonner aux autres d’attaquer.

Le combat dure plusieurs minutes. À grands renforts de poisons, Pacha essaye de rendre à Kuzco son apparence humaine, en vain… Lorsqu’ils atteignent le sommet du palais, il ne reste plus que deux fioles. Seule après la chute dans le vide de tous les gardes restants, Yzma se décide à agir elle-même. Dans sa folie, elle écrase l’un des flacons et se transforme en… petit chaton tout mignon !

Bien qu’ayant désormais l’apparence et la voix d’un adorable matou au regard diabolique, Yzma est loin de s’avouer vaincue. Lacérant le visage de Kuzco, elle tente, tant bien que mal, de mettre la main sur l’ultime fiole contenant l’antidote. Le hasard joue malheureusement encore contre elle. Elle est finalement vaincue après que Kronk, perdu dans l’un des souterrains du palais, sorte par une porte dérobée en écrasant au passage Yzma contre le mur !

Tout est bien qui finit bien. Kuzco est redevenu humain. Pacha a sauvé son village. Quant à Yzma, à présent changée en chat, elle a intégré les effectifs des « Ragondins Juniors », une troupe de scouts placés sous l’autorité de Kronk qui, épaulé par Bucky, enseigne notamment à ses jeunes recrues le langage écureuil !

La Conception du personnage

Si jadis, les méchantes étaient légion au sein de la filmographie des studios Disney, celles-ci ont progressivement laissé leur place à des antagonistes masculins au final bien plus nombreux qu’elles. Du vivant de Walt Disney, la Reine Grimhilde, Madame de Trémaine, la Reine de Cœur, Tante Sarah, Maléfique, Cruella d’Enfer et Madame Mim ont ainsi porté fièrement les couleurs de la vilénie. Durant les années 1970 et 1980, le relai a ensuite été pris par des représentants du sexe masculin : Edgar, le Prince Jean, Amos Slade, le Seigneur des Ténèbres, Ratigan ou bien encore Sykes. Après Madame Médusa, la grande méchante des (Les) Aventures de Bernard et Bianca sorti en 1977, douze ans se sont écoulés avant de découvrir sur grand écran Ursula, la sorcière de La Petite Sirène. Après elle, les années 1990 ont à leur tour enchaîné les mâles scélérats avec Percival McLeach, Gaston, Jafar, Scar, John Ratcliffe, Frollo, Hadès, Shan-Yu et Clayton. Le public a donc dû attendre l’an 2000 et la sortie de Kuzco, l’Empereur Mégalo pour revoir une méchante Disney d’envergure en la personne d’Yzma. Étonnamment, dix ans se passeront d’ailleurs encore avant que Mère Gothel occupe à son tour une place de Némésis principale dans Raiponce.

Le personnage d’Yzma est développé par les artistes de Disney dès le milieu des années 1990. À l’époque, Le Roi Lion vient de pulvériser le box-office avec près de 312 millions de dollars de recettes rien qu’aux États-Unis. Désireux de transformer l’essai, les dirigeants des studios donnent leur feu vert au réalisateur Roger Allers, autorisé à mettre en chantier un nouveau long-métrage animé, Kingdom of the Sun, une transposition du (Le) Prince et le Pauvre de Mark Twain avec pour cadre l’Amérique précolombienne et la civilisation inca. Le script met alors en scène Manco Capac, un jeune empereur de dix-huit ans désireux de quitter son palais pour découvrir la vie de ses loyaux sujets. Pour ce faire, il échange sa place avec Pacha, un paysan qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau. La supercherie est cependant découverte par la sorcière Yzma, bien décidée à profiter de la situation pour assouvir ses sombres desseins.


