Les Simpson - Saison 4
L'écran titre
Titre original :
The Simpsons - Season 4
Production :
20th Century Fox Television
Gracie Films
Date de diffusion USA :
24 septembre 1992 - 13 mai 1993
Genre :
Animation 2D
Création :
Matt Groening
Musique :
Danny Elfman
Alf Clausen
Durée :
484 minutes
Les Simpson - Autre(s) saison(s) :
Saison 01
Saison 02
Saison 03
Saison 04
Saison 05
Saison 06
Saison 07
Saison 08
Saison 09
Saison 10
Saison 11
Saison 12
Saison 13
Saison 14
Saison 15
Saison 16
Saison 17
Saison 18
Saison 19
Saison 20
Saison 21
Saison 22
Saison 23
Saison 24
Saison 25
Saison 26
Saison 27
Saison 28
Saison 29
Saison 30
Saison 31
Saison 32
Saison 33
Saison 34
Disponibilité(s) en France :

Liste et résumés des épisodes

1. Kamp Krusty
Les Jolies Colonies de Vacances
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 1
Date de diffusion USA : 24 septembre 1992
Réalisé par : Mark Kirkland
Durée : 22 minutes
Le séjour de Bart et Lisa au camp de vacances Krusty tourne au cauchemar…
2. A Streetcar named Marge
Un Tramway Nommé Marge
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 2
Date de diffusion USA : 1er octobre 1992
Réalisé par : Rich Moore
Durée : 22 minutes
Marge remporte un rôle dans une comédie musicale…
3. Homer the Heretic
Homer l'Hérétique
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 3
Date de diffusion USA : 8 octobre 1992
Réalisé par : Jim Reardon
Durée : 22 minutes
Homer refuse de se rendre à la messe…
4. Lisa the Beauty Queen
Lisa, la Reine de Beauté
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 4
Date de diffusion USA : 15 octobre 1992
Réalisé par : Mark Kirkland
Durée : 22 minutes
Lisa intègre un concours de beauté pour regagner confiance en elle…
5. Treehouse of Horror III
Simpson Horror Show III
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 5
Date de diffusion USA : 29 octobre 1992
Réalisé par : Carlos Baeza
Durée : 22 minutes
Homer offre une poupée maléfique à Bart, tandis que Lisa essaie de ressuciter son défunt chat…
6. Itchy and Scratchy : The Movie
Itchy et Scratchy, le Film
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 6
Date de diffusion USA : 3 novembre 1992
Réalisé par : Rich Moore
Durée : 22 minutes
Homer interdit Bart d'aller voir le dernier film Itchy et Scratchy…
7. Marge Gets a Job
Marge a Trouvé un Boulot
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 7
Date de diffusion USA : 5 novembre 1992
Réalisé par : Jeffrey Lynch
Durée : 22 minutes
Marge se fait engager à la centrale nucléaire…
8. New Kid on the Block
La Plus Belle du Quartier
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 8
Date de diffusion USA : 12 novembre 1992
Réalisé par : Wes Archer
Durée : 22 minutes
Bart tombe amoureux de sa nouvelle voisine…
9. Mr. Plow
Monsieur Chasse-Neige
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 9
Date de diffusion USA : 19 novembre 1992
Réalisé par : Jim Reardon
Durée : 22 minutes
Homer achète un chasse-neige afin de gagner de l'argent…
10. Lisa's First Word
Le Premier Mot de Lisa
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 10
Date de diffusion USA : 3 décembre 1992
Réalisé par : Mark Kirkland
Durée : 22 minutes
Les Simpson se remémorent la naissance et le premier mot de Lisa…
11. Homer's Triple Bypass
Oh la Crise… Cardiaque !
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 11
Date de diffusion USA : 17 décembre 1992
Réalisé par : David Silverman
Durée : 22 minutes
Homer doit subir une opération suite à une crise cardiaque…
12. Marge vs. The Monorail
Le Monorail
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 12
Date de diffusion USA : 14 janvier 1993
Réalisé par : Rich Moore
Durée : 22 minutes
Un escroc vend un monorail aux habitants de Springfield…
13. Selma's Choice
Le Choix de Selma
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 13
Date de diffusion USA : 21 janvier 1993
Réalisé par : Carlos Baeza
Durée : 22 minutes
Selma se met à la recherche d'un homme afin d'avoir un enfant…
14. Brother From the Same Planet
Le Grand Frère
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 14
Date de diffusion USA : 4 février 1993
Réalisé par : Jeffrey Lynch
Durée : 22 minutes
Bart est abandonné par son père à la fin d'un entraînement de football…
15. I Love Lisa
J'Aime Lisa
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 15
Date de diffusion USA : 11 février 1993
Réalisé par : Wes Archer
Durée : 22 minutes
Lisa donne une carte de Saint-Valentin à Ralph Wiggum qui tombe en retour amoureux d'elle…
16. Duffless
Ne Lui Jetez pas la Première Bière
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 16
Date de diffusion USA : 18 février 1993
Réalisé par : Jim Reardon
Durée : 22 minutes
Homer doit assister aux réunions des alcooliques anonymes…
17. Last Exit to Springfield
Grève à la Centrale
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 17
Date de diffusion USA : 11 mars 1993
Réalisé par : Mark Kirkland
Durée : 22 minutes
M. Burns décide de supprimer la mutuelle dentaire de la centrale…
18. So It's Come to This : A Simpsons Clip Show
Poisson d'Avril
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 18
Date de diffusion USA : 1er avril 1993
Réalisé par : Carlos Baeza
Durée : 22 minutes
Homer est hospitalisé après une mauvaise blague de Bart…
19. The Front
Le Roi du Dessin Animé
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 19
Date de diffusion USA : 15 avril 1993
Réalisé par : Rich Moore
Durée : 22 minutes
Bart et Lisa écrivent le scénario d'un épisode d'Itchy et Scratchy et l'envoient à la production…
20. Whacking Day
Le Jour de la Raclée
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 20
Date de diffusion USA : 29 avril 1993
Réalisé par : Jeffrey Lynch
Durée : 22 minutes
Lisa milite pour que le traditionnel jour de la raclée soit annulé…
21. Marge in Chains
Marge à l'Ombre
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 21
Date de diffusion USA : 6 mai 1993
Réalisé par : Jim Reardon
Durée : 22 minutes
Marge commet un vol à l'étalage et se retrouve en prison…
22. Krusty Gets Kancelled
Krusty, le Retour
Genre : Episode télé
Série : Les Simpson
Saison 4 Épisode 22
Date de diffusion USA : 13 mai 1993
Réalisé par : David Silverman
Durée : 22 minutes
L'émission de Krusty est annulée…

