Chronique Disney

Donald Duck

Un peu d’histoire...

Donald, de son vrai nom Donald Fauntleroy Duck, doit sa naissance, en 1934, à un simple mais heureux hasard ! La fabuleuse carrière du canard le plus populaire au monde est, en effet, due à une voix, aujourd'hui universellement connue. Clarence Nash a, il est vrai, contribué par ses intonations exceptionnelles, à l'explosion médiatique de Donald.
En 1930, le jeune homme, fraichement arrivé à Los Angeles, participe à une émission de radio, The Merry Makers, dans laquelle il imite des cris d'animaux pour une publicité d'une entreprise laitière. Alors que sa carrière semble s'engager dans le doublage et l'imitation, il se crée une petite notoriété en devenant, auprès du jeune public, "Clarence, l'homme au sifflet d'oiseau déambulant dans un camion de lait itinérant". Ayant entendu que les studios Disney produisaient des cartoons mettant en scène des animaux, il tente un beau jour sa chance et dépose une candidature spontanée. Invité à passer une audition, il se présente en grande forme et se lance dans une série d'imitations animales plus loufoques les unes que les autres. Alors qu'il est en train de singer une famille de canards, le directeur du casting appuie malicieusement sur l'interphone reliant le studio des auditions à la pièce dans laquelle se trouve Walt Disney. Le papa de Mickey tombe littéralement sous le charme et s'écrit d'un légendaire "Je crois que nous avons trouver notre canard". L'embauche du jeune homme est vite scellée. Clarence Nash se voit aussitôt confié la voix d'un canard irascible dans la Silly Symphonies, The Wise Little Hen : Donald. Il l'incarnera jusqu'à sa mort en 1985 !

Le personnage du canard est ensuite réutilisé dans le Mickey en noir et blanc, The Orphan's Benefit. Ce cartoon constitue véritablement le début de la carrière de Donald. Le public tombe, alors, complètement sous le charme. Succès aidant, il intègre de façon durable la bande à Mickey Mouse pour, consécration suprême, voler de ses propres ailes et commencer à apparaître en solo. Il obtient finalement sa propre série dès 1937. Mickey étant devenu trop "propre sur lui", les scénaristes usent et abusent, avec délice, du mauvais caractère de Donald, source inépuisable de gags. Véritable planche de salut, les studios Disney s'engouffrent dans le filon au point même de menacer la Star aux grandes oreilles. La popularité de Donald va, en effet, très vite dépasser celle de Mickey. Deux preuves pour s'en convaincre : la série Donald Duck compte finalement 128 cartoons, constituant ainsi la plus longue de toutes les séries des studios Disney jamais produite tandis que Donald est le personnage de Disney qui apparaît dans le plus grand nombre de longs-métrages !

Donald poursuit, parallèlement au cinéma, une autre carrière fulgurante dans la bande dessinée. Ses aventures sur papier glacé contribuent d'ailleurs énormément à son succès, alimentant sa popularité dans toutes les couches de la société. Le neuvième art présente l'avantage non négligeable de développer l'épaisseur du personnage, lui offrant un entourage plus élaboré. Si les neveux de Donald (Riri, Fifi et Loulou) sont d'abord apparus en bande dessinée avant d'arriver très peu de temps après au cinéma dans le cartoon Donald's Nephews en 1938, Daisy connait, elle, le parcours inverse. Apparue d'abord sur grand écran, sous le nom de Donna, dans le cartoon Don Donald en 1937, elle prend toute sa consistance dans les albums papier. Dans le même ordre d'idée, le personnage de Gus, cousin de Donald fait une unique apparition au cinéma, en 1939, dans le cartoon Donald's Cousin Gus, pour mieux revenir, quelques années plus tard, en bande dessinée, en tant que cousin vivant à la ferme avec Grand-mère Donald. Au fil des années, la famille de Donald s'agrandit en B.D. avec des personnages devenus fameux comme Gontran, le cousin chanceux, Popop, le cousin maladroit, Picsou, l'oncle pingre ou encore l'inventeur Géo Trouvetou...

