Les Simpson - Saison 9
L'écran titre
Titre original :
The Simpsons - Season 9
Production :
20th Century Fox Television
Gracie Films
Date de diffusion USA :
21 septembre 1997 - 17 mai 1998
Genre :
Animation 2D
Création :
Matt Groening
Musique :
Danny Elfman
Alf Clausen
Durée :
575 minutes
Les Simpson - Autre(s) saison(s) :
Saison 01
Saison 02
Saison 03
Saison 04
Saison 05
Saison 06
Saison 07
Saison 08
Saison 09
Saison 10
Saison 11
Saison 12
Saison 13
Saison 14
Saison 15
Saison 16
Saison 17
Saison 18
Saison 19
Saison 20
Saison 21
Saison 22
Saison 23
Saison 24
Saison 25
Saison 26
Saison 27
Saison 28
Saison 29
Saison 30
Saison 31
Saison 32
Saison 33
Saison 34
Saison 35
Saison 36
Disponibilité(s) en France :

Liste et résumés des épisodes

1. The City of New York vs. Homer Simpson
Homer Contre New York
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 1
Date de diffusion USA : Le 21 septembre 1997
Réalisé par : Jim Reardon
Durée : 23 minutes
La famille Simpson visite New York...
2. The Principal and the Pauper
Le Principal Principal
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 2
Date de diffusion USA : Le 28 septembre 1997
Réalisé par : Steven Dean Moore
Durée : 23 minutes
Quand son secret est éventé, la vie de Seymour Skinner vole en éclats...
3. Lisa's Sax
Le Saxe de Lisa
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 3
Date de diffusion USA : Le 19 octobre 1997
Réalisé par : Dominic Polcino
Durée : 23 minutes
Les Simpson se souviennent du jour où Lisa a reçu son saxophone...
4. Treehouse of Horror VIII
Simpson Horror Show VIII
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 4
Date de diffusion USA : Le 26 octobre 1997
Réalisé par : Mark Kirkland
Durée : 23 minutes
Homer échappe à l'apocalypse, Bart se change en mouche et Marge est une sorcière...
5. The Cartridge Family
Le Papa Flingueur
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 5
Date de diffusion USA : Le 2 novembre 1997
Réalisé par : Pete Michels
Durée : 23 minutes
Homer se procure une arme, ce qui déplaît à Marge...
6. Bart Star
Fou de Foot
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 6
Date de diffusion USA : Le 9 novembre 1997
Réalisé par : Dominic Polcino
Durée : 23 minutes
Homer entraîne l'équipe de football américain de l'école...
7. The Two Mrs. Nahasapeemapetilons
Mère Indoue, Fils Indigne
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 7
Date de diffusion USA : Le 16 novembre 1997
Réalisé par : Steven Dean Moore
Durée : 23 minutes
La mère d'Apu est bien décidée à marier son fils...
8. Lisa the Skeptic
Les Ailes du Délire
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 8
Date de diffusion USA : Le 23 novembre 1997
Réalisé par : Neil Affleck
Durée : 23 minutes
La population de Springfield pense avoir découvert le fossile d'un ange...
9. Realty Bites
Marge Business
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 9
Date de diffusion USA : Le 7 décembre 1997
Réalisé par : Swinton O. Scott III
Durée : 23 minutes
Marge devient agent immobilier et vend une maison aux Flanders...
10. Miracle on Evergreen Terrace
Noël d'Enfer
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 10
Date de diffusion USA : Le 21 décembre 1997
Réalisé par : Bob Anderson
Durée : 23 minutes
Bart a gâché Noël et tente de s'en sortir avec des bobards...
11. All Singing, All Dancing
Simpsonnerie Chantante
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 11
Date de diffusion USA : Le 4 janvier 1998
Réalisé par : Mark Ervin
Durée : 23 minutes
Les Simpson se souviennent des meilleurs numéros musicaux des Springfieldiens...
12. Bart Carny
Un Drôle de Manège
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 12
Date de diffusion USA : Le 11 janvier 1998
Réalisé par : Mark Kirkland
Durée : 23 minutes
Bart et Homer se lient à une famille de forains...
13. The Joy of Sect
Un Coup de Pied aux Cultes
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 13
Date de diffusion USA : Le 8 février 1998
Réalisé par : Steven Dean Moore
Durée : 23 minutes
Les Springfieldiens se laissent embobiner par une secte...
14. Das Bus
Les Petits Sauvages
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 14
Date de diffusion USA : Le 15 février 1998
Réalisé par : Pete Michels
Durée : 23 minutes
Les élèves de l'école élémentaire s'échouent sur une île déserte...
15. The Last Temptation of Krust
La Dernière Tentation de Krusty
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 15
Date de diffusion USA : Le 22 février 1998
Réalisé par : Mike B. Anderson
Durée : 23 minutes
Après un bide lors d'un spectacle, Krusty remet en question sa carrière de clown...
16. Dumbbell Indemnity
Pour l'Amour de Moe
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 16
Date de diffusion USA : Le 1er mars 1998
Réalisé par : Dominic Polcino
Durée : 23 minutes
Moe est prêt à tout pour impressionner la femme avec qui il sort...
17. Lisa the Simpson
La Malédiction des Simpson
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 17
Date de diffusion USA : Le 8 mars 1998
Réalisé par : Susie Dietter
Durée : 23 minutes
Lisa craint de devenir stupide à cause de la malédiction des Simpson...
18. This Little Wiggy
La Clé Magique
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 18
Date de diffusion USA : Le 22 mars 1998
Réalisé par : Neil Affleck
Durée : 23 minutes
Marge oblige Bart à passer du temps avec Ralph...
19. Simpson Tide
Un Homer à la Mer
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 19
Date de diffusion USA : Le 29 mars 1998
Réalisé par : Milton Gray
Durée : 23 minutes
Homer s'engage dans la Marine...
20. The Trouble with Trillions
Pour Quelques Milliards de Plus
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 20
Date de diffusion USA : Le 5 avril 1998
Réalisé par : Swinton O. Scott III
Durée : 23 minutes
Épinglé par le fisc, Homer est forcé d'espionner les Springfieldiens pour le compte du FBI...
21. Girly Edition
Le Journal de Lisa Simpson
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 21
Date de diffusion USA : Le 19 avril 1998
Réalisé par : Mark Kirkland
Durée : 23 minutes
Lisa présente un journal pour les enfants, mais Bart lui vole la vedette...
22. Trash of the Titans
Vive les Éboueurs !
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 22
Date de diffusion USA : Le 26 avril 1998
Réalisé par : Jim Reardon
Durée : 23 minutes
Par pure vengeance, Homer devient le chef des éboueurs...
23. King of the Hill
L'Abominable Homer des Neiges
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 23
Date de diffusion USA : Le 3 mai 1998
Réalisé par : Steven Dean Moore
Durée : 23 minutes
Pour rendre Bart fier de lui, Homer escalade le Pic de la Mort...
24. Lost Our Lisa
Le Bus Fatal
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 24
Date de diffusion USA : Le 10 mai 1998
Réalisé par : Pete Michels
Durée : 23 minutes
Lisa prend le bus toute seule pour la première fois et s'égare dans la ville...
25. Natural Born Kissers
Chéri, Fais-Moi Peur
Genre : Épisode télé
Série : Les Simpson
Saison 9 Épisode 25
Date de diffusion USA : Le 17 mai 1998
Réalisé par : Klay Hall
Durée : 23 minutes
Homer et Marge ravivent la flamme dans des lieux insolites...