La critique

rédigée par
Publiée le 11 avril 2021

Coup de théâtre chez les Simpson ! La quatrième saison des aventures de la famille la plus déjantée d’Amérique marque, en effet, un tournant dans l’histoire de la série : il s’agit de la dernière année avec l’équipe originelle aux commandes. Après une Saison 3 qui a confirmé la bonne tenue de la sitcom animée en termes de qualité et d’audiences, la chaîne FOX compte désormais pérenniser son succès et s’assurer que Les Simpson poursuive sur cette lancée : mais voilà, la situation en coulisses est nettement moins joyeuse. 

Composée de vingt-deux épisodes et toujours produite par 20th Century Fox Television en collaboration avec Gracie Films, cette Saison 4 des (Les) Simpson voit donc le départ de plusieurs scénaristes présents depuis le début de la série. Parmi eux, Jay Kogen, Wallace Wolodarsky et Jeff Martin, ainsi que David M. Stern et Jon Vitti, qui reviendront pourtant écrire quelques épisodes dans les prochaines saisons. Il en est de même pour Rich Moore, l'un des réalisateurs originels de la série, et les producteurs Al Jean et Mike Reiss. Tous souhaitent en fait travailler sur une nouvelle série, intitulée Profession : Critique, également produite par Gracie Films et diffusée sur la chaîne concurrente ABC pour sa première saison, puis sur FOX. Hélas, plombée par des audiences médiocres et souffrant de la comparaison avec Les Simpson, elle ne dépassera pas la deuxième saison et se verra annulée en 1995. Le dernier épisode écrit par l'équipe originale sera gardé pour la saison suivante. De nouveaux venus viendront pallier leur absence et, pour la plupart, effectuent avec cette saison leur premiers pas dans l'écriture, à savoir Conan O'Brien, Frank Mula et les futurs showrunners Bill Oakley et Josh Weinstein. 
Mais la plus grande surprise reste le départ de Sam Simon, à l'issue de cette quatrième salve d'épisodes. Showrunner sur les deux premières saisons, membre de l'équipe initiale aux côtés du créateur Matt Groening et du producteur James L. Brooks, Sam Simon a participé au développement de la série et à son identité. Suite à de nombreuses disputes entre les trois hommes et la compagnie Gracie Films, il avoue ne plus reconnaître son travail et ne plus prendre du plaisir. Il révélera également être épuisé par le rythme de production exigé par FOX depuis la seconde saison, où le nombre d'épisodes est passé de 13 à 22. D'un commun accord, Sam Simon quitte donc le navire, mais réussit à négocier une part des bénéfices annuels de la série et conserve le poste de producteur délégué, son nom étant maintenu au générique bien qu’il ne travaille plus sur la série. Par la suite, Sam Simon poursuivra à la télévision. Il crée la série The George Carlin Show (1993-1995) et se tournera vers la réalisation d'épisodes de séries (Men Behaving Badly, The Norm Show, The Michael Richards Show, Friends) ou d'émissions (The Drew Carey Show), mais ne sera plus impliqué dans le processus créatif des (Les) Simpson

