Fil Info

Voici les dernières actualités de The Walt Disney Company.

Voici les dépêches d’actualité brûlante concernant tous les pans de l’activité de The Walt Disney Company.

Fil Info

Tout ce qu’il faut savoir sur Disney, à l’instant T, résumé en quelques lignes, complété si besoin de liens vers des articles et dossiers pour approfondir les sujets abordés !

Les dernières actualités

▼ Aller en bas de la liste ▼
— 24 octobre 2020 • 09H35 —
Karl Derisson
Mort de la comédienne et danseuse Marge Champion— 24 octobre 2020 • 09H35 — Karl Derisson —

La comédienne et danseuse Marge Champion est décédée le mercredi 21 octobre 2020. Elle avait 101 ans.

Née Marjorie Celeste Belcher le 2 septembre 1919, Marge Belcher est la fille d'Ernest Belcher, un professeur de danse de Los Angeles. Alors qu'elle n'a que quinze ans, son père est contacté par les studios Disney qui cherchent une danseuse afin de servir de modèle aux animateurs au travail sur Blanche Neige et les Sept Nains. Belcher propose que sa fille passe des essais. Ces derniers sont concluants. À plusieurs reprises entre 1934 et 1935, Marjorie revêt alors le costume de la princesse afin de réaliser quelques pas de danse et mimer certaines scènes devant les animateurs. Dès lors, la jeune fille se fera connaître comme le modèle de Blanche Neige. Elle travaille entre outre avec un de ses partenaires, Louis Hightower, qui sert quant à lui de modèle pour le Prince.
C'est d'ailleurs aux studios Disney qu'elle rencontre son premier mari, l'animateur Art Babbitt qui, à l'époque, anime la méchante Reine. Tous les deux seront mariés de 1937 jusqu'en 1940, année de leur divorce.
En 1940, Marjorie est de retour aux studios pour interpréter cette fois le personnage de la Fée bleue dans Pinocchio. Elle devient de fait le modèle de la célèbre magicienne doublée par la comédienne Evelyn Venable.

En 1947, Marjorie Belcher, devenue l'une des grandes vedettes de Broadway, épouse le danseur Gower Champion. Désormais connue sous le nom de Marge Champion, son mari et elle connaissent alors leurs heures de gloire. Parents de deux enfants, Blake et Gregg, le couple apparaît sur les meilleures scènes à travers les États-Unis et à travers le monde. Il joue également dans des dizaines de productions au théâtre, à la télévision et au cinéma, notamment dans les films Show Boat, Les Rois de la Couture, Donnez-lui une Chance et Tout le Plaisir est pour moi. Marge conçoit par ailleurs les chorégraphies de dizaines de spectacles et ce jusqu'aux années 1980.

Après son second divorce en 1973, Marge Champion se remarie avec le réalisateur Boris Sagal. Leur mariage est cependant brisé quatre ans plus tard suite au décès de Sagal dans un accident. Un malheur n'arrivant jamais seul, son fils Blake se tue sur la route en 1987...

Véritable légende à Hollywood, Marge Champion est morte le 21 octobre 2020. Elle avait 101 ans. Relayé dans les médias et sur les réseaux sociaux, son décès a alors provoqué une pluie d'hommages pour celle qui fut, durant toute sa carrière et toute sa vie, l'une des figures les plus appréciées aux États-Unis.

— 22 octobre 2020 • 19H24 —
Matthieu Baudry
Les Audiocontes Magiques Disney chez Altaya— 22 octobre 2020 • 19H24 — Matthieu Baudry —

Après L'Encyclopédie Star Wars, la maquette Star Wars : X-Wing ou encore celle de l'Armure Mark III d'Iron Man, Altaya lance au niveau national une toute nouvelle collection : Les Audiocontes Magiques Disney. Très amusante, avec d'adorables figurines et des livres joliment illustrés, elle se veut tout à fait ludique pour les enfants (et les plus grands !). Les lecteurs et auditeurs peuvent replonger avec elle à loisir dans la magie des plus beaux films d'animation Disney et Pixar, à l'aide d'une petite enceinte qui permet d'écouter l'histoire racontée comme par enchantement... ou presque ! Le Monde de Nemo, Le Livre de la Jungle, Le Roi Lion, Aladdin ou encore Blanche Neige et les Sept Nains s'invitent ainsi à l'heure du coucher ou de la sieste, pour le bonheur de toutes et de tous !

Les Audiocontes Magiques Disney est d'ailleurs une collection qui apparaît très vite ingénieuse. Ses charmants petits livres à la couverture rigide d'une trentaine de pages, d'abord, offrent un joli résumé de l'histoire mise à l'honneur, le tout associé à de superbes illustrations des plus grandes scènes des films Disney et Pixar, permettant ainsi aux petits comme aux grands de revivre les plus extraordinaires aventures aux côtés de leurs personnages favoris. Avec leurs textes résolument courts et de petits encarts présents sur chaque page de droite, mettant en vedette un ou plusieurs personnages dans une autre séquence du film, les petits ouvrages invitent au partage en famille en donnant - et c'est un vrai plus ! - envie aux plus jeunes de s'initier à la lecture. Pour les y inciter plus encore et ne rien gâcher, une jolie frise se dessine d'ailleurs sur la tranche des livres à mesure que ces derniers viennent s'ajouter à la bibliothèque.