La critique

rédigée par
Publiée le 03 décembre 2022

Après deux saisons de très haute volée, la série Les Simpson poursuit son petit bonhomme de chemin en conviant chaque semaine les Américains à rire de leurs travers aux côtés de la famille la plus drôle des États-Unis. Première saison de l'ère Mike Scully, ce neuvième chapitre dans l'histoire des (Les) Simpson laisse rarement indifférent ; partie intégrante de l'âge d'or pour les uns, début de la fin pour les autres, la Saison 9 divise ! Constituée de plusieurs excellents épisodes – et de l'un des plus détestés de l'histoire de la série ! – cette neuvième saison demeure certes un cran en dessous des deux précédentes, mais elle n'a pas à rougir de sa qualité pour autant.

Les showrunners Bill Oakley et Josh Weinstein, après avoir livré les excellentes Saisons 7 et 8, cèdent donc la place à Mike Scully, l'un des artistes à l'œuvre sur la série depuis sa cinquième saison. L'ère Scully, qui s'étend des Saisons 9 à 12, est alors une époque de grands bouleversements dans la déjà longue histoire des (Les) Simpson. Pour nombre d'analystes et de critiques contemporains, cette période est même annonciatrice d'une sorte de lente descente aux enfers de la série, les fidèles déplorant un important déclin dans la qualité du programme animé tandis que les premiers « c'était mieux avant » se font entendre dès le second épisode de la Saison 9.

Au cœur de la longue liste des reproches adressés à cette période, deux éléments insufflés dans la série sous la direction de Mike Scully vont venir façonner le programme pour les années à venir, au grand dam des fans. D'abord, c'est une ambiance cartoonesque et des histoires de plus en plus improbables qui vont déferler sur Springfield, tranchant radicalement avec un certain réalisme qui était de mise jusqu'alors. Le plus grand crime de lèse-majesté reste cependant, toujours selon une partie du spectatorat, l'émergence du « Jerkass Homer », autrement dit la canonisation d'un homme dont les actions sont trop souvent répréhensibles. Homer a mal agi par le passé, parfois même de façon cruelle, mais son bon fond et sa culpabilité finissaient en général par le rattraper à la fin de l'épisode. Durant l'ère Scully, le caractère du chef de famille va dès lors continuer à évoluer, pour devenir de plus en plus souvent égoïste, mesquin et, si cela est possible, encore plus stupide. Quel que soit l'avis du public sur la question, il est clair que le showrunner a souhaité offrir une certaine liberté à ses scénaristes, en leur permettant de se laisser aller à davantage de loufoquerie dans le quotidien de la famille jaune pour le meilleur ou pour le pire, et surtout dans une période où, après huit années de simpsonneries, il était nécessaire de se réinventer pour ne pas risquer de lasser les téléspectateurs.

Pour la Saison 9, Mike Scully devient donc officiellement le chef d'orchestre des (Les) Simpson, même si d'anciens showrunners s'invitent à la fête dans ce nouveau chapitre springfieldien. Le légendaire duo composé d'Al Jean et de Mike Reiss, les showrunners des Saisons 3 et 4, sont ainsi crédités en tant que producteurs exécutifs de deux épisodes, Le Saxe de Lisa et Un Homer à la Mer. David Mirkin, le directeur des Saisons 5 et 6, renfile lui aussi brièvement sa casquette de showrunner, pour produire Simpsonnerie Chantante et Un Coup de Pied aux Cultes. Enfin, les précédents tenanciers, Bill Oakley et Josh Weinstein, offrent quant à eux à la Saison 9 trois épisodes produits l'année précédente : Homer Contre New York, Le Principal Principal et La Malédiction des Simpson. Il est d'ailleurs à noter que ce dernier, originellement diffusé en tant que dix-septième épisode de la Saison 9, s'est vu déplacer lors du débarquement de la série sur Disney+. Désormais, La Malédiction des Simpson est diffusé en tant que troisième épisode de la série ; sans doute faut-il y voir ici la volonté de rassembler les uns à la suite des autres les trois derniers épisodes dirigés par Bill Oakley et Josh Weinstein. Au final, sur les vingt-cinq épisodes qui composent cette neuvième saison, Mike Scully officie en qualité de showrunner sur dix-huit d'entre eux.

Douce ironie du sort, Mike Scully est né le 2 octobre 1956 à Springfield (!), dans l'État du Massachusetts. Bien qu'il rêve de devenir musicien ou joueur de hockey dès l'école élémentaire, le jeune Mike développe parallèlement un attrait pour l'écriture grâce aux encouragements de l'un de ses professeurs. Après un parcours scolaire en dents de scie, le jeune homme déserte le Holyoke Community College après une seule journée, ne sachant trop quel sens donner à sa vie. Alors qu'il collectionne les petits boulots, Mike Scully tente ensuite tant bien que mal de développer une carrière d'auteur. Débarqué à Los Angeles en 1982, il commence à se faire un nom en écrivant des blagues pour le comédien Yakov Smirnoff, tout en développant son propre matériel qu'il présente en amateur sur scène.