L’autre changement majeur de cette saison est sans conteste la fin des relations entre Gracie Films et Klasky Csupo, Inc., la société responsable d’une partie de l’animation des (Les) Simpson depuis leur première apparition. À cause d’une mésentente entre les deux entreprises et une répartition inéquitable des salaires, Gracie Films choisit de mettre un terme à la collaboration. Une séparation qui ne se fera pas sans heurts, le cofondateur, Gabor Csupo, refusant tout d’abord d’autoriser les dessinateurs et animateurs de choisir leur propre producteur. Une réponse que n’appréciera pas du tout Sam Simon et qui poussera ce dernier à encourager les dirigeants de Gracie Films de rompre leur alliance. Ils se tournent donc vers Film Roman, studio d’animation et d’effets spéciaux américain basé à Los Angeles, alors connu pour avoir travaillé sur plusieurs séries animées dont Garfield et Ses Amis, Bobby’s World et Mighty Max. Les deux premiers épisodes de cette saison, Un Tramway Nommé Marge et Les Jolies Colonies de Vacances, produits au cours de la précédente saison, seront donc les derniers de la série à se voir animés par Klasky Csupo, Inc.
Une saison qui s’annonce sous le signe du renouveau et comme la première étape d’une petite course triomphante dans laquelle Les Simpson se lance jusqu’au milieu des années 1990. Malgré des remue-ménages en coulisses, la série garde en effet son impertinence, continue d’aborder des sujets sérieux ou modernes sous un angle humoristique, poursuivant dans sa critique caustique et juste de l’Amérique de l’époque. La famille Simpson est toujours au centre des attentions, à la différence notable que tous les membres ont désormais droit à leur moment de gloire. Il faut néanmoins un petit temps d’adaptation pour que la saison démarre réellement. Produit pour être la conclusion de la Saison 3, avec tous les hauts et les bas que cela implique, Les Jolies Colonies de Vacances n’en demeure pas moins un épisode mémorable qui, à un moment donné de sa production, a été considéré comme suffisamment puissant pour être envisagé comme un long-métrage. Se voulant une parodie du roman Sa Majesté des Mouches, il ouvre hélas assez mal la saison, souffrant d’une intrigue tronquée et n’ayant pas vraiment d’arc, signe que les scénaristes ont réécrit une bonne partie du récit pour le réduire en un épisode de vingt minutes.

C’est une fois passé ce season premiere que la saison prend son envol et peut réellement démarrer. La série se permet d’aborder dès lors des sujets inédits, dont la religion, qui devient le sujet de tout un épisode : Homer l’Hérétique, premier épisode de la série à être animé par Film Roman et donc le début d’une nouvelle ère. Depuis le pilote, Les Simpson ont toujours critiqué la religion à travers le personnage de Ned Flanders. À une époque où la censure n’était pas très loin et peu de sitcoms aux heures de grande écoute osaient s’attaquer à un thème aussi sensible, la série pose la question de l’athéisme et critique ouvertement l’Amérique conservatrice en la caricaturant à outrance. C’est également le cas avec Lisa, Reine de Beauté, où il est question des concours pour enfants et de l’exploitation de ces derniers par les adultes, Oh la Crise... Cardiaque ! et Grève à la Centrale qui critiquent eux ouvertement le système de santé aux États-Unis, la décision de devenir parent et de fonder ou non une famille à travers Le Choix de Selma ou celle de reprendre des études dans Le Roi du Dessin Animé.
Au cours de cette Saison 4, la série semble avoir trouvé le juste équilibre entre tous les membres de la famille en leur accordant équitablement leur temps d’antenne. Comme à son habitude, Homer Simpson est toujours une catastrophe ambulante, aussi excentrique et déjanté dans ses idées qu’attachant lorsqu’il se comporte en grand enfant immature. L’épisode Homer l’Hérétique, où il préfère rester au lit un dimanche matin glacial plutôt que d’aller à l’église avec sa famille, en est le parfait exemple. Un choix qui bouleverse Marge : mais voilà, Homer a passé le meilleur jour de sa vie et décide de ne plus jamais aller à l’église, se réjouissant des libertés que le fait d’être seul dans la maison peut lui apporter. Le patriarche retrouve sa paresse légendaire qui lui va si bien, sa décision de renoncer à sa foi n’étant pas prise avec raison, mais juste par égoïsme. Hélas, l’ensemble perd de sa vigueur une fois qu’Homer décide de fonder sa propre religion privée, ce qui n’empêche pas Les Simpson de poser de vraies questions : pourquoi ce Dieu et pas un autre ? Un message moral étrangement brutal mais tranchant et dans la veine de la série. 