Mais la collection des Audiocontes Magiques Disney ne serait pas complète sans les figurines de plastique accompagnant chacun de ses numéros. Représentant les personnages de l'histoire en vedette, elles sont joliment réalisées, fidèles à leurs modèles et soigneusement peintes ; certainement, le véritable atout de cette collection qui entend représenter les personnages connus de toutes et de tous. Mais il ne s'agit pas là d'un simple objet de collection : une fois la figurine posée sur la petite enceinte, qui est fournie avec le second numéro et se recharge avec un simple câble USB, la lecture du conte se lance en effet automatiquement. De la même façon qu'un adulte le ferait en lisant, la conteuse « fait les voix », comme diraient les bambins, avec des intonations différentes, plus graves pour les personnages masculins tels Scar ou Marin, sifflante quand il s'agit d'imiter le serpent Kaa. La lecture du conte devient immédiatement un joli moment à partager en famille, propice au rire et à la détente.

S'il est un bémol  aux (Les) Audiocontes Magiques Disney, c'est sans doute au niveau de son prix. L'abonnement par prélèvement automatique permet, il est vrai, certes de recevoir de très jolis cadeaux exclusifs supplémentaires, mais il peut dans le même temps rapidement s'avérer onéreux ; les envois de plusieurs numéros d'un coup d'un seul, prévus par la formule d'abonnement, représentent dès lors un budget conséquent qui n'est définitivement pas à la portée de toutes les bourses. Pour autant, il est possible de commander les numéros à l'unité, afin d'offrir en priorité aux enfants leurs histoires favorites. De même, l'abonnement est garanti sans engagement et peut donc être interrompu à tout moment ; de quoi rassurer les parents qui voudraient se lancer...

Il n'empêche. Les Audiocontes Magiques Disney est indéniablement une jolie collection particulièrement amusante et ludique, qui se démarque par sa versatilité. Les enfants et les plus grands peuvent en effet choisir de partager un moment plus intimiste en lisant le livre ensemble, ou bien décider au contraire de se laisser bercer par la lecture de l'histoire en admirant les illustrations des ouvrages, avant de tourner la page au son de la petite clochette. Dans tous les cas, cette charmante collection est un bon moyen de faire vivre les aventures Disney et Pixar à la maison, jusqu'à l'heure de la sieste ou du coucher, pour adoucir les rêves du bambin en profitant de la magie.

Une fois admis le bémol sur le prix, Les Audiocontes Magiques Disney est une collection de bonne qualité, imaginative aussi bien dans son fond que dans sa forme : elle a en outre cela de particulier de s'adapter avec finesse à l'autonomie de l'enfant tout comme à son envie de partager ou non un moment de lecture et d'écoute.

— 22 octobre 2020 • 14H48 —
Geoffrey El Islami
L'énergie solaire au service de Disneyland Paris— 22 octobre 2020 • 14H48 — Geoffrey El Islami —

L'environnement est l'un des piliers fondateurs de la politique de Disneyland Paris. En tant que référence dans son secteur, le Resort parisien se doit de donner le ton dans l'un des sujets les plus primordiaux du XXIe siècle. Après la décision de bannir l'utilisation de pailles et de sacs en plastique en 2019, la destination annonce une nouvelle étape dans sa politique environnementale : l'installation de l'une des plus grandes centrales en ombrières d'Europe. Tour d'horizon d'un chantier d'envergure aux impacts non négligeables.

Ce nouveau projet, dont le chantier a débuté en juillet dernier sur le Parking Visiteurs et dont la première portion deviendra opérationnelle dès le printemps 2021 aura pour ambition, d'ici l'horizon 2023, d'alimenter à hauteur de 17 % de la consommation globale de Disneyland Paris, soit environ 31 GWh par an, l'équivalent de la consommation d'une ville de 14 500 habitants ! Les 67 500 panneaux solaires, qui seront installés par l'entreprise française Urbasolar (basée à Montpellier et se désignant comme « le premier spécialiste français du solaire photovoltaïque ») couvriront à terme une surface de 17 hectares, soit vingt-quatre terrains de football, sur 9600 places du Parking Visiteurs. Ambitieux, le projet permettra de réduire de 750 tonnes par an les émissions de CO2 du territoire. Plus qu'un outil de transformation de l'énergie solaire, cette installation servira aussi de toit, protégeant les visiteurs et leurs véhicules des intempéries.

Adoptant un style métallique aux tons bleutés et jaunes et sans manquer d'une touche Disney, une partie des panneaux solaires s'illumineront la nuit pour révéler, vu du ciel, une tête de Mickey. Ce clin d'oeil ou « Mickey caché » n'est pas sans rappeler la centrale solaire près de Epcot à Walt Disney World Resort, les 48 000 panneaux photovoltaïques formant une tête de Mickey géante depuis le ciel.

— 22 octobre 2020 • 11H41 —
Laurent Armand-Zuniga
Sneakerella : un garçon Cendrillon pour Disney+— 22 octobre 2020 • 11H41 — Laurent Armand-Zuniga —

Disney revisite une nouvelle fois le conte de Cendrillon mais en inversant les genres (« Cendrillon » est un garçon !) et développant son récit dans le petit monde du streetwear newyorkais.
Le film - une production Disney+ Original - sera comme l’avait été le téléfilm de 1997 La Légende de Cendrillon (réunissant alors la regrétée Whitney Houston et Brandy), une comédie musicale. Sa bande originale mélangera toutefois ici les influences pop et hip-hop tandis que son cast se voit porté par John Salley, ex-joueur de la NBA, et les jeunes comédiens Chosen Jacobs et Lexi Underwood. 
Le pitch se veut évidemment limpide : à New York, El, un adolescent, jeune styliste talentueux à ses heures perdues, travaille dans la boutique de chaussures de feue sa mère en cachant son talent à son beau-père et à ses deux horribles demi-frères. Un jour, il rencontre Kira King, la fille au caractère bien affirmée de Darius King qui se trouve, lui, être une légende du basket et roi de la chaussure de sport. Leur destin va s’en trouver chamboulé…
Enfin, le titre original Sneakerella est un amusant mot-valise, rappel de Cinderella.
 