Concept Art d'Yzma réalisé durant la production de Kingdom of the Sun

Particulièrement ambitieux, le scénario de Kingdom of the Sun est mis en développement durant plusieurs mois. L’équipe du film est alors complétée par le chanteur Sting, engagé pour écrire les chansons de la bande originale comme Elton John au moment de la création du (Le) Roi Lion. La production s’enlise cependant rapidement. Lors des projections tests, l’histoire, déjà vue et revue, est boudée par le public qui ne considère comme réussis que les personnages de Manco et d’Yzma. Pour rectifier le tir, les dirigeants de Disney imposent à Roger Allers un coréalisateur, Mark Dindall qui, comme le producteur Randy Fullmer, envisage le film sous une dimension plus comique. Faute de soutien de la part de sa direction, Allers claque finalement la porte des studios. Sting est lui-même mis sur la touche. Dindall devenant de fait le seul pilote, Kingdom of the Sun est totalement réécrit. Rebaptisé Kuzco, l’Empereur Mégalo (The Emperor’s New Groove), le long-métrage devient alors une comédie d’aventure aux accents burlesques. Les personnages de Manco (renommé Kuzco) et de Pacha sont considérablement altérés, tout comme celui d’Yzma.


Concept Art d'Yzma

Dans le script original de Kingdom of the Sun, le personnage d’Yzma est décrit comme une sorcière maîtrisant la magie noire. Membre de la cour, celle-ci jouissait autrefois d’une beauté sans pareille. Avec les années, sa joliesse s’est toutefois flétrie. Devenue vieille et laide, Yzma est dès lors persuadée que le soleil est le premier responsable de son malheur. Profitant de l’absence de l’empereur, elle décide donc de plonger le royaume tout entier dans une nuit éternelle. Au rythme de la chanson Snuff Out the Light écrite par Sting, elle contacte le dieu des ténèbres Supai à qui elle offre la liberté en échange d’une jeunesse éternelle. Pacha est également impliqué dans le complot, Yzma achetant son silence contre l’amour de la belle Nina, la promise de l’empereur. Pour mener à bien ses combines, la sorcière est en outre épaulée par Huaca (ou Hucua), un taliman doué de parole interprété par le comédien Harvey Fierstein, et par un trio de momies, Mick, Bowie et Lemmy, conçus dans le même esprit que les hyènes du (Le) Roi Lion et dont les prénoms sont des hommages à Mick Jagger, David Bowie et Lemmy Kilmister.

Feuille de modèles d'Yzma
Feuille de modèles de Huaca

Initialement confié à Andreas Deja, le créateur de Gaston, Jafar et Scar, le personnage d’Yzma se transforme irrémédiablement lorsque Kingdom of the Sun se mue en Kuzco, l’Empereur Mégalo. Toute idée de condamner le soleil en relâchant les ténèbres est supprimée. Les projets de la méchante deviennent dès lors plus classiques, son but ultime étant à présent de s’emparer uniquement du trône. Toute maîtrise de la magie noire est également écartée, la « nouvelle » Yzma étant davantage représentée comme une scientifique manipulant les poisons que comme une grande sorcière semblable à Maléfique ou à la Reine Grimhilde. Conservant son visage émacié et son physique ingrat, la méchante devient au passage un personnage comique et hystérique qui, bien que dangereux, voit malgré tout ses plans systématiquement court-circuités par le simple fruit de malencontreux hasards ! Si Yzma survit au changement de scénario, il n’en va pas de même de ses acolytes. Huaca, Mick, Bowie et Lemmy sont en effet purement et simplement éliminés du script. Ils sont alors remplacés par un nouveau faire-valoir, Kronk.

Yzma apparaît donc sous les traits d’une vieille femme au physique particulièrement fané. Son visage, sec et anguleux avec son petit nez retroussé, ses pommettes creusées et sa mâchoire carrée, n’est pas sans rappeler celui de Cruella d’Enfer, la grande méchante des (Les) 101 Dalmatiens. Sa silhouette et son profil s’inspirent également de ceux de la comédienne Eartha Kitt qui lui prête sa voix en version originale. Le teint grisâtre, la peau ridée et les yeux pochés, Yzma tente d’atténuer sa laideur à grand renfort de faux cils et de rouge à lèvres. N’ayant plus qu’une poignée de cheveux sur la tête, elle arbore de plus des coiffes en tissu ou en plumes toutes plus extravagantes les unes que les autres.