Mais le meilleur est atteint avec Monsieur Chasse-Neige, où Homer entraîne une nouvelle fois ses proches dans ses lubies. Au cours de la série, il aura eu de nombreux emplois en parallèle de son travail à la centrale, mais peu sont plus mémorables que sa période en tant que déblayeur, le premier métier d'une longue liste. Après avoir été convaincu d’acheter un chasse-neige pour une somme astronomique, il transforme son acquisition en entreprise. Il obtient une célébrité inattendue que jalouse secrètement son meilleur ami Barney, qui va très vite lui faire concurrence. L’épisode présente une excellente interaction entre les deux et contient sans aucun doute quelques-unes des meilleures scènes de la saison, en particulier la publicité faite par Homer et toute sa famille pour Monsieur Chasse-Neige. Il est même appréciable de voir que certains épisodes se déroulant l’hiver ne soient pas spécialement consacrés aux fêtes de fin d’année, tout comme la rapidité avec laquelle la ville abandonne Homer une fois l’affaire de Barney lancée, en particulier le maire Quimby qui semble passer son temps à passer la clé de la ville uniquement pour la célébrité. 
Les inquiétudes de la famille concernant la santé d’Homer, qui commence à se dégrader, font également partie des préoccupations de la saison. Dans Oh La Crise… Cardiaque !, il est question du mode de vie malsain du patriarche, ce qui est agréable. En dépit d’une opération cardiaque imminente et de ses problèmes de santé, Homer paraît alors moins préoccupé par l’idée de sa mort possible qu’il ne devrait l’être. L’épisode contient moins de gags que d’ordinaire, mais malgré l’intrigue assez sérieuse, aucun moment émotionnel ne marque non plus et laisse quelques questions en suspens. Reste le plaisir de voir les docteurs Nick et Hibbert, qui apportent un peu d’humour à l’ensemble. Ne Lui Jetez Pas la Première Bière fait pour sa part référence à l’alcoolisme. Après avoir été arrêté en état d’ébriété par la police, Homer doit assister aux réunions des alcooliques anonymes et réalise peu à peu que la bière n’est pas aussi importante pour lui qu’elle n’y paraît. Sans être l’élément principal de l’épisode, cette intrigue contient des moments mémorables et pose la réflexion sur les mauvaises habitudes et les addictions d’Homer, chose assez rare dans la série à ce stade de sa longévité.

Enfin, Poisson d’Avril est presque un hommage à toutes les mésaventures subies par Homer au cours de la série. Le premier quart est un régal pour le spectateur, où la rivalité entre Bart et son père, à coups de mauvaises blagues, conduit ce dernier à l’hôpital dans un état critique. Ces scènes sont aussi drôles et marquantes que le reste et si le tout se résume à une succession de scènes déjà vues précédemment, la nostalgie fait son petit effet et la malchance légendaire d’Homer a de quoi faire rire le spectateur aux éclats. En tant que tel, il est difficilement recommandable, mais en tant que bêtisier, il est l’un des meilleurs que la série ait pu offrir et s’inscrit comme étant son premier best of. Dernier épisode où Homer est le seul à être au centre des attentions, Grève à la Centrale le place comme leader du syndicat des ouvriers après que M. Burns a supprimé la mutuelle dentaire de la centrale au moment où Lisa doit porter un appareil d’orthodontie. Bien que l’intrigue tourne autour d’une idée simple et que cet épisode soit moins marquant, l’humour est bien présent et permet de voir le père Simpson dans un registre plus sérieux.