— 22 octobre 2020 • 10H45 —
Laurent Armand-Zuniga
Jon M. Chu à la réalisation de la série Willow— 22 octobre 2020 • 10H45 — Laurent Armand-Zuniga —

Une plateforme de type Disney+ présente l’avantage de permettre le lancement de productions que les chaînes de télévisions linéaires n’auraient pas voulues, les jugeant par trop segmentantes et que le cinéma boude par ailleurs de peur de ne pas pouvoir rentrer dans ses frais.

Une nouvelle preuve avec la mise en production d’une série Disney+ Original basée sur l’univers du film culte Willow, imaginé à l’origine par George Lucas et alors réalisé par Ron Howard. Cette série - dont l’action se déroule plusieurs années après les événements relatés dans le film et dans laquelle Warwick Davis reprend son rôle de Willow Ufgood – constitue en outre le premier projet Lucasfilm non lié à l’univers Star Wars depuis 2015.

Jon M. Chu (Cray Rich Asians) vient ainsi d'être choisi pour mettre en scène le pilote de la série, ; chose notable, il en sera aussi le producteur délégué aux côtés des showrunners Jonathan Kasdan (Solo : A Star Wars Story) – qui occupe également le poste de scénariste du pilote - et de Wendy Mericle (Arrow). 

Ron Howard n’est pas oublié puisqu’il prend part au projet en devenant l’un des producteurs délégués la nouvelle série tandis que Bob Dolman, le scénariste du film originel, sera lui producteur consultant. La volonté de s’inscrire dans la légitimité est donc grande et se voit même sur le choix des lieux de tournage : le Pays de Galles dont les paysages avaient déjà servi de cadre à la plupart des extérieurs du film de 1988.

— 21 octobre 2020 • 02H48 —
Geoffrey El Islami
En Californie, Disneyland ne rouvrira pas de sitôt— 21 octobre 2020 • 02H48 — Geoffrey El Islami —

Le 20 octobre 2020, le Gouverneur de Californie, Gavin Newsom, en étroite collaboration avec le Dr Mark Ghaly, secrétaire d’État à la Santé et aux Services Sociaux, a annoncé de nouvelles mesures tant attendues concernant la réouverture possible des parcs à thèmes et autres établissements de divertissement en Californie, fortement touchés par la pandémie de COVID-19. Disneyland et ses confrères du secteur ne sont pas prêts de rouvrir.

Le plus riche des États américains, essuyant des feux de forêt dévastateurs et une résurgence des cas de contamination de la maladie à coronavirus 2019, tend à mettre en place une réouverture progressive des parcs d’attractions en fonction de l’évolution de la pandémie, chacun de ses 58 comtés devant atteindre un certain niveau (appelé « tier » en anglais) permettant l’accueil de visiteurs sereinement. Ces paliers sont calculés en fonction du taux de positivité des tests et du nombre de cas, un comté ayant stabilisé un palier pendant trois semaines pouvant passer au suivant. Le Comté d’Orange où se situe Disneyland et Disneyland California Adventure est ainsi classifié au niveau 3, le deuxième niveau le plus restrictif (entre 4 à 7 cas pour 100 000 habitants et entre 5 et 8 % de positivité des tests).

Pour permettre la réouverture des Parcs Disney californiens, il faudra donc que le comté dans lequel ils sont localisés redescende à un niveau minimal, avec un minimum d’un cas pour 100 000 habitants et un taux de positivité des tests inférieur à 2 %. Mais ce n’est pas tout. Une fois ce palier atteint, Disneyland et Disneyland California Adventure, considérés comme des Parcs à thèmes de grande capacité (plus de 15 000 visiteurs), ne pourront rouvrir leurs portes qu’à hauteur de 25 % de capacité d’accueil. Selon The Orlando County Register, ces mesures pourraient permettre une réouverture des Parcs Disney de l’État fin novembre ou décembre, voire début de l’année prochaine, si la transmission du virus est réduite.

À ces mesures portant une nouvelle fois un coup de massue à l’économie de ce secteur d’activité, hautement contributeur d’emplois dans le Comté d’Orange, le Président de Disneyland Resort, Ken Potrock, s’insurge et précise que les Parcs Disney à travers le monde ont prouvé qu’ils avaient la capacité de mettre en place des protocoles sanitaires responsables protégeant la santé des visiteurs et celle des Cast Members. Inquiet pour l'économie de la région, il rajoute :

« [...] ces mesures gouvernementales nous forceront à rester fermer dans un avenir proche, menant à une augmentation de personnes sans travail, conduisant à la fermeture inévitable de petites entreprises familiales et dévastant irrémédiablement la communauté d’Anaheim et du Sud de la Californie. »

Pour rappel, les Parcs de Disneyland Resort sont fermés depuis le 14 mars 2020 tandis que plus de 28 000 employés des Parcs Disney américains ont été licenciés durant cette pandémie sans précédent. 

— 19 octobre 2020 • 16H26 —
Laurent Armand-Zuniga
Mira, Détective Royale arrive en France — 19 octobre 2020 • 16H26 — Laurent Armand-Zuniga —

Mira, Détective Royale sera diffusée pour la toute première fois en France à compter du lundi 9 novembre 2020 sur Disney Junior. Payante et petite sœur de Disney Channel, la chaîne est disponible en France dans les offres Canal selon le bouquet souscrit. La série y sera donc proposée tous les jours de la semaine, dès 17h, un horaire coïncidant à la sortie de l’école et de fait, très porteur en audience pour les chaînes jeunesse.