La garde-robe d’Yzma est aussi excentrique que ses coiffures. Lors de sa première apparition, elle porte ainsi un costume d’apparat constitué d’une robe longue violette, d’une cape noire et d’un accessoire dorsal faisant penser aux plumes d’un paon. Au moment de recevoir Kuzco à dîner, elle change pour une robe de soirée noire ornée d’un col en fourrure violet. Dans les autres scènes du film, elle revêt d’autres robes très près du corps, ce qui amplifie encore sa silhouette malingre et ses seins tombant. Pour concevoir ces tenues, les artistes se sont en particulier inspirés de la diva Yma Sumac, la « Princesse inca d’Hollywood » connue pour ses costumes extravagants.

Yma Sumac

Pour distinguer Yzma du reste de la distribution, les artistes de Disney ont en particulier joué sur les couleurs. Aussi, si Kuzco arbore plutôt du rouge, Pacha du vert et Kronk du bleu, Yzma se démarque par un teint et des tenues proches du violet, une couleur souvent associée à la méchanceté chez Disney et qui se retrouve notamment chez la Reine Grimhilde, Madame de Trémaine, Maléfique, Madame Mim, le Shérif de Nottingham, Ursula ou bien encore John Ratcliffe.

Malgré son âge semble-t-il canonique, Yzma conserve l’agilité d’une jeune fille. Passablement hystérique, c’est elle qui, visiblement, s’est chargée de l’éducation de Kuzco qui, dans le film, ne dispose d’aucune famille. Aussi, son éviction déclenche en elle une soif de vengeance insatiable. Prête à tout pour reprendre le pouvoir, elle troque son rôle de « simple » usurpatrice occasionnelle pour celui de criminelle en puissance. Disposant de centaines de poisons dans son laboratoire secret, elle représente une véritable menace. Mais ses efforts sont systématiquement réduits à néant par la naïveté et la stupidité de Kronk ou bien par le simple fait du hasard. Son incapacité à arriver à ses fins demeure alors l’un des principaux ressorts comiques du film.


Feuilles de modèles

Initialement confiée à Andreas Deja qui quitte avec fracas la production du film lorsque celui-ci est totalement revu pour devenir Kuzco, l’Empereur Mégalo, Yzma est finalement donnée à Dale Baer. Originaire de Denver, dans le Colorado, où il voit le jour le 15 juin 1950, il étudie à l’Institut CalArts avant d’être engagé chez Filmation puis chez Disney en 1971. Intervalliste lors de la production de Robin des Bois, il collabore en particulier avec John Lounsbery, son mentor et créateur de Maître Hibou dans Les Aventures de Winnie l’Ourson. Promu animateur, Baer enchaîne ensuite avec Les Aventures de Bernard et Bianca et Peter et Elliott le Dragon. Lassé de la mauvaise ambiance au sein du département animation, il démissionne cependant et rejoint les équipes de Ralph Bakshi puis celles de Richard Williams. Créateur au début des années 1980 de son propre studio, The Baer Animation Company, il retisse des liens avec Disney en travaillant sur Taram et le Chaudron Magique, Basil, Détective Privé, Le Noël de Mickey, Qui Veut la Peau de Roger Rabbit, Le Prince et le Pauvre, La Belle et la Bête et Le Roi Lion. Au générique de Tom et Jerry : Le Film, Excalibur, l’Épée Magique et Le Roi et Moi, Dale Baer signe à nouveau chez Disney en 1998. Il donne alors vie à Kerchak, Alameda Slim, le docteur Doppler et surtout Yzma qui lui vaut de remporter un Annie Award. Associé à la création de Chicken Little, Bienvenue Chez les Robinson, La Princesse et la Grenouille, La Ballade de Nessie et À Cheval !, l’animateur décède le 15 janvier 2021 à l’âge de soixante-dix ans.