En 1941, Donald est la star incontournable des studios Disney. Mickey est lui cantonné au seul, mais très exposé, rôle d'ambassadeur de la compagnie et ne tourne presque plus. Deux films annoncent alors l'évolution de la carrière de l'irascible canard. Le cartoon, The Volunteer Worker, est tout d'abord, un court-métrage caritatif où Donald lance aux gens des appels aux dons. Le Dragon Récalcitrant est, lui, un film, où, dans une courte apparition, il explique la technique du mouvement dans l'animation. Il est désormais assez populaire pour porter à bout de bras aussi bien des films de propagande que des longs-métrages d'animation...

En 1942, Donald est véritablement au sommet de sa carrière. Il est devenu le nouvel ambassadeur des studios Disney. Mickey, véritable icône, est, lui, désormais enfermé dans un strict rôle de représentation de la Compagnie : toutes irrévérences lui sont strictement interdites. Très logiquement, c'est à Donald que revient la délicate mission de participer à l'effort de guerre.

Au début des années 40, alors que l'Europe s'enfonce irrémédiablement dans la guerre, les Etats-Unis ne sont, eux, que très légèrement impliqués même si de sombres nuages s'amoncèlent à l'horizon. Le Président américain, Franklin D. Roosevelt, s'inquiète, il est vrai, de l'influence grandissante de l'Allemagne nazie sur ses voisins d'Amérique du Sud. Il semble, avec le recul, vouloir déjà préparer le peuple américain à entrer dans le conflit. Son gouvernement demande d'ailleurs, très vite, à Walt Disney de se préparer à participer à l'effort de guerre en défendant, en interne et en externe, les valeurs américaines. Ce dernier met, ainsi, à profit un voyage en Amérique Latine pour rencontrer des artistes et capter, avec son équipe, l'ambiance des pays visités. Walt Disney s'implique, d'ailleurs, bien volontiers, dans ce projet, tout bousculé qu'il est alors par une grève, extrêmement dure, qui frappe ses studios. Le 17 août 1941, il s'envole donc, non seulement avec ses propres collaborateurs mais aussi avec des représentants du gouvernement américain, pour l'Argentine, le Chili et le Brésil. Deux films d'animation, mettant en vedette la star des studios de l'époque, Donald, germeront de ce voyage : Saludos Amigos (1943) et Les Trois Caballeros (1945). Pour la petite histoire, devant le succès rencontré par ses productions, Walt Disney n'aura même pas à demander à son gouvernement des compensations financières pour leur réalisation : chacun de ses films sera, en effet, un succès auprès du public américain, de chaque côté du Rio Grande !

Le 7 décembre 1941, l'attaque de Pearl Harbor par les forces japonaises change la donne et pousse les Etats-Unis à entrer officiellement en guerre. Les studios Disney sont immédiatement réquisitionnés : il leurs est demandé de réaliser des productions de propagande militaire ou éducative pour les différents ministères américains. Walt Disney impose, à son gouvernement, Donald en tant que messager des discours officiels, pensant, à juste titre, que les spectateurs se retrouveraient plus dans ce canard irascible que dans n'importe quel autre personnage de la galaxie Disney.