Bientôt, Scully tente une percée dans le milieu du petit écran, en mettant ses talents d'auteur au service de plusieurs sitcoms parmi lesquelles Loin de ce Monde (syndication), The Royal Family (CBS) ou Top of the Heap (Fox). En 1993 arrive enfin la consécration. Engagé par David Mirkin pour intégrer l'équipe scénaristique des (Les) Simpson, Mike Scully commence sa longue carrière springfieldienne en écrivant trois épisodes de la Saison 6 : La Rivale de Lisa (épisode 2), Le Hockey qui Tue (épisode 8) et Une Portée qui Rapporte (épisode 20). Après avoir officié en tant que showrunner de la série pendant quatre saisons, il repasse ensuite la main à Al Jean en 2001. En 2007, il participe en tant que co-scénariste et co-producteur à la création du long-métrage Les Simpson - Le Film.
Loin d'en avoir fini avec le milieu de la comédie télévisée, Mike Scully continue sa carrière après son départ, en travaillant sur quantité de productions dont les Saisons 7 et 8 de Tout le Monde Aime Raymond (CBS) ou bien la série Parks and Recreation (NBC). En compagnie de sa femme Julie Scully et de la comédienne Amy Poehler, il crée en 2020 la série animée Duncanville (Fox), produite par 20th Television Animation.

Pour cette neuvième saison, l'équipe de Mike Scully est bien décidée à replacer les membres du clan Simpson au centre de l'intrigue, même si quelques Springfieldiens s'invitent à l'occasion sous le feu des projecteurs.
Homer, évidemment, demeure la star incontestée de la série. Dès le premier épisode, Homer Contre New York, c'est une véritable perle d'écriture signée par Ian Maxtone-Graham qui s'offre aux téléspectateurs. Forcé de se rendre à New York avec sa famille pour y récupérer sa voiture, Homer va subir les tourments de la ville pendant que, de leur côté, Marge et les enfants vont s'émerveiller des trésors que la Grosse Pomme renferme. Comme de coutume dans la série, les frasques du paternel, certes désopilantes, vont également amener avec elles de vraies réflexions sociétales plus ou moins enfouies en sous-texte. Dans Le Papa Flingueur, par exemple, c'est tout un débat sur les armes à feu que la série lance, alors qu'Homer se procure un pistolet pour défendre sa famille, ce qui n'est absolument pas du goût de Marge. L'épisode suivant, Fou de Foot, aborde pour sa part de manière beaucoup plus légère le thème du népotisme, lorsque Homer place son fils dans l'équipe de football de l'école malgré ses talents sportifs pour le moins limités.

Mais le fameux « Jerkass Homer » tant décrié par une partie des fans commence véritablement à apparaître à la fin de la saison dans deux excellents épisodes. Ici, c'est toute la stupidité du chef de famille qui est illustrée, d'abord dans Un Homer à la Mer, qui s'ouvre sur un accident nucléaire provoqué par le malhabile chef de la sécurité. Après avoir placé un donut dans le cœur du réacteur pour le faire grossir, Homer est renvoyé. Qu'à cela ne tienne, le père de Bart se trouve une nouvelle vocation : le voilà engagé dans la marine de réserve en compagnie de ses meilleurs amis ! À bord d'un sous-marin, Homer va créer toute une série de catastrophes, manquant même de provoquer une escalade nucléaire entre les États-Unis et la Russie. Dans Vive les Éboueurs !, Homer se met cette fois à dos les agents de propreté de Springfield. Plutôt que d'admettre ses torts et de s'excuser, le bougre préfère faire campagne pour intégrer la mairie et réformer le système, mais ses actions vont bientôt provoquer la destruction de Springfield... Malgré ce nouveau sommet de bêtise atteint, Homer n'en demeure pas moins le personnage le plus drôle de la série, mais aussi l'un des plus touchants cette saison, tout particulièrement dans les quelques épisodes où ses relations avec Marge et les enfants sont remises en question.

De son côté, Marge (comme souvent dans la série) est plusieurs fois en crise cette saison. Professionnellement d'abord, la jeune femme s'ennuie. Si les épisodes dans lesquels elle travaille sont nombreux, tels Marge a Trouvé un Boulot (Saison 4, épisode 7) ou La Springfield Connection (Saison 6, épisode 23), la mère de famille revient toujours à un statu quo juste avant le générique de fin. Même son de cloche donc dans Marge Business, un sympathique épisode qui la voit devenir agent immobilier. Trop honnête pour adhérer aux méthodes peu scrupuleuses de ses collègues, la femme d'Homer finit tout de même par se faire violence et vendre aux Flanders une splendide maison qui cache un sordide secret et, bien sûr, ses mensonges vont vite revenir la hanter.

Au fil de la saison, la charge mentale et une certaine détresse psychologique dont souffre Marge sont plusieurs fois évoquées. Dans Le Saxe de Lisa, la mère de famille laisse ainsi échapper dans un moment d'égarement : « Je me sens tellement étouffée par cette famille que je hurlerais à m'en casser les cordes vocales ». Puis, dans Un Homer à la Mer, la jeune maman regarde le fameux tableau qui orne le mur au-dessus du canapé, qu'elle a peint elle-même, avant de soupirer : « Tu avais vraiment du talent, ma petite ». La Saison 9 n'est donc pas tendre avec Marge, qui doit en plus de cela composer avec les imbécilités d'Homer. Après avoir manqué de le quitter dans Le Papa Flingueur en raison de son aversion pour les armes à feu, Marge est forcée de se faire passer pour la femme d'Apu dans Mère Indoue, Fils Indigne avant de sauver à elle seule la ville de Springfield tombée dans les mains d'une secte (Un Coup de Pied aux Cultes). Marge demeure donc un membre essentiel des Simpson, tant elle porte sur ses frêles épaules la cohésion de la famille. Malgré de nombreuses brouilles avec son mari au cours de la saison, tout est bien qui finit bien dans le dernier épisode, Chéri, Fais-Moi Peur, qui montre les deux parents raviver la flamme en fricotant dans des lieux pour le moins insolites – avec en prime une jolie virée en ballon les fesses à l'air !