Dale Baer
Robert Espanto Domingo

Dale Baer est épaulé par Robert Espanto Domingo, Chad Stewart et Stevan Wahl.
Engagé par les studios Disney au début des années 1990, Robert Espanto Domingo travaille comme intervalliste sur le personnage de Simba jeune puis comme assistant animateur de Pocahontas. Promu animateur, il dessine certaines scènes avec Esméralda, Zeus et Héra, Mulan et Fa Zhou, Yzma, le docteur Doppler, Alameda Slim et Junior. Également au générique de Tarzan et de Fantasia 2000, Robert Espanto Domingo collabore aux productions d’Il Était une Fois et Zootopie et, chez la concurrence, de Sinbad, la Légende des Sept Mers, Shrek 2, Fat Albert, Madagascar, Shrek le Troisième, Kung Fu Panda, Les Croods et Opération Casse-Noisette.


Dessins d'animation d'Yzma

Passionné par le cinéma d’animation depuis l’enfant, Chad Stewart commence sa carrière au début des années 1990. Au générique de Tom et Jerry : La Grande Évasion, Le Voyage d’Edgar dans la Forêt Magique, Poucelina, Richard au Pays des Livres Magiques et Dany, le Chat Superstar, il entre chez Disney durant la deuxième moitié des années 1990. Il est alors associé à la production de Tarzan et travaille en particulier sur le personnage de Tok. En attendant que le scénario de Kingdom of the Sun soit totalement revu, il planche avec ses collègues sur le segment Rhapsody in Blue inclus dans Fantasia 2000. Il anime ensuite certaines scènes d’Yzma avant de quitter Disney. Il passe alors chez ImageMovers et collabore à la création du (Le) Pôle Express. Il poursuit sa carrière chez Sony Animation en œuvrant sur des films comme Les Rebelles de la Forêt, Les Rois de la Glisse et Les Schtroumpfs 2.

Chad Stewart
Stevan Wahl

Né le 13 août 1960, Stevan Wahl étudie à CalArts avant de débuter dès les années 1980 en travaillant sur Clair de Lune, Le Petit Grille-Pain Courageux, Rover Dangerfield et Dany, le Chat Superstar. Engagé par Disney, il continue avec Tarzan, film pour lequel il anime Tantor et les Babouins. Il quitte Disney après la réalisation de Kuzco, l’Empereur Mégalo et inscrit son nom au générique de films comme La Famille Delajungle, le Film et Georges le Petit Curieux. Il sert par ailleurs d’assistant réalisateur sur la série Futurama.

Les Voix d'Yzma

Après avoir un temps songé à engager Barbra Streisand, les artistes de Disney jettent finalement leur dévolu sur la comédienne et chanteuse Eartha Kitt. Originaire de North, en Caroline du Sud, où elle voit le jour le 17 janvier 1927, elle intègre dès 1943 la troupe de danse de Katherine Dunham avec laquelle est tourne aux États-Unis, au Mexique, en Amérique du Sud et en Europe. Devenue chanteuse de cabaret à Paris, elle est choisie en 1950 par Orson Welles qui lui offre le rôle d’Hélène de Troie dans Time Runs. Accédant à la célébrité dans son pays d’origine, Kitt joue ensuite dans la revue New Faces of 1952 montée à Broadway. Reconnue pour sa voix suave, elle sort dans le même temps ses premiers disques. Au cinéma, le public la voit dans St. Louis Blues (1958), Erik le Viking (1989), Ernest à la Chasse aux Monstres (1991), Boomerang (1992), La Morsure du Lézard (2003). Elle incarne également Catwoman dans la série télévisée Batman (1967). Sa carrière est toutefois interrompue lorsqu’elle s’oppose ouvertement à la guerre du Viêt Nam lors d’un déjeuner organisé à la Maison-Blanche par Madame Johnson. C’est ainsi à l’étranger qu’elle poursuit ses tours de chants avec des tubes comme Where Is My Man, I Love Men, This Is My Life et I Don’t Care. Quittant la scène en 2006 après être apparue dans la revue Mimi le Duck, Eartha Kitt disparaît le 25 décembre 2008 à l’âge de quatre-vingt-un ans. Son interprétation d’Yzma lui vaut de remporter l’Annie Award de la Meilleure performance féminine.