Créés pour les enfants de 2 à 7 ans, chaque épisode, composé de deux histoires de onze minutes chacune, bâtit son récit sur Mira qui se voit nommée au poste de détective royale du royaume imaginaire de Jalpur, prétexte à puiser dans le patrimoine de l’Inde à grands coups de musiques, danses et coutumes authentiques. Il s’agit ainsi de susciter la curiosité en encourageant la pensée critique et le raisonnement déductif au travers des enquêtes résolues au final par l’ingénieuse fillette.

Après sa diffusion en première exclusivité sur Disney Junior, Mira, Détective Royale devrait logiquement atterir, dans quelques mois, au sein des grilles de France Télévisions, sur France 4 notamment ; le groupe public disposant des droits sur les séries animées de The Walt Disney Company.

— 17 octobre 2020 • 16H32 —
Matthieu Baudry
La démo de Kingdom Hearts : Melody of Memory — 17 octobre 2020 • 16H32 — Matthieu Baudry —

Jeudi 15 octobre 2020, la démo de Kingdom Hearts : Melody of Memory, le prochain opus de la saga vidéoludique Kingdom Hearts, a été mise en ligne gratuitement sur les stores de la Nintendo Switch, la PlayStation 4 et la Xbox One. Il est possible pour les joueuses et les joueurs du monde entier de la télécharger pour se faire un premier avis sur ce tout nouveau jeu qui est, pour la première fois dans la série, un jeu de rythme.

Que contient la démo de Kingdom Hearts : Melody of Memory ?

La démo de Kingdom Hearts : Melody of Memory propose d'abord aux gamers un court didacticiel sur la musique Dive Into The Heart -Destati- (Le Palier de l'Éveil), afin d'apprendre à maîtriser les différentes touches et identifier les repères visuels du jeu. Une fois le didacticiel réussi et le menu principal du jeu débloqué, deux modes peuvent être testés. D'abord, le mode « Morceaux au Choix », qui propose de se faire la main sur quatre musiques : Welcome to Wonderland (Le Pays des Merveilles, Kingdom Hearts), Hand in Hand (La Ville de Traverse, Kingdom Hearts), The Rustling Forest (Le Domaine Enchanté, Kingdom Hearts Birth by Sleep) et enfin Wave of Darkness I (Kingdom Hearts 0.2 Birth By Sleep -A Fragmentary Passage-). En plus de ces quatre musiques instrumentales, deux titres sont disponibles dans le mode « Coop », où deux joueurs peuvent jouer en équipe sur la même console : Sinister Shadows (Kingdom Hearts II) et All for One (Le Pays des Mousquetaires, Kingdom Hearts 3D : Dream Drop Distance).
Chaque niveau peut être sélectionné dans l'un des trois modes de difficulté (« Débutant », « Standard » et « Expert »), auxquels s'ajoutent trois styles de jeu : « Normal », « Simplifié », qui permet d'utiliser une seule touche pour toutes les actions, et « Virtuose », qui ajoute des « notes virtuoses », qui sont activées par la pression de boutons non-utilisés dans les autres modes de jeu.

Que vaut la démo de Kingdom Hearts : Melody of Memory ?

Avec ses six musiques disponibles gratuitement (sans compter le didacticiel), la démo de Kingdom Hearts : Melody of Memory se montre plutôt généreuse en terme de contenu et permet de tester allègrement le nouveau jeu de la franchise un mois avant sa sortie officielle. Si la prise en main semble un peu délicate dans les premières minutes, et plus encore pour les novices des jeux de rythme, les gamers pourront tout de même rapidement dompter le système de jeu avec un peu de persévérance. Sur certaines musiques toutefois, et notamment lorsque de très nombreux ennemis sont présents à l'écran, il semble que la pression du bouton d'action ne soit pas enregistrée par le jeu, brisant du même coup la chaîne de combos nécessaire à l'obtention d'un score parfait. En se rendant dans le menu « Configuration », il est possible d'ajuster le tempo pour compenser la latence dans les niveaux, améliorant du même coup très nettement l'expérience de jeu. Il est probable que chacun doive jouer un peu avec la configuration pour trouver le compromis idéal, dans le but de garantir la meilleure expérience possible.

Le seul véritable point négatif relève en réalité de la lisibilité de l'écran, qui s'avère parfois complexe, notamment dans les difficultés supérieures où les ennemis sont présents en nombre, de même que les indicateurs colorés ; la perspective du jeu et les déplacements des ennemis ont également sérieusement de quoi désorienter. Les créatures massives, comme les Rondouillards ou les Défenseurs, occupent ainsi une large partie de l'écran rendant difficile l'anticipation des actions suivantes, et leurs « indicateurs de rythme » rouges au milieu de leurs corps sont plus difficiles à voir que ceux des autres petits ennemis, qui sont jaunes ou bleus. Rien de dramatique toutefois, puisque les gamers prendront assurément le coup de main au bout de quelques heures et finiront à terme par connaître le timing idéal par cœur pour vaincre ces adversaires tout en préservant leur score.

Les graphismes, enfin, sont corrects, rappelant grandement les premiers opus de la saga sortis sur PlayStation 2. Les ambiances dans les différents niveaux demeurent charmantes, et voir défiler les lieux emblématiques de chacun des mondes visités depuis plus de dix-huit ans (déjà !) viendra à coup sûr titiller la nostalgie des fans. Les interfaces sont elles aussi bien réussies, alliant notamment les menus et bruitages de la série à des personnages au style « chibi » adorables, dans la droite lignée des jeux de la série Theatrhythm.