Donald délivre ainsi la bonne parole au peuple américain dans trois courts-métrages (Donald's Decision, The New Spirit et The Spirit of '43) tous initiés par le gouvernement fédéral. The New Spirit est, par exemple, une commande du Département Américain du Trésor distribuée par le "War Activities Commitee" de l'industrie cinématographique américaine. Donald Duck y démontre l'intérêt pour la nation de voir ses citoyens payer leurs impôts en temps et en heure... Walt Disney a, pour lui, imposé, contre l'avis du secrétaire du Trésor, son canard irascible. Bien lui en a pris : non seulement, le court-métrage fut nominé pour l'Oscar du Meilleur Documentaire mais son impact fut tel que les rentrées fiscales dépassèrent de loin toutes les espérances !
Sûr de leur qualité, le papa de Mickey ne se contente pas du circuit administratif de distribution pour ses cartoons de propagande. Il décide, en effet, d'en proposer certains de manière officielle via son réseau habituel, celui de R.K.O Pictures. Un total de huit court-métrages est ainsi présenté dont le succulent Der Fuehrer's Face, une critique féroce du régime nazi, politiquement incorrect et terriblement efficace. Ce cartoon reste aujourd'hui le seul dans la carrière de Donald à être auréolé de l'Oscar du Meilleur Court-Métrage.

L'artiste Carl Barks est très impliqué dans la carrière de Donald dans les années de guerre et d'après guerre, tant pour les scénarii des cartoons que pour la bande dessinée. Embauché par Walt Disney en 1935 comme simple assistant, il travaille, vite, sur différents courts-métrages d'animation en qualité de scénariste. Il signe notamment avec bonheur le très inspiré The Vanishing Private. En 1942, il se voit chargé de réaliser une bande dessinée basée sur le scénario, envisagé un temps pour un long-métrage, de Donald Duck Finds Pirates Gold. Carl Barks ne quittera dès lors plus l'univers de la BD. Il fait carrière dans le neuvième art et y crée de véritables petits bijoux, jusqu'à sa retraite en 1966. Donald va, grâce à lui, vivre des aventures mémorables en bande dessinée, développant sa personnalité et son environnement comme rarement un personnage Disney a pu le faire avant lui. Le palmipède malchanceux évolue ainsi dans un monde taillé sur mesure, riche de plusieurs membres de famille, passés pour la plupart à la postérité. Balthazar Picsou, qui apparaît pour la première fois dans Christmas on Bear Mountain en 1947, est sans aucun doute le plus réputé. Suivent le cousin chanceux de Donald : Gontran Bonheur (1948), les voleurs frères Rapetou (1951), l'inventeur Géo Trouvetou (1952), le machiavélique Gripsou (1956), la sorcière Miss Tick (1961). Ces personnages sont tellement inscrits dans l'inconscient collectif qu'ils inspirent des grands du cinéma, notamment Steven Spielberg, pour la scène de la boule de pierre dans Les Aventuriers de l'Arche Perdue.

Alors que Carl Barks s'occupe de la carrière de Donald en bande dessinée, Jack Hannah se charge lui du média cinéma. Embauché aux studios Disney en 1933 en tant qu'intervalliste d'animation sur les séries Mickey Mouse, Silly Symphonies et Donald Duck, il réalise sa première animation pour Gulliver Mickey en 1934. En 1939, il est promu scénariste et travaille en étroite collaboration avec Carl Barks. C'est en 1943 qu'il devient le réalisateur attitré de Donald Duck. Il va ainsi introduire de nombreux acolytes auprès du canard, rendant ses cartoons tout simplement mémorables. Dans les années cinquante, il se charge de quatorze émissions pour la télévision mettant ainsi en vedette Donald Duck pour le show Disneyland. Il quitte le studio en 1959. Jack Hannah est assurément le réalisateur qui offre au célèbre canard de Disney son plus grand nombre de cartoons incontournables. Pas moins de 65 court-métrages s'affichent, au total, à son compteur. Huit sont nominés aux Oscars et notamment, Donald et les Fourmis (1948), Donald et son Arbre de Noël (1949), et No Hunting (1955).