Eartha Kitt

Lorsqu’elle est changée en chat, Yzma est interprétée par le réalisateur Mark Dindall. Né à Columbus, dans l’Ohio, en mai 1960, l’artiste se passionne d’animation dès l’enfance et réalise son rêve d’intégrer les classes de l’Institut CalArts avant d’être engagé par Disney en 1980. Il travaille alors sur Rox et Rouky, Taram et le Chaudron Magique, Le Noël de Mickey, Basil, Détective Privé et Oliver & Compagnie. Après un passage chez la concurrence pour qui il planche sur la série BraveStarr (1987) et les longs-métrages Le Petit Grille-Pain Courageux (1987) et Blanche Neige et le Château Hanté (1989), il enchaîne en tant qu’animateur des effets spéciaux sur La Petite Sirène, Bernard et Bianca au Pays des Kangourous et Aladdin. Il est ensuite promu réalisateur de la partie animée des (Les) Aventures de Rocketeer (1991). Pour Warner Bros., il réalise ensuite Dany, le Chat Superstar (1997). Disney lui confie alors les rênes de Kuzco, l’Empereur Mégalo, qui lui vaut de remporter l’Annie Award du Meilleur Film Animé, puis de Chicken Little. Entre 2006 et 2008, il produit la série Kuzco, Un Empereur à l’École. Après son départ de Disney, Mark Dindall réalise Garfield (2024).

Mark Dindall

En version française, Yzma est vocalisée par Élisabeth Wiener. Née à Paris le 23 novembre 1946, l’actrice débute dans les années 1960. Au théâtre, elle joue notamment dans Noces de Sang, Fleur de Cactus, Périclès, Prince de Tyr et Antoine et Cléopâtre. Également présente au cinéma et à la télévision, elle inscrit par ailleurs son nom au générique de La Petite Fadette (1963), Johnny Banco (1967), La Prisonnière (1968), La Jeune Fille Assassinée (1974), Duelle (1976) et Qu’est-ce qu’On Attend Pour Être Heureux (1982). Par ailleurs chanteuse, Élisabeth Wiener prête sa voix, entre autres, à Bette Midler, Mia Farrow, Glenn Close, ainsi qu’à Zira, Cruella d’Enfer et Ma Rapetou.

Élisabeth Wiener
"Yzma, jeune et belle à la fois"

Yzma fait son retour en 2005 dans le long-métrage Kuzco 2 : King Kronk produit par DisneyToon Studios. Dans un flashback, les spectateurs découvrent alors qu’elle a retrouvé forme humaine. Vivant dans la misère depuis qu’elle a été chassée du palais, elle a toutefois gardé sa queue de chat, un effet secondaire dont elle n’est pas parvenue à se débarrasser. Coiffée d’un couvre-chef ressemblant aux oreilles d’un minou, elle ressurgit un jour dans la vie de Kronk, désormais chef à La Poêle à frire de Mudka.

Prétextant avoir changé, elle lui propre une nouvelle expérience « professionnelle ». Avec une hypocrisie sans nom, elle fait en effet mine de vouloir aider tous les vieux villageois de la région et de soulager leurs souffrances grâce à un élixir qu’elle a elle-même concocté dans son nouveau laboratoire secret. Sceptique, Kronk refuse au départ de s’allier à son ancienne maîtresse. Celle-ci parvient cependant à le convaincre en lui faisant miroiter la possibilité de gagner assez d’argent pour s’acheter une grande maison sur la colline et ainsi impressionner son père.

Ensemble, Yzma et Kronk se retrouvent donc sur les marchés pour vendre cette fontaine de jouvence en flacon, simplement baptisée « Yzma, jeune et belle à la fois ». L’argent ne tarde pas à couler à flot. Si les intentions d’Yzma paraissent louable, son produit miracle s’avère être en réalité être une belle escroquerie. Fabriqué à partir de la boue qui s’écoule dans les égouts, il provoque bientôt une dépendance certaine et les pires maladies chez ses consommateurs.