Les grandes attentes de Kingdom Hearts : Melody of Memory

Avec plus de 140 titres annoncés issus de tous les grands titres de la saga, Kingdom Hearts : Melody of Memory promet de nombreuses heures de jeu en perspective, surtout si les gamers acharnés ont l'ambition de réussir chacun des niveaux avec un score A+++ dans les difficultés les plus élevées. Des musiques emblématiques ont d'ailleurs déjà été dévoilées par Square Enix, telles Simple and Clean (Kingdom Hearts), The Other Promise (Kingdom Hearts II -Final Mix-), Vector to the Heavens (Kingdom Hearts 358/2 Days) ou encore Let It Go (Arendelle, Kingom Hearts III). Kingdom Hearts : Melody of Memory s'annonce à coup sûr comme une véritable lettre d'amour aux partitions de la série, rendant du même coup un vibrant hommage à la compositrice de génie Yoko Shimomura.
L'opus semble donc être plutôt satisfaisant pour les amatrices et amateurs du genre, d'autant que son contenu est relativement complet, avec de multiples équipes de personnages, des défis, des combats de boss, des fonctionnalités multijoueur, différentes combinaisons de difficultés et un mode de jeu qui invite à la rejouabilité pour se perfectionner. Reste maintenant à savoir si le titre parviendra à s'insérer de manière satisfaisante dans la mythologie Kingdom Hearts et s'il répondra vraiment à quelques-unes des interrogations laissées en suspens après Kingdom Hearts III et son DLC, Kingdom Hearts III : Re Mind.

Kingdom Hearts : Melody of Memory sera disponible le 13 novembre 2020 sur Nintendo Switch, PlayStation 4 et Xbox One.

— 15 octobre 2020 • 15H28 —
Laurent Armand-Zuniga
L'impact du couvre-feu sur Disneyland Paris— 15 octobre 2020 • 15H28 — Laurent Armand-Zuniga —

Le Président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé hier à la télévision la mise en place d’un couvre-feu sur toute la région Île-de-France ainsi que huit métropoles de Province (Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Saint-Etienne et Toulouse). Il s’applique à partir de samedi 17 octobre 2020, 00h00, et interdit, pour quatre semaines minimum et six en cas de validation par le Parlement, de sortir de chez soi entre 21h et 6h sans motifs valables (professionnels ou sanitaires). 

Disneyland Paris est impacté par ce couvre-feu à des degrés divers.

  • Les Parcs à Thèmes

Les heures d’ouverture de deux Parcs ont déjà été largement réduites : elles sont en effet fixées à 11h-16h pour le Parc Walt Disney Studios et 10h-18h pour le Parc Disneyland (20h le weekend et les vacances scolaires). L’entrée en vigueur du couvre-feu n’a donc pas d’effet direct sur les heures d’ouverture des Parcs qui ferment, quelle que soit la période envisagée, avant l’heure fatidique de 21h. Mais, et encore plus lorsque le Parc Disneyland ferme ses portes à 20h, l’activation du couvre-feu peut constituer une gêne à la clientèle qui doit s’organiser pour anticiper le retour chez elle et donc, potentiellement, selon la durée nécessaire pour rentrer à son domicile, réduire sa présence dans les Parcs. Cette contrainte constitue à l’évidence un frein à la venue chez Mickey.
Il convient en outre de préciser que l’offre en transport public n’est pas réduite pendant le couvre-feu : RER et TGV fonctionneront par exemple normalement. Le Premier Ministre, Jean Castex, a d’ailleurs précisé aujourd’hui lors de sa conférence de presse explicative des annonces de la veille que toute personne munie d’un billet de train ou d’avion à une heure de départ ou d’arrivée comprise pendant les heures de couvre-feu pouvait, munie de ce justificatif, se rendre à la gare ou l’aéroport et prendre son train ou son avion sans risquer une amende.

  • Disney Village

Disney Village est lui bien plus impacté par l’activation du couvre-feu. Son offre de divertissement, boutiques et restaurants étant déjà largement réduite, il n’ouvre que très partiellement et seulement à partir de 17h. Il devra en plus désormais fermer le soir à 21h ses quelques boutiques et restaurants maintenus ouverts ainsi que son complexe de cinéma. Le fait de se voir ouvert seulement quatre heures dans la journée plombe donc plus encore son équilibre économique, déjà fragilisé, sachant que cette courte amplitude horaire va en plus décourager la venue de visiteurs.

  • Les Hôtels Disney

Les Hôtels Disney sont déjà pour la plupart fermés. Ceux restés ouverts à savoir le Disney's Newport Bay Club et le Disney's Hotel Santa Fe vont bien sûr devoir appliquer le couvre-feu et donc fermer leurs installations (boutique, restaurants, piscine, bar) dès 21h. De quoi dégrader clairement l’expérience des visiteurs confinés à rester dans leurs chambres.

— 15 octobre 2020 • 01H37 —
David Scordia
Quelles productions françaises sur Disney+ ?— 15 octobre 2020 • 01H37 — David Scordia —

À l'heure où Disney+ a proposé sa première émission originale française (La Méditerranée : Une Mer de Plastique) ainsi que cinq productions du catalogue de Disney Channel (les séries Miraculous : Les Aventures de Ladybug et Chat NoirSadie SparksLéna, Rêve d’Étoile, Mère et Fille et son téléfilm dérivé Mère et Fille : California Dream), il convient de féliciter The Walt Disney Company France pour ces premiers pas encourageants et de réfléchir aux autres propositions envisageables afin de faire vivre l'exception française.
Chronique Disney fait le tour en distinguant films, émissions et séries et introduisant une notion de différenciation entre les productions évidentes à se voir reprises et celles dont la pertinence est moindre ou les droits d'exploitation plus complexes, sans parler de leur disponibilité concrète.