Donald ne serait pas Donald s'il n'affrontait pas des adversaires aptes à le faire sortir de ses gongs. A ce jeu là, les plus petits sont souvent, pour ne pas dire toujours, les meilleurs. Le coléoptère Bootle Beetle est à l'évidence un cas d'école. Bénéficiant de la voix de Dink Trout, ce petit insecte doit, en effet, son nom au réalisateur Jack Hannah dont l'épouse possédait un cheval dénommé "Beetle Bootle". Le mari inverse les deux mots et baptise ainsi son nouveau personnage. Bootle Beetle apparait donc en 1947 dans Booble Beetle puis dans trois autres cartoons : Sea Salts (1949), The Greener Yard (1949) et Morris, the Midget Moose (1950). Sa carrière ne décolle pas vraiment, sans doute par un trop fort manque de personnalité. Il reste à jamais un second rôle, faire-valoir idéal de Donald.

Un autre insecte devient la bête noire de Donald. Une abeille, au patronyme fluctuant (Spike ou Buzz-Buzz) malmène, en effet, avec délice, le canard. Jack Hannah justifie alors le choix de cet insecte par ses capacités toonesques. Tantôt attachante, tantôt menaçante, émettant un son reconnaissable entre mille, dénuée de parole, l'abeille apparait, il est vrai, vite comme un personnage de pantomime idéal. Elle est à l'affiche de sept cartoons dont six avec Donald, sa première intervention remontant à 1948 dans Inferior Decorator. Comme Bootle Beetle, elle rate la postérité...

Tic & Tac apparaissent eux en 1943 dans le court-métrage animé Private Pluto où ils empêchent le chien de Mickey d'accomplir son devoir de soldat. Ils ne disposent alors, ni de leur nom définitif, ni de leur faire-valoir attitré, Donald. Ce n'est, en effet, que trois ans plus tard, dans le cartoon de 1947, Chip an' Dale (Donald chez les écureuils en français), que Tic & Tac fixent leur identité et rencontrent leur "adversaire de toujours" avec lequel ils signent leurs plus beaux exploits. A la différence des neveux de Donald, qui ont tous le même caractère, Tic & Tac ont deux personnalités bien différentes. Si Tic (Chip) est le chef du duo, sérieux et réfléchi tout en ayant beaucoup d'humour, Tac (Dale), lui, est le clown de service, pas très futé. Cette différence de portrait est bien sûr prétexte à de nombreux gags, tous plus succulents les uns que les autres... Succès aidant, ces deux petits et espiègles personnages ont finalement accès à leur propre minisérie composée de seulement trois cartoons : Drôles de poussins en 1951, Tic & Tac séducteurs en 1952 et Tic & Tac au Far-West en 1954.

Humphrey, l'ours pataud, est un de ces personnages qui, s'il n'est apparu que dans un faible nombre de cartoons (seulement six au total !), a réussi, malgré tout, à se faire un nom dans la galaxie Disney. Sa popularité est d'ailleurs telle qu'il est parvenu à obtenir une minisérie - certes limitée à seulement deux épisodes. Comme ses acolytes écureuils, Tic & Tac, il sert d'adversaire idéal au canard irascible, Donald, qui, pour l'occasion, se voit associé au personnage du Ranger J.Audubon Woodlore, symbole de l'autorité tranquille. Les exploits de ce trio improbable font les beaux jours de Grin and Bear it en 1954 et Beezy Bear en 1955. Rugged Bear en 1953 et Bearly Asleep en 1955, ne voient eux que l'affrontement d'Humphrey avec Donald tandis que Hooked Bear et In the bag en 1956 (les cartoons constitutifs de sa minisérie) offrent eux la vedette au Ranger J.Audubon Woodlore.