De son côté, Bart continue ses pitreries pour le plus grand bonheur des téléspectateurs. Il est ainsi la star de l'épisode Fou de Foot où il est nommé quarterback de l'équipe par son père, mais le scénario sert surtout de prétexte pour approfondir la relation entre Homer et son fils. Un peu plus tard dans la saison, Bart va carrément gâcher la fête de Noël, dans l'une de ses plus brillantes bêtises qui prend des proportions démesurées. Impatient d'ouvrir ses cadeaux dans l'épisode Noël d'Enfer, le garnement met par inadvertance le feu au sapin et aux présents nichés au pied de l'arbre. Pour échapper à une correction, Bart cache les preuves de sa bévue et invente des mensonges qui vont mettre tous les habitants de Springfield en émoi... Jusqu'à ce que la vérité éclate !
Au volant de la voiture d'Hitler, Bart détruit ensuite une fête foraine (Un Drôle de Manège), ce qui l'amène à intégrer avec son père la communauté des forains, puis Marge le force à passer du temps avec Ralph Wiggum (La Clé Magique) ; grâce au passe-partout de la police, c'est le début d'une folle virée en ville à la recherche des pires âneries à faire ! L'Abominable Homer des Neiges, enfin, permet une nouvelle fois à Homer et à son fils de mieux se comprendre. Bien décidé à rendre Bart fier de son papa, Homer entreprend de gravir le Pic de la Mort ; doté d'une jolie fin et développant au passage le passé peu glorieux d'Abraham Simpson, l'épisode est l'un des rares à s'attarder sur la relation père/fils au sein de la famille Simpson.

Lisa est particulièrement gâtée cette saison, puisque plusieurs épisodes pour la plupart réussis mettent en valeur la petite Einstein de la famille. Comme pour son frère, la relation qui unit Lisa à son père est davantage développée cette saison, Mike Scully s'étant fait une spécialité des épisodes centrés sur la jeune fille – il faut dire que le showrunner est déjà l'heureux papa de cinq princesses à l'époque où il dirige la série ! Bien que l'épisode ne soit pas directement produit ni même écrit par Mike Scully, Le Saxe de Lisa trouve donc parfaitement sa place dans cette saison. Dans cet épisode signé par Al Jean, Bart et Lisa se disputent, ce qui provoque la destruction du précieux saxophone de la petite végétarienne. Pour la consoler, les parents racontent à leur fille l'histoire de l'instrument de musique et le sacrifice qu'Homer a dû effectuer pour offrir à Lisa son saxo. Dans la même mouvance, Le Bus Fatal continue d'exploiter la relation privilégiée que partagent père et fille. Perdue dans la ville après s'être trompée de bus, Lisa est secourue par son papa qui l'emmène ensuite au musée, où ils perceront ensemble un secret qui remonte à l'Égypte antique.
Mais Lisa n'a pas besoin de l'aide de son père pour briller cette saison ! Dans deux autres épisodes qui lui sont consacrés, la petite fille va d'ailleurs laisser transparaître des traits peu flatteurs de sa personnalité, ce qui ne la rend finalement que plus humaine. À la tête de son propre journal télévisé dans Le Journal de Lisa Simpson, elle va enrager de se faire voler la vedette par Bart, qui s'attire les bonnes grâces des téléspectateurs grâce à des reportages larmoyants. Ni une ni deux, Lisa va se montrer très mesquine pour solidifier sa gloire, quitte à mettre son frère en danger. À l'occasion, elle se montre même carrément cruelle, comme lorsqu'elle dit à son père qu'elle ne veut pas finir comme lui (La Malédiction des Simpson).

La pauvre Maggie, prisonnière de son éternel rôle de pantomime, doit pour sa part se contenter de quelques rares apparitions en arrière-plan qui n'ont rien de mémorable. D'autres Springfieldiens, à l'inverse, ne se font pas prier pour voler la vedette aux Simpson le temps d'un épisode. Le principal Skinner est de ceux-là, mais malheureusement pour lui, il va apparaître dans l'un des épisodes les plus controversés de la série ! Dans Le Principal Principal, le passé de Seymour Skinner est donc révélé, et son imposture éclate au grand jour. Jadis un loubard impétueux, le jeune Armin Tamzarian de son vrai nom s'est engagé dans l'armée, où il a rencontré le sergent Seymour Skinner dont le rêve était de devenir principal à l'école élémentaire de Springfield après la guerre. Lorsque le véritable Skinner est présumé disparu, Armin Tamzarian rentre à Springfield pour annoncer à Agnes Skinner la mort de son fils, mais la vieille femme prend l'étranger pour son enfant. Armin va dès lors assumer une toute nouvelle identité...

Honni par bien des fans en cela qu'il vient remettre en question le développement d'un personnage très apprécié, Le Principal Principal est fréquemment classé en bonne position dans les listes des pires épisodes de la série. Même au sein de l'équipe artistique, l'épisode divise. Ses producteurs Bill Oakley et Josh Weinstein mais aussi Mike Scully le défendent farouchement, tandis que de leur côté, Harry Shearer, le comédien qui prête sa voix à Seymour Skinner, et Matt Groening en personne ont exprimé leur dédain pour l'épisode. En 2008, Groening va même jusqu'à qualifier Le Principal Principal « d'erreur » dans une entrevue accordée au magazine Rolling Stone : « Au moment où nous avons terminé l'épisode, nous avons réalisé que c'était une erreur, et nous avons décidé que nous ne parlerions plus de ce sujet. Et nous ne l'avons plus jamais fait ». Il faut toutefois noter que cette affirmation n'est pas tout à fait exacte, puisque le véritable nom du principal est prononcé par Lisa à l'occasion d'un gag dans l'épisode Roboflop (Saison 15, épisode 9) en 2004. Sans être nécessairement la catastrophe décriée par bien des amoureux de la série (Les Simpson ont su proposer des scénarios bien pires !), l'épisode ne présente, il est vrai, qu'un intérêt somme toute limité, d'autant qu'il peine à arracher ne serait-ce qu'un sourire à ses téléspectateurs une fois la supercherie dévoilée.

Moins controversé, l'épisode Mère Indoue, Fils Indigne permet à Apu de connaître un joli développement. Mis aux enchères au profit des pompiers de la ville, Apu est le seul homme célibataire de Springfield qui semble trouver grâce aux yeux des femmes de la ville, et il n'est pas difficile de comprendre pourquoi ! Apu n'a cependant guère le temps de savourer sa nouvelle vie d'homme couru de ces dames, puisque sa mère l'oblige à accepter un mariage arrangé avec Manjula, qui signe ici sa première apparition dans la série. Le propriétaire du Mini-Marché n'a cependant pas à se plaindre, puisque sa promise est belle, drôle, intelligente et surtout plus progressiste que sa mère ! Mère Indoue, Fils Indigne permet également aux scénaristes de rendre hommage à quelques éléments décoratifs et traditionnels de la culture hindoue, tant dans la musique que dans les ornements du mariage. Belle revanche pour Apu qui n'a pas toujours eu la vie facile à Springfield, comme en témoigne l'épisode J’Y Suis, J’Y Reste (Saison 7, épisode 23).
Krusty le clown a lui aussi droit à un épisode dédié, sans saveur en revanche. Après avoir fait un bide lors d'un gala de charité, voilà le trublion forcé de se réinventer pour revenir sur le devant de la scène (La Dernière Tentation de Krusty). Peu amusant, l'épisode vaut au moins pour sa critique du capitalisme, mais le retour immédiat au statu quo et un manque d'ambition rendent le tout parfaitement oubliable.