Mère au foyer et femme dévouée à son mari benêt, Marge Simpson a elle aussi l’occasion de briller cette saison, et ce, dès le début. Mélange parfait d’humour absurde, de parodie, de satire et d’émotion authentique, Un Tramway Nommé Marge, sous ses airs d’épisode musical, présente à merveille les angoisses de la mère de famille. Marge n’est en effet pas toujours sous son meilleur jour, généralement lorsqu’elle est en vedette, passant souvent son temps à se plaindre de son statut de maîtresse de maison. Cependant, ici, l’intrigue est enfin motivée par les émotions du personnage. Marge auditionne ainsi pour le rôle principal dans une pièce de théâtre parce qu’elle s’ennuie et se sent seule : elle le décroche et trouve alors un exutoire à sa colère face à un Homer indifférent. Aspirant à plus de reconnaissance de la part de ses proches, Marge montre ici à quel point elle est le ciment de la famille Simpson et mérite d’être aimée et remarquée. Tout ce poids dramatique est compensé par certains des moments les plus amusants de l’histoire de la série, tandis que les chansons, drôles et accrocheuses, et la parodie, efficace et jamais lourde, placent cet épisode dans le haut du panier.
Cette saison est donc l’opportunité pour Marge de sortir de sa zone de confort et de remettre en cause sa place au sein de la famille. Marge a Trouvé Un Emploi est ainsi un assemblage de grands moments autour d’une intrigue qui a du potentiel, bien qu’il s’y passe trop de choses au regard du peu de temps dont les personnages disposent. Non seulement, il y a l’histoire de Marge qui se fait engager à la centrale nucléaire, mais également les inquiétudes d’Homer à l’idée de travailler avec sa femme et l’engouement de M. Burns pour Marge. Aucun n’a assez de place pour se développer et tout revient à la normale au détour d’une fin forcée. Il n’empêche : voir Homer craindre de perdre sa place d’homme de la maison, Marge prendre conscience de ce qui se passe réellement à la centrale, M. Burns faire des avances à sa nouvelle employée et Smithers succomber à la jalousie est un vrai régal pour le spectateur. La série aborde ici des sujets sérieux comme le machisme, le harcèlement au travail et l’égalité des sexe mais toujours sous un angle humoristique et satirique. 

Un peu plus tard dans la saison, Le Monorail est probablement l’épisode le plus drôle et absurde, déclenchant des gags visuels à chaque séquence. Alors qu’un escroc vend un monorail aux habitants de Springfield, Marge prévient tout le monde que c’est une erreur et décide d’enquêter. Entre numéros musicaux loufoques et dialogues bien écrits, les scènes et répliques comiques s’enchaînent alors. Mais l’épisode démontre surtout la mentalité limitée des citoyens, qui n’avait jamais été autant exposée auparavant, et le bon sens de Marge, la seule à ne pas se laisser berner par de belles paroles et à conserver recul et libre arbitre. Autre épisode, plutôt anecdotique mais néanmoins touchant, Le Jour de la Raclée propose en intrigue secondaire une relation mère-fils particulièrement douce. Après que Bart a été expulsé de l’école pour une énième bêtise, Marge se retrouve à devoir assumer le rôle de professeur. Là où la série mettait très souvent en scène les conflits et moments de complicité entre Homer et Bart, elle explore enfin plus en détail et habilement les rapports entre Marge et son enfant terrible, pour un épisode réussi qui privilégie l’émotion à l’humour.
Outre certains épisodes qui la mettent moins en valeur tels Oh la Crise… Cardiaque ! et Poisson d’Avril, Marge brille de nouveau plus loin dans la saison au cours de Marge à l’Ombre. Une fois encore, les scénaristes de la série parviennent à rendre crédible une histoire au point de départ tout ce qu'il y a de plus banal et au développement absurde mais diablement efficace. Tout part ainsi d’une épidémie de grippe venue de Chine, qui touche tous les habitants de la ville, exceptée Marge. Épuisée par les demandes et plaintes de ses enfants et de son mari, elle est prise en flagrant délit de vol d’alcool et est placée dans une prison pour femmes. L’épisode trouve sa force dans les scènes d’audience, où le spectateur retrouve avec joie l’avocat incompétent Lionel Hutz. Curieusement, c'est notamment dans les moments où Marge n’est pas présente que l’ensemble gagne en intérêt, la famille Simpson et la ville de Springfield réalisant à quel point ils ont besoin d’elle dans leur vie. Si cela a pour effet malheureux de rendre Marge périphérique et passive, Marge à l’Ombre est une ode à l’héroïne et démontre, s'il en était besoin, l’importance du personnage.