Au milieu des années 50, la carrière cinématographique de Donald tire à sa fin. Pour autant, le canard va encore se faire remarqué dans une activité qu'il n'avait plus eu depuis la deuxième guerre mondiale : "passeur de message". Walt Disney conserve toutefois toujours la volonté de produire du divertissement à valeur ajoutée. Il entend continuer ainsi une mission culturelle et éducative sans pour autant la revendiquer. Le meilleur exemple de cette politique artistique ambitieuse est assurément le cartoon, Donald au pays des Mathémagiques, sorti en 1959. Entraîné par sa curiosité légendaire, le canard irascible s'aventure, en effet, dans un mystérieux monde imaginaire où les arbres ont des racines carrées et les rivières débordent de chiffres. Ce classique de Donald, nominé pour l'Oscar du meilleur court-métrage documentaire, est d'abord diffusé en première partie de Darby O'Gill et les Farfadets. Deux ans plus tard, il a le privilège d'être introduit par Ludwig Von Drake (Donald Dingue) dans l'épisode d'inauguration (An Adventure in Color / Mathmagic Land) de l'ancien show Disneyland, rebaptisé Walt Disney's Wonderful World of Color et désormais diffusé en couleur sur la chaîne NBC. Donald au Pays des Mathémagiques est mis rapidement à la disposition des écoles et devient vite le plus populaire des films éducatifs jamais produits par Disney. Le papa de Mickey aime à en résumer l'incroyable impact en expliquant : "Le dessin animé est un bon moyen de stimuler l'intérêt (...) Nous avons ainsi pu expliqué les mathématiques tout en intéressant le public".

Après son dernier cartoon The Litterbug en 1961 et deux cartoons éducatifs Steel And America en 1965 et Donald's Fire Survival Plan en 1966, Donald revient au cinéma quatre fois. Il fait partie du casting des moyens métrages Le Noël de Mickey (1983) et Le Prince et le Pauvre (1990) et signe également une courte apparition dans le long-métrage Qui veut la Peau de Roger Rabbit. Mais son véritable come-back est sans aucun doute sa prestation dans le long-métrage Fantasia 2000 où il est la vedette de la séquence Pomp and Circumstances. Il y interprète avec bonheur l'apprenti de Noé.

Donald est un personnage incontournable de la galaxie de Disney. Si Mickey est plébiscité par les enfants, Donald est, lui, un personnage foncièrement adulte. Son caractère, sa mauvaise humeur, son envie d'embêter plus petits que soit, sa capacité à se mettre dans les pires ennuis font s'identifier en lui des millions de spectateurs à travers la planète. Son succès ne s'est dès lors jamais démenti...

128 cartoons sont ici listés, 36 sont analysés.