Moe a lui aussi droit à une avancée non-négligeable dans sa vie personnelle, puisqu'il trouve (momentanément) l'amour au cours de la Saison 9. Pour l'Amour de Moe montre alors le tenancier du bar courtiser la charmante Renee, mais Moe est convaincu que l'amour s'achète, si bien que toutes ses économies vont passer dans des activités aussi romantiques que dispendieuses. Homer fera d'ailleurs les frais des combines peu scrupuleuses du barman dans cet épisode assez plaisant.
Sorte de miroir de l'épisode J'Aime Lisa (Saison 4, épisode 15), La Clé Magique permet cette fois d'explorer une nouvelle relation improbable : celle qui lie Bart à Ralph Wiggum. Si l'amitié entre les deux petits garçons est orchestrée par Marge et que Bart est surtout intéressé par le passe-partout du chef Wiggum, très vite l'épisode prend un tournant beaucoup plus touchant, et le garçonnet simplet prouve une fois encore qu'il est un excellent personnage de la série, avec une certaine profondeur que pourraient sans peine lui envier d'autres habitants de la ville.

Du côté de l'immense galerie de personnages secondaires, il faut noter que la Saison 9 est tristement célèbre en cela qu'elle comporte les dernières prestations vocales de deux comédiens récurrents de la série. Le 28 mai 1998, un peu plus d'une semaine après la diffusion de l'ultime épisode de la saison, le comédien Phil Hartman est assassiné par sa femme, Brynn Omdahl, qui se suicide peu après. En signe de deuil, les scénaristes décident de mettre à la retraite le personnage de Lionel Hutz, qui fait sa dernière apparition parlée dans l'épisode Marge Business. Le second grand personnage de Phil Hartman, l'hilarant Troy McClure, reviendra quant à lui une dernière fois dans Lézards Populaires (Saison 10, épisode 3), l'acteur ayant déjà enregistré ses lignes de dialogue avant son tragique décès.
L'actrice Doris Grau, disparue en 1995, peut elle aussi être entendue une toute dernière fois dans la Saison 9. Son personnage, Doris la cantinière, prononce quelques mots dans Le Saxe de Lisa avant d'être frappée de mutisme pendant les dix années suivantes, en signe de respect. Depuis la Saison 18 et son premier épisode, Parrain par Intérim, le personnage a retrouvé des couleurs et sa voix, grâce à la prolifique comédienne Tress MacNeille.

Certains personnages partent pour des retraites plus ou moins définitives quand d'autres débarquent au contraire à Springfield ! Parmi les personnages plus ou moins réguliers introduits dans cette neuvième saison se trouvent par exemple la mascotte Duffman (Homer Contre New York) interprété par Hank Azaria, ainsi que Cookie Kwan et Gil Gunderson (Marge Business), respectivement incarnés par Tress MacNeille et Dan Castellaneta. La première, jeune femme d'origine asiatique à l'ambition démesurée et le second, le businessman loser à qui la vie ne sourit jamais, reviendront fréquemment donner de leurs nouvelles au cours des saisons suivantes, Gil jouant même à l'occasion le rôle d'avocat pour les Simpson en remplacement de Lionel Hutz. Enfin, comment oublier la première apparition d'Eleanor Abernathy, alias La Folle aux Chats ? Apparue dans Le Journal de Lisa Simpson, elle et ses borborygmes incompréhensibles toujours assurés par Tress MacNeille ne manqueront pas de faire rire aux éclats les téléspectateurs durant de nombreuses années.

Si ces nouveaux personnages sont campés par de fidèles comédiens déjà bien installés dans la série, d'autres nouveaux protagonistes sont en revanche incarnés par des vedettes, dans la plus pure tradition des (Les) Simpson. Malgré une apparition dans le très décrié Le Principal Principal, Martin Sheen (The Amazing Spider-Man) assure avec beaucoup d'aisance le rôle du véritable Seymour Skinner. Même constat pour Mère Indoue, Fils Indigne qui rassemble Andrea Martin (La Cour de Récré (ABC et UPN), Kim Possible sur Disney Channel) et Jan Hooks (Saturday Night Live, NBC) ; incarnant respectivement Madame Nahasapeemapetilon et Manjula, la femme d'Apu, les deux actrices mettent tout leur talent comique au service de cet épisode qui bouleverse le statu quo dans la vie d'un personnage, ce qui est suffisamment rare pour être souligné.
De son côté, Helen Hunt (Dingue de Toi (NBC), The Sessions) s'empare du rôle de Renee, la petite amie du barman dans Pour l'Amour de Moe ; de sa jolie voix séductrice, l'actrice charme sans peine le vieux garçon comme les téléspectateurs. L'immense Steve Martin (Only Murders in the Building, Hulu) s'invite à son tour dans le rôle de Ray Patterson, le commissaire d'assainissement de Springfield aperçu dans Vive les Éboueurs !, et il faut aussi noter les fugaces apparitions de Brendan Fraser (La Momie, George de la Jungle) et Steven Weber (Ultimate Spider-Man sur Disney XD) en commerciaux véreux issus de l'épisode L'Abominable Homer des Neiges. Enfin, le mythique James Earl Jones, qui assure les doublages de Dark Vador dans la saga Star Wars et le royal Mufasa du (Le) Roi Lion, fait de nouveau profiter le public de sa voix majestueuse en narrant la fin des aventures insulaires des enfants dans Les Petits Sauvages. Il signe ici sa dernière apparition vocale dans la série, après les épisodes Simpson Horror Show (Saison 2, épisode 3) et Simpson Horror Show V (Saison 6, épisode 6).