Grâce au pactole qu’elle a engrangé, Yzma est de retour dans la capitale où elle tente de nouveau d’accéder au pouvoir. Pour ce faire, elle entend convaincre la population de l’élire impératrice. Ses plans sont toutefois rapidement réduits à néant grâce à l’intervention de Kronk et de Rudy. Yzma est alors obligée de prendre la fuite. Assaillie par tous les vieillards de la région, elle pense pouvoir s’en sortir avec l’aide de l’une de ses potions. Avalant d’une traite le liquide, elle est alors changée en un adorable petit lapin rose à qui personne ne souhaite faire du mal.

Le sort d’Yzma est finalement scellé lorsqu’un condor s’empare d’elle. À la fin du film, elle réapparaît coincée dans un nid. À côté d’elle, deux oisillons sortent de leur œuf. Trouvant l’instant absolument adorable, Yzma est rapidement terrifiée lorsqu’elle comprend que les deux petits condors sont des animaux sauvages prêts à la dévorer toute crue !

Les Autres Apparitions d'Yzma

Yzma est l’antagoniste principale de la série animée Kuzco, Un Empereur à l’École. Produite par Mark Dindall, le réalisateur de Kuzco, l’Empereur Mégalo, et diffusée du 27 janvier 2006 au 20 novembre 2008, la série met en scène Kuzco qui, s’il veut devenir un empereur respectable, doit retourner sur les bancs de la Kuzco Académie afin de finir son cursus scolaire.

Kuzco, Un Empereur à l'École (2006-2008)
La Fiancée de Kuzco (2006)

Bien décidée à lui mettre des bâtons dans les roues, Yzma se présente alors sous la fausse identité de la principale Amzy. Assistée par Kronk, la méchante multiplie ainsi les complots en tout genre à grand renfort de poisons divers et variés. Dans certains épisodes, Yzma apparaît aux côtés de membres de sa famille, en particulier sa mère, Azma (La Fiancée de Kuzco, 12 août 2006), et deux neveux, Zim et Zam (La Vie au Grand Air, 24 juin 2006). Son père est également évoqué comme son mentor qui lui a inculqué tout son savoir-faire en matière de magie noire. Toujours interprétée par Eartha Kitt en version originale, Yzma est en outre vocalisée par la comédienne Grey DeLisle dans le deuxième épisode de la Saison 2, L’Été Cool (30 juin 2007), dans lequel la méchante redevient une adolescence grâce à un élixir de jeunesse.

La Vie au Grand Air, 2006
Disney's Tous en Boîte (2002)

Yzma fait un petit caméo dans la série Disney’s Tous en Boîte. Dans l’épisode Pluto se Repose diffusé le 2 septembre 2002, elle est en effet visible dans le public en compagnie de Merlin, le Shérif de Nottingham, Triste Sire et le Génie. En 2005, elle fait partie des méchants évoqués dans la compilation Il Était Une Fois Halloween. Enfin, dans Tic et Tac, les Rangers du Risque - Le Film (2022), Kronk et Yzma figurent sur l’une des banderoles suspendues dans le hall du Fan Con de Los Angeles.

Tic et Tac, les Rangers du Risque
Le Film (2022)
Bande dessinée
"Trick Play" (2002)

Présente, comme dans l’ensemble de la distribution, dans l’adaptation en bande dessinée de Kuzco, l’Empereur Mégalo, Yzma fait quelques petits clins d’œil dans les nouvelles histoires publiées dans la revue Disney Adventures. Si certaines aventures la présentent comme l’ennemie principale, d’autres lui offrent un rôle beaucoup plus réduit que dans le film original. Dans les librairies, Yzma fait partie des méchants prisonniers de L’Île de l’Oubli dans le roman éponyme publié en 2015. Le lecteur apprend alors qu’elle a deux enfants, une fille nommée Yzla et un fils appelé Zevon.