Du côté de Bart, Lisa et Maggie, les deux aînés ouvrent directement le bal, au cours d’un premier épisode où les enfants Simpson et leurs compagnons d’infortune prennent le pouvoir face à des adultes désabusés. Concernant Bart, c’est essentiellement sa relation avec son père que les scénaristes explorent cette saison. Tout d’abord, Itchy & Scratchy, le Film, avec en toile de fond le concept de mise en abîme, parle d’Homer cherchant à discipliner son fils. Devant l’insolence de ce dernier et alors qu'un film sur Itchy et Scratchy sort au cinéma, Homer décide d’interdire Bart d’aller au cinéma. S’il s’attarde beaucoup trop sur l’idée d’un film sur les personnages fictifs préférés de la série et offre une sympathique critique des industries du cinéma et du divertissement, cet épisode n'explore pas assez le rôle de père qu’Homer est censé jouer. Pour autant, le désarroi de Bart et sa jalousie devant les autres enfants ayant pu voir le film déclenchent souvent le rire tandis que l’émotion est parfois au rendez-vous, notamment dans la conclusion, qui laisse à penser que père et fils garderont la même complicité à l’avenir.
Il en va de même pour Le Grand Frère, où de nouveau, la négligence d’Homer lui joue des tours et nuit à sa relation avec son fils. L’intrigue est plaisante et intelligente, même si l’humour est assez rare, pour ne pas dire inexistant, le scénario se limitant à pointer du doigt le manque d’implication d’Homer dans l’éducation de ses enfants. Ceci dit, l’ensemble parvient à décrocher quelques sourires au spectateur et le combat pour l’amour de Bart est réussi de bout en bout. Pour la première fois de la série, les enfants vivent ainsi leur premiers émois amoureux, même si ce n'est pas réciproque. D’une part, La Plus Belle du Quartier est une histoire classique centrée sur Bart et son premier béguin pour la nouvelle voisine, Laura Powers. L'attirance de Bart pour elle, véritable garçon manqué un peu plus âgée que lui, est tout à fait compréhensible. La scène où il apprend l’existence de son petit ami, en la personne de Jimbo, est parfaite, tout comme ses frustrations quand il demande ce que les femmes voient en lui. Le meilleur est atteint lorsque le jeune homme cherche à faire rompre sa belle et son concurrent. S’il n’y a pas autant de gags qu’espéré, l’épisode est amusant et la conclusion, douce et mélancolique, laisse la porte ouverte à une suite. D’autre part, J’aime Lisa trouve le juste équilibre entre humour et émotion. C’est alors une histoire de rejet, qui n’est pas toujours agréable à regarder, mais qui fait de Ralph Wiggum un personnage attachant pour les années à venir. 

Le Premier Mot de Lisa est probablement le meilleur épisode de flashback de la série. Alors que la famille tente d’encourager Maggie à parler, Marge se souvient de la naissance de Lisa et de son premier mot. Plus encore qu’un épisode qui retrace une page de la vie des Simpson, il détaille les fondements de la série, tels l’emménagement de la famille dans leur maison actuelle, leur rencontre avec les Flanders, les débuts de Bart en tant qu’aîné de la fratrie et l’origine de sa relation conflictuelle avec sa soeur. De beaux moments d’humour et de tendresse, soutenus par les membres de la famille, sont donc présentés au spectateur. Jouant beaucoup sur la nostalgie, le scénario propose en toile de fond une caricature amusante de l’actualité de 1983 à 1984, comme la promotion des Jeux olympiques de McDonald’s. Mais le dénouement est sans aucun doute la meilleure partie de l’épisode, inattendu, profondément touchant et d’une certaine manière, tragique. Ce n’est qu’un mot, mais qui, au final, en dit long. Un moment qui ne pourrait pas être reproduit avec la même grâce dans une autre série. Derrière l’humour et la satire, c’est en effet le respect dans l’écriture des personnages et la chaleur qu’ils dégagent qui font l’identité des Simpson.
La relation Bart/Lisa aura aussi l’opportunité d’être explorée et la série prouve une nouvelle fois que, malgré leurs différends, les deux enfants forment une paire redoutable. Ne Lui Jetez Pas la Première Bière voit ainsi, en sous-intrigue, Lisa mener une expérience sur son frère après que ce dernier a détruit son projet scientifique. Deux vengeances aussi délicieuses et plaisantes sont au programme, sans parler d’une référence merveilleuse et inattendue au film Orange Mécanique. Dans Le Roi du Dessin Animé, les enfants écrivent un scénario d’épisode d’Itchy et Scratchy en le signant Abraham Simpson. Le résultat est une magnifique critique de l’industrie de l’animation, l’équipe créative faisant ici preuve d’une autodérision bienvenue. Au final, concernant les enfants Simpson, le seul épisode de la saison vraiment décevant est Lisa, la Reine de Beauté. Ses motivations sont assez minces et les seuls moments les plus drôles se résument à quelques gags comme l’ouverture avec le Principal Skinner et les avocats de Disney. Bien que l’idée de voir Lisa douter de son apparence soit sympathique, elle ne semble pas avoir de problèmes à être utilisée comme porte-parole d’une société de tabac.