Mais que serait une saison des (Les) Simpson sans invités prestigieux venus incarner leurs propres rôles ? Vive les Éboueurs ! se paie donc le luxe d'intégrer le groupe U2 à l'univers simpsonnien, rien que cela ! Les exécutifs de la série n'ont d'ailleurs pas eu à convaincre les membres du groupe, puisque ce sont Bono, The Edge, Adam Clayton et Larry Mullen Jr. eux-mêmes qui ont proposé d'apparaître dans la série. Dans un épisode consacré à l'écologie, la présence du groupe, qui a toujours défendu des positions très engagées sur une pléthore de problématiques politiques, sociétales et environnementales, ne dénote donc en rien et s'intègre à merveille dans la saison. Un extrait de l'un des plus grands tubes de U2, Pride (In the Name of Love) peut être entendu lors de l'épisode alors qu'Homer déboule sur scène pour lancer sa campagne, mais les rockers régalent surtout les téléspectateurs en participant à un morceau inédit. Durant la scène où Homer prend possession des rues de la ville à la tête d'une armée d'éboueurs, le groupe irlandais chante un couplet de The Garbage Man, une parodie de la chanson The Candy Man issue du Charlie et la Chocolaterie de 1971. Il est à noter que l'épisode est dédié à la mémoire de Linda McCartney, l'épouse de Paul décédée quelques jours seulement avant sa diffusion ; le couple était en effet apparu au cours de la septième saison, dans Lisa la Végétarienne.

D'autres vedettes viennent elles aussi pointer le bout de leur nez au fil des épisodes, dans des rôles plus ou moins drôles. Le quarterback Joe Namath signe par exemple sa seconde apparition dans la série, cette fois dans un rôle parlant (Fou de Foot), après avoir inspiré Mona Simpson grâce à sa chevelure dans La Mère d'Homer (Saison 7, épisode 8). Parmi les autres personnalités marquantes, Alex Trebek, le taulier du jeu télévisé Jeopardy! interprète une parodie de lui-même plutôt efficace ; il terrorise la pauvre Marge qui participe au célèbre jeu dans l'espoir d'amasser assez d'argent pour rembourser ses voisins (Noël d'Enfer). La Dernière Tentation de Krusty voit également débarquer une ribambelle d'humoristes américains venus confronter leur humour à celui du triste clown, parmi lesquels Jay Leno et Bruce Baum.

À nouvelle saison des (Les) Simpson, nouvel épisode Simpson Horror Show ! Pour cette huitième itération de la tradition halloweenesque, la série s'en sort plutôt bien, même si l'épisode ne comporte aucun segment digne de figurer sur la liste des meilleures histoires horrifiques revues à la sauce Simpson. La première pastille, L'Homme Homega, se présente comme une classique histoire post-apocalyptique. Furieux d'avoir été insultés par le Maire Quimby, les Français lancent une bombe à neutrons sur Springfield, pile au moment où Homer visite un abri anti-atomique. Seul survivant – du moins le croit-il –, le papa de Maggie va s'amuser en ville avant de tomber sur un groupe de mutants, dans une gigantesque parodie du film Le Survivant de 1971, lui-même adapté du roman Je Suis une Légende.
Vient ensuite une nouvelle relecture d'un film de science-fiction horrifique et, cette fois, c'est le cultissime La Mouche qui est détourné par la série. Après avoir acheté au Professeur Frink un téléporteur de matière, Homer s'en sert pour être encore plus fainéant que d'habitude. Mais Bart veut lui aussi s'amuser avec le nouveau jouet de son père... Il n'avait malheureusement pas envisagé qu'une mouche s'inviterait dans son petit voyage moléculaire ; le petit garçon fusionne malencontreusement avec l'insecte !
Dans le dernier segment, en pleine chasse aux sorcières, Marge se révèle être une pratiquante des arts occultes en compagnie de Patty et Selma. Ensemble, les trois sœurs vont partir à la recherche d'enfants à dévorer, dans une histoire qui rappelle furieusement Hocus Pocus - Les Trois Sorcières.

Même si plusieurs des artistes travaillant sur la série ont déjà exprimé publiquement leur dédain pour ce genre d'épisodes, cela n'empêche pas l'apparition d'un nouveau clip show au sein de cette neuvième saison : Simpsonnerie Chantante. À première vue, un tel épisode n'a rien de passionnant pour le téléspectateur, à qui la série propose de revisionner une sélection d'extraits déjà diffusés et péniblement joints ensemble par de petites saynètes. David Mirkin, l'un des farouches opposants à la pratique du clip show (qui permet pourtant d'économiser du temps et de l'argent), se retrouve néanmoins à produire cet épisode et, curieusement, l'artiste a développé une certaine tendresse pour lui. Mais quitte à faire un clip show, les artistes ont tout de même voulu se faire plaisir en brisant le quatrième mur de façon très méta, dans un épisode qui fait la part belle aux meilleurs morceaux musicaux de la série. Homer, qui déteste chanter, s'exclame ainsi à la fin de l'épisode qu'il y a « des choses plus embêtantes que les comédies musicales où tout le monde chante », juste avant que sa famille ne le rejoigne pour pousser la chansonnette en chœur : « Y'a une chose bien pire qu'il faut qu'on nous pardonne, c'est l'épisode chanté de la famille Simpson ». Plus amusant encore, une banderole tombe du plafond, indiquant qu'il s'agit ici du « The Simpsons Clip Show #4 », suivi du code de production de l'épisode, à savoir « 5F24 » ! Simpsonnerie Chantante reste malgré tout un incontournable des amoureux du doublage français, puisque plusieurs des chansons tirées des saisons précédentes ont bénéficié d'un (re)doublage. La mythique chanson See my Vest de M. Burns (Une Portée qui Rapporte, Saison 6, épisode 20) qui parodie Be Our Guest/C'Est la Fête (La Belle et la Bête), a par exemple été traduite et titrée Admirez mon Gilet dans la langue de Molière.

Comme toujours dans Les Simpson, l'humour potache vient soutenir des discussions beaucoup plus sérieuses dans de nombreux épisodes. Le Papa Flingueur est de ceux-là, avec une intrigue entièrement centrée sur les armes à feu. Seulement voilà, dans l'équipe des (Les) Simpson, deux visions de la question s'opposent. En conséquence, les scénaristes ont dû réaliser un véritable travail d'équilibriste, en refusant de prendre parti entre le camp des pro-armes et ceux qui y sont radicalement opposés.
Bien décidé à obtenir une arme pour défendre sa famille, Homer se rend au Bloodbath & Beyond Gun Shop, dont le nom ridiculise allégrement l'enseigne Bed, Bath and Beyond, une chaîne de magasins d'aménagement et de décoration. Dans la petite boutique où est épinglé un drapeau confédéré, un symbole controversé qui fait la fierté de nombreux habitants des États du Sud mais aussi des suprémacistes blancs, le vendeur propose à Homer une ribambelle d'armes à feu, du petit pistolet aux plus gros calibres destructeurs. Classé comme « potentiellement dangereux », ce qui le limite à trois armes de poing seulement, Homer peut enfin acheter son revolver et rentrer à la maison, pour faire face à une Marge horrifiée. Finalement, si ces premières scènes dépeignent les armes à feu de façon plutôt négative, les séquences suivantes, qui montrent que plusieurs habitants de Springfield sont eux aussi armés et conscients de leurs responsabilités, viennent diluer le message initial pour apporter un argumentaire plus contrasté sur la question, comme le voulaient les scénaristes. Dans tous les cas, la morale de l'épisode selon Mike Scully lui-même, c'est qu' « un homme comme Homer ne devrait pas posséder d'armes à feu ».