The Emperor's New Groove
(2000)
The Emperor's New Groove: Groove Center
(2001)

Yzma rejoue son rôle de grande méchante dans l’adaptation de Kuzco, l’Empereur Mégalo développée en 2000 par Argonaut Games pour PlayStation et Microsoft. Elle accueille les joueurs dans le jeu The Emperor's New Groove: Groove Center créé en 2001 par Public Technologies Multimedia, Inc. pour Windows et Mac. Toujours désireuse de conquérir le pouvoir, elle invite ensuite à cliquer sur une carte permettant d’accéder à divers mini-jeux.

Disney Heroes: Battle Mode (2018)
Disney Sorcerer’s Arena (2020)

Yzma est l’un des personnages jouables de Disney Sorcerer’s Arena et Disney Heroes: Battle Mode. Elle apparaît aussi dans les jeux Disney Emoji Blitz, Disney Magic Kingdoms et Disney Tsum Tsum.

Disney Emoji Blitz (2016)
Disney Magic Kingdoms (2016)

Le 16 octobre 2023, les Walt Disney Animations Studios célèbrent en grande pompe leur centième anniversaire avec Il Était une Fois un Studio, un court-métrage spécial dans lequel sont exceptionnellement rassemblés des centaines de personnages Disney d’hier et d’aujourd’hui. Yzma est notamment de la partie et figure sur la grande et belle photo de famille prise sur l’esplanade du Roy E. Disney Animation Building.


Il Était une Fois un Studio

Yzma fait partie des personnages mis en valeur dans le générique de Wish – Asha et la Bonne Étoile, le soixante-deuxième grand classique animé de Disney. Sorti le 22 novembre 2023, année du centenaire des studios, le long-métrage profite alors des crédits de fin pour offrir au public une rétrospective de ses œuvres passées, en particulier Kuzco, l'Empereur Mégalo dignement représenté par la perfide conseillère du souverain.


Wish - Asha et la Bonne Étoile

Yzma dans les Parcs Disney

Lors de la sortie de Kuzco, l’Empereur Mégalo en 2000, les visiteurs pouvaient de temps à autre croiser Yzma dans les allées des Resorts Disney californien et floridien. Personnage rare, la méchante était également visible à Disneyland Paris, en particulier lors d’événements spéciaux tels que le spectacle Disney Dreamers Everywhere ! (2013), la Disney Stars and Motorcars Parade du 31 décembre 2013, la soirée d’Halloween de 2017, ou bien encore le show Max Live ! organisé lors de la Disney FanDaze de 2018 et L'Étincelante Soirée du Nouvel An 2019 (2020). En 2022, elle présente en outre le spectacle Les Plans Machiavéliques d'Yzma à Videopolis Theatre.

Les Plans Machiavéliques d'Yzma

Comme nombre de méchants Disney tels que Scar, Le Borgne, Shan-Yu, Zurg, le Capitaine Crochet, Stromboli, Shere Khan, Maléfique, Cruella, Syndrome, Jafar, Ursula, Frollo ou Hadès, son image est projetée sur les jets d’eau en toute fin du spectacle World of Color: Villainous du Parc Disney California Adventure.

World of Color: Villainous
Sorcerers of the Magic Kingdom

À Walt Disney World, elle prend part au jeu interactif Sorcerers of the Magic Kingdom. Pactisant avec Hadès, elle cherche à devenir impératrice d’Adventureland et complote contre les villageois qu’elle souhaite transformer en lama afin de se confectionner de magnifiques pullovers. Toujours en Floride, elle fait partie des méchants du spectacle Wonderful World of Animation des Disney’s Hollywood Studios au même titre que Tamatoa et Hadès. Lors de son passage, la réplique du Chinese Theater arbore les couleurs de son laboratoire secret.

Wonderful World of Animation
Villains Tonight

À Hong Kong Disneyland, elle est parfois présente aux côtés de Maléfique sur la scène du spectacle Villains Night Out!. Sur certains navires de la Disney Cruise Line, elle joue avec Hadès dans le spectacle Villains Tonight.

Parmi les rares antagonistes féminines Disney créées durant les années 2000, Yzma est une méchante absolument truculente et hilarante qui, malgré des plans savamment orchestrés, est systématiquement victime de l’incompétence de ses proches et des malheureux fruits du hasard.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site de fans, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.