Au-delà du cercle familial, certains personnages encore invisibles ou tout juste présents dans la série ont droit à leur heure de gloire durant cette saison. Apparu à quelques reprises les années précédentes, Ralph Wiggum accède donc à son propre épisode. À travers J’aime Lisa, son engouement pour Lisa est vraiment bien raconté, tout partant d’un geste de gentillesse mal interprété qui, progressivement, prend des proportions inattendues et va placer la fillette dans une situation très inconfortable. Le travail effectué dans cet épisode pour étoffer les Wiggum est excellent. C’est en effet à cette occasion que le spectateur découvre que Ralph est le fils du chef de la police Wiggum et que ce dernier est aussi bon père que policier, donnant des conseils pas forcément avisés à son fils. Le personnage de Ralph est ici fort bien écrit : il est idiot et maladroit, mais aussi attentionné et gentil. Il est donc compréhensible que la pauvre Lisa, qui ne partage pas ses sentiments, n’ose pas lui briser le coeur. La série fera néanmoins l’erreur de s’attarder sur le côté simplet du jeune garçon à l’avenir, alors que l’épisode se termine sur une note positive pour l’amoureux éconduit. 
À travers Monsieur Chasse-Neige, le spectateur en apprend ensuite un peu plus sur Barney Gumble, jusqu’ici réduit au rôle d’ivrogne de service. Quelques confidences sont d'ailleurs faites sur les raisons de son alcoolisme : alors qu’il prévoyait d’entrer à Harvard, Homer lui aurait proposé une bière juste avant son départ. Le début d’une longue descente aux enfers pour le jeune étudiant, qui a donc abandonné ses projets et sombré dans une addiction qu’il ne contrôle plus. Malgré leur évidente concurrence dans l’épisode, cela n’a pour autant pas d’incidence sur leur amitié, Barney étant toujours très proche de celui qui lui a fait découvrir son vice. Le Choix de Selma permet, pour sa part, d’en découvrir plus sur Selma Bouvier, l'une des deux sœurs jumelles de Marge. À la mort de leur tante Gladys, Selma se met en effet en tête d’avoir un enfant, peu important les moyens pour y parvenir. Après une journée catastrophique avec les enfants Simpson, elle change pourtant d’avis et décide d’adopter Jujube, l’iguane de compagnie de tante Gladys qui fait ici sa première apparition. Selma reviendra sur sa décision un peu plus tard au cours de la seizième saison, dans l’épisode Bébé Nem, où elle adopte Ling, une petite Chinoise.

M. Burns apparaît de plus en plus comme un personnage odieux et monstrueux. Il essaie, il est vrai, de séduire Marge alors engagée à la centrale nucléaire de Springfield, joue avec la santé d’Homer dans Oh la Crise... Cardiaque !, refuse dans un premier temps de payer à la ville une importance somme d’argent dans Le Monorail et tente de soudoyer Homer après avoir supprimé la mutuelle dentaire de la centrale dans Grève à la Centrale. L’inusable Krusty le clown a, quant à lui, droit à un épisode centré sur lui en guise de conclusion de la saison. Dans Krusty, le Retour, une marionnette répondant au nom de Gabbo fait ainsi de la concurrence au clown. Ses audiences sont nettement supérieures à celles de Krusty, si bien que son émission se voit supprimée. Krusty se retrouve donc à la rue et sombre dans la dépression, mais les enfants Simpson volent à son secours.
La population de Springfield est également mise à l’honneur à quelques reprises en cours de saison. Ainsi, la ville est en émoi avec la sortie du film d’Itchy & Scratchy, la nouvelle activité d’Homer en tant que déblayeur, la construction du monorail ou encore la chasse aux serpents du (Le) Jour de la Raclée. Mais c’est surtout leur côté impulsif et spontané qui est mis en avant, les citoyens agissant avant de réfléchir et ne prenant jamais les bonnes décisions : ils se laissent ainsi influencer et se font berner facilement dans Le Monorail, abandonnent très vite Homer dans Monsieur Chasse-Neige et agissent comme des brutes dans La Jour de la Raclée.

Une saison des (Les) Simpson ne serait pas non plus ce qu’elle est sans le traditionnel Simpson Horror Show annuel, le troisième depuis la création de la série et une chance de laisser les auteurs être un peu plus fantasques. Cette liberté permet en effet encore plus d’absurdité et de chaos, un style comique qui deviendra plus tard le coeur et l’âme de Futurama, autre création de Matt Groening. Le premier segment, Un Clown Sans Pitié, est une version comique de la saga des films Chucky, à la différence que la poupée maléfique, à l’effigie de Krusty le Clown, s’en prend non pas à l’enfant mais aux parents. Le deuxième revisite le film King Kong. S’il n’est pas évident d’aborder une telle intrigue sous un angle horrifique, l’humour est excellent. La palme revient à M. Burns ; ses interactions avec Smithers, sa chanson et sa présentation du monstre étant tout simplement brillantes. Le dernier segment est le plus faible, mais un thème classique que la série aurait traité tôt ou tard : les zombies. Sympathique parodie du roman Simetierre de Stephen King, cette partie de l’épisode contient les meilleures répliques, à défaut d’être la plus originale.