Le thème de l'écologie et plus spécifiquement le traitement des ordures ménagères est lui aussi abordé dans Vive les Éboueurs !, avec cette fois-ci un message politique davantage affirmé. Devenu le garant de la propreté de Springfield, Homer gère très mal le budget annuel accordé à son service, ce qui le pousse à accueillir les poubelles des villes voisines en échange de monnaie sonnante et trébuchante. Les souterrains de Springfield sont bientôt bourrés à craquer d'ordures si bien que des immondices se déversent dans les rues, poussant les habitants à déménager la ville à quelques kilomètres d'ici, en laissant sur place cette catastrophe écologique qui aurait pu être évitée. L'épisode s'achève par un plan sur un Natif Américain versant une seule larme plus évocatrice que mille discours.

La religion, un sujet fréquemment détourné par la série, est également au cœur de deux épisodes. Les Ailes du Délire, d'abord, oppose les habitants de Springfield à Lisa dans un duel idéologique très efficace : la science face à la religion. Après avoir déterré ce qui semble être un squelette d'ange fossilisé sur un site de construction, Lisa tente de trouver une explication rationnelle à ce phénomène, pendant que de leur côté, tous les habitants voient leur foi se raviver. Au final, et si la religion, l'existentialisme et la science sont des sujets centraux de l'épisode, Les Ailes du Délire en profite également pour tacler le consumérisme et le capitalisme, que ce soit à travers la monétisation du fossile par Homer ou l'ouverture d'un nouveau centre commercial qui enchante les crédules habitants de la ville. L'histoire permet surtout d'assister au subtil rapprochement qui s'opère entre Lisa la sceptique et la pieuse Marge, qui trouvent un moyen de se comprendre malgré des croyances différentes.
Un Coup de Pied aux Cultes en remet une couche quelques épisodes plus loin, en axant son scénario autour de la secte des Mouvementariens, dans laquelle les habitants se laissent embrigader. Féroce critique de ces systèmes déshumanisants qui privent de liberté les personnes fragiles, l'épisode a une résonance toute particulière durant sa conception, puisque trente-huit adeptes de la secte Heaven's Gate et leur gourou, qui croient en la venue d'une soucoupe volante leur permettant d'accéder à la béatitude, se donnent la mort dans un suicide collectif en mars 1997.

D'autre part, et même si bien d'autres sujets sont abordés au cours de la saison, mention doit être faite du traitement de la communauté LGBT+ et des problémes que celle-ci rencontre. L'aberrante loi « Don't Ask, Don't Tell », qui interdisait de parler de l'orientation sexuelle des personnes engagées dans l'armée, est pour exemple au cœur d'un dialogue à mourir de rire dans Un Homer à la Mer. Pour s'enrôler dans la Marine, Homer doit remplir un formulaire dont l'une des questions est barrée ; pendant que le benêt papa de Bart tente de la lire quand même, l'employé panique, s'exclamant qu'il pourrait aller en prison s'il entendait la réponse. Un peu plus loin dans l'épisode, les Village People apparaissent sur le toit d'un sous-marin au son de leur tube In the Navy pendant qu'à leurs côtés, un Smithers habité par le démon du disco se déhanche. L'association de l'employé de M. Burns et du groupe, véritable icône des mouvements LGBT+, est non seulement très drôle, mais elle continue surtout d'affirmer l'homosexualité du personnage, son orientation sexuelle se solidifiant de saison en saison. Quelques épisodes plus tôt dans Les Ailes du Délire, Smithers embrasse d'ailleurs son patron sur la bouche, dans un ultime acte d'amour désespéré juste avant que n'advienne la fin du monde !

Les Simpson aborde sans détour l'actualité, mais elle ne se prive pas non plus de tacler la culture populaire avec des références à foison, et The Walt Disney Company se retrouve de façon récurrente dans la ligne de mire de la série. La référence la plus importante à un film produit par Disney cette saison est à retrouver dans Un Homer à la Mer, ou Simpson Tide en version originale, qui parodie le film USS Alabama (Crimson Tide en V.O). Réalisé par Tony Scott et produit par Hollywood Pictures en 1995, le film inspire considérablement le scénario d'Un Homer à la Mer, au point que l'équipe scénaristique repense entièrement le script de l'épisode pour y incorporer des références à l'escalade politique entre les États-Unis et la Russie. Clin d'œil beaucoup plus discret à une œuvre disneyenne, Sherri Mackleberry, échouée avec ses camarades de classe sur une île déserte (Les Petits Sauvages), explore les environs vêtue d'un soutien-gorge fait de coquillages violets identique à celui que porte Ariel dans La Petite Sirène.
Distribué par Disney à l'international, Air Force One voit lui aussi l'une de ses scènes singées, cette fois dans Pour l'Amour de Moe. Dans le film que regarde Homer, un chimpanzé reproduit le saut dans le vide d'Harrison Ford alors que son avion est torpillé en plein vol. La référence la plus claire et la plus hilarante se retrouve cependant dans Un Coup de Pied aux Cultes. Face à la montée en puissance de la secte Mouvementarienne, M. Burns veut lui aussi créer une religion capable de fédérer les Springfieldiens ; le vieux pingre griffonne donc, entre autres emblèmes possibles pour son nouveau culte, des oreilles de Mickey !