Liste des cartoons

001
Donald et Pluto
Animation 2D
1936
Cinéma
Animation 2D
1937
Cinéma
003
Inventions Modernes
Animation 2D
1937
Cinéma
Animation 2D
1937
Cinéma
005
Le Sang-Froid de Donald
Animation 2D
1938
Cinéma
Animation 2D
1938
Cinéma
Animation 2D
1938
Cinéma
008
Trappeurs Arctiques
Animation 2D
1938
Cinéma
009
Bons Scouts
Animation 2D
1938
Cinéma
010
La Chasse au Renard
Animation 2D
1938
Cinéma
Animation 2D
1938
Cinéma
Animation 2D
1939
Cinéma
Animation 2D
1939
Cinéma
Animation 2D
1939
Cinéma
Animation 2D
1939
Cinéma
Animation 2D
1939
Cinéma
Animation 2D
1939
Cinéma
Animation 2D
1939
Cinéma
Animation 2D
1939
Cinéma
Animation 2D
1940
Cinéma
Animation 2D
1940
Cinéma
Animation 2D
1940
Cinéma
Animation 2D
1940
Cinéma
Animation 2D
1940
Cinéma
Animation 2D
1940
Cinéma
Animation 2D
1940
Cinéma
Animation 2D
1940
Cinéma
Animation 2D
1941
Cinéma
Animation 2D
1941
Cinéma
Animation 2D
1941
Cinéma
Animation 2D
1941
Cinéma
Animation 2D
1941
Cinéma
Animation 2D
1941
Cinéma
Animation 2D
1941
Cinéma
Animation 2D
1941
Cinéma
Animation 2D
1942
Cinéma
Animation 2D
1942
Cinéma
Animation 2D
1942
Cinéma
Animation 2D
1942
Cinéma
Animation 2D
1942
Cinéma
Animation 2D
1942
Cinéma
Animation 2D
1942
Cinéma
Animation 2D
1942
Cinéma
Animation 2D
1943
Cinéma
Animation 2D
1943
Cinéma
Animation 2D
1943
Cinéma
Animation 2D
1943
Cinéma
Animation 2D
1943
Cinéma
049
A l'Attaque !
Animation 2D
1943
Cinéma
Animation 2D
1944
Cinéma
Animation 2D
1944
Cinéma
Animation 2D
1944
Cinéma
053
Commando Duck
Animation 2D
1944
Cinéma
Animation 2D
1944
Cinéma
Animation 2D
1944
Cinéma
Animation 2D
1945
Cinéma
Animation 2D
1945
Cinéma
Animation 2D
1945
Cinéma
Animation 2D
1945
Cinéma
Animation 2D
1945
Cinéma
Animation 2D
1945
Cinéma
Animation 2D
1945
Cinéma
063
Donald et son Double
Animation 2D
1946
Cinéma
Animation 2D
1946
Cinéma
Animation 2D
1946
Cinéma
066
Donald, Gardien de Phare
Animation 2D
1946
Cinéma
Animation 2D
1946
Cinéma
Animation 2D
1947
Cinéma
Animation 2D
1947
Cinéma
Animation 2D
1947
Cinéma
Animation 2D
1947
Cinéma
Animation 2D
1947
Cinéma
Animation 2D
1947
Cinéma
Animation 2D
1947
Cinéma
Animation 2D
1947
Cinéma
Animation 2D
1948
Cinéma
Animation 2D
1948
Cinéma
Animation 2D
1948
Cinéma
Animation 2D
1948
Cinéma
Animation 2D
1948
Cinéma
Animation 2D
1948
Cinéma
Animation 2D
1948
Cinéma
Animation 2D
1948
Cinéma
Animation 2D
1949
Cinéma
Animation 2D
1949
Cinéma
Animation 2D
1949
Cinéma
Animation 2D
1949
Cinéma
Animation 2D
1949
Cinéma
Animation 2D
1949
Cinéma
Animation 2D
1949
Cinéma
Animation 2D
1949
Cinéma
Animation 2D
1950
Cinéma
Animation 2D
1950
Cinéma
Animation 2D
1950
Cinéma
Animation 2D
1950
Cinéma
Animation 2D
1950
Cinéma
Animation 2D
1950
Cinéma
Animation 2D
1951
Cinéma
Animation 2D
1951
Cinéma
100
Donald Pilote d'Essai
Animation 2D
1951
Cinéma
Animation 2D
1951
Cinéma
Animation 2D
1951
Cinéma
Animation 2D
1951
Cinéma
Animation 2D
1952
Cinéma
Animation 2D
1952
Cinéma
Animation 2D
1952
Cinéma
Animation 2D
1952
Cinéma
Animation 2D
1953
Cinéma
Animation 2D
1953
Cinéma
Animation 2D
1953
Cinéma
Animation 2D • Disney Digital 3-D
1953
Cinéma
Animation 2D
1953
Cinéma
Animation 2D
1954
Cinéma
Animation 2D
1954
Cinéma
Animation 2D
1954
Cinéma
Animation 2D
1954
Cinéma
Animation 2D
1954
Cinéma
Animation 2D • Cinémascope
1954
Cinéma
Animation 2D • Cinémascope
1955
Cinéma
Animation 2D • Cinémascope
1955
Cinéma
Animation 2D • Cinémascope
1955
Cinéma
Animation 2D
1955
Cinéma
Animation 2D • Cinémascope
1956
Cinéma
Animation 2D • Cinémascope
1956
Cinéma
Animation 2D / Film "Live"
1959
Cinéma
Animation 2D
1959
Cinéma
Animation 2D / Film "Live"
1961
Cinéma
Animation 2D / Film "Live"
1961
Cinéma
Chronique Disney Chronique Disney