LONGS-MÉTRAGES

Il existe également ces films Disney exclusifs à l'Europe : Timon & Pumbaa : Les Globes-Trotters, Pur Sang – La Légende de Seabiscuit (Buena Vista International), Bruce Tout-Puissant (Buena Vista International) ainsi qu'éventuellement ces deux compilations cinéma (mais dont le contenu exclusif reste mince) : Mickey et ses Amis Top Départ ! - Au Cinéma et La Bande à Picsou au Cinéma.

PROGRAMMATIONS SPÉCIALES

Ainsi que divers bonus français de DVD comme par exemple Les Aventures de Bernard et Bianca : 25 Ans Déjà ! avec Roger Carel et Perrette Pradier.

Contenus posssibles mais moins pertinents, datés ou aux droits d'exploitation complexes ne permettant peut-être pas une mise en ligne sur la plateforme sans accords avec des tiers :

  • Les Stars Chantent Disney (Walt Disney Television mais droits probablement détenus par M6) ;
  • Disney Talents – Le Grand Show (plus tellement pertinent aujourd'hui) ;
  • Drôle de Noël pour Jérémy (daté et potentiellement problématique en terme de droits étant donné les prestations et interventions musicales d'époque) ;
  • Euro Disney – L’Ouverture et Une Nuit Magique à Euro Disney (si Disneyland Paris accepte de mettre en avant son ancien nom) ;
  • Disneyland Express (daté mais ferait très plaisir aux fans) ;
  • Le Monde Merveilleux de Disney : 100 Ans de Magie (daté et prestations musicales pouvant poser des problèmes de droits d'exploitation aujourd'hui) ;
  • Rendez-Vous de Stars aux Walt Disney Studios (daté et prestations musicales diverses).

SÉRIES

  • Muppets TV (Walt Disney Television - avec Cauet) ;
  • Trop la Classe ! (Disney Channel) ;
  • Tranches de Vie (Disney Channel) ;
  • Naturellement (Disneynature) ;
  • Dessinez, C’est Gagné ! (Buena Vista Television) ;
  • Disney Parade et Le Disney Club (le rêve des fans Disney mais droits potentiellement complexes en raison d'interventions diverses, peut-être détenu par TF1) ;
  • Chez Rémy (Disney Channel) ;
  • Zapping Zone (Disney Channel) ;
  • Pluto Dingo (Walt Disney Television - peut-être détenu par TF1) ;

Ainsi que quelques séries co-produites et normalement toujours détenues par Disney : Le Club des Cinq : Nouvelles EnquêtesGalactik FootballShuriken SchoolTeam Galaxy : Le Collège de l’EspaceMonster Buster Club, Les Nouveaux Voyages de Gulliver, Les Aventures de Carlos, Les Voyages de CorentinDiabolik sur les Traces de la Panthère, Jason et les Héros de l’OlympeOzie Boo !.
Il est possible également d'identifier quelques cas moins pertinents car trop datés ou aux droits complexes : les émissions L’Ami Public Numéro Un, Salut les Mickey ! et les séries animées telles qu'Iznogoud, Princesse Sissi, Achille Talon et Les Kikekoi.

DISNEYLAND PARIS

Voici une sous-liste de titres moins pertinents, datés ou aux droits complexes :

  • On A Tous Nos Rêves et Ma Plus Belle Histoire (interventions de personnalités) ;
  • Euro Disney (sorti en VHS en 1994, Disneyland Paris voudra-t-il utiliser son ancien nom ?) ;
  • Les anciennes vidéos souvenirs vendues dans les Parcs :
    • Souvenirs d’un Séjour Inoubliable
    • Un Séjour Inoubliable,
    • Une Aventure Magique ;
  • Les anciennes VHS promotionnelles :
    • Disneyland Paris : La Magie d’un Séjour Réussi,
    • En 1999, Venez Rétrécir à Disneyland Paris.

— 12 octobre 2020 • 23H49 —
David Scordia
Réorganisation MAJEURE de The Walt Disney Company— 12 octobre 2020 • 23H49 — David Scordia —

The Walt Disney Company se réorganise en profondeur.

Jusqu'à présent, elle était composée de quatre segments :

  • Media Networks (chaînes TV comme Disney Channel, ABC, National Geographic, FX, ESPN, Freeform, ainsi que studios de production TV...)
  • Disney Parks, Experiences & Products (parcs, croisières, produits dérivés, édition...)
  • Studio Entertainment (cinéma, théâtre, musique)
  • Direct-To-Consumer & International (streaming comme Disney+, Hulu, ESPN+ ainsi que toutes les filiales internationales hors US)

Dorénavant, il y aura cinq groupes, organisés ainsi :

  • Trois groupes créateurs de contenus (Content Creation Groups) :
    • Studios (production de films et séries pour le cinéma et le streaming) - dirigé par Alan Horn & Alan Bergman
    • General Entertainment (productions de séries et émisions pour la télévision et le streaming) - dirigé par Peter Rice
    • Sports (retransmission sportive et production de séries et émissions pour la télévision et le streaming) - dirigé par James Pitaro
       
  • Un groupe Media and Entertainment Distribution, dirigé par Kareem Daniel :
    Responsable de la distribution, de la vente, des opérations techniques, dans le monde entier, quelque soit le support (cinéma, TV, streaming).
    C'est donc ici que se retrouvent la distribution cinéma (Walt Disney Studios Motion Pictures, Buena Vista International), les chaînes de télévision américaines (ABC, Disney Channel, ESPN, FX, National Geographic) et les plateformes de streaming (Disney+, Hulu, Star, ESPN+, Hotstar).
     
  • Disney Parks, Experiences & Products, dirigé par Josh D'Amaro :
    Rien ne change.