Du côté des futures licences détenues par Disney, cette Saison 9 se fait plaisir en piochant notamment dans le catalogue de 20th Century Studios. Dès le premier épisode, Homer Contre New York, le paternel s'inspire du bourru John McClane et de sa course en voiture à travers Central Park dans Une Journée en Enfer - Die Hard 3. La saga La Planète des Singes est également mise à l'honneur durant toute la saison ; les accents musicaux de la bande originale du film de 1968 se faisant entendre à plusieurs reprises, notamment dans Le Papa Flingueur puis dans Les Ailes du Délire, lorsque les habitants de la ville se battent entre eux puis lorsqu'ils détruisent le musée, symbole de la science opposée à la sacro-sainte foi. Une autre référence, visuelle cette fois, au film porté par Charlon Heston est à retrouver dans l'introduction d'Un Homer à la Mer, lorsque Homer rêve qu'il est sur la Planète des Donuts et qu'il est poursuivi en justice, dans une scène similaire à celle dépeinte dans La Planète des Singes.

Enfin, Lucasfilm Ltd. n'est pas en reste, puisque deux références à Indiana Jones et les Aventuriers de l'Arche Perdue attendent les téléspectateurs amoureux de la saga de l'homme au fouet. La première, dans Les Ailes du Délire, reprend une séquence en silhouette des travailleurs creusant dans le désert. La seconde, plus explicite, parodie dans Les Petits Sauvages la scène durant laquelle Satipo refuse de renvoyer son fouet à Indy pour traverser un précipice, en mettant toutefois un Milhouse très pressé dans le rôle du vil traître. Enfin, que serait Les Simpson sans une petite référence bien sentie à l'univers Star Wars ? Dans La Dernière Tentation de Krusty, le clown se rend ainsi dans un petit café appelé Java the Hut.

Dans la catégorie « Les Simpson prédit le futur », deux épisodes se démarquent tristement cette saison. En visite à New York pour y récupérer sa voiture immobilisée au pied des tours jumelles du World Trade Center, Homer assiste à une brouille entre deux occupants des gratte-ciel. L'un lance alors à Homer : « They stick all the jerks in Tower One » ou « Ils collent tous les demeurés dans la Tour numéro 1 » en français, une ligne de dialogue qui laissera un goût amer au producteur exécutif Bill Oakley quelques années plus tard. Diffusé quatre ans avant les attentats terroristes du 11 septembre 2001, l'épisode a ensuite disparu des rediffusions en syndication, par respect pour les victimes ayant perdu la vie ce jour-là. Lorsque l'épisode fait son retour sur les ondes, plusieurs passages sont parfois censurés au gré des chaînes, dont la fameuse réplique qui a chagriné Bill Oakley ; depuis quelques années maintenant, Homer Contre New York est de nouveau diffusé dans son entièreté. Les plus attentifs ont également pointé qu'ironiquement, la brochure que brandit Lisa, qui fait la publicité d'un trajet en bus à seulement neuf dollars, montre également les deux tours en arrière-plan, rappelant le nombre onze, l'ensemble évoquant de manière bien involontaire la tragique date.

Un Homer à la Mer est lui aussi revenu sur le devant de la scène dans un contexte beaucoup plus récent. Alors que le gouvernement américain est persuadé qu'Homer a détourné un sous-marin nucléaire, l'accusant au passage de trahison, la Russie révèle que l'Union soviétique n'a jamais disparu. En 2014, lors de l'annexion de la Crimée par la Russie, l'épisode fait déjà parler de lui, mais c'est surtout en 2022 qu'Un Homer à la Mer est réanalysé à la lumière de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Sans tomber dans les théories du complot, plusieurs commentateurs remarquent que l'épisode prédisait déjà la volonté russe de reformer un bloc soviétique dominateur. Interrogé à ce sujet par The Hollywood Reporter en février 2022, c'est un Al Jean attristé qui se confie : « Il y a un genre de prédictions, celles où l'on fait référence à quelque chose qui s'est déjà produit et qui se reproduira – nous espérons que cela ne sera pas le cas, mais malheureusement, cela se reproduit ». Sur ses réseaux sociaux, le producteur renchérit d'ailleurs, en indiquant que ce n'était « pas difficile à prédire ».

La Saison 9 des (Les) Simpson est diffusée sur Fox du 21 septembre 1997 au 17 mai 1998, avec en moyenne 15,3 millions de fidèles rassemblés chaque semaine devant leur poste de télévision. Un véritable succès donc, pour une série qui n'en finit pas de faire rire les Étasuniens qui en redemandent, et ce malgré des premières critiques qui commencent à poindre, accusant Les Simpson d'avoir perdu de sa superbe. En France, c'est à nouveau Canal+ qui se charge de diffuser la série, avec une programmation étalée entre le 5 septembre 1998 et le 20 février 1999. Pour l'occasion, la chaîne s'arrange un peu avec l'ordre de diffusion des épisodes, de telle sorte que Simpson Horror Show VIII est diffusé le 31 octobre 1998, et Noël Mortel, le 26 décembre de la même année.
Nommée cinq fois aux Emmy Awards, la Saison 9 remporte trois statuettes. Le travail d'Hank Azaria est ainsi récompensé pour sa prestation vocale derrière le personnage d'Apu, quant à Alf Clausen et Ken Keeler, ils repartent avec un prix saluant leur travail sur la musique et les paroles du numéro musical You're Checkin' In (Homer Contre New York). La plus belle récompense reste cependant le prix du meilleur programme animé, remis pour l'épisode Vive les Éboueurs ! ; une bien belle façon de fêter le deux-centième épisode de la série et son message écologiste.

Sans atteindre la maestria des deux précédentes, la Saison 9 des (Les) Simpson se laisse suivre avec un plaisir toujours intact. Première saison de la controversée ère Scully, ce nouveau chapitre dans l'histoire des (Les) Simpson peut se targuer de trouver parfaitement sa place au sein de la série. Tout y est : de l'humour à foison, beaucoup d'émotion et des réflexions sociétales à la pelle, sans oublier les emblématiques parodies de la culture populaire qui font partie de l'ADN de la série depuis presque dix ans maintenant. La Saison 9 mérite amplement d'être revue et reconsidérée à sa juste valeur.

Les personnages

Aller en bas de la liste ▼
1989
Télévision
1989
Télévision
1990
Télévision
1990
Télévision
1990
Télévision
1990
Télévision
1990
Télévision
1990
Télévision
1990
Télévision
1991
Télévision
1991
Télévision
1991
Télévision
1992
Télévision
1992
Télévision
1995
Télévision
1996
Télévision
1997
Télévision
1997
Télévision
1997
Télévision
2003
Télévision
▲ haut de la liste ▲
▲ haut de la liste ▲
▲ haut de la liste ▲
Retour en haut de la liste ▲

Poursuivre la visite

1999 • 2023

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site de fans, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.