Devenue de plus en plus populaire depuis sa création, la série fait appel cette saison à une multitude d’invités venus jouer leur propre rôle ou des personnages secondaires, créant l’événement chaque semaine et faisant plaisir aux téléspectateurs autant qu’aux critiques. Dans l’épisode Marge a Trouvé Un Boulot, M. Burns invite Marge à un dîner romantique animé par le chanteur Tom Jones. L’acteur Adam West, interprète de Batman dans la série des années 1960, est aux côtés de la chanteuse Linda Ronstadt dans Monsieur Chasse-Neige, tout comme l’acteur Leonard Nimoy dans la cérémonie d’ouverture du (Le) Monorail, l’humoriste Bob Hope dans Lisa, Reine de Beauté, l’actrice Pamela Reed dans La Plus Belle du Quartier, l’actrice et mannequin Brooke Shields dans Grève à la Centrale ou encore les chanteurs Barry White et David Crosby dans Le Jour de la Raclée et Marge à l’Ombre. L'iconique Elizabeth Taylor prête sa voix à Maggie dans Le Premier Mot de Lisa et apparaît dans Krusty, le Retour, dernier épisode de la saison, aux côtés d’autres personnalités : Bette Midler, Johnny Carson, les Red Hot Chili Peppers, Luke Perry, Barry White et Hugh Hefner. Quelques figures historiques ou culturelles auront également droit à leur petite parodie et feront une apparition ; le scientifique Benjamin Franklin, le réalisateur Alfred Hitchcock, les anciens présidents américains George H. W. Bush, Richard Nixon et John Kennedy.
Diffusée entre septembre 1992 et mai 1993 dans sa case traditionnelle du jeudi soir à 20h, la Saison 4 des (Les) Simpson rassemble 21,3 millions de téléspectateurs en moyenne sur la chaîne FOX avec un pic à 28,6 millions pour l’épisode Le Premier Mot de Lisa. Cette année marque aussi la première où les producteurs ne soumettent pas d’épisodes pour le Prix du meilleur programme animé de moins d’une heure à la cérémonie des Emmy Awards à la suite d'un changement des règles, les séries télévisées d’animation pouvant désormais se présenter dans la catégorie de la meilleure série télévisée comique. Matt Groening et James L. Brooks proposent ainsi les épisodes Un Tramway Nommé Marge et Monsieur Chasse-Neige, mais le jury n’adhère pas à l’idée d’opposer de l’animation à une série classique et refuse la participation des (Les) Simpson à la cérémonie. La série s'attire par ailleurs les foudres de certaines critiques et les polémiques vont bon train. Dans Un Tramway Nommé Marge, La Nouvelle-Orléans, lieu où se déroule l’action de la comédie musicale jouée par les personnages, est décrite comme un endroit rempli de pirates, d’ivrognes et de prostituées. Une plaisanterie qui ne plaira pas aux citoyens de cette partie de l’Amérique, au point que la production décide de s’excuser dès l’épisode suivant. Aussi, au cours du générique, la phrase écrite par Bart sur le tableau devient “Je ne diffamerai pas La Nouvelle-Orléans”. 

Un autre conflit explose alors que la saison vient à peine de débuter. En octobre 1992, Tracey Ullman, ex-animatrice du Tracy Ullman Show, réclame en effet des redevances sur les produits dérivés de la série, parce que c’est au cours de son émission, disparue deux ans plus tôt, que Les Simpson ont été diffusés pour la première fois et se sont vus présentés au public. En dédommagement, elle obtient alors 2,5 millions de dollars. Malgré ces scandales et l’absence de récompenses majeures, la Saison 4 est majoritairement appréciée. La série reçoit d'ailleurs quelques maigres nominations aux Emmy Awards (Meilleure Prestation Individuelle dans la Composition Musicale pour une série et Meilleure Prestation pour le Mixage Sonore pour une série comique), et remporte l’Annie Awards du meilleur programme télévisé, le Genesis Award de la meilleure série télévisée d’animation et le Saturn Award de la meilleure série, tandis que Dan Castellaneta repart avec l’Emmy du Meilleur Doublage. Selon un classement publié en 2003, le magazine Entertainment Weekly place les épisodes J’aime Lisa, Ne Lui Jetez Pas la Première Bière, Monsieur Chasse-Neige, Le Monorail et Grève à la Centrale parmi ses vingt-cinq préférés de la série. 

Marquée par des changements majeurs et une ambiance plutôt glaciale en coulisses, cette Saison 4 des (Les) Simpson confirme malgré tout la popularité de la série. Sans perdre de son humour légendaire, elle explore d’autres registres et thématiques tout en développant un peu plus l’univers de la famille la plus dingue d’Amérique, ainsi que ses personnages, principaux comme secondaires. Devenue un véritable phénomène de société, Les Simpson réussit l’exploit de confirmer le succès de ses débuts, là où beaucoup de programmes ayant connu une gloire éphémère se sont cassés les dents.

Les personnages

1990
Télévision
1990
Télévision
1990
Télévision
1990
Télévision
1991
Télévision
1995
Télévision
2003
Télévision

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.