Chacun des dirigeants des cinq nouveaux groupes (Horn & Bergman, Rice, Pitaro, Daniel, D'Amaro) reporte à Bob Chapek, CEO.

La division Direct-To-Consumer & International disparait. La partie International sera toujours dirigée par Rebecca Campbell et qui naviguera entre les cinq groupes pour les adapter au mieux à tous les marchés internationaux.

Bob Chapek reporte à Bob Iger, Executive Chairman, en charge de guider l'aspect créatif de la Compagnie.

Le but avoué de tout cela est de privilégier les plateformes de streaming de Disney afin de les abonder en contenu en priorité. Le communiqué officiel dit bien « Disney’s world-class creative engines will focus on developing and producing original content for the Company’s streaming services, as well as for legacy platforms » : tous les groupes de création de contenu sont réquisitionnés pour créer du contenu pour les services de streaming... ainsi que les canaux traditionnels ("legacy" - héritage - le cinéma et la télévision sont considérés comme des technologies du passé !).
Autrement dit, il convient de visualiser Disney comme Netflix : un producteur de contenu en streaming avant tout qui, aussi, peut faire des contenus pour le cinéma ou la télévision si jugé pertinent.

Le 10 décembre aura lieu un Investor Day virtuel durant lequel Disney dévoilera ses projets à venir concernant les plateformes de streaming. Nous en saurons également davantage sur Star, la plateforme de streaming pour les contenus jugés non familiaux qui sera lancée en 2021.

Lien vers le communiqué officiel.

— 12 octobre 2020 • 20H26 —
Geoffrey El Islami
Les Pin's d'Octobre 2020 débarquent— 12 octobre 2020 • 20H26 — Geoffrey El Islami —

L'automne est arrivé et avec lui, les pin's tombent comme des feuilles mortes à Disneyland Paris ! Le mois d'octobre, généralement associé à la fête d'Halloween, offre cette année et curieusement une belle collection de nouveaux pin's, sans qu'aucun ne soit en rapport avec la fête des citrouilles et des sorcières. Malgré tout, chacun y trouve son compte avec la poursuite de collections plébiscitées et de lanières en tout genre. Voici le descriptif d'un mois riche en nouveautés et en surprises pour tout pin trader qui se respecte :

  • le samedi 3 octobre 2020, Mickey se met aux couleurs de l'Espagne, du Royaume-Uni, des Pays-Bas, de la France et de l'Italie ;
  • le mercredi 7 octobre 2020, la collection Disney Animators revient avec ses Princesses Disney les plus emblématiques. Les pin's, comme dessinés au crayon à la manière des animateurs Disney, représentent Belle, Alice, Cendrillon, Ariel et même la Fée Clochette ! La lanière de la même collection complète parfaitement le look ;
  • le samedi 10 octobre 2020, Disneyland Paris et le célèbre sculpteur Richard Orlinski relancent leur collaboration pour proposer en édition limitée à 400 exemplaires des pin's de Simba et Mickey dans un design qui a déjà plu dans le passé ;
  • le samedi 20 octobre 2020, les félins du film Les Aristochats, qui fêtent son cinquantième anniversaire cette année, sont à l'honneur. Marie, Berlioz, Toulouse, Thomas O'Malley et Duchesse sont tous réunis pour prendre la pose. Le même jour, à Thunder Mesa Mercantile à Frontierland, deux séries se voient additionner d'un pin's chacune à l'instar de World's Best Friends avec Sulli et Bob de Monstres & Cie les meilleurs amis du monde et Jasmine sur son canasson de manège venant compléter la collection Princesses sur Carousel ;
  • le samedi 31 octobre 2020, une pluie de lanières met en vedettes Baloo, Simba ou encore Tic ou Winnie tandis que L'Enfant de la série Disney+ Star Wars : The Mandalorian a droit pour la toute première fois à Disneyland Paris à ses pin's, le montrant dans son berceau iconique ou mangeant son quatre heures, un amphibien à la bouche ;
  • enfin, aucun Pin Trading Event n'a été annoncé pour ce mois-ci, une constante depuis la réouverture du Resort parisien

— 10 octobre 2020 • 11H50 —
Laurent Armand-Zuniga
L'Attraction Space Mountain adaptée au cinéma— 10 octobre 2020 • 11H50 — Laurent Armand-Zuniga —

Disney développe un film inspiré de l'attraction Space Mountain et prévu pour une sortie au cinéma.
L'attraction ouverte en 1975 au Magic Kingdom a très vite rencontré le succès au point d'être dupliquée à Disneyland (1977), Tokyo Disneyland (1983) et Hong Kong Disneyland (2005). Dans ces montagnes russes familiales, les visiteurs s'envolent dans l'espace à bord de petites fusées.
Une version très différente, à sensations fortes et inspirée de De la Terre à la Lune (Jules Verne), a ouvert à Disneyland Paris en 1995.
Ce n'est pas la première fois qu'une attraction Disney inspire un film, c'est en effet déjà arrivé au cinéma avec Pirates of the Caribbean, Haunted Mansion, Country Bear Jamboree et Jungle Cruise (sortie prévue en 2021) ainsi qu'à la télévision pour The Twilight Zone Tower of Terror. Le Land Tomorrowland, où se situe Space Mountain, a également inspiré le film À la Poursuite de Demain.

— 09 octobre 2020 • 15H32 —
Laurent Armand-Zuniga
Docteur Strange dans Spider-Man 3— 09 octobre 2020 • 15H32 — Laurent Armand-Zuniga —

Le Hollywood Reporter annonce que Benedict Cumberbatch reprendra son rôle du Docteur Strange dans le troisième volet de Spider-Man campé par Tom Holland.
Pour l’instant, pas d'autres informations d'ordre scénaristique n'ont filtré mais la presse cinéma comme le monde des fans pensent, sans trop oser y croire totalement, au multiverse avec peut-être l’intervention des anciens Spider-Man (Tobey Maguire et Andrew Garfield) et la présence de Jamie Foxx (qui reprend le rôle d'Electro déjà occupé dans The Amazing Spider-Man : le Destin d'un Héros).
À ce stade donc, il s’agit juste de savoir que Docteur Strange sera dans le projet Spider-Man 3, en mentor de Peter Parker, comme Iron Man l’a été dans Homecoming et Nick Fury dans Far From Home.

— 09 octobre 2020 • 11H38 —
Laurent Armand-Zuniga
La Poste édite huit timbres National Geographic— 09 octobre 2020 • 11H38 — Laurent Armand-Zuniga —

La Poste associée à National Geographic met en vente sur son site en ligne le collector « Fragiles ! » composé de huit timbres de photos d’espèces en voie de disparition réalisées par le photoreporter Joel Sartore.
Membre de la National Geographic Society, il est notamment à l’origine depuis 2006 du projet « Photo Ark » (traduisible en Arche Photographique en référence à peine voilée au concept d’Arche de Noé) cherchant à photographier toutes les espèces vivant dans les zoos ou sanctuaires à travers la planète. Il s'agit là de sensibiliser le public à la sauvegarde des animaux au cœur de leurs espaces naturels mais aussi et tout autant à l’effondrement de la biodiversité mondiale.

Le prix de ce collector est fixé à 12 € ; les timbres le constituant étant édités au tarif Lettre Verte France.

— 09 octobre 2020 • 09H17 —
Laurent Armand-Zuniga
Soul sur Disney+ le 25 décembre 2020— 09 octobre 2020 • 09H17 — Laurent Armand-Zuniga —

Soul, le prochain film d'animation Pixar qui devait sortir au cinéma, sera finalement disponible le 25 décembre 2020 sur la plateforme Disney+ aux États-Unis, sans surcoût.

En Avant aura donc été le seul film du label Disney à être sorti en salles en 2020. Cette situation ne s'était pas produite depuis 1952 avec Robin des Bois et ses Joyeux Compagnons. À noter qu'il n'y en eut aucun en 1984 (les deux films sortis étaient des Touchstone).

Le sort de Soul en France n'est toutefois pas encore scellé : à l'heure de l'annonce de son arrivée sur la plateforme américaine, il est en effet toujours prévu de sortir en salles dans l'hexagone. La décision de la maison-mère de sortir Soul sur Disney+ et non au cinéma place en réalité Disney France, qui comptait sur ce film pour calmer les exploitants vexés par le sort réservé à Mulan, à portée de coups.
La filiale est pour le moment totalement muette sur le sort du film dans l’hexagone : Disney+ ou sortie en salles ? Le communiqué américain, lui, ne laisse pourtant pas de place à l’interprétation… 

Édit : Disney France a confirmé à 13h30 ce jour que Soul sortirait directement sur Disney+ dans l'hexagone aussi.

— 01 octobre 2020 • 20H07 —
Karl Derisson
Décès de la comédienne Helen Reddy— 01 octobre 2020 • 20H07 — Karl Derisson —

La comédienne et chanteuse Helen Reddy est décédée mardi 29 septembre 2020 à l'âge de 78 ans.

Née le 25 octobre 1941 à Melbourne, en Australie, au sein d'une famille d'artistes, elle débute sa carrière dès l'âge de quatre ans en apparaissant au théâtre, à la télévision et à la radio. Lauréate du télé-crochet Bandstand en 1966, elle quitte son île natale et s'installe aux États-Unis, notamment à New York, à Chicago puis à Los Angeles où elle enregistre ses premiers titres, One Way Ticket et I Believe in Music sortis dans les bacs en 1968 et 1970. Mise sous contrat par la maison de disques Capitol Records, sa discographie comporte des dizaines de tubes comme I Am A Woman qui lui vaut de remporter un Grammy Award, I Don't Know How To Love Him, Peaceful, Delta Dawn, Angie Baby... 

Récompensée par son étoile sur le Hollywood Walk of Fame en 1974, Reddy débute en parallèle une éphémère carrière au cinéma. Elle apparaît ainsi sur grand écran dans 747 en Péril pour lequel elle est en lice pour le Golden Globe de la Meilleure révélation féminine, Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, Disorderlies et The Perfect Host. Son plus grand rôle reste toutefois celui de Nora dans le classique des studios Disney Peter et Elliott le Dragon. À la télévision, Reddy apparaît en outre dans The Muppet Show, The Carol Burnett Show ou bien encore The Bobby Darin Show, La Croisière s'Amuse, The Jeffersons et Diagnostic : Meurtre.

Très présente au théâtre, Helen Reddy annonce sa retraite en 2002 lors d'une représentation exceptionnelle avec l'Edmonton Symphony Orchestra. De retour dans son Australie natale où son nom est inscrit au tableau d'honneur de l'Australian Recording Industry Association Hall of Fame, elle reprend le chemin de la scène en 2012 à l'occasion du quatre-vingtième anniversaire de sa sœur Toni puis lors d'un concert exceptionnel organisé au Croce's Jazz Bar de San Diego en faveur de la St. Genevieve High School de Panorama City.

Accueillie au sein du Motion Picture and Television Fund's Samuel Goldwyn Center en août 2015, Helen Reddy, diminuée et atteinte de démence et de la maladie d'Addison, disparaît le mardi 29 septembre 2020. Elle avait 78 ans...

▲ Retour en haut de la liste ▲

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.